Sardes (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sardes
Description de cette image, également commentée ci-après
Sardes en costume traditionnel (1880)

Populations significatives par région
Flag of Sardinia, Italy.svg Sardaigne 1,661,521
Autres
Langues Sarde,
Italien (À cause de la conversion linguistique),
Corse-sarde,
Catalan
Religions Catholicisme
Ethnies liées
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de répartition

Les Sardes (Sardos ou Sardus en sarde, Sardi en italien et sassarais, Saldi en gallurais, Saldus en catalan alguérois, Sordi en ligure tabarquin) constituent un peuple d'Europe du Sud originaire de la Sardaigne[14],[15], île de la Méditerranée occidentale et région autonome à statut spécial d’Italie[16],[17].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le seul temple mégalithique à gradins en Europe, la ziggurat de Mont d'Accoddi, érigée par les Sardes pré nuragiques de la culture d'Ozieri et d'Abealzu-Filigosa.
Représentation du Sardus Pater Babai dans une monnaie romaine (59 av. J.-C.)

L'origine ethnique des Sardes n'est pas claire[18],[19]; l'ethnonyme "S(a)rd" appartient au substratum linguistique pré-indo-européen. Il fait sa première apparition sur la stèle de Nora, où le mot Šrdn (Shardan[20]) témoigne de l'existence de cet ethnonyme lorsque les marchands phéniciens sont arrivés sur les rives de la Sardaigne[21].

Selon Timée, l'un des dialogues de Platon, la Sardaigne et son peuple, les "Sardonioi" ou "Sardianoi" (Σαρδονιοί ou Σαρδιανοί), pourraient avoir été nommés après "Sardò" (Σαρδώ), une femme légendaire de Sardes (Σάρδεις), capitale de l'ancien royaume de Lydie en Anatolie[22],[23],[24]. Pausanias et Salluste rapportèrent plutôt que les Sardes remontaient à un ancêtre mythique, un fils libyen d'Hercule ou Makeris (surnom apparenté au berbère kabyle Maqqur "Il est le plus grand" ou associé à la figure de Melqart[25]) et révéré comme Sardus Pater Babai ("Père Sarde" ou "Père des Sardes"), qui donna son nom à l'île[26],[27],[28],[29],[30],[18]. Il a également été affirmé que les anciens sardes étaient associés au Shardanes (šrdn en égyptien), l'un des Peuples de la mer[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37].

L'ethnonyme était alors romanisé, en ce qui concerne la forme singulière masculine et féminine, comme sardus et sarda.

Origine[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La Sardaigne a été peuplée par vagues de nouveaux arrivants entre le Paléolithique supérieur, le Mésolithique et le Néolithique ancien, par des peuples qui venaient de la péninsule ibérique et de la péninsule italienne. À la moitié du Néolithique d’autres populations arrivèrent depuis la zone des Pyrénées-Provençales, et ensuite depuis des îles se trouvant dans la mer Égée (Crète et Cyclades) ; aux premières on doit le mégalithisme, aux autres la culture de Ozieri, répandue dans toute l’île[38]. Au Enéolithique apparaît la culture de Monte Claro puis la culture campaniforme (bocal en terre cuite), introduite depuis la zone franco-ibérique et l’Europe centrale par des petits groupes d’individus qui furent amenés à vivre avec les populations locales[39],[40]. À cette culture nous devons, notamment, de nouvelles techniques de travail du métal, de nouveaux styles de céramiques, et, probablement, une langue indo-européenne[41]. Durant la première période de l’âge du bronze, la culture du vase campaniforme, est apparue avec des influences poladiennes, transformant la culture de Bonnanaro.

Les tribus sardes décrites par les Romains.

La civilisation nuragique apparaît à l’âge du bronze moyen, tandis que l’île se peuple d'un grand nombre de tribus : les ethnies les plus importantes sont les Balari, les Ilienses et les Corsi[42] ; cette dernière a donné le nom à l’île de Corse (Còssiga en sarde), à ne pas confondre avec les corses modernes. Selon certaines études, les anciens Sardes auraient un lien avec la population appelée Shardanes[43].

Nous ne savons pas quelle(s) langue(s) se parlait en Sardaigne à cette époque. Il se pourrait que la langue nuragique (limba / lingua nuraghesa en sarde) ait des ressemblances avec le basque, ou bien alors avec la langue étrusque. D’autres études montrent, cependant, que la Sardaigne avait d'autres systèmes linguistiques, pré-indo-européens ou indo-européens.

Histoire antique[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle av. J.-C., les Phéniciens ont fondé plusieurs colonies et ports sur la côte méridionale et occidentale, comme Karalis, Nora, Bithia, Sulky et Tharros. Partant des mêmes régions, où les relations entre les Sardes indigènes et les colons phéniciens avaient été jusqu'alors pacifiques[44], les Carthaginois ont procédé à l'annexion de la partie sud et ouest de la Sardaigne à la fin du VIe siècle av. J.-C.. Les Sardes indigènes auraient conservé de nombreuses affinités culturelles avec les anciennes populations puniques-berbères du continent nord-africain[45].

Après la première guerre punique, toute l'île a été conquise par les Romains au IIIe siècle av. J.-C.. La Sardaigne et la Corse sont alors devenues une seule province[46] ; cependant, il a fallu plus de 150 ans aux Romains pour parvenir à soumettre les tribus nuragiques plus belliqueuses de l'intérieur[47], et après 184 ans depuis que les Sardes sont tombées sous l'emprise romaine, Cicéron a constaté qu'il n'y avait toujours pas sur l'île une seule communauté qui avait eu des relations amicales avec le peuple romain[48],[49],[50]. Même à partir des anciens établissements sardo-carthaginois, avec lesquels les montagnards sardes avaient formé une alliance dans une lutte commune contre les Romains[51], émergeaient des tentatives indigènes de résistance à l'assimilation culturelle et politique ; des magistrats de style punique, les suffètes, exercèrent un contrôle local à Nora et Tharros jusqu'à la fin du premier siècle av. J.-C., bien que deux suffètes aient existé à Bithia jusqu'au milieu du deuxième siècle après JC.[52].

Pendant la domination romaine, il y a eu un flux d'immigration considérable de la péninsule italienne vers l'île ; des sources anciennes mentionnent plusieurs populations d'origine italique s'installant en Sardaigne, comme les Patulcenses Campani (de Campanie), les Falisci (du sud de l'Étrurie), les Buduntini (des Pouilles) et les Siculenses (de Sicile) ; des colonies romaines s'établissent également à Porto Torres (Turris Libisonis) et à Uselis[53]. Les immigrés italiques étaient confrontés à une coexistence difficile avec les indigènes[54], qui étaient réticents à s'assimiler à la langue et aux coutumes des colons ; de nombreux aspects de l'ancienne culture sardo-punique ont persisté jusqu'à l'époque impériale, et les terres intérieures, principalement montagneuses, ont reçu le nom de Barbaria ("Terre des Barbares", similaire à l'origine du mot "Barbarie"), en témoignage de l'esprit farouchement indépendant des tribus qui y habitaient (en fait, elles ont continué à pratiquer leur religion indigène préhistorique jusqu'à l'époque du pape Grégoire Ier)[55].

