Arlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arlon
(nl) Aarlen
(lb) Arel
Arlon
L'église Saint-Donat (XVIIe siècle)
perchée sur la Knippchen.
Blason de Arlon
Héraldique
Drapeau de Arlon
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Arlon
Bourgmestre Vincent Magnus (cdH)
(ARLON 2030)
Majorité MR-ARLON 2030 (cdH)
Sièges
MR
ECOLO+
Pour vouS
ARLON 2030
29
6
7
4
12
Section Code postal
Arlon
Bonnert
Heinsch
Toernich
Guirsch
Autelbas
6700
6700
6700
6700
6704
6706
Code INS 81001
Zone téléphonique 063
Démographie
Gentilé Arlonais(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
29 733 ()
49,77 %
50,23 %
251 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,02 %
63,39 %
14,58 %
Étrangers 10,35 % ()
Taux de chômage 10,62 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 918 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 01″ nord, 5° 49′ 00″ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
118,64 km2 (2005)
45,93 %
26,47 %
23,44 %
4,17 %
Localisation
Localisation de Arlon
Situation de la ville au sein de l’arrondissement d’Arlon et de la province de Luxembourg
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 12.svg
Arlon
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 12.svg
Arlon
Liens
Site officiel arlon.be

Arlon (Arel en arlonais[1] (luxembourgeois[2]) et en allemand[n 1]) est une ville francophone de Belgique mais traditionnellement de langue luxembourgeoise[3]'[4], située en Région wallonne et en Lorraine belge.

Elle est le chef-lieu de ses arrondissements administratif et judiciaire, ainsi que de la province de Luxembourg. Elle est aussi la capitale du Pays d'Arlon. Elle en est d'ailleurs la ville la plus peuplée.

La ville est un important centre commercial et administratif de la région. Le secteur tertiaire, notamment l'enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire).

La ville est aussi une cité historique et archéologique notable.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La ville d'Arlon se situe à 185 kilomètres au sud-est de Bruxelles, sur l'axe ferroviaire européen et les axes routiers Bruxelles - Luxembourg - Strasbourg  E25 E411 .

La ville s'est développée autour d'une colline appelée la Knippchen et fut donc un lieu stratégiquement important dans l'histoire. Le vieux quartier situé autour de cette colline s'appelle la Hetchegass.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est délimitée à l'est par la frontière luxembourgeoise.

Communes limitrophes d’Arlon
Habay Attert Beckerich (L)
Étalle Arlon Habscht (L)
Saint-Léger Messancy Steinfort (L)
Garnich (L)

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Lorraine belge, seule région géologique du Jurassique (Ère secondaire) en Belgique.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à la jonction des bassins versants suivants :

Les sources de la Semois.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux autoroutes, occupant une seule et même voirie, à savoir :

  • la E 411 qui la relie, au nord, à l'échangeur avec la E 42 puis Bruxelles et, au sud, au réseau français (N 52) ;
  • la E 25 qui la relie, au nord, à Liège et aux autoroutes E 313, E 40 et E 42 et à, l'est, au réseau luxembourgeois (autoroute /E 25).

Elle est également traversée par la qui la relie, au nord, à Marche-en-Famenne, Namur et Bruxelles et, à l'est, au réseau luxembourgeois ().

Pour ce qui est des routes nationales, la la relie à l'ouest à Neufchâteau et Mons, la la relie à Athus et au réseau français (N 52), la la relie à Virton et la la relie à Bouillon.

Enfin, la commune est également desservie par des routes nationales du quatrième réseau, à savoir :

  • la reliant la à la via la rue Patton, un tronçon de la rue Albert Goffaux et la rue de la Semois;
  • la reliant Arlon à la vers Mersch (Drapeau du Luxembourg Luxembourg);
  • la traversant Schoppach et reliant Arlon à la en partant du pont de Schoppach via la rue Zénobe Gramme, la place de l'Yser, la rue de Schoppach et la rue du Bois d'Arlon;
  • la initiant le début du contournement Sud d'Arlon par la rue de Lorraine;
  • la reliant Arlon à Halanzy (Aubange), en partant de la place de l'Yser par la rue de Toernich;
  • la traversant Arlon du nord au sud via la rue de Bastogne, la rue Léon Castilhon, la rue de la Gare, rue Tesch, la rue des Déportés et enfin l'avenue de Luxembourg.
  • la reliant Arlon à la passant par Oberpallen (Drapeau du Luxembourg Luxembourg), en partant de la rue des Deux Luxembourg.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'entrée de la gare.

