Outremeuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Outremeuse (homonymie).
Outremeuse
Dju d'la Mouse (wa)
Tchantchès et Nanesse, personnages emblématiques d'Outremeuse (fête du XV août)
Tchantchès et Nanesse, personnages emblématiques d'Outremeuse (fête du XV août)
Administration
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Arrondissement administratif de Liège
Code postal 4020
Démographie
Population 9 563 hab. (2007)
Densité 12 575 hab./km2
Fonctions urbaines Résidentielle
Étapes d’urbanisation Début urbanisation : XIe siècle.
Apparence actuelle : entre 1830 et 1880
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 26″ nord, 5° 34′ 59″ est
Altitude 62−67 m
Superficie 76,05 ha = 0,7605 km2
Cours d’eau Meuse, Dérivation
Site(s) touristique(s) Potales.
Rue Roture.
Musée Grétry.
Musée Tchantchès.
Aquarium Dubuisson et musée de zoologie.
Transport
Bus TEC
4101318138
6067686976
Localisation
Localisation d'Outremeuse dans la Ville de Liège
Localisation d'Outremeuse dans la Ville de Liège

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Outremeuse
Dju d'la Mouse (wa)

Géolocalisation sur la carte : Liège

Voir sur la carte administrative de Liège
City locator 14.svg
Outremeuse
Dju d'la Mouse (wa)

Géolocalisation sur la carte : Liège

Voir la carte administrative de Liège (quartiers)
City locator 14.svg
Outremeuse
Dju d'la Mouse (wa)

Géolocalisation sur la carte : Liège

Voir la carte topographique de Liège (quartiers)
City locator 14.svg
Outremeuse
Dju d'la Mouse (wa)
Liens
Site web www.liege.be/quartier/services-dans-mon-quartier/quartiers/outremeuse

Outremeuse est un quartier administratif et une île de la ville de Liège en Belgique. Il est dénommé en wallon Dju d'la Mouse (« au-delà de la Meuse »), ou plus simplement Djud'la. Dans l'ancienne principauté de Liège, il faisait partie du quartier Vinåve des Prés (un des trois anciens vinåves (« quartiers ») de la Cité de Liège).

À l'origine, le terme désignait le faubourg situé en rive droite de la Meuse, face au centre historique de Saint-Lambert situé en rive gauche, au-delà du pont des Arches. Actuellement, il désigne l'ensemble du quartier situé entre le fleuve et la Dérivation depuis les réaménagements fluviaux du XIXe siècle.

Le quartier a également abrité durant plusieurs siècles l'hôpital de Bavière, dont une grande partie a été démolie à la fin du XXe siècle.

C'est un des plus anciens et des plus populaires quartiers de la ville. Au XIXe siècle, les bras de la Meuse et ses biefs sont comblés, et de grandes artères y sont créées. Outremeuse a conservé le même aspect au début du XXIe siècle.

Les origines du quartier[modifier | modifier le code]

Entre Ourthe et Meuse[modifier | modifier le code]

Le quartier entre Urte et Meuse vers 1649 : de haut en bas le long de la chaussée d'Aix, le Pont-des-Arques, Saint-Folien, Saint-Nicolas, Saint-Julien et la Porte d'Amercœur ; à gauche les « Terres de Bèches » et la Tour de Bèche, à droite l'abbaye du Val des Écoliers et plus bas le Couvent des Récolets et « Les Prés Saint-Denis ».

Entre Ourthe et Meuse[1], était autrefois un immense marécage habité par quelques pêcheurs. Anciennement Vinåve des Prés[2], qui comme l'Île ne reçoit des remparts qu'au XIIIe siècle, cette île fut rattachée à la Cité au XIe siècle. Le prince-évêque Réginard ordonna la construction d'une chaussée reliant Liège à Aix-la-Chapelle dans le but de faciliter les contacts avec l'empire. Outremeuse a d'abord eu une enceinte assez restreinte qui passait par la rue Large[3], le long du vieux Saint-Pholien, pour rejoindre la Meuse le long du boulevard Saucy où coulait le bief du Barbou[4]. Une deuxième enceinte est construite en 1537 sous la conduite de Paul de Richelle[5]. Un balloir[6] de 18 mètres de hauteur prévu pour tirs canonniers est prévu de part et d'autre de la Rue Curtius. Les murs étaient de 3,6 m d'épaisseur et de 8,4 m de hauteur. Il reste un vestige de ce mur paré de petit corbeaux sous les maisons faisant le coin du quai des tanneurs et de la rue Sainte Barbe. Un biez se trouvait rue Curtius, reliant la Meuse au Barbou, il faisait mouvoir deux engins, les moulins à poudres du marchand Curtius, fournisseur à la fin du XVIe siècle des armées du roi d'Espagne.[réf. nécessaire]

