Dominique Fernandez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fernández.
Dominique Fernandez
Description de cette image, également commentée ci-après

Dominique Fernandez, en 2009.

Naissance (87 ans)
Neuilly-sur-Seine
Activité principale
Écrivain, universitaire, académicien
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
Roman, essai, récit de voyage, guide

Œuvres principales

Dominique Fernandez, né le à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain, essayiste et grand voyageur français, membre de l’Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Ramon Fernandez, critique littéraire français d'origine mexicaine et collaborationniste[1], à qui il consacrera en 2009 son livre Ramon, et de Liliane Chomette, normalienne et professeur de lettres, née à Saint-Anthème (Puy de Dôme) le 1er avril 1901, et morte à Paris (15e) le 17 mai 1985[2].

Ancien élève de l'École normale supérieure[1] (promotion 1950 Lettres), il obtient l'agrégation d'italien en 1955 et devient deux ans plus tard professeur à l’Institut français de Naples. En 1968, il soutient sa thèse sur L’Échec de Pavese et obtient le titre de docteur ès lettres. Il est ensuite nommé professeur d’italien à l’université Rennes 2.

Il partage son temps entre son travail d'enseignant, l'écriture de ses livres et la rédaction de ses articles pour La Quinzaine littéraire, L'Express, la revue suisse d'art et de culture Artpassions ou le Nouvel Observateur. Il reçoit le Prix Médicis en 1974, pour Porporino ou les Mystères de Naples, histoire d'un castrat dans l'Italie du XVIIIe siècle. En 1982, son roman fondé sur la vie de Pasolini, Dans la main de l'ange, est couronné du Prix Goncourt[3]. Il est également membre du comité d'honneur de la Maison internationale des poètes et des écrivains de Saint-Malo[4].

À 77 ans, il est élu à l'Académie française le , au siège laissé vacant par le décès du professeur Jean Bernard, et reçu sous la Coupole le par Pierre-Jean Rémy[5].

Il est l'inventeur de la « psychobiographie[3] », qu'il définit comme l'étude de l'intercation entre l'homme et l'œuvre et de leur unité saisie dans ses motivations inconscientes[6]. Cette méthode est voisine de la « psychocritique », dite aussi « psychanalyse critique », de Charles Mauron. Grand voyageur, spécialiste de l'art baroque et de la culture italienne, Dominique Fernandez a ramené de ses nombreux voyages en Italie, en Bohême, au Portugal, en Russie, en Syrie, au Brésil ou en Bolivie des récits illustrés par le photographe Ferrante Ferranti, son compagnon durant quinze ans[1].

Il ne fait pas mystère de son homosexualité, révélée au public lors de la parution de Porporino ou les Mystères de Naples, en 1975, et sur laquelle il a notamment écrit dans son ouvrage L'Étoile rose (1978). En 1999, il prend la défense du PACS. Se qualifiant de « premier académicien ouvertement gay », il a fait figurer Ganymède sur le pommeau de son épée[1].

Il a été marié de 1961 à 1971 à Diane de Margerie avec qui il a eu un fils, Ramon Fernandez (prénommé comme son grand-père), et une fille, Laetitia.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Officier de la Légion d’honneur
  • Commandeur de l’ordre national du Mérite
  • Commandeur de l’ordre national de la Croix du Sud du Brésil
  • Officier de l’ordre national du Mérite roumain

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Édouard Launet, « Du père à l’épée », Libération, .
  2. "verstorben am 17. Mai 1985 - Paris 15, 75 Paris, 33 rue Olivier de Serres, Hôpital Saint Michel" en ligne
  3. a et b Notice biographique sur le site de l'Académie française.
  4. Dodik Jégou et Christophe Penot, La Maison internationale des poètes et des écrivains, Éditions Cristel, Saint-Malo, 2002, 57 p. (ISBN 2-84421-023-6)
  5. Étienne de Montety, « Dominique Fernandez reçu sous la Coupole », Le Figaro, 14 décembre 2007.
  6. L'Arbre jusqu'aux racines : psychanalyse et création, éditions Grasset, 1972.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :