Val-Benoît (Liège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Val-Benoît
Val-Benoît (Liège)
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Blason de Liège Liège
Section Sclessin
Étapes d’urbanisation XIIIe siècle : Abbaye du Val-Benoît
1930-1965 : Université de Liège
Depuis 2013 : Réhabilitation
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 54″ nord, 5° 34′ 30″ est
Superficie 9 ha = 0,09 km2
Cours d’eau Meuse
Transport
Bus TEC Liège-Verviers
2 3 9 27 58 90 94
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Liège

Voir sur la carte administrative de Liège
City locator 14.svg
Val-Benoît
Liens
Site web www.valbenoit.be

Le Val-Benoît est un ensemble architectural de style moderniste situé en Belgique à Liège, sur les rives de la Meuse, construit entre 1930 et 1965 par l'Université de Liège qui occupe le site jusqu'en 2005. Le site de 9 hectares, laissé à l'abandon de nombreuses années, est en cours de réhabilitation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quai Banning à Liège : le bâtiment réhabilité en siège liégeois du FOREM et le Pont du Pays de Liège emprunté par l'autoroute E25, pris depuis le Pont-rails du Val Benoît

Le site du Val-Benoît tire son nom de l'existence à cet endroit d'une abbaye cistercienne remontant au XIIIe siècle. L'abbaye du Val-Benoit, en partie détruite en 1796 à la suite de la révolution liégeoise. Elle sera à nouveau détruite, complètement cette fois, durant la Seconde Guerre mondiale lors des bombardements du pont de chemin de fer voisin. Le corps de l'ancienne abbaye sera ensuite reconstruit, tout comme l'ancienne porterie marquant l'entrée du site, en 1952[1]. L'ancienne abbaye a été rachetée et rénovée dans les années 2000 par le Forem qui y a aujourd'hui implanté son département Forem Formation[2].

Après la Première Guerre mondiale, l'Université de Liège, qui depuis sa fondation en 1817 avait établi ses activités dans le centre historique de la ville de Liège, est à la recherche de nouveaux espaces afin de faire face au développement important de l'enseignement des sciences et des techniques. En 1924, l'Université de Liège achète huit hectares de terrain situés autour des ruines de l'ancienne abbaye du Val-Benoit. La création du site du Val-Benoît par l'Université de Liège est menée sous la direction de Marcel Dehalu, professeur de topographie à la Faculté Technique. Le projet comprend la création de cinq ensembles nouveaux : un Institut de Chimie appliquée et de Métallurgie, un Institut de Sciences minérales, un Laboratoire de thermodynamique couplé à une centrale de chauffage, un Institut de Mécanique et un Institut de Génie Civil.

L'inauguration des premiers bâtiments — l'Institut de Chimie et de Métallurgie, l’Institut de Génie civil, le Laboratoire de thermodynamique et Centrale Thermoélectrique — a lieu le en présence de Léopold III à l'occasion du centenaire de l'École des Mines. L'institut de Mécanique toujours en travaux sera inauguré peu avant la Seconde Guerre mondiale. Endommagés par des bombardements lors de cette guerre entre 1944 et 1945, les bâtiments sont remis en état en 1947 à l'occasion du centenaire de l'Association des Ingénieurs diplômés de l'Université de Liège[3].

Construit entre 1930 et 1965, le site est progressivement abandonné par l'Université de Liège, qui transfère à partir de 1967 l'essentiel de ses activités sur le campus du Sart-Tilman. En 2006, les derniers étudiants, les ingénieurs architectes, quittent le site[4].

Réhabilitation[modifier | modifier le code]

Le génie civil en cours de rénovation
Porterie du Val Benoît

Laissé à l'abandon pendant plusieurs années, le site connaît une nouvelle vie au début des années 2000. Certains bâtiments sont réhabilités. C'est le cas de l'ancienne abbaye, ainsi que de l'ancien institut de Mathématiques, tous deux acquis et rénovés par le FOREM. L'Ecole Supérieure d'Acteurs (Esact) du Conservatoire royal de Liège occupe également une partie de l'ancien institut de Mathématiques.

