Denée (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denée.
Denée
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Commune Anhée
Code postal 5537
Zone téléphonique 071 et 082
Démographie
Gentilé Denéen(ne)
Population 742 hab. (01/01/2008)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ nord, 4° 45′ est
Superficie 1 037 ha = 10,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Denée

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Denée

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Denée

Denée (en wallon Dinêye) est une section de la commune belge d'Anhée située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Denée signifie terre donnée (du latin donata)

Histoire[modifier | modifier le code]

On y a retrouvé un marteau préhistorique, souvenir de l’industrie métallurgique à l’âge du fer, ainsi qu’un cimetière mérovingien.

Le territoire est partagé entre la principauté de Liège et le comté de Namur.

À l’origine, Denée est incorporé au domaine de Florennes donné à l’évêque de Liège par l’empereur Henri II vers 1015. Cette seigneurie qui figure dans l’apanage de la famille de Denée, passe à Robert de Hemptinne en 1366. Elle est acquise en 1462 par Guillaume le Charpentier, puis appartient à Henri d’Aix, en 1556, et devient la propriété du comte de Looz-Corswarem.

Quant aux hameaux de Maharenne et Maredsous, ils dépendent du comté de Namur. Le 1er est engagé en 1638 à Nicolas de Tamison et passe en 1761 à Pierre de Gaiffier; le second est constitué en seigneurie hautaine en 1755 en faveur de Marie-Anne de Tamison, passe également à Pierre de Gaiffier et est racheté en 1765 par François de Baré.

En 1830, la population s’élève à 458 habitants répartis dans 80 maisons et 6 fermes. Il existe encore deux fourneaux et deux marteaux actionnés par le ruisseau de Sosoye. On y a exploité du marbre noir, connu sous le nom de marbre de Denée, servant surtout à la confection de pavements pour les églises.

En 1872, grâce au mécénat d’une famille de notables du Tournaisis, les Desclée, s'implante l’abbaye bénédictine de Maredsous, dotée d’un collège et d’une école d’art[1].

Après l'annexion à la France en 1795, le village est intégré au département de Sambre-et-Meuse et est érigé en commune, avec les hameaux de Maharenne et Maredsous.

Géographie[modifier | modifier le code]

Denée est située en Condroz, dans la vallée de la Molignée.

Il est borné au nord par Saint-Gérard, à l’est par Bioul, au sud par Sosoye et à l’ouest par Furnaux.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par le bus 21 (Namur - Maredsous) et le bus 35 (Ermeton-sur-Biert - Dinant).

Monument[modifier | modifier le code]

Au carrefour des Nationales 951 (Ermeton-sur-Biert - Saint-Gérard) et 932 (Rouillon-Fraire), un monument imposant, de base carrée et surmonté d'une croix de Lorraine, a été érigé à la mémoire des militaires français tombés ici le 15 mai 1940 : soldats du 37e Bataillon de Chars, des 39e et 129e Régiments d'Infanterie et du 1er escadron A.M.D. [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Douxchamps-Lefèvre, Dictionnaire des Communes, Crédit Communal, 1980.
  2. André Lépine, 80 monuments insolites d'Entre-Sambre-et-Meuse, cahier n° 520 du Musée de Cerfontaine, 1989.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Gonze, « Denée - Les registres paroissiaux (1720-1796) », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 334,‎
  • André Lépine et Guy Heynen, « Rommel traverse l’Entre-Sambre-et-Meuse, de Dinant à Landrecies, par Philippeville », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 415,‎
  • André Lépine, « 80 monuments insolites d'Entre-Sambre-et-Meuse », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 520,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]