Cependant, en définitive c’est de cette façon que les Romains ont beaucoup « latinisé » la Sardaigne et les Sardes, y compris les montagnards qui vivaient dans la Barbaria. Pendant longtemps les coutumes antiques ont été conservées. Le sarde moderne est, en effet, considéré comme une des langues romanes les plus conservatrices[56],[57],[58].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après la chute de l’Empire romain d’Occident, la Sardaigne fut envahie par les Vandales[59], les Byzantins, les Ostrogoths[60], puis encore par les Byzantins qui sont revenus par la suite. C'est à cette époque que l'île a été, une fois de plus dans son histoire, rattachée à l'Afrique du Nord dans le cadre de l'Exarchat d'Afrique. La conquête arabe de l'Afrique du Nord a provoqué l'émigration d'un nombre considérable de Berbères, qui s'étaient trouvés déplacés par la guerre, vers la Sardaigne en tant que réfugiés, où ils ont été accueillis et rapidement assimilés à l'élément ethnique sarde[61]. Parallèlement, des colonies sardes ont été établies au Maghreb, par lequel on ne désignait autrefois que l'Algérie occidentale et le Maroc, et en Ifriqiya (correspondant en gros à la Tunisie moderne), comme la colonie de Sardāniya ("Sardaigne") à proximité de Kairouan[62] qui, selon le chercheur Giuseppe Contu, changera plus tard de nom pour devenir Sbikha[63].

Au Moyen Âge, l’île a été gouvernée par quatre royaumes indépendants, les Judicats ; excepté le Judicat d'Arborée, ils sont tombés progressivement sous influence étrangère, pisane et génoises, et de certaines familles importantes, comme les Doria, les Malaspina et Della Gherardesca. Les Doria ont fondé les villes d’Alghero (s'Alighera en sarde, l’Alguer en catalan) et de Castelsardo (Castheddu), alors que les pisans ont construit le fameux Castel di Castro (dit aussi le château Casteddu) ; de plus, le comte Ugolin della Gherardesca a fait naître la ville de Villa di Chiesa (aujourd'hui Iglesias).

Vue de Cagliari (Caralis) en 1572 (Civitates orbis terrarum).

Après que les Aragonais se sont emparés des terres sardes qui appartenaient à Pise, entre 1323 et 1326, le Judicat de Arbarée (ancien allié) est entré dans une guerre de résistance contre eux entre 1353 et 1420, la couronne d'Aragon a conquis toute la Sardaigne ; le royaume de Sardaigne aragonais a peuplé des villes comme Castel di Castro et Alghero avec une population étrangère, spécialement de provenance catalane[64],[65]. Un dialecte catalan est encore parlé à Alghero.

Âge moderne et époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Aux XVIe et XVIIe siècles, les principales villes sardes, Cagliari (chef-lieu de l’île), Alghero et Sassari (Tàtari en sarde) étaient d'importantes portes d'entrée pour le trafic commercial ; la composition cosmopolite de leurs populations en était la preuve : elles étaient composées non seulement d'indigènes mais également d'étrangers en provenance d'Espagne, d'Italie (notamment de Ligure), de France (du Midi) et surtout de Corse[66],[67],[68]. À Sassari particulièrement et sur tout le territoire qui allait de l'Anglona (sous-région du nord de la Sardaigne) à la Gallura, les Corses (désormais toscanisé à cause de la domination pisane) forment la majorité de la population depuis le XVe siècle[68]. Ce phénomène d'immigration corse sur l’« île sœur » de Sardaigne a provoqué la naissance du dialecte sassarais (tataresu en sarde) et gallurais[68] (galluresu en sarde).

Le pouvoir espagnol en Sardaigne se termine en 1713 quand, avec le traité de Utrecht, le royaume de Sardaigne aragonais passe aux Habsbourg d’Autriche ; en 1718, après que les Espagnols ont convoité l’île, ils laissèrent avec le traité de Londres la Sardaigne aux Savoyard de Piémont qui prirent ainsi le tire de « Roi de Sardaigne ». Durant cette période, un flux de ligures venant de l'île de Tabarka (Tunisie du nord, à l’époque sous domination génoise) s’installa sur les petites îles de San Pietro et de San Antioco, en apportant leur dialecte, le tabarquin. Au XIXe siècle, le royaume de Sardaigne piémontais entra en guerre pour conquérir la péninsule italienne et la Sicile, les mettant dans les états de la Terre ferme ; de ce fait est né le Risorgimento italien. En 1861, les Savoyards ont proposé le nom de « Royaume d’Italie » à la place de celui de Sardaigne.

Mine du Montevecchio.

En 1844, selon M. Wahlen, les Sardes sont de taille moyenne, mais de constitution robuste ; ils sont « bien faits » et pleins de vigueur ; ils ont les yeux vifs, la physionomie spirituelle et très mobile. Les femmes se remarquent par leurs yeux noirs et par la finesse de leur taille. Ce peuple est doué d'une grande vivacité d'esprit et paraît plus propre aux lettres qu'aux sciences abstraites[69]. À cette époque, on est étonné de l'imagination poétique et de la facilité à versifier des habitants de la campagne. Le Sarde du XIXe siècle est hospitalier, vif et laborieux par boutade ; il aime la chasse, la danse, les festins, les courses de chevaux et le luxe dans ses habillements. Il ne thésaurise pas ; cependant, il est plutôt libéral que généreux ; constant dans sa haine comme dans ses affections, jaloux, il ne pardonne pas la moindre injure faite à son honneur. Très attaché à son pays, il l'est aussi à ses anciens usages ; on lui reproche par ailleurs d'être rusé et vindicatif[69].

En 1850, avec le développement des mines sardes, de petites populations de travailleurs qui venaient de la Styrie (Autriche) et des mineurs de Fribourg (Allemagne) se sont installés pour un certain temps dans l’Iglesiente (sous-région du sud-ouest de l’île), surtout dans les environs de Montevecchio (Genna Serapis), Guspini et Ingurtosu. Il se pourrait que les immigrés allemands aient influencé le style architectural et le nom des lieux[70], comme ont fait les Italiens par la suite ; beaucoup de mineurs provenaient de Lombardie, de Piémont, de Toscane et de Romagne[71],[72]. Selon un recensement fait par l’ingénieur Léon Goüin, dans les mines de Sardaigne sud-occidentales, sur plus de 10 000 personnes travaillant dans ces mines, une personne sur trois provenait du continent[73] ; la plupart étaient italiens, ils ont élu domicile dans l’Iglesias et ses alentours, en partie pour toujours.

À la fin du XIXe siècle, des pêcheurs venant de Sicile, de Torre del Greco (Campanie) et de Ponza (Latium), migrèrent dans les environs de la Sardaigne orientale, surtout dans les villes de Arbatax/Tortolì, Siniscola (Thiniscole en sarde) et l’île de la Madeleine.