Bief du Barbou vers 1830 (à droite, le couvent du Val des Écoliers et, dans le fond, le clocher de l'église Saint-Pholien)

La chaussée d'Aix-la-Chapelle[modifier | modifier le code]

L'abbaye du Val des Écoliers de Notre-Dame de l'Isle à Liège à l'extrémité nord du quartier d'Outremeuse ; devenue au début des années 2000 une école supérieure d'architecture, boulevard de la Constitution

Le long de cet axe, prolongement du pont des Arches, et qui englobait la Chaussée-des-Prés, Puits-en-Sock et Entre-Deux-Ponts séparé par le pont Saint-Nicolas, s'élevèrent dès le XIIe siècle des propriétés cossues épargnées par les crues des nombreux biez que comptait l'île et qui inondaient régulièrement les habitats modestes répartis dans les autres artères.

Le Barbou[modifier | modifier le code]

Déjà au XIIIe siècle, le biez du Barbou séparait l'actuel Outremeuse en deux. À l'origine, seul le quartier entre le pont des Arches et le Barbou s'appelait Outremeuse. Au-delà du pont Saint-Nicolas, on trouvait à gauche les Terres-de-Bèche, En-Roture et Le-Chok et à droite Les-Oies et Les-Prés. Comblé, le Barbou devient le boulevard Saucy et le boulevard de la Constitution.

Le Val-des-Écoliers[modifier | modifier le code]

L'abbaye du Val-des-Écoliers de Notre-Dame de l'Isle à Liège, fondée au XIIe siècle par les Écoliers du Christ, fermait le quartier d'Outremeuse au Nord. L'ordre du Val-des-Écoliers y installa un prieuré dès le XIIIe siècle et une abbaye dès le XVIe siècle qui sera un des trois plus importants de leurs prieurés. Le bâtiment principal abrite toujours l'antique salle capitulaire aux six voûtes à nervures en tuffeau, seul témoin de l'architecture gothique du XIVe siècle à Liège. L'abbaye deviendra à la Révolution une caserne et récemment une école supérieure d'art et d'architecture.

Les tanneurs quittent le Lulay pour le Barbou[modifier | modifier le code]

Rivage Grand-Hinri et le clocher de Saint-Pholien vers 1740.
Outremeuse au XVIe siècle à travers la fenêtre du chancelier Rolin

Du fait de la présence abondante de l'eau, les tanneurs, présents à Liège depuis sa fondation, s'étaient implantés en Île, le long du Lulay, un des nombreux bras de la Sauvenière qui parcouraient le quartier au Moyen Âge. Devant les dangers et l'insalubrité liés à cette profession, les cuves de décantages étant fort dangereuses et nauséabondes, des règlements très stricts furent édictés par la corporation dès le XVe siècle, délimitant un périmètre pour l'exercice de leur industrie. Exception faite de la rue Lulay-des-Fèvres, les tanneurs durent s'installer dans la paroisse de Saint-Pholien, le long de la Meuse.[réf. nécessaire]

L'obligation de résidence et d'activité engendra des unions entre parents, tant et si bien qu'au XVIIIe siècle, les habitants de Saint-Pholien se considéraient tous cousins.[réf. nécessaire]

L'importance économique d'Outremeuse[modifier | modifier le code]

La population passe de 10 525 habitants en 1806, à 13 831 en 1831, puis à 29 000 en 1866. Dans le quartier Saint-Pholien un rapport de police de 1866 précise 3 000 personnes pour 250 habitations. Lors des deux inondations principales de 1850 et 1890, tout le Quartier de l'Est est atteint[réf. nécessaire][7].

Commerce et moulins[modifier | modifier le code]

Dès 1830, dans la Cité de Liège, les cours de la Meuse et de l'Ourthe ont été modifiés, les bras d'eau ont disparu pour faire place à de nouvelles rues et à quelques boulevards mais Outremeuse garde son caractère de faubourg[8]. C'est une caractéristique des villes coupées par un fleuve, la division n'est jamais égale, en général l'établissement originel se fait sur l'une des deux berges. Outremeuse n'est pas au départ un site favorable. Entourée et traversée de bras d'eau, l'île est sujette à de nombreuses inondations et cette humidité constante va provoquer une insalubrité élevée[9]. Mais la construction du pont des Arches et le principal itinéraire Est-Ouest vers les grandes foires allemandes permet le développement du commerce de part et d'autre de la chaussée et les bras d'eau apportent la force motrice nécessaire à la Cité. À la fin du XIXe siècle on comptera 33 moulins[10].

