Guerrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Détails de la Tapisserie de Bayeux.

Un guerrier est une personne spécialisée dans le combat ou la guerre, en particulier dans le contexte d'une société de culture guerrière tribale ou basée sur le clan qui reconnaît une classe ou une caste de guerriers distincte.

Dans les sociétés tribales dites primitives, tout homme en état de se battre se doit de défendre son clan en cas d'attaque. Les chasseurs-cueilleurs de la préhistoire peuvent être considérés comme les premiers guerriers de l'histoire.

C'est aussi la définition à laquelle répondent les mots « soldat », « militaire » et « mercenaire » avec pour ce dernier une connotation davantage vénale. Mais si tous ces personnages font effectivement la guerre, ils la font de manières différentes, pour des motifs différents et c'est ce qui explique cette diversité de termes.

Connotations positives du terme[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Jean-Joseph Carriès, Le Guerrier (avant 1884), plâtre patiné, musée des beaux-arts de Lyon.

Les origines des connotations de bonté, de code d'honneur, de puissance que véhicule le terme de guerrier peuvent s'expliquer d'après deux théories ; celle de Friedrich Nietzsche dans La généalogie de la morale et celle qui se rapproche des arts martiaux d'après le bushido : le code d'honneur des samouraïs (la « voie du guerrier » en japonais).

Pour Nietzsche, la force physique est la première manière d'acquérir le pouvoir car c'est la plus simple intellectuellement à mettre en œuvre. Donc ce sont les guerriers qui les premiers ont acquis le pouvoir. Nietzsche explique aussi que, forts de leur pouvoir, les puissants établirent (définirent) le sens des valeurs morales de « bien » et de « bon », de « mal » et de « mauvais ». Donc dans un premier temps les guerriers. Ce qui pourrait expliquer les connotations de « bon », de valeurs positives, attribuées au guerrier - étant donné que ce sont eux-mêmes qui les définirent en premier lieu.

Au Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bushido (code de vie).

Lorsque la période de paix Edo (1603-1867) succéda à l'époque des seigneurs guerriers au Japon, une nouvelle notion fit son apparition dans les arts martiaux de l'île : le budo ou « voie martiale » où « do » vient du chinois « tao » qui veut dire le chemin que vous empruntez dans la vie. Ainsi était né le bushido, la « voie du guerrier », qui visait à développer les attitudes mentales et des objectifs spirituels, à suivre une voie, une manière de vivre, un code d'honneur...

Le même phénomène se développa en occident avec les maîtres d'escrimes et le développement des arts martiaux. Les contes pour enfants vantant le courage et la loyauté des chevaliers ou des samouraïs amplifièrent encore l'image du guerrier saint aux valeurs pures, simples, irréprochables et dénuées de vices.

Communautés guerrières[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]