Chanoines réguliers de Saint Victor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chanoines réguliers de Saint Victor
Image illustrative de l’article Chanoines réguliers de Saint Victor
Ordre religieux
Institut chanoines réguliers
Type contemplatif & apostolique
Spiritualité augustinienne
Règle règle de saint Augustin
But ministère paroissial, liturgie des Heures, études, missions
Structure et histoire
Fondation 1108,
restauré en 1968
Paris,
restauré à Champagne
Fondateur Guillaume de Champeaux
Abréviation C.R.S.V
Autres noms Victorins
Fin 1790, restauré en 1968
Site web site de l'abbaye de Saint Pierre
Liste des ordres religieux

Les chanoines réguliers de Saint Victor (en latin : Canonici Regulares Sancti Victoris) forment un institut de vie consacrée de chanoines réguliers dont l' abbaye Saint-Victor de Paris fut un des centres les plus prestigieux de la vie intellectuelle du Moyen Âge. Disparu avec la Révolution française, l'institut est restauré en 1968 par les chanoines réguliers de Saint-Maurice d'Agaune et devient membre de la confédération des chanoines réguliers de saint Augustin en 1993.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1108, Guillaume de Champeaux, écolâtre (directeur de l'école cathédrale de Paris), se retire avec plusieurs disciples près d'une chapelle dédiée à saint Victor[1]. En 1113, Guillaume est nommé évêque de Châlons-en-Champagne et son successeur, Gilduin de Saint-Victor, devient le 1er abbé en obtenant du roi Louis VI le Gros le titre d'abbaye de Saint-Victor.

La congrégation est supprimée en 1790. Les vingt-et-un chanoines de l'abbaye de Saint-Victor sont portés devant l'assemblée nationale et interrogés sur leurs intentions : l'un d'eux, qui a quatre-vingt-onze ans, manifeste la volonté de persévérer dans la vie ordinaire, onze autres optent pour la laïcisation, les neuf autres restent silencieux. Parmi ceux qui n'ont pas parlé, Jean-Charles-Marie Bernard du Cornillet, incarcéré dans l'ancien séminaire de Saint-Firmin est victime en 1792 des massacres de septembre et béatifié le 17 octobre 1926.

La renaissance[modifier | modifier le code]

En 1968, trois chanoines réguliers de Saint-Maurice d'Agaune s'installent à Champagne dans le but de faire revivre l'héritage spirituel des chanoines de Saint-Victor au sein de la confédération des chanoines réguliers de saint Augustin. Leur maison est affiliée aux chanoines réguliers de Windesheim et en 1976 le monastère obtient le titre d'abbaye. En 1984, les chanoines de l'abbaye de Champagne ouvrent leur première maison à Chancelade (où se trouvait autrefois une abbaye gouvernée par Alain de Solminihac) et fondent en 1991 un prieuré en Tanzanie. En 1992, la congrégation de Saint Victor devient autonome de la congrégation de Windesheim et approuvée en 1993 par le Saint-Siège comme congrégation unie à la confédération des chanoines réguliers de Saint Augustin.

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Les chanoines réguliers de Saint Victor se consacrent au ministère paroissial, à la récitation de la liturgie des Heures, aux études et aux missions.

Ils sont présents à l'abbaye de Saint-Pierre de Champagne, et dans les prieurés de Marie-Médiatrice (Montbron), de Chancelade (abbaye Notre-Dame de Chancelade), de Saint-Augustin (Bourg-lès-Valence) et de Notre-Dame-de-Bethléem (Bassotu, en Tanzanie).

Au 31 décembre 2015, la congrégation comptait 69 membres (y compris les novices) dont 54 prêtres, dont un évêque, Mgr Luc Ravel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mickaël Wilmart, « Origines et réforme de l’abbaye Notre-Dame de Chaage (XIe – XIIe siècles) », Bulletin de la Société littéraire et historique de la Brie, vol. 57,‎ , p. 53-64 (numérotées de 1 à 11) (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018), p. 5.