Liste des abbayes en Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Liste des abbayes et monastères.

Cet article présente la liste des abbayes en Belgique, et reprend, pour chaque abbaye passée ou actuelle, sur le territoire de la Belgique, sa localisation précise, la date et les circonstances de sa fondation, son ordre religieux de rattachement et la situation actuelle de l'abbaye.

Les subdivisions de la Belgique sont les suivantes : Bruxelles-Capitale, Province d'Anvers, Flandre-Occidentale, Flandre-Orientale, Province de Limbourg, Brabant flamand, Brabant wallon, Province de Hainaut, Province de Liège, Province de Luxembourg.

Les abbayes mentionnées ci-dessous sont rattachées aux Chanoines réguliers de saint Augustin, à l'Ordre bénédictin, à l'Ordre cistercien, à l'Ordre cistercien de la stricte observance (Trappistes), à l'Ordre des Prémontrés, à l'Ordre des frères mineurs, à l'Ordre Teutonique, à l'Ordre du Temple, aux Frères des écoles chrétiennes, aux Chanoinesses du Saint-Sépulcre, aux Écoliers du Christ ou aux Dominicains.

Remarques :


Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Notre-Dame de Saint-Benoît d'Achel (village Achel, Hamont-Achel, Province de Limbourg)
    Il s'agit d'abord d'un ermitage depuis 1656, dont les ermites sont soumis à la règle bénédictine à partir de 1732. L'établissement est devenu trappiste, d'abord en tant que prieuré en 1839, puis comme abbaye en 1846. L'abbaye est toujours habitée par une communauté de moines qui en outre produisent la bière Achel. Ses bâtiments conventuels sont situés en Belgique mais le jardin se trouve presque entièrement aux Pays-Bas.
  • Abbaye d'Affligem (section Hekelgem, Affligem, Brabant flamand)
    Il s'agit d'abord d'un ermitage constitué par six chevaliers depuis 1062, devenu abbaye bénédictine en 1085. L'abbaye est supprimée en 1796 et ses moines expulsés. Après une refondation en 1870, l'abbaye compte aujourd'hui une vingtaine de moines.
  • Abbaye d'Aldeneik (Maaseik, Province de Limbourg)
    Cette abbaye de moniales bénédictines est fondée en 728. Elle est remplacée par un prieuré de chanoines augustins en 938, prieuré redevenu abbaye puisque dirigé par un abbé à partir de 952. De cette abbaye, il ne subsiste que l'abbatiale devenue église paroissiale.
  • Abbaye d'Argenton (section Lonzée, Gembloux, Province de Namur)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1229. Supprimée à la période révolutionnaire, l'église et le palais abbatial, notamment, ont été préservés et transformés pour être aujourd'hui le château-ferme d'Argenton. Le site est classé en 1992.

B[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Baudeloo (section Sinaai, Saint-Nicolas, puis Gand, Flandre-Orientale)
    À l'origine prieuré bénédictin fondé par Bauduin de Bovele, moine du Mont-Blandain, au niveau du hameau de Sinaai, le monastère devient une abbaye au début du XIIIe siècle. En 2016, l'abbaye, désaffectée, abrite la bibliothèque de la ville et l'athénée royal de Gand.
  • Abbaye de Beaurepart (Liège, Province de Liège)
    Cette abbaye est fondée au début du XIIIe siècle, pour l'Ordre des frères mineurs tout d'abord, puis pour l'Ordre teutonique en 1254, et enfin pour l'Ordre des Prémontrés en 1288 jusqu'en 1796. Elle est réaffectée au monde religieux en 1809, pour constituer un Grand séminaire et le palais épiscopal de Liège.
  • Abbaye de Bélian, dit aussi Abbaye de Bethléem (section Mesvin, Mons, Province de Hainaut)
    Cette abbaye est fondée en 1244 pour des chanoinesses augustiniennes. La chapelle du Bélian, refuge situé à Gand, associé à l'abbaye, après être devenue une banque, une école puis un institut d'architecture en 1976, accueille depuis, différentes expositions.
  • Abbaye de Bon Secours (Péruwelz, Province de Hainaut)
    Une abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1904 dans le Hainaut, mais l'établissement est vendu en 1981 et transformé en maison pour personnes handicapées. La communauté migre alors jusqu'à Péruwelz pour poursuivre son engagement spirituel après une refondation.
  • Abbaye de Boneffe (village Boneffe, Éghezée, Province de Namur)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1227, des moines cisterciens les remplaçant en 1461. En 2015, il ne reste, du site, plus guère que le palais abbatial, construit au XVIIIe siècle.
  • Abbaye Saint-Bernard de Bornem (Bornem, Province d'Anvers)
    Cette abbaye est fondée en 1836 par les moines de l'abbaye d'Hemiksem, par essaimage, affiliée de fait à l'ordre cistercien la même année. Elle est toujours en activité.
  • Abbaye Notre-Dame de Brialmont (section Tilff, Esneux, Province de Liège)
    C'est à l'origine un prieuré de moniales trappistines fondé en 1934 à Sorée. Il devient une abbaye des mêmes trappistines quand il déménage à Tilff en 1961. Cette abbaye regroupe en 2015 une vingtaine de moniales.
  • Abbaye Saint-Gérard de Brogne (village et section Saint-Gérard, Mettet, Province de Namur)
    Cette abbaye bénédictine est fondée en 923 par Gérard de Brogne qui est devenu prêtre dans cette optique de fondation. Au XXe siècle, l'église et le cloître sont démolis pour permettre le tracé d’une route. En 2015, une association loue les locaux de l'ancien palais abbatial et en a fait un centre d’expositions, de séminaires et autres activités culturelles.
  • Abbaye Sainte-Godelieve de Bruges (Bruges, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye, dévastée lors de la révolution française, a retrouvé ses moniales en 1808, mais a fermé ses portes en 2013, les quelques moniales très âgées s'étant retirées à Gistel. Une association, qui s'occupe du monastère, détient quelques œuvres d'art significatives : la châsse de sainte Godelieve (XVIe siècle), des tableaux anciens, du mobilier de diverses époques et une bibliothèque de livres anciens.

