Antonio Segni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio Segni
Image illustrative de l'article Antonio Segni
Fonctions
Sénateur à vie
4e président de la République italienne

(&&&&&&&&&&&&09402 ans, 6 mois et 25 jours)
Élection
Président du Conseil Amintore Fanfani
Giovanni Leone
Aldo Moro
Prédécesseur Giovanni Gronchi
Successeur Giuseppe Saragat
51e président du Conseil des ministres
Président Giovanni Gronchi
Gouvernement Segni II
Prédécesseur Amintore Fanfani
Successeur Fernando Tambroni
48e président du Conseil des ministres
Président Giovanni Gronchi
Gouvernement Segni I
Prédécesseur Mario Scelba
Successeur Adone Zoli
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sassari (Italie)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Rome (Italie)
Nationalité italienne
Parti politique Démocratie chrétienne
Conjoint Laura Carta Caprino
Religion Catholicisme romain

Antonio Segni
Président de la République italienne

Antonio Segni (né le à Sassari et décédé le 1er décembre 1972), était un juriste, universitaire et homme d'État italien du XXe siècle, président de la République de 1962 à 1964.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de l'ancienne noblesse originaire de Gênes, Antonio Segni exerça le métier d'avocat et de professeur de procédure civile à l'université. Il enseigna à Sassari (où il eut pour disciple, puis pour assistant, Salvatore Satta), Cagliari, Pavie, Pérouse et finalement à Rome. En 1919 il adhère au Parti populaire de Luigi Sturzo. En retrait pendant le fascisme, il est l'un des fondateurs de la Démocratie chrétienne en 1943. Élu député en 1946, et constamment réélu jusqu'à son accession à la présidence de la République en 1962, il est le chef de file de l'aile modérée de son parti. De 1944 à 1946 il est sous-secrétaire à l'agriculture. De 1946 à 1962 il est à plusieurs reprises ministre de l'Agriculture, de l'Instruction publique, de la Défense et des Affaires étrangères.

En tant que ministre de l'Agriculture, il est l'auteur d'une réforme radicale.

Président du Conseil du au et du au . Il est l'un des signataires du Traité de Rome instituant la Communauté économique européenne le .

Antonio Segni accède au poste de président de la République italienne le . Méfiant envers les communistes et la police, il demande l’élaboration d’un plan de lutte anti-subversion aux carabiniers, le plan Solo[1]. Atteint par un accident cérébral foudroyant le , il reste paralysé et démissionne le . Pendant sa maladie, les fonctions de Président de la République sont exercées par le président du Sénat Cesare Merzagora. Après sa démission il se retire de la vie publique.

Son fils Mario Segni est lui aussi un homme politique italien.

Mandats[modifier | modifier le code]

  • Ministre de l'Agriculture de 1946 à 1951
  • Ministre de l'Instruction publique de 1951 à 1953
  • Ministre de l'Instruction publique de 1953 à 1954
  • President du Conseil des ministres de 1955 à 1957
  • Ministre de la Défense de 1958 à 1959
  • Président du Conseil des ministres de 1959 à 1960
  • Ministre de l'Intérieur de 1959 à 1960
  • Ministre des Affaires étrangères de 1960 à 1962
  • Président de la République de 1962 à 1964
  • Sénateur à vie de 1964 à 1972

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alessandro Giacone, « Le « Plan Solo » : anatomie d’un « coup d’État » », Parlement[s] / N˚ 12, p. 67-86