Arlon est traversée par la ligne de chemin de fer 162 reliant Luxembourg à Namur et à Bruxelles. La gare d'Arlon, bâtiment historique de la ville, est un point transfrontalier important pour tous les Belges travaillant au Luxembourg. Actuellement, il y a un train toutes les heures environ vers les capitales belge et luxembourgeoise. Arlon est également le terminus de la ligne Athus-Meuse qui a été rouverte en 2007 et relie Arlon à Messancy, Athus, Rodange (L), Aubange, Halanzy, Virton, Florenville, Bertrix et Libramont.

En décembre 2009, l'activité subsistante de la gare de triage de Stockem est reprise par Athus. Elle dispose de nombreux matériels spécifiques de la SNCB comme un train de relevage.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aérodrome d'Arlon Sterpenich[5] (code OACI : EBAR), lieu d’activité du club ULM Arel-Air[6], est situé à 3 kilomètres du centre-ville au nord du village de Sterpenich. Il dispose d'une piste en herbe de 150 m de longueur et de 30 m de largeur orientée 85°/265°. L'altitude est de 1 138 pieds et la fréquence Arlon Radio est de 123,425 MHz.

Mobilité douce[modifier | modifier le code]

Sentiers de grande randonnée[modifier | modifier le code]

  • GR 15 : Montjoie - Martelange - Arlon (anciennement GR AE, Grande Randonnée Ardennes-Eifel)
  • GR 16 : Arlon - Monthermé ou le Sentier de la Semois
  • GR 129 : Bruges - Arlon ou la Belgique en diagonale

Itinéraires cyclables[modifier | modifier le code]

  • Pré-Ravel et voies vertes (en projet) sur les anciennes lignes vicinales suivantes
    • Ligne 624 (SNCV) Martelange - Arlon
    • Ligne 615 (SNCV) Arlon - Ethe
  • Liaison cyclable : Arlon - Steinfort
  • Boucles cyclables :
    • le Belarel (65 km)
    • boucle Gallor 8

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune d'Arlon compte six sections comportant chacune au moins deux localités :

Localités environnantes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Orolauno vers 300 (copies VIIe et VIIIe siècle); Orol(aunenses) entre le Ier et le IVe siècle; Erlont en 931 - 956; [de] Arlo en 1052; Areleonis au X1 siècle (copie XIIe siècle); Arlon en 1095; [de] Aralune en 1175 et 1182[7].

Il s'agit vraisemblablement d'une formation celtique (belge) qu'il convient de rapprocher de l'ancien nom de la forêt de Brotonne en Normandie mentionné sous les formes Arlauno avant 811; Arelaunum; Arelaunensi début IXe siècle; [De] Arlauno [silva], [de] Arlauno [foreste], [forestem] Arlaunum avant 830; In Arlon [silva], [In] Arlonis [silva] en 849[8].

Le premier élément semble représenter le celtique are- « devant, près de », que l'on retrouve dans le nom de l'Armorique, Arles, etc. et connu en celtique insulaire : vieil irlandais air, gallois er, breton ar. Le second élément -launo- n'est pas identifié avec certitude. Il s'agit peut-être du même mot qu’Alauna, épithète désignant une divinité celtique des sources[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chemin de croix.
Colonne gallo-romaine de Jupiter à l'anguipède.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Vieux cimetière et thermes romain d'Arlon

Arlon partage avec Tournai et Tongres le statut de plus ancienne ville de Belgique. Le bourg est né au croisement des voies de communication entre Reims, Trèves et Cologne. C’est seulement en 1935 que des recherches archéologiques méthodiques sont entreprises pour découvrir les vestiges de la ville romaine. Le principal objectif est de retrouver l’enceinte romaine. C’est grâce aux multiples découvertes antérieures aux alentours du Vieux Cimetière que les archéologues vont orienter leurs recherches dans le sud de la ville. En effet, les vestiges d’un therme romain avaient été révélés sur ce site. De ce fait, c’est à cet emplacement que la plupart des objets appartenant à l’époque romaine seront retrouvés. Les archéologues trouvent, également de multiples frises, monuments funéraires et aussi une pierre sculptée qui représente deux hommes et une femme[10]. À cause de la Seconde Guerre Mondiale, le travail est arrêté pour finalement reprendre en 1948[11]. Suite aux multiples recherches archéologiques faites entre 1936 et aujourd’hui et la découverte de 4 tours, les spécialistes estiment que l’enceinte romaine devait faire environ 850 mètres de long[10]. Parmi les nombreuses découvertes depuis 1936, les archéologues ont trouvé les tours du Dieu Neptune en 1948 et la colonne gallo-romaine du Dieu romain Jupiter à l'anguipède en 2009. Ces deux monuments faisaient partie des remparts au même titre que les vestiges de thermes et qu'un hypocauste déniché dans le vieux cimetière communal désaffecté.