En 1931, on estimait que seulement 3,2% de la population de l'île était originaire de la péninsule italienne[74]. Une politique du gouvernement central allait changer cette situation dans les années suivantes[74], qui virent un flux d'immigration en provenance de la péninsule italienne : le régime fasciste réinstalla en Sardaigne un grand nombre d'Italiens provenant de régions très diverses comme la Vénétie, les Marches, les Abruzzes et la Sicile, qui furent encouragés à fonder leurs propres colonies. De plus, le régime a encouragé l'exploitation minière et la remise en état des territoires marécageux. Les nouvelles villes de Carbonia, Arborea (ou aussi nommée Mussolinia di Sardegna) et Fertilia, construites par le régime, ont été peuplées de personnes originaires de toutes les régions italiennes.

Après la Seconde Guerre mondiale, une communauté istriotes-italiens a fui à Fertilia et autour de la Nurra (sous-région du nord-ouest de la Sardaigne) ; encore aujourd’hui les personnes âgées parlent l’istriote, le vénitien et le frioulan à Fertilia, Tanca Marchesa et Arborea[75]. Entre-temps, des familles italo-tunisiennes ont peuplé la ville de Castiadas, à l’est de Cagliari[76].

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec l'essor économique italien (miracle économique italien) se passe un phénomène historique où les Sardes se déplacent des villages intérieurs vers les villes de Cagliari, Sassari, Porto Torres, Alghero et Olbia, qui aujourd'hui concentrent la majorité de la population sarde.

Démographie[modifier | modifier le code]

Personne âgée (ultra-nonagénaire) de Ulassai, années 1950.

Avec une densité de 68 habitants/km², la Sardaigne est l’une des régions les moins peuplées d'Italie. Sa situation insulaire aurait conduit sa population à avoir une évolution différente, par rapport à d’autres régions italiennes elles-mêmes situées près de la mer. En effet, historiquement les Sardes ont surtout peuplé le centre de l’île. De nombreuses raisons sont à l’origine de cette tendance :

  • Géographique : la terre étant bonne, elle fut mise à contribution pour y faire paître chèvres et brebis ;
  • Historique : les invasions étrangères (d’après le dicton "furat chie benit dae su mare" autrement dit « il vole celui qui vient de la mer ») et les raids sarrasins qui dévalisaient régulièrement la côte la rendant très dangereuse ;
  • Environnementale : les plaines avant qu'elles ne soient assainies au XXe siècle, étaient toutes marécageuses et le paludisme y était fréquent.

Le développement du tourisme balnéaire des années 60 a presque inversé la situation : les villes les plus grandes se situent toutes en bordure de mer ; le reste de l’île est constitué de villages peu peuplés et souvent pauvres.

La Sardaigne est la région italienne ayant le plus bas taux de fertilité (1,07 en moyenne pour une femme)[77], elle se trouve à la dernière place en ce qui concerne les naissances[78] ; cependant les migrants augmentent le taux de natalité de l'île ; ceux-ci viennent surtout du continent italien, mais aussi d’Europe orientale (surtout la Roumanie), d'Afrique et de Chine.

En 2013, le nombre d’étrangers sur l'île (sans compter les continentaux) était de 42 159 personnes, soit 2,5 % de la population[79].

Espérance de vie[modifier | modifier le code]

L'espérance de vie moyenne est de 81,9 ans (84,9 pour les femmes[80] et 78,9 pour les hommes[80]). La Sardaigne est la première « zone bleue » (Blue Zone), c'est-à-dire une des zones du monde où l'on vit plus longtemps[81]. Les Sardes ont, avec les ryukyuaniens de Okinawa (Japon)[82], le nombre le plus élevé de centenaires (22 pour 100 000 habitants).

Cela est dû non seulement à une raison génétique[83] mais aussi par un mode de vie et une structure sociale particulière[84],[85].

Auto-identification[modifier | modifier le code]

Des enquêtes de population ont été menées, à plusieurs reprises, pour fournir des informations sur l'identité des Sardes, ainsi que sur leur conciliation moderne avec celles liées aux strates institutionnelles de la gouvernance politique. L'enquête la plus détaillée, menée par l'Université de Cagliari et l'Université d'Edimbourg, a recouru à une Question Moreno qui a donné les résultats suivants : (1) seulement sarde, 26% ; (2) plus sarde qu'italienne, 37% ; (3) autant sarde qu'italienne, 31% ; (4) plus italienne que sarde, 5% ; (5) seulement italienne, 1%[86],[87],[88]. Un sondage réalisé en 2017 par l'Institut Ixè indique que 51 % des Sardes interrogés se sont identifiés comme sardes (contre une moyenne italienne de 15% qui se sont principalement identifiés selon leur région d'origine) plus que comme Italiens (19%), Européens (11%) et/ou citoyens du monde (19%)[89],[90].

Communautés sardes à l'étranger[modifier | modifier le code]

La plupart des Sardes se trouvent en Sardaigne, mais beaucoup sont partis en dehors de l'île : on pense que, entre 1955 et 1971, 308 000 Sardes se sont exilés sur le continent italien[91] ; quelques Sardes s'étant installé dans le Piémont, la Ligurie, la Lombardie, la Toscane et le Latium. Les Sardes et leurs enfants se trouvent principalement en Allemagne, en Belgique et en Suisse. En Amérique, presque tous les Sardes ont émigré en Amérique du Sud, surtout en Argentine (entre 1900 et 1913, 12 000 Sardes vivaient à Buenos Aires et ses alentours[92]) et en Uruguay (en 1870, 12 500 Sardes étaient à Montevideo). Des communautés sardes vivent éparpillées dans le monde jusqu'au Brésil (surtout les villes de Belo Horizonte, Rio de Janeiro et São Paulo[93], au Royaume-Uni et en Australie.

Le drapeau sarde (Les Quatre Maures).

La Sardaigne prend en compte les cercles sardes, qui représentent les communautés sardes exilées : on en compte 145 dans la péninsule italienne et dans le monde[94].

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

En plus de l’italien, que les Savoyards ont apporté seulement en 1760[95],[96], les autochtones parlent le sarde[15], langue néo-latine reconnue comme officielle tardivement, en 1997. Le sarde a été reconnu par la loi sur la protection des minorités ethnolinguistiques d'Italie en 1999, au même titre que les onze autres minorités.[97],[98],[99] Cette reconnaissance est due aux nombreuses batailles visant à promouvoir le bilinguisme. Cependant, l'italien est devenu la langue la plus parlée de nos jours, bien que dans une variété régionale spécifique, en raison des diverses phases de conversion linguistique et de italianisation culturelle[100].

D’autres langues existent aussi sur l'île, lesquelles, ne sont pas à proprement parler sardes sur le plan linguistique et peuvent être considérées elles-mêmes comme minoritaires au sein d'une minorité ; ces langues sont nées quand des personnes (à l'origine non sardes) ont élu domicile dans un lieu et y ont séjourné pendant des siècles[101]. Parmi elles on a le sassarais, dialecte pisan ou corse, ayant beaucoup de sonorités sardes, et le gallurais, considéré selon les études soit comme un dialecte autonome, soit comme un dialecte corse ressemblant beaucoup à celui du village de Sartène. De plus il existe des îlots linguistiques comme l’alguérois, variante du catalan oriental. Des colons venus du continent italien à l’époque du fascisme parlent le vénitien dans des villages comme Fertilia, Maristella et Arborea.