C[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Cortenbergh (Cortenbergh, Brabant flamand)
    Cette abbaye de moniales bénédictines est fondée en 1090. Elle existe toujours, et on peut y voir aujourd'hui, en 2019, un corps de logis aux allures de château.

D[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Dieleghem (d'abord section Wolvertem, Meise, puis Jette, Bruxelles-Capitale)
    Cette abbaye est fondée en 1095 sur des terres situées en partie à Wolvertem. Elle est à l'origine augustinienne puis, en 1210, à la suite du déménagement à Jette, elle devient prémontrée. Aujourd'hui, elle est en grande partie détruite, seule la demeure abbatial subsiste, ainsi que le presbytère, restauré, qui abrite un musée communal.

E[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Saint-Sauveur d'Eename (Audenarde, Flandre-Orientale)
    En 1054, la localité d'Eename — aujourd'hui faubourg d'Audenarde —, constituée de fortifications érigées contre la France par l’empereur germanique Otton Ier, est rasée et annexée à la Flandre. À l’emplacement d’Eenaeme, afin de pacifier la région, du temps de Baudouin V, on érige un cloître jouxtant le portus d'Audenarde, qui devient une abbaye de moines bénédictins en 1063.
  • Abbaye d'Épinlieu (près de Mons, Province de Hainaut)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1216. L'ancien quartier abbatial, daté 1725, est aujourd'hui le siège de l'Académie des beaux-arts de Mons.
  • Abbaye d'Eversham (section Oostvleteren, Vleteren, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye n'existe plus aujourd'hui.

F[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Flône (section Flône, Amay, Province de Liège)
    C'est d'abord un couvent fondé en 1075 par trois frères laïcs désirant se retirer du monde. Il devient une abbaye de chanoines augustins en 1189. Aujourd'hui, le site comprend des écoles primaire et secondaire regroupant plus de 1200 élèves.
  • Abbaye de Floreffe (Floreffe, Province de Namur)
    Fondée en 1121 par Norbert de Xanten, cette abbaye de chanoines se rattache à l'Ordre des Prémontrés. Le site abrite aujourd'hui un Petit séminaire. Les bâtiments historiques, qui sont classés et appartiennent au patrimoine majeur de Wallonie, sont utilisés pour de nombreuses activités culturelles et commerciales : des concerts dans l’église, des festivals, des expositions, des foires et des brocantes.
  • Abbaye de Florennes (Florennes, Province de Namur)
    Des religieux conduits par Gérard, chanoine à la cathédrale de Reims et fils du seigneur de Florennes, s’installent vers 1010 à Florennes. Vers 1025, le monastère présent est cédé aux bénédictins, l'année 1027 étant considérée comme l’année de fondation de la nouvelle abbaye. Il n'en reste aujourd'hui que quelques vestiges.
  • Abbaye de Forest (Forest, Bruxelles-Capitale)
    À l'origine, il s'agit d'un prieuré de moniales nobles bénédictines, fondé en 1105, qui est élevé au rang d'abbaye en 1239. Aujourd'hui, le site abrite un centre culturel pour séminaires, banquets et expositions.