La majorité de la collection d’artefacts trouvée lors des fouilles se trouve dans le Musée archéologique d’Arlon.

C’est grâce aux vestiges qui ont, aussi, été découverts par les fouilles que les spécialistes ont pu en savoir plus sur l'occupation romaine sur Orolaunum Vicus la bourgade Gauloise, qui ont duré entre le Ier et le IVe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après la chute de l'Empire romain, Arlon subit l'influence mérovingienne. Une nécropole de tombes de type « princières » a livré un riche mobilier, ce qui permet de penser qu'une famille princière, appartenant probablement à l'entourage des rois francs, s'était installée à Arlon. C'est probablement à la fin de la période mérovingienne que fut érigée la première église Saint-Martin d'Arlon, juste à côté des anciens thermes romains, dans l'édifice qui avait accueilli les tombes mérovingiennes quelques décennies plus tôt.

Au Moyen Âge, le bourg se transforme en place-forte, construite autour de la Knippchen, une colline du centre de la ville. Une dynastie de comtes d'Arlon débute avec Waléran Ier duc de Limbourg. À la mort du duc Waléran III en 1226, Arlon passa à son fils du second lit Henri V le Blond, comte de Luxembourg, et fut rattaché au comté de Luxembourg. Ainsi, dans le Tournoi de Chauvency, Henri le Lion, son fils, porte-t-il le titre de Marquis d'Arlon.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de la Révolution française, cette place fortifiée fut l'objet de combats en 1793 et en 1794 (ce dernier valant à Arlon une inscription sur l'Arc de Triomphe à Paris).

Lors de la Seconde Guerre mondiale, au cours de la Bataille de France, les Alliés se portent en Belgique le et Arlon est ainsi défendue par des Français du 3e Régiment de dragons portés et du 2e Régiment d'automitrailleuses (unités de la 2e division légère de cavalerie du général André Berniquet)[12]. Dès la matinée, les Allemands de la 10e Panzerdivision (Generalleutnant Ferdinand Schaal) parviennent à proximité d’Arlon mais les tirs français les repoussent[12]. Ne voulant pas perdre de temps, la 10. Panzer-Division délaisse Arlon par le nord. La ville sera prise plus tard dans la journée[13] par le VII. Armee-Korps d'Eugen Ritter von Schobert.

Héraldique[modifier | modifier le code]

CommunesBelgique-Arlon.svg
La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 18 novembre 1818 et confirmées le 24 novembre 1841.

À l'origine, elles étaient blasonnées en néerlandais : D'argent chargé de 5 traverses bleues sur lesquelles un lion de gueule s'élevant, le bouclier recouvert d'une couronne dorée.

Ces armoiries sont celles des Comtes de Luxembourg du fait que la ville était leur possession depuis le milieu du XIIIe siècle. Le plus vieux sceau d'Arlon connu date de 1311 et montre un lion. Entretemps, les sceaux de la ville ont montré un château et une porte sans aucun bouclier ou référence aux armoiries de la ville. Pour distinguer les armoiries de celles du Luxembourg, la couleur des griffes passa de l'or au rouge dans les armes de la ville en 1841.
Blasonnement : Burelées, d'argent et d'azur, au lion de gueules à la queue fourchue, couronné d'or, brochant sur le tout, l'écu timbré d'une couronne d'or[14].



Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres de la ville :

Sécurité[modifier | modifier le code]

La ville fait partie de la zone de police Arlon/Attert/Habay/Martelange pour les services de police, ainsi que de la zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Arlon abritera d'ailleurs l'État-major de la zone Luxembourg et le chef de zone n'est autre que l'actuel chef des pompiers de la ville : le commandant de la zone Joël Thiry.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville d'Arlon est jumelée avec[15] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La ville d'Arlon est la plus peuplée des communes de la province de Luxembourg, devant Marche-en-Famenne et Aubange. À contrario, c'est le chef-lieu le moins peuplé des dix provinces du pays.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Un quartier historique d'Arlon.

Au , la ville d'Arlon compte une population totale (toutes les sections de la ville confondues) de 30 047 habitants, 14 979 hommes et 15 068 femmes[16], soit une densité de 253,26 habitants/km² pour une superficie de 118,64 km². Ces 30 047 habitants se répartissent en 13 528 ménages. On dénombre 24 885 personnes de nationalité belge (12 349 hommes et 12 536 femmes)et 5 162 personnes de nationalité non belge (2 630 hommes et 2 532 femmes)[16].