Selon une étude de la région autonome de Sardaigne, le sarde est compris par 1 495 000 personnes, parlé par 1 000 000 et seulement 3 % de la population ne le comprendrait pas. Cependant, en raison d'un modèle de système éducatif italien qui a fortement promu l'italien au détriment du sarde, la langue a connu un déclin au cours du siècle dernier, puisque les personnes qui gardent effectivement le sarde sont progressivement devenues une petite minorité dans leur propre île (en fait, la plupart des Sardes sont aujourd'hui italianisés linguistiquement et culturellement, et on estime que seulement 10 % de la jeune population autochtone possède une certaine compétence active et passive dans la langue[102],[103]). Aucun effort n’a été fait pour enseigner le sarde à l’école[104], le nombre de personnes qui l’apprennent est en baisse ; presque 13 % des enfants ont appris le sarde grâce à leurs parents et grands-parents[105]. En l'absence de solution, la langue sarde pourrait mourir dans un laps de temps assez court : l'UNESCO place les deux branches de la langue sarde, le logudorais et le campidanais, parmi celles en sérieux danger de disparition (definitely endangered)[106].

La langue sarde commune (Limba Sarda Comuna ou LSC), forme scripturale de la langue sarde, a été créée dans le but de transcrire les nombreuses variantes du sarde parlé dans un standard unique et fut expérimentalement adoptée en 2006 par la Région Autonome de Sardaigne pour la rédaction de documents officiels ; il a donc un caractère co-officiel[107]. La LSC est utilisée de plus en plus pour certains articles de presse, sur Facebook et même par de nombreuses communes. De plus en plus, des cours d’écriture de sarde sont proposés gratuitement comme à Alghero (où des cours d’alguérois sont aussi proposés), à Sassari et à Cagliari[108]. Des cours de LSC[109] et des livres en sarde sont disponibles sur le site web de la Région Autonome de Sardaigne [110]. De nombreuses villes ouvrent même des offices de langue sarde pour faire exister la langue. Le CROS est un correcteur d’orthographe LSC mis en place par la région autonome de Sardaigne qui peut être téléchargé pour OpenOffice ou LibreOffice[111].

Noms de famille[modifier | modifier le code]

En Sardaigne, les noms de famille les plus portés dérivent de la langue sarde et sont Sanna (Dent[112]), Piras (poires[113]), Pinna (plume[114]) et Melis (Miel[115])[116],[117]. La plupart d'entre eux dérivent soit de toponymes sardes[118] (par exemple Fonnesu "de Fonni"[119], Busincu "de Bosa" etc.), de noms d'animaux[118] (par exemple Porcu "porc", Piga "pie"[120], Cadeddu "chiot" etc.) ou de la profession, surnom[121] (par exemple Pittau "Sebastian"[122], caractère distinctif (par exemple Mannu "grand"), et filiation (noms de famille se terminant par -eddu qui pourrait signifier "fils de", par exemple Corbeddu "fils/fille de Corbu"[122]) ; un certain nombre d'entre eux ont subi une italianisation au cours des siècles les plus récents (par exemple Pintori, Scano, Zanfarino, Spano, etc.)[123]. Certains noms de famille locaux dérivent également des termes du substrat paléo-sarde[119]. Le pourcentage le plus important de noms de famille provenant de l'extérieur de l'île provient de la Corse-du-Sud[124],[125] (comme Cossu[126], Cossiga[127], Alivesi et Achenza, originaires respectivement des villes d'Olivese et Quenza[128]), suivis de la péninsule italienne (surtout piémontais mais aussi campanien, sicilien et ligurien, issus du temps du règne savoyard et de la politique d'assimilation[129],[130] : certains d'entre eux ont été " sardisés ", comme Accardu, Calzinu, Gambinu, Raggiu, etc.[123]) et de l'Espagne (surtout catalans).

Les noms personnels sardes (comme Baínzu "Gavin", Bachis "Bachisius", Bobore "Salvator", Iroxi "Georges", Chìriga "Cyrica", Elianora "Eleanor", Boele "Raphael", Sidore "Isidore", Tiadora "Theodora", etc) ont été attestés dans le passé et étaient communs parmi les insulaires jusqu'à l'époque contemporaine, où ils sont entièrement passés au noms personnels italiens.

Religion[modifier | modifier le code]

La plupart des Sardes sont catholiques, on dénote aussi un nombre important d'athées et d'agnostiques, ainsi que la présence d’autres cultes, restant tout de même minoritaires. Notre « Signora di Bonaria » (Segnora de Bonaria) est la sainte patronne de la Sardaigne.

Costume traditionnel[modifier | modifier le code]

Richement colorés et ayant des formes variées et originales, les vêtements traditionnels de Sardaigne sont un symbole clair d'appartenance à des identités collectives spécifiques. Bien que le modèle de base soit homogène et commun dans l'ensemble de l'île, chaque ville ou village possède ses propres vêtements traditionnels les différenciant des autres.

Jusqu'au milieu du XXe siècle, le costume traditionnel représentait les vêtements de tous les jours dans la plus grande partie de la Sardaigne, mais même aujourd'hui dans diverses parties de l'île, il est possible de rencontrer des personnes âgées vêtues de ses costumes.

Représentation graphique des principaux composants des populations européennes et méditerranéennes en Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient.

Particularités génétiques[modifier | modifier le code]

Les Sardes, bien que faisant partie du pool génétique européen, sont différents des autres européens (avec les Basques, les Samis et les Islandais[131]) à cause de phénomènes particuliers que l’on peut observer d’habitude dans des populations isolées, comme l’effet fondateur et l’éloignement génétique. Les données semblent dire que les Sardes modernes descendent en grande partie des peuples issus des premières civilisations de l’âge de la pierre[83], avec une modeste contribution des apports génétiques étrangers au début de l'âge des métaux et des peuples colonisateurs de l'âge historique[132],[133]. Les chercheurs ont découvert que les Basques étaient la population génétiquement la plus proche des Sardes, et que cette similitude n'est pas due à l'influence des autres Espagnols des temps modernes[13]. Plusieurs études ont été menées sur la génétique de la population sarde, à la lumière de la façon dont ces particularités peuvent également permettre de poursuivre la recherche sur certaines pathologies auxquelles les Sardes semblent prédisposées[133],[134],[135], comme le diabète de type 1[136], la thalassémie et le favisme[137], la sclérose en plaques[138],[139] et la maladie cœliaque.

Certaines similitudes avec la population sarde, bien que limitées[140], ont été constatées chez les habitants de la Corse[141],[142].