G[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Saint-Bavon de Gand (Gand, Flandre-Orientale)
    C'est d'abord un monastère bénédictin fondé à l'époque mérovingienne, au milieu du VIIe siècle, par saint Amand. L'abbaye qui en est issue connaît une grande prospérité tout au long du Moyen Âge. Elle est aujourd'hui en ruines, ses vestiges ayant été découverts en 1830 au moment du démantèlement des bâtiments militaires qui figuraient en surface, citadelle édifiée par Charles Quint en 1536.
  • Abbaye Saint-Pierre de Gand (Gand, Flandre-Orientale)
    Le monastère bénédictin d'origine, fondé dans la seconde moitié du VIIe siècle, a donné naissance à une abbaye, aujourd'hui partiellement détruite. Son église est devenue paroissiale et ce qui reste de l'abbaye abrite un Centre d’art et de Culture et le Musée didactique Michel Thiery.
  • Abbaye de Géronsart (section Jambes, Namur, Province de Namur)
    Le prieuré de chanoines réguliers de saint Augustin, fondé en 1128, est devenue abbaye en 1617, laquelle subie la réforme génovéfaine à partir de 1646. La Révolution française atteint la région de Meuse. L'abbaye est alors supprimée. De nombreux propriétaires se succèdent aux XIXe et XXe siècles, l'abbaye devenant une filature après démolition du cloître et d'une partie de l'église. Aujourd'hui le palais abbatial est le château de Géronsart, et la ferme est réaménagée en appartements.
  • Abbaye de Ghislenghien (section Ghislenghien, Ath, Province de Hainaut)
    Le monastère de moniales bénédictines est fondé par Ide de Chièvres vers 1126. Il est élevé au rang d'abbaye en 1132. Cette abbaye se rattache à l'Ordre cistercien en 1481. Il ne reste principalement aujourd'hui qu'un pavillon de la haute-cour, deux longs corps parallèles de la basse-cour et des tronçons du mur d'enclos.
  • Abbaye Sainte-Godelieve de Gistel (Gistel, Flandre-Occidentale)
    Un monastère bénédictin est fondé au XIe siècle par la fille de Godelieve. Du monastère d'origine est né un prieuré en 1891, élevé au rang d'abbaye en 1934 ayant abrité neuf moniales jusqu'en 2007. Depuis cette date, l'abbaye est occupée par des religieux (hommes et femmes) de la nouvelle congrégation de droit diocésain Mère de la Paix.
  • Abbaye Sainte-Wivine de Grand-Bigard (village Grand-Bigard, Dilbeek, Brabant flamand)
    Cette abbaye bénédictine est fondée en 1133. Ses bâtiments appartiennent aujourd'hui à l'ordre des Frères des écoles chrétiennes.
  • Abbaye de Grandpré (section Faulx-les-Tombes, Gesves, Province de Namur)
    Une simple ferme existe au XIIe siècle à l'endroit où sera édifié, en 1231, un prieuré cistercien. L'abbaye, qui est issue de ce prieuré, voit le jour à une date inconnue. Aujourd'hui, l'abbaye est passée dans le domaine privé et ne se visite pas. Les bâtiments sont restaurés et bien entretenus.
  • Abbaye de Groeninge (Courtrai, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1237 à Marke, puis transférée successivement à Groeninghe en 1265, puis à Courtrai en 1583. Elle abrite de nos jours deux musées, l'un, Courtrai 1302, concernant la Bataille des Eperons d'or et l'autre, concernant l'histoire de la ville de Courtrai.

H[modifier | modifier le code]

  • Abbaye d'Hastière (section Hastière-par-delà, Hastière, Province de Namur)
    Cette abbaye, fondée par le comte Wigéric de Namur, est citée dans une charte de 911. Il en subsiste aujourd'hui l'église de style roman, de la typique architecture mosane post-carolingienne, construite en 1033. Son chœur (1264) est, par contre, de style gothique.
  • Abbaye de Herkenrode (section Kuringen, Hasselt, Province de Limbourg)
    Fondée en 1182, l'abbaye est rattachée à l'Ordre cistercien en 1217. Fermée en janvier 1797, les moniales sont dispersées et les bâtiments sont vendus. Cela étant, à partir de 1972, des bâtiments de l'abbaye servent de logement provisoire à une communauté de chanoinesses du Saint-Sépulcre, lesquelles ont érigé notamment une église et un autre couvent. Depuis 1974, les bâtiments et les terrains environnants sont protégés au titre des monuments historiques et du paysage.
  • Abbaye Sainte-Agathe de Hocht (lieu-dit de Hocht, Lanaken, Province de Limbourg)
    L'abbaye de moines cisterciens est fondé en 1182, puis est devenue une abbaye de moniales cisterciennes en 1217. Elle se sécularise au fil des siècles pour devenir simple couvent de dames nobles. L'abbaye est supprimée à la Révolution française. Son palais abbatial, un bâtiment du XVIIIe siècle, est connu aujourd’hui comme le château de Hocht.
  • Abbaye d'Houtem (section Houtem, Furnes, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye possédait un presbytère prémontré datant de 1686, mais elle a aujourd'hui complètement disparu.

J[modifier | modifier le code]


L[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de La Byloke (Gand, Flandre-Orientale)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1215. Dès son origine, l'abbaye est également responsable d’un hôpital. Lorsque les moniales doivent quitter leur abbaye en 1797, les bâtiments continuent à être utilisés comme hôpital et hospice, de 1805 à 1911. Les bâtiments de l'ancienne abbaye abritent aujourd'hui le musée de la Bijloke et un centre de musique. L’ensemble est classé au patrimoine immobilier de Belgique.
  • Abbaye de La Nouvelle-Plante (Ypres, mais établie à l'origine à Roesbrugge, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye établie à l'origine à Roesbrugge et transférée ensuite à Ypres, en 1558, existe sous le patronage de Notre-Dame. Elle est vendue comme bien national en 1798, rebâtie au milieu du XIXe siècle, détruite au cours de la Première Guerre mondiale, et réédifiée de 1921 à 1928, selon les plans de l'architecte bruxellois Camille Damman. Elle est toujours en activité en 2015.
  • Abbaye de La Paix de Jésus (Blandain, Province de Hainaut)
    Il s'agit d'abord d'un prieuré bénédictin fondé en 1904, devenu une abbaye moderne en 1912, et toujours en activité.
  • Abbaye de Lavacherie-sur-Ourthe (section Lavacherie, Sainte-Ode, Province de Luxembourg)
    Le souvenir de cette abbaye, qui passe pour avoir été fondée par sainte Ode, est assuré par la présence d'une chapelle accrochée à flanc de coteau, élevée en l'honneur de la « Bonne-Dame », c'est-à-dire sainte Ode.
  • Abbaye Saint-Pierre de Lo (Lo, Flandre-Occidentale)
    Fondée vers 1200, cette abbaye eut une vie spirituelle et intellectuelle intense. Les abbés, de l'ordre des chanoines réguliers de saint Augustin, portèrent le titre de comte. Dévastée tour à tour par les Gantois, les Anglais, les Gueux, puis les Espagnols, elle ne survit pas à la révolution française. Il en reste aujourd'hui une abbatiale type halle-kerk et un colombier imposant.
  • Abbaye Sainte-Gertrude de Louvain (Louvain, Brabant flamand)
    Cette abbaye bénédictine est fondée en 1202 par le duc Henri II de Brabant. Elle possède un beau cloître. Son église est aujourd'hui devenue paroissiale.

M[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Saint-Berthuin de Malonne (section Malonne, Namur, Province de Namur)
    De cette ancienne abbaye, il reste l'abbatiale devenue l'église paroissiale Saint-Berthuin, classée en 1962. Construite aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle est d'inspiration baroque. Il subsiste aussi la cour d'honneur de l'abbaye, toute proche de l'église paroissiale, délimitée par d'harmonieux bâtiments classiques érigés au XVIIe siècle et dont les deux ailes principales sont connues sous les noms de quartiers de l'abbé Farsy et de l'abbé Bonvoisin.
  • Abbaye de Marche-les-Dames (section Marche-les-Dames, Namur, Province de Namur)
    Cette abbaye se situe sur un ruisseau qui se jette directement dans la Meuse, sur sa rive gauche. Fondée en 1103, la communauté de moniales se rattache à l’ordre cistercien un siècle plus tard. L’abbaye est officiellement supprimée en 1796. Ses bâtiments sont ensuite utilisés par différentes œuvres ou associations de l’Église. Depuis septembre 2014, l'ancienne abbaye regroupe des prêtres de la Fraternité des Saints Apôtres et de futurs prêtres en formation.
  • Abbaye des carmes du Saint Désert de la Marlagne (section Wépion, Namur, Province de Namur)
    C'est une ancienne abbaye dont il reste une chapelle, un porche monumental (XVIIe siècle), un corps de logis Renaissance, une ferme et une grange. Des Bénédictines s'installèrent à l'abbaye en 1919 avant de se fixer définitivement à Ermeton-sur-Biert.
  • Abbaye de Messines (Messines, Flandre-Occidentale)
    Sous l'église de Messines reconstruite après la Première Guerre mondiale, on découvre la crypte romane de cette ancienne abbaye bénédictine. La crypte date de 1065. D'autres bâtiments restaurés, modifiés et aménagés, abritent aujourd'hui un pensionnat.
  • Abbaye de Mirwart (section Mirwart, Saint-Hubert, Province de Luxembourg)
    Il existait jadis une abbaye, à présent effacée du paysage.
  • Abbaye du Val des Écoliers de Mons (Mons, Province de Hainaut)
    Cette abbaye est fondée par les Écoliers du Christ. La tour de l'ancienne abbaye, élevée de 1739 à 1743 par Nicolas de Brissy, est remarquable.
  • Abbaye de Moulins-Warnant (Anhée, Province de Namur)
    Il s'agit d'une abbaye cistercienne située au bord de la Molignée et près de son embouchure dans la Meuse. D'abord fondée en 1233 comme abbaye de moniales, elle est ensuite confiée à des moines, en 1414. Elle est supprimée en 1785 car qualifiée d'inutile par les lois anti-religieuses de Joseph II. Le site est devenu aujourd'hui à la fois une demeure privée, un lieu de séminaires et de banquets, et un gite.
  • Abbaye de Munsterbilzen (section Munsterbilzen, Bilzen, Province de Limbourg)
    C'est, à l'origine, un monastère de moniales bénédictines datant de l’époque mérovingienne, fondée en 670 par sainte Landrade. L'abbaye se sécularise au cours des siècles. La tour de l'abbatiale est aujourd'hui le clocher de l'église paroissiale de Munsterbilzen. La résidence de l’abbesse et l’ancienne école abbatiale ont aujourd'hui d’autres destination. D'autres bâtiments de l'ancienne abbaye ont été aménagés en institut. Un modeste musée réunit divers souvenirs.

N[modifier | modifier le code]

  • Abbaye du Neufmoustier (quartier Neufmoustier, Huy, Province de Liège)
    Un prieuré est fondé par Pierre l'Ermite pour une communauté religieuse qui s'est établie, vers 1100, au Neufmoustier, un quartier alors marécageux. La communauté a adopté la règle de saint Augustin en 1133, puis les chanoines augustins ont pu élever le prieuré en abbaye en 1208. L'abbaye ferme ses portes en 1797.
  • Abbaye du Nouveau-Bois (Lokeren puis section Gentbrugge, Gand, Flandre-Orientale)
    Cette abbaye est fondée en 1215 par une communauté de femmes pieuses ayant choisi la vie cistercienne. Du fait de l'insalubrité de l'établissement à Lokeren, elle déménagèrent à Gentbrugge. L'abbaye fut reconstruite plusieurs fois, d'abord en 1474, puis en 1578 du fait de sa destruction par les Calvinistes. Supprimée définitivement en 1809, le site a conservé son église ainsi que ses bâtiments claustraux.
  • Abbaye de la Nouvelle-Plante (Roesbrugge puis Ypres, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye existe sous le patronage de Notre-Dame. Établie à l'origine à Roesbrugge, elle est transférée à Ypres en 1588. Vendue comme bien national en 1798, rebâtie au milieu du XIXe siècle, détruite au cours de la Première Guerre mondiale, elle a été réédifiée de 1921 à 1928 selon les plans de l'architecte bruxellois Camille Damman.
  • Abbaye de Nieuwenbos (Gand, Flandre-Orientale)
    Cette abbaye s'implante à Lokeren en 1215 et devient cistercienne. Détruite par les gueux en 1578, les moniales se dispersent et se regroupent à Gand. Elles reconstruisent l'abbaye dans l'enceinte de la ville à partir de 1584. L'abbaye est supprimée par la Révolution en 1796.
  • Abbaye de Nivelles (Nivelles, Brabant wallon)
    C'est, à l'origine, une abbaye de moniales fondée vers 648 par la veuve de Pépin de Landen, Itte Idoberge avec le concours de l'évêque Saint Amand. L'abbaye abrite, un temps, une communauté double dirigée par un abbé et une abbesse. Au IXe siècle, commence un processus de sécularisation, et au XIIe siècle, toutes les chanoinesses sont nobles. On peut visiter le sous-sol archéologique de l'ancienne abbatiale, devenue collégiale. Le cloître attenant, de style romano-gothique est du XIIIe siècle.

