Abbaye d'Épinlieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancienne abbaye d'Épinlieu
Abbaye d'Épinlieu (reproduction tirée de l'album de Croy, XVIe siècle).
Abbaye d'Épinlieu (reproduction tirée de l'album de Croy, XVIe siècle).

Ordre Cistercien
Fondation 1216
Fermeture 1796
Fondateur Béatrice de Lens
Personnes liées Jeanne de Constantinople
Jacques de Vitry
Carlos de Gurrea
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Commune Ghlin puis Mons
Coordonnées 50° 27′ 08″ nord, 3° 56′ 46″ est

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

(Voir situation sur carte : Hainaut)
Ancienne abbaye d'Épinlieu

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Ancienne abbaye d'Épinlieu

L'abbaye d'Épinlieu, ou plus précisément abbaye Notre-Dame d'Épinlieu, était un monastère de religieuses cisterciennes situé d'abord à Ghlin, puis à Mons, en Belgique, dans la Province de Hainaut. Elle est fondée en 1216 par Béatrice de Lens et est supprimée en 1796. Ses bâtiments conventuels sont aujourd'hui occupés par l'Académie des Beaux-Arts de Mons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le monastère d'Épinlieu se trouve dans la ville de Mons, en Belgique, dans la Province de Hainaut. Il est fondé à Ghlin, aujourd'hui section de Mons, près de la porte du Parc, sur les bords de la Haine, alors rivière poissonneuse au cours rapide. En 1678, le monastère étant rasé par le gouverneur des Pays-Bas espagnols, les moniales s'installent alors dans leur refuge, rue des Cinq-Visages, toujours à Mons, puis rebâtissent leur abbaye à cet endroit.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

En 1214, Jeanne, comtesse de Hainaut, voulant réaliser un vœu de ses parents, s'adresse à Jacques de Vitry, qui permettra deux ans plus tard la fondation du monastère.

Fondation[modifier | modifier le code]

En 1216, Béatrice de Lens offre sa dot et fonde le monastère.

Destruction et refondation[modifier | modifier le code]

En 1678, Carlos de Gurrea, duc de Villahermosa et gouverneur des Pays-Bas espagnols, fait raser le monastère, craignant qu'il ne serve de fortifications aux ennemis en cas de siège. Les moniales se réfugient alors rue des Cinq-Visages et rebâtissent une abbaye.

Suppression[modifier | modifier le code]

L'abbaye d'Épinlieu est supprimée le .

De nos jours[modifier | modifier le code]

L'Académie des Beaux-Arts de Mons occupe le quartier abbatial, daté de 1725, de l'abbaye cistercienne d'Épinlieu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Léopold Devillers, « Chronique de l'abbaye d'Épinlieu, à Mons », Analectes pour servir à l'histoire ecclésiastique de la Belgique, vol. XV,‎ , p. 161-186.
  • Émile Poumon, Abbayes de Belgique, Office de Publicité, S.A., éditeurs, Bruxelles, 1954, p. 100-101 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Albert Toilliez, « Une charte de l'abbaye d'Épinlieu », Annales du Cercle archéologique de Mons, vol. IV,‎ , p. 104-110 (lire en ligne, consulté le 29 juin 2016).
  • Robert Wellens, Inventaire des archives de l'abbaye cistercienne d'Épinlieu : XIIIe – XVIIIe siècle, Bruxelles, Archives générales du Royaume, , 34 p.