Le graphique suivant reprend la population totale résidente au 1er janvier de chaque année [17] pour la commune.

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[18]

Liste des localités de la commune par nombre d'habitants au [16] :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

La ville compte 21 écoles primaires, pour 5 écoles secondaires[19] :

Supérieur[modifier | modifier le code]

La ville compte deux hautes écoles et un département de l'Université de Liège.

Les deux hautes écoles sont des implantations de l'Henallux sur le campus Callemeyn et de la Haute École Robert Schuman sur le campus Weyler. Le campus arlonais de l'Université de Liège est dédié aux sciences et gestion de l'environnement.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune est très majoritairement catholique même si la pratique de la religion se perd de plus en plus comme partout en Belgique. Arlon fait partie du diocèse de Namur[20] et du doyenné d'Arlon[21]. La ville est cependant le seul endroit de la province de Luxembourg à disposer d'une synagogue. Les différents lieux de culte de la commune sont les suivants :

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La confrérie du maitrank d'Arlon est une association ayant pour but de faire découvrir et de promouvoir la ville via la boisson traditionnelle locale : le maitrank. Elle organise différentes activités tout au long de l'année et se rend dans de nombreuses autres villes belges et étrangères afin de faire connaître le breuvage et la cité. Elle entretient notamment des liens étroits avec certaines villes jumelées avec Arlon comme Saint-Dié-des-Vosges, Alba ou Market Drayton.

La confrérie est présente chaque année en nombre lors des traditionnelles Fêtes du maitrank où elle vend ce dernier.

La ville accueille par ailleurs régulièrement plusieurs manifestations comme :

La Fête du maitrank est une festivité locale ayant lieu chaque année au mois de mai. Elle est très populaire et attire la foule de tous horizons. Elle se caractérise par la traditionnelle fontaine de maitrank qui annonce l'ouverture des festivités le samedi ; s'ensuivent des animations dans toute la ville, des concerts et un bal le samedi soir sur la place Léopold. Le centre-ville est occupé par des stands vendant le traditionnel breuvage local jusqu'au dimanche soir.
  • Le carnaval
Le carnaval d'Arlon est une fête traditionnelle durant laquelle de nombreux chars défilent dans le centre-ville. Le soir, un grand bal est organisé sur la place principale. Il est, avec les fêtes du maitrank, une des grandes attractions de la ville.
  • Les Aralunaires
Le festival des « Aralunaires » est récemment venu compléter l'offre culturelle de la ville en proposant, durant une semaine, une grande variété de concerts organisés dans différents lieux de la ville.
  • Le carillon
En haut de l'église Saint-Donat se trouve un carillon qui joue chaque heure du jour la célèbre chanson locale À Arlon sur la Knippchen composée par Mathias Schou, originaire du Grand-Duché de Luxembourg. Elle est reconnue comme « hymne » officieux de la province de Luxembourg et fut également adaptée en tant qu'hymne par le Régiment des Chasseurs Ardennais.

Santé[modifier | modifier le code]

Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

Sports[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Nom Sport Division Stade/Salle Fondation
FC JL Arlonaise Football P1 Luxembourg Stade de l'Avenue de Longwy 1972
RE Fouches Football P2 Luxembourg Terrain de Fouches 1938
RJ Freylangeoise Football P2 Luxembourg Terrain de Freylange 1919
US Waltzing Football P2 Luxembourg Terrain de Waltzing 1973
Jeunesse Autelbas Football P3 Luxembourg Terrain d'Autelbas 1971
CS Toernich Football P3 Luxembourg Terrain de Toernich 1970
TT Schoppach-Arlon Tennis de Table P1 à P7 Luxembourg Salle Omnisports de l'Institut Cardijn Lorraine et

Salle de gymnastique de l'École Saint-Bernard à Arlon

1963
TT Freylange Tennis de Table P5 à P7 Luxembourg Centre Lorrain d'Hébergement à Freylange 2009

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cimetières[modifier | modifier le code]

Le cimetière de la ville[22] comporte une section juive qui est le plus grand cimetière juif de Wallonie. Le « carré israélite » du XIXe siècle a fait l'objet d'une campagne de restauration en 2005 sous la direction de Philippe Pierret et d'Olivier Hottois, conservateur et conseiller scientifique au Musée Juif de Belgique, en collaboration avec les volontaires européens de l'Aktion Sühnezeichen Friedensdienste (Berlin) et la communauté israélite d'Arlon.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

La ville abrite le Musée archéologique d'Arlon[23] riche en vestiges gallo-romains (la collection lapidaire est la plus riche de Belgique) et en vestiges mérovingiens, ainsi que le musée Gaspar, plus centré sur l'histoire de l'art, qui est aussi le siège de l'Institut archéologique du Luxembourg et de sa bibliothèque. Le village tout proche de Weyler accueille le musée du cycle.