Entre-temps, le site, clôturé, a notamment servi de terrain d'entraînement pour des unités spéciales de Police[5] ,[6] ou encore pour des tournage de cinéma (dont par exemple des scènes de Jeux d'enfants (2003) de Yann Samuell ou encore Gangsters (2002) d'Olivier Marchal[7].

Dès 2007, la SPI, l'agence de développement économique pour la province de Liège, s'intéresse à ce site et propose en collaboration avec la ville de Liège et l'université de Liège un projet de réhabilitation nommé « VAL BENO!T ». Tout en préservant la plupart des anciens bâtiments universitaires et leur architecture moderniste, l'objectif de la SPI est de créer un pôle économique innovant (entreprises de production légère, bureaux, business center, espace de co-working…) avec plus de vingt hectares dans un parc classique, avec une implantation verticale en « appartements d’entreprises »[8].

L'Agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers étudie par ailleurs la possibilité de quitter son implantation bruxelloise et de s’installer sur place[9]. Le site pourrait également accueillir une cité des métiers développée sur le modèle de celles présentes dans d'autres grandes villes européennes[10].

La première étape du projet « VAL BENO!T » est franchie en  : la SPI devient officiellement propriétaire du Génie civil et des abords. Le , c'est le premier bâtiment à être inauguré. Ces deux premiers chantiers (Génie Civil et abords), représentent un budget de 35 millions d'euros[11],[12].

La SPI s'est également dotée d'un Masterplan qui a pour but d'organiser la mixité et bien utiliser le potentiel de cet ancien site universitaire qui accueillera également, outre des activités économiques (30 000 m2), des logements (33 000 m2), services, commerces de proximité, espaces culturels, de jeux, etc[13].

Le Masterplan définit également la mobilité sur place, avec une priorité donnée aux modes de transports doux en intérieur d’îlot et des connexions avec les transports en commun, dont le futur tram qui passera à proximité immédiate[14].

En 2014, l'ancien Laboratoire Van de Graaf-C.R.M. appartenant à la société CFE-MOURY, un promoteur privé, est démoli pour faire place à un nouvel ensemble de bureaux. Les travaux de rénovation de l'institut du génie civil débutent également en 2014.

En , la SPI achète à l'université de Liège le bâtiment de chimie-métallurgie qui se destine tout comme le génie civil à accueillir des entreprise. Les fin des travaux de rénovations est prévue pour 2018[15].

L'institut de mécanique jusqu'alors propriété de la Ville de Liège est vendu en à un investisseur privé pour être transformé en logements pour étudiants.

En , l'enquête publique pour la rénovation de la centrale thermoélectrique, toujours propriété de l'université de Liège, est lancée. Le site accueillera sur 6 000 m2 une cité des métiers, lieu de formation et d’information, et un service de formation continue de l'université[16].

Les abords sont quant à eux réaménagés en vue de créer un véritable parc urbain dans cette partie de la ville assez peu pourvue en espaces verts.

Porterie[modifier | modifier le code]

La porterie de l'abbaye qui date du XVIIe siècle a été reconstruite dans les années 1950 à l'identique à la suite de sa destruction par des bombardements lors la Seconde Guerre mondiale. Cette construction n'était pas prévue dans le projet d'aménagement du nouveau site. En effet, l'emplacement de celle-ci se situe devant la future ligne de tram et les modifications de voiries prévues à cet effet ne sont pas compatibles avec sa conservation.

Plusieurs associations, Le Vieux-Liège et SOS Mémoire de Liège, dénoncent la destruction prévue de la porterie et lancent une pétition pour sa conservation. En , un accord est annoncé. Il prévoit le démontage de l'édifice pour être réintégré à proximité de l'abbaye[17]. La porterie est démontée en [18].