O[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de l'Olive (Morlanwelz, Province de Hainaut)
    Cette abbaye est fondée en 1218. Ses ruines reposent désormais dans le bois de Mariemont.
  • Abbaye d'Orp-le-Grand (section Orp-le-Grand, Orp-Jauche, Brabant wallon)
    Cette abbaye est fondée dans les dernières années du VIIe siècle, il n'en reste aujourd'hui que des fondations peu visibles.
  • Abbaye Notre-Dame d'Orval (section Villers-devant-Orval, Florenville, Province de Luxembourg)
    Le site de l'abbaye est occupé dès l'époque mérovingienne. Tour à tour, à cet endroit, se dresse une chapelle au Xe siècle, un prieuré bénédictin en 1070, puis la toute première abbaye cistercienne dans la région en 1131. Les moines sont chassés lors des troubles qui suivent la Révolution française. Les bâtiments sont détruits et abandonnés. L'abbaye est reconstruite et la tradition monastique relevée, en 1926 par un groupe de moines trappistes, le statut d'abbaye étant rendu en 1936.
  • Abbaye d'Oudenburg (Oudenburg, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye de moines bénédictins est fondé en 1084 par Arnoult de Soissons. Elle subsista jusqu'en 1797, vendue l'année suivante comme bien national et partiellement détruite par son acquéreur.

P[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Notre-Dame de Piété (Poperinge, Flandre-Occidentale)
    C'est, à l'origine, un prieuré de moniales bénédictines fondé en 1635. L'institution est désertée en 1797, devient un pensionnat en 1800, puis est relevée en abbaye en 1805. L'établissement est toujours en activité en 2015.
  • Abbaye de Postel (hameau Postel, Mol, Province d'Anvers)
    Le bâtiment est érigé vers 1135 par un gentilhomme, Postrade d'Altena. Les moines de l'abbaye de Floreffe reçoivent Postel en donation en 1138, et y fondent un prieuré. Avant d'obtenir le statut d'abbaye en 1618, Postel devient prévôté, en 1613. Après la Révolution française, en 1797, les chanoines norbertins sont chassés de l'abbaye, pour n'y retourner qu'en 1847. Depuis, l'abbaye a été restaurée et elle abrite toujours une communauté religieuse.

R[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de la Ramée (section Jauchelette, Jodoigne, Brabant wallon)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée vers 1215. Elle est supprimée et déclarée bien national en 1796 par le pouvoir révolutionnaire français. Les 28 moniales sont alors expulsées. Il ne subsiste aujourd'hui de l'ensemble du domaine que la ferme, le reste ayant été démoli après 1796. La Ramée est un site privé qui accueille des événements culturels, commerciaux et familiaux.
  • Abbaye de Robermont (Liège, Province de Liège)
    Cette abbaye de moniales cisterciennes est fondée en 1015. Elle est vendue aux ex-religieuses à la suite de la Révolution française. Les terrains de l'ancienne abbaye accueillent aujourd'hui le cimetière de la ville de Liège.

S[modifier | modifier le code]

