Porte-queue de Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Papilio hospiton

Papilio hospiton
Description de cette image, également commentée ci-après
« Porte-Queue de Corse »
(Papilio hospiton)
Muséum de Toulouse.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Lepidoptera
Famille Papilionidae
Sous-famille Papilioninae
Genre Papilio

Espèce

Papilio hospiton
Gené, 1839
Description de cette image, également commentée ci-après

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/06/2013

Le Porte-Queue de Corse (Papilio hospiton) est une espèce d'insectes lépidoptères (papillons) qui appartient à la famille des Papilionidae, à la sous-famille des Papilioninae et au genre Papilio

Description[modifier | modifier le code]

Le Porte-queue de Corse est un grand papillon de forme vaguement triangulaire possédant une queue qui prolonge sa quatrième nervure. Son envergure est de 35 à 40 mm. Il est reconnaissable à ses grands vols planés.

Sur un fond jaune clair il présente des dessins noirs et une bordure noire. Aux ailes postérieures la bande submarginale noire est ornée de taches bleues, et au niveau de la cellule anale un ocelle présente une tache bleue et une tache rouge réduite entourée de noir.

Chenille et chrysalide[modifier | modifier le code]

Les œufs sphériques, jaune citron, sont pondus isolément, ils éclosent en une semaine. La chenille semblable à celle du Machaon devient jaune ornée de macules noires sur chaque segment.

Elle se chrysalide sur la plante hôte.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Le Porte-Queue de Corse hiverne à l’état de chrysalide.

Il vole d'avril à juillet en une seule génération.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont des ombellifères et tout particulièrement Ferula communis, Peucedanum et Ruta corsica.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il n'est présent que dans les îles de Corse et Sardaigne[1]

En Corse il est présent dans les deux départements[2].

Biotope[modifier | modifier le code]

Maquis des régions montagneuses, jusqu'à 2 000 m.

Systématique[modifier | modifier le code]

Papilio hospiton a été décrit par l'entomologiste italien Carlo Giuseppe Gené en 1839[3].

  • La localité type est Tortoli, en Sardaigne.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Papilio hospiton ab. solaris Fischer, 1908[4]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Le Porte-queue de Corse se nomme Korsische Schwalbenschwanz en allemand, Corsican Swallowtail en anglais, Corsicaanse koninginnenpage en néerlandais.

Hybrides[modifier | modifier le code]

En Corse, 1 à 5 % des papillons du genre Papilio seraient des hybrides de Papilio hospiton et de Papilio machaon[5].

Le Porte-queue de Corse et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

Le Porte-Queue de Corse est une espèce protégée : il est inscrit sur la liste des insectes strictement protégés de l'annexe 2 de la Convention de Berne, sur la liste des insectes menacés d'extinction de l'annexe 1 de la Convention de Washington du , sur la liste des insectes strictement protégés de l'annexe II et de l'annexe IV de la Directive Habitats du Conseil de l'Europe concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages du et en France sur la liste rouge des insectes de France métropolitaine (arrêté du abrogeant l'arrêté du fixant la liste des insectes protégés sur le territoire français métropolitain)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lepinet
  2. INPN répartition
  3. Géné, 1839 Mem. Acad. Torin.: 43, pl. 2, f. 20-21
  4. Fischer, 1908 Soc. Ent. 23 (17) : 130
  5. fiche sur le Papilio hospiton
  6. INPN protection

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tristan Lafranchis, Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Biotope, coll. « Parthénope », (ISBN 9782951037922).
  • M.Chinery et P.Leraut Photoguide des papillons d'Europe Delachaux et Niestlé (ISBN 2-603-01114-6).
  • D.J. Carter & B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux & Niestlé Lausanne, 1988.