Langues[modifier | modifier le code]

Le recensement de 1846 n'enquêta que sur la langue couramment employée. À partir de 1866, le recensement portait sur la connaissance des différentes langues nationales. À partir de 1910, on questionnait sur la connaissance, mais également sur la langue utilisée le plus fréquemment, sans pour autant spécifier dans quel contexte (vie privée, publique, professionnelle).

Langues exclusivement connues :

Langue exclusivement ou le plus fréquemment parlée :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Blason sur les vitraux de l hotel de ville Arlon ( Belgium ).png
Les armoiries de la ville, dont on peut en voir un exemplaire sur les vitraux de l’hôtel de ville (voir ci-contre), sont dérivées de celles des comtes de Luxembourg, dont Arlon était une possession depuis le milieu du XIIIe siècle. Depuis 1848, les griffes du lion sont de la même couleur que son corps, afin de distinguer les armes de la ville de celles du Grand-Duché de Luxembourg.
Blasonnement : Burelé d’argent et d’azur de dix pièces, au lion de gueules, la queue fourchée et passée en sautoir, couronnée d’or, brochant sur le tout.
Source du blasonnement : Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, .



Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Écouter cet article (info sur le fichier)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans les autres langues de Belgique extérieures au pays d'Arlon :
    • Aarlen en néerlandais (dialecte flamand).
    • Årlon en wallon
    • Ièrlon en gaumais (dialecte lorrain parlé en Belgique). (cf. : Michel Feltz, « Revue SingulierS », Revue des parlers romans de la province de Luxembourg, 2011, p. 4).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Bertrang, Grammatik der Areler Mundart, Bruxelles, Académie royale de Belgique,
  2. « La langue luxembourgeoise dans l’Arelerland », sur https://www.tvlux.be/ ; site officiel de la chaîne télévisée TV Lux,
  3. « La langue luxembourgeoise en Belgique », sur luxembourg.public.lu ; site officiel du Grand-Duché de Luxembourg,  : « 15.000 à 20.000 personnes originaires de la région de l’Arelerland (pays d’Arlon, province de Luxembourg, Belgique), contiguë au Grand-Duché de Luxembourg, parlent le luxembourgeois comme langue maternelle. Dans les années 1960, ce furent encore approximativement 50.000 locuteurs. »
  4. Natalia Filatkina (Université de Trèves), « Les origines et l’histoire de la langue luxembourgeoise », Formatioun Lëtzebuergesch, Arlon, Fondation universitaire luxembourgeoise d'Arlon,‎ (lire en ligne)
  5. L’aérodrome se trouve en 49° 39′ 46″ N, 5° 53′ 13″ E.
  6. Arel-Air
  7. Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), 1960, p. 198 (lire en ligne) [1].
  8. Charles de Beaurepaire et Dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime, Paris, 1982-1984, p. 151.
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris 1978 (ISBN 2-85023-076-6)
  10. a et b Arsène Geubel, « Les fouilles d'Arlon en 1936 », L'Antiquité Classique, vol. 6, no 2,‎ , p. 303–304 (DOI 10.3406/antiq.1937.3057, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  11. Henrotay, Denis,, Arlon la gallo-romaine, 40 p. (ISBN 978-2-87522-096-7 et 2875220969, OCLC 838449973, lire en ligne)
  12. a et b Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 87-88.
  13. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 174.
  14. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, , p. 116
  15. Villes jumelées
  16. a b et c Chiffres aimablement communiqués par le service Population de la Ville d'Arlon le 10 février 2020
  17. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20180101.pdf
  18. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
  19. « Enseignement secondaire », sur Ville d'Arlon (consulté le 23 octobre 2019)
  20. « Diocèse de Namur », sur Site du diocèse de Namur
  21. « Carte du doyenné d'Arlon », sur Site du diocèse de Namur
  22. L'entité d'Arlon compte, en 2004, 17 cimetières. Le principal cimetière de la ville est situé rue de Diekirch, en 49° 41,65′ N, 5° 48,98′ E.
  23. David Colling, Elodie Richard, Laetitia Zeippen, Le Musée Archéologique Luxembourgeois d'Arlon : à la découverte des plus belles collections, Arlon, 2009.