  • Abbaye du Sacré-Cœur (quartier Steenbrugge, Bruges, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye est fondée en 1878. Elle est toujours en activité, les orgues situés dans l'abbatiale étant remarquables.
  • Abbaye de Saint-Bernard-sur-l'Escaut ou de Lieu-Saint-Bernard (Hemiksem, Province d'Anvers)
    Cette abbaye de moines cisterciens est fondée en 1243 sur la rive droite de l'Escaut. Elle est, du XIIIe au XVIIIe siècles, une des abbayes les plus vastes et les plus florissantes des Pays-Bas. Supprimée lors des troubles consécutifs à la Révolution française, ses bâtiments, qui remontent aux XVIIe et XVIIIe siècles, convertis un temps en domaine militaire, abritent désormais un centre administratif communal et deux musées.
  • Abbaye de Saint-Ghislain (Saint-Ghislain, Province de Hainaut)
    Un monastère est fondé, vers 650, sur la Haine, par saint Ghislain, ermite d'origine franque. Ce monastère devient une abbaye de moines bénédictins au Xe siècle. La ville se développe autour de l’abbaye, qui est supprimée en 1796, ayant donné naissance à un hôpital-couvent et à un centre culturel municipal.
  • Abbaye de Saint-Médard (Tournai, Province de Hainaut)
    C'est une abbaye dont le nom remplace aujourd'hui le nom de l'ancienne abbaye Saint-Nicolas-des-Près.
  • Abbaye de Saint-Sixte (Westvleteren, Flandre-Occidentale)
    C'est le premier monastère de tradition cistercienne à ouvrir ses portes dans la Belgique nouvellement indépendante. Ce prieuré de moines trappistes, fondé en 1831, est érigé en abbaye en 1871. La communauté compte en 2015 une trentaine de moines. Elle produit la bière Trappiste Westvleteren, classée meilleure bière du monde en 2005, vendue exclusivement dans le magasin de l'abbaye.
  • Abbaye Saint-Victor (Huy, Province de Liège)
    Il s'agit d'une abbaye fondée au XIIe siècle par des Bénédictines et vendue comme bien national en 1798. Le bâtiment principal date de 1724 et, parfaitement restauré, il abrite une école d'architecture. Il est précédé d'un porche monumental de la même année.
  • Abbaye Sainte-Wivine (ou abbaye de Grand-Bigard) (section Grand-Bigard, Dilbeek, Brabant flamand)
    C'est à l'origine, en 1133, un prieuré de moniales bénédictines situé à Grand-Bigard, qui devient une abbaye en 1548. L'ordre est dissout par l'autorité française en 1796. L'abbatiale est alors détruite et le reste des bâtiments vendus. Les vestiges de l'abbaye — tels l'actuelle chapelle Wivine — et le mur d'enceinte sont classés depuis 1996. Ils sont actuellement partiellement occupés par une agence de publicité.
  • Abbaye de Salzinnes (ou abbaye du Val-Saint-Georges de Salzinnes) (village Salzinnes, Namur, Province de Namur)
    Il s'agit d'une abbaye de moniales cisterciennes fondée au début du XIIIe siècle dans la plaine de Salzinnes, à l’ouest de Namur, en bord de Sambre. L'abbaye est supprimée à la fin du XVIIIe siècle. Il n’en reste presque aucune trace sinon dans de riches archives conservées à Namur, et dans la toponymie de Salzinnes (rue de l’abbaye). On peut voir, cela dit, un portail de ferme en plein cintre restauré lors de la construction du grand séminaire du diocèse de Namur.
  • Abbaye du Saulchoir (section Kain, Tournai, Province de Hainaut)
    C'est une abbaye de moniales cisterciennes fondée en 1233 à proximité du Melles, sous le nom de Notre-Dame du Sart. Elle disparaît en 1797, lors des troubles de la période révolutionnaire. Des pères dominicains français en exil occupent les lieux de 1904 à 1939 et en font leur maison de formation théologique.
  • Abbaye de Sinnich (section Teuven, Fourons, Province de Limbourg)
    C'est une abbaye de chanoinesses fondée en 1243, au sein de l'ordre des Chanoines réguliers de saint Augustin. Son origine est un prieuré de 1151. Le bâtiment principal de l'ancienne abbaye a été converti en château.
  • Abbaye de Soignies (Soignies, Province de Hainaut)
    Abbaye fondée vers 640.
  • Abbaye Notre-Dame de Soleilmont (Fleurus, Province de Hainaut)
    C'est une abbaye de moniales dont la fondation en 1188 n'est pas authentifiée, mais dont le rattachement à l'Ordre cistercien-trappiste date de 1237. Elle est située aujourd'hui dans les bois dit du Roy, près de Charleroi. Les religieuses sont expulsées de leur abbaye en 1796, mais la communauté se relève dès 1802, du bouleversement provoqué par le régime révolutionnaire français. Au 1er janvier 2009, l'abbaye compte 32 moniales, qui confectionnent notamment des vêtements liturgiques.
  • Abbaye de Solières (section Ben-Ahin, Huy, Province de Liège)
    C'est une communauté de moniales augustiniennes fondée à la fin du XIIe siècle sur les hauteurs de Meuse, entre Andenne et Huy, dans la vallée de la Solières. Elle se rattache à l'ordre cistercien peu après par la refondation de l'abbaye, en 1229. Cette dernière est supprimée en 1795. Le palais abbatial s’appelle aujourd’hui ‘Château de l'Abbaye de Solières’, l’ensemble des bâtiments et les alentours étant classés au patrimoine immobilier de Wallonie en 1984.