Des comparaisons faites entre le génome des Sardes et celui des gens ayant vécu entre le Néolithique et le début du Chalcolithique, dans la zone alpine (comme Ötzi), allemande, suisse et hongroise ont montré des ressemblances notables entre les deux populations, cependant on peut voir des différences entre les échantillons préhistoriques et les mêmes habitants de ces zones géographiques[143]. De ce fait, on peut en déduire que, alors que l’Europe centrale et l’Europe du Nord ont subi d'importantes transformations à cause du mouvement des peuples post-néolithiques, venant de la périphérie orientale de l’Europe (steppes pontiques-caspienne), l’Europe du Sud et surtout la Sardaigne n’en ont pas beaucoup connu. Les Sardes et les Basques seraient les populations originelles datant de l'époque du néolithique en Europe occidentale[143] et s'étant le plus conservé génétiquement.

Une étude de 2016, publiée dans la revue Genetics, a retracé l'origine des Sardes en conjonction avec une race de chien de berger de l'île, le "berger sarde" ou "chien de Fonni", génétiquement isolée, localisant une lignée du Moyen-Orient et d'Europe centrale[144],[145],[146]. Une étude de 2018 par Llorente et autres a trouvé que les Sardes actuels sont la population la plus proche du génome du reflux ouest Eurasien vers la corne de l'Afrique dans les temps anciens[147]. Une étude réalisée en 2019 a estimé que le génome actuel de la Sardaigne provient à environ 61,4% de l'Anatolie néolithique, à 9,5% des chasseurs-cueilleurs occidentaux, à 19,1% du Ganj Dareh néolithique (Iran) et, enfin, à 10,0% des populations Yamnaya Samara[148].

À noter tout de même que les Sardes ne sont pas un peuple homogène du point de vue génétique : d’après les études, en effet, il existe de petites différences génétiques entre les différents villages de l’île[149] ; à ce propos, dans une région montagneuse comme l‘Ogliastra plus loin du reste de l’Europe par rapport aux plaines et aux zones côtières[150]. Selon une étude publiée en 2014, la diversité génétique de certains individus sardes de différentes régions de l'île est entre 7 et 30 fois supérieure à celle d'autres ethnies européennes vivant à des milliers de kilomètres les unes des autres, comme les Espagnols et les Roumains[151]. Un phénomène similaire est commun à certaines autres populations isolées, comme les groupes ladins vivant en Veneto et la région alpine[152],[153], où l'orographie locale ne facilite pas les communications intra régionales.

Cependant, alors qu'un très haut degré de différenciation génétique interindividuelle a été détecté à plusieurs reprises, d'autres études ont également indiqué qu'une telle variabilité ne se produit pas dans les principales macro-régions de l'île : une région sarde comme la Barbagia s'est avérée peu différente des régions côtières, comme celle de Cagliari et Oristano[133]. Une étude de Contu et al (2008) a trouvé un degré relativement élevé d'homogénéité génétique entre les individus sardes de trois régions différentes de l'île : la zone la plus septentrionale (Tempio, Gallura), une zone centrale (Sorgono, Barbagia de Mandrolisai) et la zone sud (Cagliari, Campidano)[154]. Une autre étude, basée sur le modèle de régression logistique multinomial, suggère encore un degré élevé d'homogénéité dans la population sarde[155].

