Abbaye de Ter Doest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancienne abbaye de Ter Doest
Image illustrative de l’article Abbaye de Ter Doest
Grange dimière de l'abbaye de Ter Doest
Présentation
Nom local Abdij Ter Doest
Type Monastère d'hommes
Rattachement Ordre bénédictin en 1106
Ordre cistercien en 1174
Début de la construction XIIe siècle
Autres campagnes de travaux réintégré à l'abbaye des Dunes en 1627
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale
Ville Bruges
(section Lissewege)
Coordonnées 51° 16′ 55″ nord, 3° 12′ 09″ est

Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale

(Voir situation sur carte : Flandre-Occidentale)
Ancienne abbaye de Ter Doest

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Ancienne abbaye de Ter Doest

L'abbaye de Ter Doest était un monastère de moines cisterciens[note 1] situé à Lissewege, village de Belgique localisé à 11 km au nord de Bruges et qui en fait aujourd'hui partie. Fondé comme établissement bénédictin en 1106, il devint cistercien en 1174, rattaché par l'évêque de Tournai à l'abbaye des Dunes. Après essaimage et période d'indépendance, le monastère de Ter Doest fut de nouveau rattaché par les autorités de l'ordre cistercien à l'abbaye-mère, en 1627. Des bâtiments monastiques, il reste une grange dîmière, spécimen de ce qu'étaient les granges monastiques d'antan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lambert, seigneur de Lissewege qui résidait au Upperhof, donna en 1106 un domaine avec une chapelle aux Bénédictins qui y fondèrent un monastère. En 1174, il fut occupé par des moines cisterciens de l'abbaye Notre-Dame des Dunes de Coxyde, car rattaché par l'évêque de Tournai à cette abbaye. L'abbé Hacket (1174-1179), ancien châtelain de Bruges, lui procura des terres et des privilèges.

En difficulté dès le XIVe siècle, le monastère fut annexé à la mense épiscopale de Bruges en 1561. En 1572, il fut détruit par les paysans réformés. Alors fort anémié, en 1627, par décision des autorités supérieures de l'ordre cistercien, il fut repris par l'abbaye-mère.

L'abbaye a joué un rôle important dans la poldérisation de régions en Flandre, Zélande (voir Saeftinghe) et en Hollande et dans le commerce de la laine avec les villes flamandes.

La grange dîmière[modifier | modifier le code]

Potale avec statue de St Bernard

La grange dîmière de 1280, qui subsiste, pouvait recevoir la récolte de 40 hectares de grain[1]. Elle mesure 50,50 m de long, 23,75 m de large et le faîte est à 30,75 m de haut. La hauteur des murs sous le toit est de 9,25 m. Deux rangées de dix piliers en chêne supportent la charpente, en chêne également. Jusqu'en 1711, le toit était en chaume ; il est maintenant en tuiles de Boom.

Autres vestiges[modifier | modifier le code]

Le monastère possédait autrefois une vaste église abbatiale à trois nefs, rasée en 1571 par les Calvinistes. Cette église s'élevait tout à proximité de la ferme abbatiale de 1632 dénommée 't Groot Ter Doest, qui subsiste. Restent également, du défunt monastère, une chapelle octogonale de 1687 et un porche monumental de 1662[1],[note 2].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Saint Torphime, moine d'origine danoise (XIIIe siècle), fut envoyé comme évêque à Hamar en Norvège. Pour y défendre les droits et la liberté de l'Église il lutta contre la puissance des princes. Mais, menacé, il dut prendre la fuite. Mort le 8 janvier 1244, son corps fut ramené à Ter Doest où il fut inhumé.

Notes, références et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entre les auteurs Joseph Delmelle et Émile Poumon, il existe une ambiguïté manifeste relative à l'identité réelle du monastère, le premier évoquant une abbaye quand le second fait état d'un prieuré. Par commodité, dans le présent article, on désignera Ter Doest par le terme de monastère.
  2. Selon Émile Poumon, le portail serait daté 1622.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, p. 30-31.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Émile Poumon, Abbayes de Belgique, Office de Publicité, S. A., éditeurs, Bruxelles, 1954, p. 96. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]