T[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Ter Doest (village et section Lissewege, Bruges, Flandre-Occidentale)
    C'est d'abord une chapelle, puis une abbaye de moines bénédictins en 1106. Cette abbaye est passée ensuite à l'ordre cistercien, en 1174, du fait de sa refondation par des moines de l'abbaye des Dunes, mais elle est rattachée en 1627 à son abbaye-mère. Des bâtiments monastiques, il reste en particulier une colossale grange dîmière, spécimen de ce qu'étaient les granges monastiques d'antan.
  • Abbaye de Tongerlo (village de Tongerlo, Westerlo, Province d'Anvers)
    C'est une abbaye de chanoines prémontrés fondée en 1128. Elle devient la plus importante abbaye prémontrée du duché de Brabant. Supprimée et vendue en 1796, elle reprend vie en 1837. Elle est toujours occupée par une communauté d'une cinquantaine de chanoines prémontrés, en 2015.
  • Abbaye de Torhout (Torhout, Flandre-Occidentale), n'existe plus aujourd'hui
  • Abbaye de Tronchiennes (ancien village de Tronchiennes, Gand, Flandre-Orientale)
    C'est d'abord un monastère fondé au VIIe siècle au bord de la Lys, lequel abrite des chanoines séculiers. Il devient une abbaye de chanoines prémontrés en 1138. Transformée en bien national en 1796, l’abbaye est rachetée en 1837 par les jésuites qui en font leur noviciat pendant un temps. De l'ancienne abbaye, il reste l'église devenue paroissiale, le cloître et la demeure de l'abbé. Le site est aujourd'hui un centre spirituel actif.

V[modifier | modifier le code]

  • Abbaye du Val-Benoît (site Val-Benoît, Liège, Province de Liège)
    À l'origine, il s'agit d'un prieuré augustin fondé en 1220, puis occupé par les moniales cisterciennes de Robermont. Cette abbaye, en partie détruite en 1796, à la suite de la révolution liégeoise, sera à nouveau détruite, complètement cette fois, durant la Seconde Guerre mondiale, lors des bombardements du pont de chemin de fer voisin. Le corps de l'ancienne abbaye sera ensuite reconstruit. Le site est aujourd'hui à l'abandon, mais il devrait retrouver un nouveau visage aux environs de 2015 (notamment logements et entreprises).
  • Abbaye du Val-Saint-Lambert (Seraing, Province de Liège)
    C'est une abbaye de moines cisterciens fondée en 1202 lorsque le Prince-évêque de Liège Hugues de Pierrepont offrit des terres et bois aux moines de Signy au lieu-dit « Val Saint-Lambert » près de Liège. En 1825, les bâtiments délabrés de l'abbaye désaffectée furent rachetés par un groupe de cinq verriers pour y installer une cristallerie, qui est encore aujourd'hui la plus importante du monde.
  • Abbaye de Villers (Villers-la-Ville, Brabant wallon)
    C'est une abbaye de moines cisterciens fondée en 1146 au creux de la vallée de la Thyle. Elle est abandonnée en 1796 et la majeure partie du site est désormais en ruine. Propriété de l’État belge, les ruines sont classées monument historique et sont inscrites au patrimoine majeur de Wallonie.
  • Abbaye de Vivegnis (section Vivegnis, Oupeye, Province de Liège)
    C'est une abbaye cistercienne fondée en 1238.
  • Abbaye de Vlierbeek (Kessel-Lo, Brabant flamand)
    C'est d'abord un prieuré de moines bénédictins venus d'Affligem, fondé, en 1125, sur un terrain au nord-est de Louvain, terrain qui leur est offert par Godefroid le Barbu, comte de Louvain. Dès 1163, le prieuré accède an rang d'abbaye, laquelle est supprimée en 1797. L'église abbatiale devient alors paroissiale, et la propriété est morcelée, transformée et occupée par des particuliers.
  • Abbaye de Voormezele (section Voormezele, Ypres, Flandre-Occidentale)
    Cette abbaye n'existe plus aujourd'hui.

W[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Westmalle ou abbaye de Notre-Dame du Sacré Cœur (section Westmalle, Malle, Province d'Anvers)
    C'est un prieuré de moines trappistes fondé entre Anvers et Turnhout, en 1794, puis élevé en abbaye en 1836. L'abbaye abrite, en 2015, une communauté d’une vingtaine de moines qui travaillent en particulier à la ferme, à la fromagerie et à la brasserie. Ce centre cistercien règne aussi sur une imposante collection de toiles anciennes et de manuscrits : cartulaires, parchemins, antiphonaires, graduels et autres documents de grande valeur. La bibliothèque compte plusieurs dizaines de milliers d'ouvrages.

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Pour compléter[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]