L'étude SardiNIA en 2015 a montré, en utilisant la statistique de différenciation FST, une différenciation génétique claire entre les Sardes (séquence du génome entier de 2120 individus de toute l'île et particulièrement de la vallée de la Lanusei) et les populations italiennes continentales (1000 génomes), et a rapporté une différence encore plus grande entre les Sardes de la vallée de la Lanusei et les autres populations européennes. Ce modèle de différenciation est également évident dans les longueurs des haplotypes entourant les loci de variants rares, avec une longueur d'haplotypes similaire pour les populations sardes et une longueur plus courte pour les populations ayant un faible degré d'ascendance commune[156].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ancient DNA reveals genetic relationship between today’s Sardinians and Neolithic Europeans, Hudson Alpha Institute for Biotechnology
  2. Keller at al 2011, Nature
  3. Mathieson et al 2015, Nature
  4. supp. info (p.16)
  5. A Common Genetic Origin for Early Farmers from Mediterranean Cardial and Central European LBK Cultures, Olalde et al 2015, Molecular Biology and Evolution
  6. Gamba et al 2014, Genome flux and stasis in a five millennium transect of European prehistory, Nature
  7. Omrak et al 2016, Genomic Evidence Establishes Anatolia as the Source of the European Neolithic Gene Pool, Current Biology, Volume 26, Issue 2, p270–275, 25 January 2016
  8. Haak et al 2015, Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe
  9. supp. info (p.120)
  10. G. Vona, P. Moral, M. Memmì, M.E. Ghiani and L. Varesi, Genetic structure and affinities of the Corsican population (France): Classical genetic markers analysis, American Journal of Human Biology; Volume 15, Issue 2, pages 151–163, March/April 2003
  11. Grimaldi MC, Crouau-Roy B, Amoros JP, Cambon-Thomsen A, Carcassi C, Orru S, Viader C, Contu L. - West Mediterranean islands (Corsica, Balearic islands, Sardinia) and the Basque population: contribution of HLA class I molecular markers to their evolutionary history.
  12. Arnaiz-Villena A, Rodriguez de Córdoba S, Vela F, Pascual JC, Cerveró J, Bootello A. – HLA antigens in a sample of the Spanish population: common features among Spaniards, Basques, and Sardinians. – Hum Genet. 1981 ;58(3):344-8.
  13. a et b Genomic history of the Sardinian population, Nature
  14. <<Sardi: indigeni, qui in Sardinia nati sunt.>> Robert Estienne, 1583, Dictionarium, seu Latinae linguae Thesaurus, Robert Estienne, Q-Z, v.III
  15. a et b Sardinians - World Directory of Minorities
  16. Edelsward, Lisa-Marlene ; Salzman, Philip (1996). Sardinians - Encyclopedia of World Cultures
  17. Cole, Jeffrey. Ethnic Groups of Europe: An Encyclopedia, p. 321-325
  18. a et b Serra, Marcello (1978). Enciclopedia della Sardegna : con un saggio introduttivo intitolato Alla scoperta dell'isola, Pisa, Giardini editori e stampatori, p. 29: "Origine e carattere dei Sardi"
  19. <<Sull'origine del popolo sardo le fonti classiche non riescono a darci che poche e scarse notizie, la cui interpretazione non è affatto facile.>> Sanna, Natale (1986). Il cammino dei Sardi: storia, economia, letteratura ed arte di Sardegna, I, Ed.Sardegna, Cagliari, p. 19
  20. I.E.S. Edwards , C.J. Gadd , N.G.L. Hammond , E.Sollberger (edited by). 1970. The Cambridge Ancient History, Volume II, Part 2, Cambridge University Press, p. 369
  21. La stele di Nora contiene la lingua sarda delle origini, Salvatore Dedola
  22. Platonis dialogi, scholia in Timaeum (edit. C. F. Hermann, Lipsia 1877), 25 B, pag. 368
  23. M. Pittau, La Lingua dei Sardi Nuragici e degli Etruschi, Sassari 1981, pag. 57
  24. Sanna, Emanuele (2009). Nella preistoria le origini dei sardi, CUEC, Cagliari, p. 76
  25. Attilio Mastino, « L'iscrizione latina del restauro del tempio del Sardus Pater ad Antas e la problematica istituzionale »,
  26. Sallust, Historiae, II, fr.4
  27. Pausanias, Ελλάδοσ περιήγησισ, X, 17
  28. Silius Italicus, Punica, XII, 360
  29. Gaius Julius Solinus, Collectanea rerum memorabilium, IV, 1
  30. Isidore de Seville, XIV, Etymologiae, Thapsumque iacentem, 39
  31. E. De Rougè (1867), Révue Archéologique, XVI, p. 35 ff.
  32. F. J. Chabas (1872), Étude sur l'antiquité historique d'après les sources égyptiennes et les monuments réputés préhistoriques, impr. de J. Dejussieu (Chalon-sur-Saône), p. 191-192, 314
  33. Ugas, Giovanni (2017). Shardana e Sardegna : i popoli del mare, gli alleati del Nordafrica e la fine dei grandi regni (15.-12. secolo a.C.), Edizioni della Torre, Cagliari, p. 398-408
  34. Sardi in Dizionario di Storia (2011), Treccani
  35. Sardi in Enciclopedia Italiana (1936), Giacomo Devoto, Treccani
  36. Nuovo studio dell’archeologo Ugas: “È certo, i nuragici erano gli Shardana”
  37. Shardana, sardi nuragici: erano lo stesso popolo?, Entretien avec Giovanni Ugas
  38. Giovanni Lilliu: Prima dei nuraghi in La società in Sardegna nei secoli, pag. 9
  39. Fulvia Lo Schiavo -L'Italia preromana. Sardegna (2004)
  40. Manlio Brigaglia - Storia della Sardegna , pg. 48-49-50
  41. Giovanni Ugas - L'alba dei Nuraghi , pg.22-23-24
  42. Giovanni Ugas - L'alba dei Nuraghi, p. 241
  43. SardiniaPoint.it - Interview with Giovanni Ugas, archaeologist and professor of the University of Cagliari
  44. E. Matisoo-Smith et al., E. Matisoo-Smith, A. L. Gosling, D. Platt, O. Kardailsky, S. Prost, S. Cameron-Christie, C. J. Collins, J. Boocock, Y. Kurumilian, M. Guirguis, R. Pla Orquín, W. Khalil, H. Genz, G. Abou Diwan, J. Nassar et P. Zalloua, « Ancient mitogenomes of Phoenicians from Sardinia and Lebanon: A story of settlement, integration, and female mobility », PubMed Central, vol. 13, no 1,‎ , e0190169 (PMID 29320542, PMCID 5761892, DOI 10.1371/journal.pone.0190169, Bibcode 2018PLoSO..1390169M)
  45. Manlio Brigaglia, Attilio Mastino, Gian Giacomo Ortu (edited by). Storia della Sardegna, dalle Origini al Settecento, p. 41
  46. Casula, Francesco Cèsare (2017). La storia di Sardegna, I, Evo Antico Sardo : Dalla Sardegna Medio-Nuragica (100 a.C. c.) alla Sardegna Bizantina (900 d.C. c.), p.184
  47. Emmanuel Anati (ed. by). I sardi : la Sardegna dal paleolitico all'eta romana, Editrice Mediterranea, Cagliari, p.21
  48. «Neque ego, cum de vitiis gentis loquor, neminem excipio; sed a me est de universo genere dicendum, in quo fortasse aliqui suis moribus et humanitate stirpis ipsius et gentis vitia vicerunt. Magnam quidem esse partem sine fide, sine societate et coniunctione nominis nostri res ipsa declarat. Quae est enim praeter Sardiniam provincia quae nullam habeat amicam populo Romano ac liberam civitatem?» . Cicero, Pro Scauro
  49. Casula, Francesco Cèsare (2017). La storia di Sardegna, I, Evo Antico Sardo : Dalla Sardegna Medio-Nuragica (100 a.C. c.) alla Sardegna Bizantina (900 d.C. c.), p.186
  50. Attilio Mastino, « Natione Sardus: una mens, unus color, una vox, una natio », Rivista Internazionale di Scienze Giuridiche e Tradizioni Romane