Bâtiments du Val-Benoît[modifier | modifier le code]

  •      Porterie
  •      Abbaye
  •      Institut de mathématique
  •      Institut de génie civil
  •      Institut de chimie et métallurgie
  •      Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique
  •      Institut de mécanique
Bâtiment Date Architecte Propriétaire actuel Occupation actuelle Géolocalisation Image
Institut de chimie et métallurgie 1937 Albert Puters SPI En cours de rénovation 50° 36′ 47,78″ N, 5° 34′ 25,46″ E 20100723 liege07.JPG
Institut de génie civil 1937 Joseph Moutschen SPI Bureaux d'entreprises
(inauguré le )
50° 36′ 51,65″ N, 5° 34′ 32,1″ E 20100723 liege13.JPG
Génie civil et hydraulique fluviale agrandissements en 1955-1960 Joseph Moutschen SPI Bureaux d'entreprises
(inauguré le )
50° 36′ 49,01″ N, 5° 34′ 30,82″ E 20100723 liege08.JPG
Institut de mécanique 1939 Joseph Moutschen et Albert Puters Investisseur privé En cours de rénovation 50° 36′ 51,73″ N, 5° 34′ 25,92″ E 20130223 liege03.JPG
Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique 1937 Albert Duesberg Université de Liège En cours de rénovation 50° 36′ 54,64″ N, 5° 34′ 24,8″ E 20141122 liege056.JPG
Abbaye du Val-Benoit 1955 (reconstruction fidèle de l'abbaye endommagée durant la Seconde Guerre mondiale) Jean François et J.-F. Plumier Forem Forem 50° 36′ 56,31″ N, 5° 34′ 27,62″ E 20141122 liege032.JPG
Porterie 1955 (reconstruction fidèle de la porterie endommagée durant la Seconde Guerre mondiale) SPI Démontée en 50° 36′ 57,76″ N, 5° 34′ 24,6″ E 20150507 val benoit13.JPG
Laboratoire Van de Graaf-C.R.M. 1959 CFE-MOURY (investisseur privé) Détruit en 2014 50° 36′ 58,05″ N, 5° 34′ 28,74″ E 20141006 liege01.JPG
Institut de mathématique 1965 M. Burton Forem Forem et École Supérieure d'Acteurs (ESACT) du Conservatoire 50° 36′ 56,48″ N, 5° 34′ 36,19″ E 20141117 liege13.JPG
Ernest 11 (Renaissance) 2019 Art & Build BPI-Moury En construction 50° 36′ 59,11″ N, 5° 34′ 26,4″ E Construction Renaissance.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « À l'origine... », sur www.valbenoit.be (consulté le 10 juin 2013)
  2. « Forem Formation siffle le grand rassemblement au Val Benoît », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  3. Philippe Tomsin, « Les instituts de la faculté des Sciences appliquées de l'Université de Liège au Val-Benoît », Les Cahiers de l'Urbanisme, vol. 53,‎ , p. 56 (lire en ligne)
  4. « Les derniers étudiants s'en vont », sur www.valbenoit.be (consulté le 10 juin 2013)
  5. « La brigade anti-banditisme de la police de Liège », sur https://www.rtbf.be,
  6. « Rapport des incidences environnementales (R.I.E.) du site du Val Benoit » [PDF], sur http://www.liege.be, p. 10
  7. Olivier Beaujean, « Silence, on tourne », Le Quinzième jour du mois, no 116,‎ (lire en ligne)
  8. « Un nouvel avenir pour le site », sur http://www.valbenoit.be (consulté le 10 juin 2013)
  9. Michel Gretry, « L'Agence Wallonne à l'Exportation pourrait déménager à Liège », sur www.rtbf.be, (consulté le 4 mars 2014)
  10. Olivier Thunus, « Une cité des métiers s'ouvrira sur le site du Val Benoît à Liège en 2016 », sur www.rtbf.be, (consulté le 4 mars 2014)
  11. « Liège: la réhabilitation du site du Val Benoit va enfin commencer », sur www.rtbf.be, (consulté le 10 juin 2013)
  12. « Un nouvel avenir pour le site », sur www.valbenoit.be (consulté le 10 juin 2013)
  13. « Un Master plan pour le VAL BENO!T », sur www.valbenoit.be (consulté le 10 juin 2013)
  14. « La Val Benoit a son master plan », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne)
  15. Anne-Catherine De Bast, « La renaissance du Val Benoît », sur http://www.lesoir.be,
  16. Marc Hildesheim, « Liège: la réhabilitation de l'ancien site universitaire du Val Benoit se poursuit », sur https://www.rtbf.b,
