Jacques II d'Aragon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jacques II d'Aragon
Illustration.
Enluminure (détail) issue des Usatici et Constitutiones Cataloniae vers 1315-1325 (BnF, Latin 4670 A).
Titre
Roi de Sicile

(9 ans, 7 mois et 9 jours)
Prédécesseur Pierre III
Successeur Frédéric II
Roi d'Aragon

(36 ans, 4 mois et 15 jours)
Prédécesseur Alphonse III
Successeur Alphonse IV
Roi de Sardaigne et de Corse

(30 ans, 6 mois et 29 jours)
Prédécesseur création du titre
Successeur Alphonse Ier
Biographie
Dynastie Maison de Barcelone
Date de naissance
Lieu de naissance Valence
Date de décès (à 60 ans)
Lieu de décès Barcelone
Père Pierre III d'Aragon
Mère Constance de Hohenstaufen
Conjoint Isabelle de Castille
Blanche d'Anjou
Marie de Lusignan
Elisenda de Montcada

Jacques II d'Aragon dit « le Juste » (en catalan : Jaume El Just, en castillan : Jaime el Justo), né le à Valence et mort le à Barcelone, est roi de Sicile, puis roi d'Aragon, comte de Barcelone et roi de Valence. C'est le second fils de Pierre III d'Aragon et de Constance de Hohenstaufen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorsque Pierre d'Aragon conquiert la Sicile, il s'engage à que l'île ne soit pas rattachée à sa mort à la couronne d'Aragon. Ainsi laisse-t-il sur l'île, lorsqu'il retourne en Aragon, en 1283, sa femme, Constance, fille de Manfred de Sicile, et son deuxième fils Jacques dans l'optique d'une succession future. Il reçoit une éducation politique de sa mère et les conseils des Siciliens fidèles de la cour de son père : Jean de Procida, Roger de Lauria et Alaimo de Lentini[1].

Après la mort de son père, Jacques est couronné sous le nom de Jacques Ier roi de Sicile à Palerme en 1286. Le pape Honorius IV refuse de reconnaitre son titre, l'excommunie lui et sa mère, réaffirme l'interdit qu'avait jeter sur l'ile Martin IV au lendemain des Vêpres siciliennes, et convoque les deux évêques qui avaient présidé la cérémonie, ceux de Nicastro et de Céfalù[2].

Une flotte française et pontificale débarque au printemps 1287 sur la côté orientale, mais ne parvient pas à avancer puis est prise de revers par l'amiral Roger de Lauria qui capture 48 galères et de nombreux nobles français et provençaux[2].

En 1291, à la mort sans héritier de son frère aîné le roi d'Aragon Alphonse III d'Aragon, il n'abandonne pas totalement la Sicile à son jeune frère Frédéric, nommé vice-roi, pour devenir lui-même roi d'Aragon de 1291 à 1327.

Excommunié par Nicolas IV pour son refus de laisser le trône de Sicile, il l'abandonne par le traité d'Anagni signée le 12 juin 1295. Par cet accord, il s'engage également à libérer les fils de Charles II d'Anjou, d'épouser la fille de ce dernier, Blanche d'Anjou, tandis que l'un des fils de Charles, Robert, se marie à la sœur de Jacques, Violante. L'union entre Frédéric d'Aragon et Catherine de Courthenay également prévue par ce traité est refusée par la promise, offrant à Frédéric la possibilité de dénoncer l'accord et de se faire couronner roi de Sicile[3].

Jacques reçoit du pape Boniface VIII, à l'occasion de son mariage, la Corse et la Sardaigne[4]. En 1295, il occupe le royaume de Murcie aux dépens de la Castille, mais il doit rendre ce royaume en 1304 par la sentence arbitrale de Torrellas.

Il a un rôle important pour la gestion des biens et des personnes lors de la dissolution de l'ordre du Temple dans le royaume d'Aragon, le comté de Barcelone et le royaume de Valence, comme le détermine la bulle pontificale Ad providam du .

La conquête provisoire de la Murcie en 1295

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Jacques II d'Aragon se marie quatre fois :

Seule sa deuxième épouse, Blanche d'Anjou, lui donne dix enfants :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Yves Frétigné, Histoire de la Sicile, Pluriel / Fayard, 2018, p. 220.
  2. a et b John Julius Norwich, Histoire de la Sicile : de l'Antiquité à Cosa Nostra, Tallandier, 2018, p. 192-193.
  3. John Julius Norwich, Histoire de la Sicile : de l'Antiquité à Cosa Nostra, Tallandier, 2018, p. 196-197.
  4. Joseph Perez, Histoire de l'Espagne Fayard 1996 p. 99

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Péquignot, Au nom du roi : Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, Casa de Velazquez, , 640+205 p. (ISBN 978-84-96820-29-6, présentation en ligne).
  • (ca) Armand de Fluvià (préf. Josep M. Salrach), Els primitius comtats i vescomptats de Catalunya : Cronologia de comtes i vescomtes, Barcelone, Enciclopèdia catalana, coll. « Biblioteca universitària » (no 11), , 238 p. (ISBN 84-7739-076-2), p. 31-32.
  • (ca) Jaume Sobrequés i Callicó et Mercè Morales i Montoya, Contes, reis, comtesses i reines de Catalunya, Barcelone, Editorial Base, coll. « Base Històrica » (no 75), , 272 p. (ISBN 978-84-15267-24-9), p. 109-119.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]