  51. «..Nello stesso tempo i Sardi rimasti indipendenti sulle montagne smisero il loro iniziale atteggiamento ostile nei confronti dei Cartaginesi, dei quali divennero federati, come dimostra il fatto che essi non si sollevarono contro i Punici nel momento in cui Scipione prese Olbia (259 a.C.), ma anzi fecero causa comune con quelli. Ne sono indizio le numerose menzioni di trionfi romani su Cartaginesi e Sardi.» Gennaro Pesce, La vita quotidiana durante il periodo punico, in La società in Sardegna nei secoli, p. 52
  52. Andrea Roppa, Insularity and identity in the Roman Mediterranean, Oxbow Books, , 144–164 p.
  53. A. Mastino, Storia della Sardegna antica, p.173
  54. Manlio Brigaglia, Attilio Mastino, Gian Giacomo Ortu (edited by). Storia della Sardegna, dalle Origini al Settecento, p. 42
  55. Manlio Brigaglia, Attilio Mastino, Gian Giacomo Ortu (edited by). Storia della Sardegna, dalle Origini al Settecento, pp. 41, 43-45
  56. Contini & Tuttle, 1982: 171 ; Blasco Ferrer, 1989: 14
  57. Story of Language, Mario Pei, 1949
  58. Romance Languages: A Historical Introduction, Cambridge University Press
  59. Casula, Francesco Cèsare (2017). La storia di Sardegna, I, Evo Antico Sardo : Dalla Sardegna Medio-Nuragica (100 a.C. c.) alla Sardegna Bizantina (900 d.C. c.), pp. 255-269
  60. Francesco Cesare Casula - La Storia di Sardegna, pg.141
  61. «È da notare che questi nuovi venuti non hanno incontrato, probabilmente, alcun ostacolo o contrarietà nel prendere una nuova dimora in Sardegna, anche perché non rappresentavano una forza da combattere né un pericolo da temere, non erano dei conquistatori o invasori, ma dei semplici gruppi d'immigrati colà finiti dopo aver perso la patria, cioè semplici profughi. La loro tragedia ha annullato qualsiasi contrarietà sarda al loro stanziamento tra i Sardi nell'isola, ha agevolato la convivenza e col tempo la fusione con l'elemento autoctono.» Mohamed Mustafa Bazama, Arabi e sardi nel Medioevo, Cagliari, Editrice democratica sarda, , p. 52
  62. Mohamed Mustafa Bazama, Declino d'una grande e ricca Sardegna, Cagliari, Editrice democratica sarda, , p. 38-39
  63. Giuseppe Contu, « Sardinia in Arabic Sources. Annali della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere dell'Università di Sassari, Vol. 3 », , p. 290
  64. Manlio Brigaglia - Storia della Sardegna , pg.158
  65. Minority Rights Group International - Sardinians
  66. Stranieri nella Cagliari del XVI e XVII secolo dae “Los Otros: genti, culture e religioni diverse nella Sardegna spagnola”, Csteddu, 23 de abrile de su 2004.
  67. Antonio Budruni, Da vila a ciutat: aspetti di vita sociale in Alghero, nei secoli XVI e XVII
  68. a b et c Carlo Maxia, Studi Sardo-Corsi, Dialettologia e storia della lingua fra le due isole
  69. a et b Auguste Wahlen, Mœurs, usages et costumes de tous les peuples du monde : Europe, Bruxelles, librairie Historique-Artistique, 1844
  70. Stefano Musso, Tra fabbrica e società: mondi operai nell'Italia del Novecento, Volume 33, p.314
  71. Stefano Musso, Tra fabbrica e società: mondi operai nell'Italia del Novecento, Volume 33, p.316
  72. Quando i bergamaschi occuparono le case
  73. Il progresso sociale della Sardegna e lo sfruttamento industriale delle miniere - Sardegnaminiere.it
  74. a et b Roberto Almagia, « Sardegna, in Enciclopedia Italiana », Treccani,
  75. Veneti nel Mondo (Venetians in the World) - Anno III - numero 1 - Gennaio 1999
  76. E al ritorno conquistarono le terre abbandonate - La Nuova Sardegna
  77. ISTAT Numero medio di figli per donna per regione 2002-2005
  78. ISTAT Tassi generici di natalità, mortalità e nuzialità per regione 2002-2005
  79. - La popolazione straniera residente in Italia al 31º dicembre 2013
  80. a et b ISTAT
  81. Sardinia, Italy - Blue Zones
  82. Okinawa Exploration Backgrounds - Blue Zones
  83. a et b Francesco Cucca: “Caratteri immutati da diecimila anni, ecco perché la Sardegna è speciale” (di Elena Dusi) - Sardegna Soprattutto
  84. Sardinia Exploration Backgrounds - Blue Zones
  85. Susan Pinker: why face-to-face contact matters in our digital age - The Guardian
  86. The Scottish referendum: the view from Italy and Sardinia, Ilenia Ruggiu, Scottish Affairs 23.3 (2014): 407–414
  87. Gianmario Demuro, Ilenia Ruggiu et Francesco Mola, Identità e Autonomia in Sardegna e Scozia, Maggioli Editore, , 26–28 p. (ISBN 978-8838782435)
  88. L'esempio della Catalogna, i sardi sono più «identitari» - L'Unione Sarda; Sardi, i più «identitari», di Giuseppe Meloni; L’Unione Sarda, Fondazione Sardinia, 30.09.2015
  89. La Sardegna: lo stato delle cose fra “percepito” e ossatura reale, Istituto Ixè, Fondazione di Sardegna; Vissuto - identità, table n.44
  90. « L'Isola ha paura del futuro Fiducia solo sul turismo - Regione »,
  91. Giuseppe Sanna - L'emigrazione della Sardegna
  92. L'emigrazione sarda tra la fine dell' 800 e i primi del 900
  93. Il messagero sardo - Una piccola ma attiva colonia di sardi vive nello stato di Bahia
  94. Circoli sardi - Sardegnamigranti
  95. Roberto Bolognesi, The phonology of Campidanian Sardinian : a unitary account of a self-organizing structure, La Haye, Holland Academic Graphics
  96. Amos Cardia, S'italianu in Sardìnnia, Iskra
  97. Norme in materia di tutela delle minoranze linguistiche storiche, Parlement italien
  98. Bonamore, Daniele (2004). Lingue minoritarie, lingue nazionali, lingue ufficiali nella Legge 482/1999, Franco Angeli, Milano, pp.96-98
  99. Legislazione sulle altre minoranze linguistiche, Sardegna Cultura
  100. «come conseguenza dell’italianizzazione dell’isola – a partire dalla seconda metà del XVIII secolo ma con un’accelerazione dal secondo dopoguerra – si sono verificati i casi in cui, per un lungo periodo e in alcune fasce della popolazione, si è interrotta la trasmissione transgenerazionale delle varietà locali. [...] Potremmo aggiungere che in condizioni socioeconomiche di svantaggio l’atteggiamento linguistico dei parlanti si è posto in maniera negativa nei confronti della propria lingua, la quale veniva associata ad un’immagine negativa e di ostacolo per la promozione sociale. [...] Un gran numero di parlanti, per marcare la distanza dal gruppo sociale di appartenenza, ha piano piano abbandonato la propria lingua per servirsi della lingua dominante e identificarsi in un gruppo sociale differente e più prestigioso.» Gargiulo, Marco (2013). La politica e la storia linguistica della Sardegna raccontata dai parlanti, in Lingue e diritti. Lingua come fattore di integrazione politica e sociale, Minoranze storiche e nuove minoranze, Atti a cura di Paolo Caretti e Andrea Cardone, Accademia della Crusca, Firenze, pp. 132-133
  101. Language Maintenance and Shift in Sardinia: A Case Study of Sardinian and Italian in Cagliari, Maria Antonietta Marongiu, pag.127
  102. La Nuova Sardegna, 04/11/10, Per salvare i segni dell'identità – di Paolo Coretti
  103. (it) Luciano Piras, « Silanus diventa la capitale dei vocabolari dialettali », La Nuova Sardegna,‎ (lire en ligne)
  104. Lavinio, 1975, 2003
  105. La Nuova Sardegna, 04/11/10, Per salvare i segni dell'identità - di Paolo Coretti
  106. UNESCO Interactive Atlas of the World’s Languages in Danger
  107. Sardegna Cultura - Limba Sarda Comuna
  108. Corsi d´algherese, domande sino al 14 settembre - Alguer.it