  17. « Porterie du Val Benoit : un accord est intervenu entre la SPI, le Vieux-Liège et SOS… 06/06/2017 Porterie du Val Benoit : un accord est intervenu entre la SPI, le Vieux-Liège et SOS Mémoire de Liège », sur http://www.spi.be,
  18. « La porte de l'ancienne abbaye du #Val-Benoît est en train d'être démolie », sur https://www.todayinliege.be, (consulté le 16 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Fondation des nouveaux bâtiments des Instituts de Chimie et de Métallurgie de l'Université de Liège », La Technique des Travaux, vol. VII,‎ , p. 279-288
  • Albert Puters, « L'institut de chimie et de métallurgie », La Technique des Travaux, vol. IX,‎ , p. 409-418
  • Léon Halkin et Paul Harsin, Liber Memorialis. L'Université de Liège de 1867 à 1935. Notices biographiques, t. I, Liège, Rectorat de l'Université, , p. 79-82
  • Revue Universelle des Mines, de la Métallurgie, des Travaux publics, des Sciences et des Arts appliqués à l'Industrie, t. XIV, , Inauguration des instituts de la faculté des sciences appliqués au Val-Benoît p.
    • Marcel Dehalu, Les nouvelles installations des la Faculté des Sciences appliquées, p. 52-58
    • Albert Puters, L'institut de chimie et métallurgie, p. 58-65
    • Joseph Moutschen, L'institut de Génie Civil, p. 66-73
    • Fernand Campus, Les instituts de la Faculté des Sciences appliquées de l'Université de Liège au Val-Benoît, la direction technique., p. 73-91
    • R.Bidlot et J. Danze, La centrale thermoélectrique et les installations de chauffage et de ventilation des nouveaux instituts du Val-Benoît, p. 91-119
    • L. Sternbach, Les travaux de parachèvement des instituts universitaires du Val-Benoît, p. 119-131
    • G. David, L'équipement électrique des instituts, p. 131-138
    • A. du Chesne, R.Bidlot et J. Danze, Le nouveau laboratoire de thermodynamique du Val-Benoît, p. 208-217
  • Fernand Campus, « Les instituts de la Faculté des Sciences appliquées de l'Université de Liège (Val-Benoît) », La Technique des Travaux, vol. XIV,‎ , p. 572-592
  • Fernand Campus, « Les instituts de la Faculté des Sciences appliquées de l'Université de Liège au Val-Benoît », Bulletin de la Société Royale Belge des Ingénieurs et des Industriels, no 6,‎ , p. 555-578
  • Robert Demoulin (dir.), Liber Memorialis. L'Université de Liège de 1936 à 1966. Notices historiques et biographiques, t. I : Notices historiques, Liège, Rectorat de l’Université, , p. 183-186
  • Philippe Tomsin, « De remarquables bâtiments dans la ville de Liège : les instituts de la Faculté des Sciences appliquées du Val-Benoît », Art&fact, no 19 « L'art et la ville »,‎ , p. 38-40
  • Jean-Patrick Duchesne et André Gob, « Pour un Musée des Beaux-Arts à Liège », Art&fact, no 22 « Musées : on rénove »,‎ , p. 111-114 (lire en ligne)
  • Philippe Tomsin, « Les instituts de la faculté des Sciences appliquées de l'Université de Liège au Val-Benoît », Les Cahiers de l'Urbanisme, vol. 53,‎ , p. 55-62 (lire en ligne)
  • « Les ingénieurs lèvent l'ancre : À l'heure des dernières caisses, retour sur un site d'exception », Le 15e jour du mois, vol. 149,‎ (lire en ligne)
  • « Nouveau visage : Les bâtiments du Val-Benoît trouvent acquéreurs », Le 15e jour du mois, vol. 156,‎ (lire en ligne)
  • Jean Housen, « Le Val-Benoît, témoignage majeur du Modernisme à Liège », Cahiers de l'Urbanisme, Liège, Pierre Mardaga, no 73 « Patrimoine et Modernité »,‎ , p. 52-56 (ISSN 0775-5317, résumé, lire en ligne [PDF])
  • Philippe Dejonc et Madeleine Mairlot, « Quel avenir pour le Val Benoît ? », Chronique, Liège, Le Vieux-Liège, t. VI, no 362,‎ , p. 332-345 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :