Collégiale Sainte-Begge d'Andenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Collégiale Sainte-Begge
L'église-collégiale sainte-Begge, à Andenne
L'église-collégiale sainte-Begge, à Andenne
Présentation
Culte catholique
Type Collégiale
Rattachement Diocèse de Namur
Début de la construction 1764
Fin des travaux 1778
Style dominant Néoclassique
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1938, no 92003-CLT-0001-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, no 92003-PEX-0001-02)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province historique
Flag province namur.svg
Province de Namur
Ville Blason ville be Andenne (Namur).svg Andenne
Coordonnées 50° 29′ 13″ nord, 5° 06′ 03″ est
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Collégiale Sainte-Begge

La Collégiale Sainte-Begge est un édifice religieux catholique sis au cœur de la ville d'Andenne dans la province de Namur (Région wallonne de Belgique). De style néoclassique (XVIIIe siècle) l'église est dédiée à Sainte-Begge, fondatrice du monastère auquel appartenaient les sept églises détruites pour permettre la construction de la collégiale.

Begge et les sept églises[modifier | modifier le code]

Sur les conseils du pape Serge 1er, Begge construit en 692 un monastère à sept églises à un emplacement que Dieu lui aurait révélé, grâce à des signes. Begge fonda alors, à la même époque, un chapitre de chanoinesses autour des églises.

Le nombre d'églises proviendraient des signes adressés par Dieu à Begge, à savoir une poule et sept poussins et une truie et sept porcelets.

Construction de la collégiale[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIIIe siècle, les églises, en très mauvais état, furent détruites avec la permission de l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche. Leurs pierres sont alors réutilisées pour la construction de la nouvelle collégiale, de style néoclassique. Les travaux étaient dirigés à l'époque par le célèbre architecte Laurent-Benoît Dewez, premier architecte du gouverneur des Pays-Bas autrichiens. La construction s'étala de 1770 à 1775[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

C'est un édifice monumental et d'aspect sévère en calcaire. Son plan groupe trois nefs de cinq travées . Le transept est haut et se termine par des absides à trois pans. Le cœur est à trois travées et à chevet polygonal. La tour est carrée à quatre niveaux surmontés d'une toiture en cloche. Les niveaux sont séparés par des bandeaux saillants. La façade a deux niveaux garnis de pilastres ioniques couronnés d'un entablement. Le second niveau est corinthien. Il est encadré de balustrades et percé d'une fenêtre entre deux niches garnies de statues. Au sommet un fronton triangulaire mouluré couronne la façade. L'intérieur est de style Louis XVI peint en blanc éclairé par des fenêtres en plein cintre[1].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le tombeau de sainte Begge (datant du XIIe siècle).
  • Du mobilier ancien: un lutrin de 1510, les confessionnaux et chaire de vérité du XVIIIe, les stalles et des tableaux du XVIIe.
  • Le trésor, dans les annexes de la collégiale, comprend des manuscrits, des sculptures ou encore des textiles et de l'orfèvrerie, des porcelaines et de monuments funéraires allant du XVIe au XXe siècle. On y retrouve aussi la châsse de Sainte-Begge, de style Renaissance. Agencé en 'musée' il peut se visiter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 5, t. 1 : Wallonie, Namur, Arrondissement de Namur A-M, Pierre Mardaga, éditeur, , 2e éd. (1re éd. 1975), 463 p. (ISBN 2-87009-677-1, lire en ligne), p. 21-22