  109. Limba Sarda Comuna - Norme linguistiche di riferimento
  110. Sardegna Digital Library
  111. Curretore regionale ortogràficu sardu in lìnia - Regione Autonoma de Sardigna
  112. « Le origini dei cognomi sardi, il primo Sanna aveva i canini affilati come zanne, Mauro Maxia »
  113. « Cognomi sardi. Piras, secondo nell'isola: le origini in villaggi dell'Ozierese e del Sulcis, Mauro Maxia »
  114. « I segreti dei cognomi. Cinquemila famiglie Pinna: tutto iniziò con la piuma e la penna di uno scrivano, Mauro Maxia »
  115. « Il cognome: Melis, dolce come il miele. La prima apparizione risale al 1200 nel Regno di Arborea, Mauro Maxia »
  116. I Sanna battono i Piras: è loro il cognome più diffuso in Sardegna. Ecco la classifica - La Nuova Sardegna
  117. Cognomi | I più diffusi in Sardegna per territorio - Sardinian Socio-Economic Observatory
  118. a et b Manconi, Lorenzo (1987). Dizionario dei cognomi sardi, Edizioni della Torre, p. 15
  119. a et b Rivista italiana di onomastica, Mauro Maxia, Cognomi sardi medioevali formati da toponimi
  120. « All'origine di Piga c'è la gazza non la lentiggine », La Nuova Sardegna
  121. Manconi, Lorenzo (1987). Dizionario dei cognomi sardi, Edizioni della Torre, p. 16
  122. a et b Pittau, Massimo, 2014. I cognomi della Sardegna: Significato e origine di 8.000 cognomi indigeni e forestieri, Ipazia Books
  123. a et b Manconi, Lorenzo (1987). Dizionario dei cognomi sardi, Edizioni della Torre, p. 12
  124. Le origini dei cognomi sardi, dai colori agli animali, La Nuova Sardegna
  125. Maxia, Mauro (2002). Dizionario dei cognomi sardo-corsi. Frequenze, fonti, etimologia, Condaghes, (ISBN 978-88-7356-005-0)
  126. « Cognomi sardi, Cossu: breve, antico e con un'infinità di complicazioni », La Nuova Sardegna
  127. « I segreti dei cognomi sardi: Cossiga è glorioso e raro. Ma l'accento andrebbe sulla o », La Nuova Sardegna
  128. « I segreti dei cognomi sardi: Achenza, viaggio dalla Corsica al Nord Sardegna », La Nuova Sardegna
  129. Manconi, Lorenzo (1987). Dizionario dei cognomi sardi, Edizioni della Torre, p. 13
  130. Bonamore, Daniele (2004). Lingue minoritarie, lingue nazionali, lingue ufficiali nella Legge 482/1999, Franco Angeli, Milano, p. 62-63
  131. Luigi Luca Cavalli-Sforza, Paolo Menozzi, Alberto Piazza - The History and Geography of Human Genes, 1994, Princeton University Press, p. 272
  132. Franco Germanà, L'uomo in Sardegna dal paleolitico all'età nuragica p. 202-206
  133. a b et c Genetica, malattie e caratteri dei sardi, Francesco Cucca - Sardegna Ricerche
  134. I dialoghi della scienza di Sardegna Ricerche: "I sardi hanno caratteristiche genetiche uniche"
  135. The sardinians' dna, a key to explain human illness
  136. Diabète sucré - Le Manuel MSD
  137. Floris, Giovanni (1998). L'uomo in Sardegna : aspetti di antropobiologia ed ecologia umana, Sestu, Zonza, Sull'evoluzione dei Sardi dalla Preistoria ad oggi, p. 13
  138. Epidemiology of multiple sclerosis in Northwestern Sardinia: further evidence for higher frequency in Sardinians compared to other Italians. Rosati G. et al., Neuroepidemiology. 1996 Jan-Feb;15(1):10-9.
  139. Multiple sclerosis complexity in selected populations: the challenge of Sardinia, insular Italy. Sotgiu S. et al., European Journal of Neurology, 2002, Jul;9(4):329-41.
  140. « Genome-wide analysis of Corsican population reveals a close affinity with Northern and Central Italy », Scientific Reports,
  141. « La distribution de quatorze marqueurs génétiques dans la population de l'île de Corse (France) », Société d'Anthropologie de Paris,
  142. « D'où viennent les Corses ? », Corse Net Infos
  143. a et b Genome flux and stasis in a five millennium transect of European prehistory
  144. Dayna L. Dreger, Brian W. Davis, Raffaella Cocco, Sara Sechi, Alessandro Di Cerbo, Heidi G. Parker, Michele Polli, Stefano P. Marelli, Paola Crepaldi and Elaine A. Ostrander, « Commonalities in Development of Pure Breeds and Population Isolates Revealed in the Genome of the Sardinian Fonni's Dog », Genetics,
  145. « Nel genoma del cane da pastore fonnese la storia dei sardi », La Nuova Sardegna,
  146. Jane Brackman, « Genome of Sardinian Sheepdog Provides Insight into Human Migration Patterns »
  147. M. Gallego Llorente et al., 2018, Ancient Ethiopian genome reveals extensive Eurasian admixture in Eastern Africa, Science
  148. Fernandes et al.,The Arrival of Steppe and Iranian Related Ancestry in the Islands of the 1 Western Mediterranean, 2019
  149. High Differentiation among Eight Villages in a Secluded Area of Sardinia Revealed by Genome-Wide High Density SNPs Analysis
  150. Genome-wide scan with nearly 700 000 SNPs in two Sardinian sub-populations suggests some regions as candidate targets for positive selection
  151. Il Dna sardo è il più vario d'Europa Ricerca sugli abitanti di Benetutti – Unione Sarda
  152. Italiani, i più ricchi in Europa … di diversità genetica – Uniroma
  153. Gli italiani sono il popolo con la varietà genetica più ricca d'Europa – La Repubblica
  154. D. Contu, L. Morelli, F. Santoni, J.W. Foster, P. Francalacci, F. Cucca (2008). Y-chromosome based evidence for pre-neolithic origin of the genetically homogenous but diverse Sardinian population; inference for association scans. PloS ONE, Jan 9, 3(1): e1430
  155. C Di Gaetano, G Fiorito, MF Ortu, F Rosa, S Guarrera, B Pardini, D Cusi, F Frau, C Barlassina, C Troffa, G Argiolas, R Zaninello, G Fresu, N Glorioso, A Piazza et G Matullo, « Sardinians genetic background explained by runs of homozygosity and genomic regions under positive selection », PLOS ONE, vol. 9, no 3,‎ , e91237 (PMID 24651212, PMCID 3961211, DOI 10.1371/journal.pone.0091237, Bibcode 2014PLoSO...991237D)
  156. Sidore, C., y colaboradores, « Genome sequencing elucidates Sardinian genetic architecture and augments association analyses for lipid and blood inflammatory markers », Nature Genetics, vol. 47, no 11,‎ , p. 1272–1281 (PMID 26366554, PMCID 4627508, DOI 10.1038/ng.3368)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historia de la isla de Cerdeña, por el caballero G. de Gregory, traducida al castellano por una sociedad literaria (1840). Barcelone, Imprenta de Guardia Nacional.
  • Giannetta Murru Corriga (1977). Etnia, lingua, cultura : un dibattito aperto in Sardegna, EDES
  • Amiram Gonen (1996). Diccionario de los pueblos del mundo. Anaya&Mario Muchnik.
  • Danver, Steven. Native peoples of the world - An Encyclopedia of Groups, Cultures, and Contemporary Issues.
  • Casula, Francesco Cesare (1994). La Storia di Sardegna. Sassari: Carlo Delfino Editore.
  • Brigaglia, Manlio, Giuseppina Fois, Laura Galoppini, Attilio Mastino, Antonello Mattone, Guido Melis, Piero Sanna, Giuseppe Tanda (1995). Storia della Sardegna. Sassari: Soter Editore.
  • Ugas, Giovanni (2006). L'Alba dei Nuraghi. Cagliari: Fabula Editore.
  • (en) Jeffrey Cole, Ethnic Groups of Europe: an Encyclopedia, ABC-CLIO, (ISBN 978-1-59884-302-6)
  • Contu, Ercole. I sardi sono diversi. Carlo Delfino Editore, 2014.
  • Onnis, Omar (2015). La Sardegna e i sardi nel tempo. Arkadia Editore.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]