Moulins d'Outremeuse[modifier | modifier le code]

Moulin des Petites-Oies, moulin des Grandes-Oies, moulin à huile des Petites-Oies sur Rivelette, moulin du Chapeau-de-Fer sur Rivelette, moulin Henkar En-Châtre, moulin Cassar En-Châtre, moulin Deltour et moulin Chapelle rue des écoliers, Moulin Gillement et Moulin d'amont en Saulci, moulin Ancions et moulin Chapelle en Gravioûle, moulin Levoz et moulin Kinet et Målikou.[réf. nécessaire]

Absence de rénovation[modifier | modifier le code]

Cette importance économique explique qu'une population dense se soit installée dès avant la révolution industrielle, mais elle est groupée dans un réseau de rues, ruelles et impasses qui se développe de part et d'autre de l'itinéraire vers l'Allemagne. Les rues sont considérées comme des annexes de la maison, l'endroit où les gens vivent, se rencontrent, et l'étroitesse est leur défaut majeur, des rues de trois mètres sont bordées d'immeubles de douze mètres, la bourgeoisie ne s'y installe pas[11]. C'est probablement ce qui explique qu'Outremeuse fut le dernier quartier à profiter des embellissements du XIXe siècle.

Les épidémies[modifier | modifier le code]

Rue Roture, entrée de la partie étroite vers la rue Puits-en-Sock et la « cage aux lions »

La nécessité de rénover se fait fortement sentir au XIXe siècle, des rapports rédigés à l'initiative de la ville, en 1860 et 1890, font état de l'insalubrité du quartier et des mauvaises conditions de logement des habitants, ainsi que de l'urgence des travaux pour y remédier. La dégradation progressive des cours d'eau qui traversaient le quartier en accentue la dégradation. Il semble que jusqu'à la fin du XVIIe siècle les autorités curaient les biefs et assuraient leur bon état. Mais au fil des ans, ils vont devenir des égouts à ciel ouvert : la Dérivation, la suppression du bras d'Avroy et du bras de la Sauvenière a comme conséquence une diminution du débit des petits biez qui, pendant l'été, stagnent et deviennent source d'épidémies. Les déchets des égouts mélangés à ceux du terre-plein de la rue des tanneurs, ceux des pêcheurs (derrière le quai van Beneden), ceux de l'hôpital de Bavière, (à l'époque place de l'Yser), ou encore les déchets des chevaux de la Caserne des écoliers, ne vont pas arranger les choses. La mortalité dans le quartier lors des épidémies est double par rapport au quartier du Marché de la Cité. Les autorités[12] de l'époque constatent en 1866, que la rue Puits-en-Sock a quatre fois moins de décès que la rue Porte-aux-Oies, la Måle vôye, ou la Rualette. L'épidémie de 1883 a semble-t-il eu d'autres origines puisque les travaux qui comblaient les biez et certains boulevards étaient faits. Les tranchées faites pour les égouts et le gaz sans précautions de désinfections et le reflux des égouts dans les caves lors des inondations propagent à nouveau l'épidémie.

Les grands travaux du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le boulevard Saucy, ancien bras de la Meuse qui pénétrait en Outremeuse, comblé en 1860

Entre le quartier d'Outremeuse en 1830 et celui de 1880, la différence est nette. D'un côté une semi campagne, de l'autre un ensemble complètement urbanisé[13]. De l'ancien Dju dla Moùse, il reste au début des années 2000 la voie commerciale qui conduit du pont des arches au pont d'Amercœur et les rues et impasses adjacentes. Du quartier Saint-Pholien, dont l'emplacement de l'église même est modifié[14], le plus populeux et le plus insalubre d'Outremeuse, il ne reste que la Gravioûle, la rue (du Couvent) des écoliers, la rue des Tanneurs et la place Sainte-Barbe. L'hôpital de Bavière est démoli, pour laisser la place à la place de Bavière[15](aujourd'hui la place de l'Yser), l'abattoir de 1823 déménage du quai des Pêcheurs (aujourd'hui le quai van Beneden) au quai de l'abattoir réalisé en 1864 et le nouvel abattoir en 1866[16] (aujourd'hui le quai Godefroid Kurth).

Comblement des cours d'eau et des biefs[modifier | modifier le code]

Maisons bourgeoises construites boulevard de l'Est sur l'emplacement de l'ancien bief Saint-Nicolas. Au fond, l'église Saint-Pholien, déplacée et achevée en 1914

Les cours d'eau, la Bêche (quai van Beneden), le bief Saucy (boulevard Saucy) se divisant en deux parties (boulevard de l'Est d'une part et rue Henri de Dinant et rue Gaston Grégoire d'autre part), le bief Saint-Nicolas (boulevard de l'Est), le Barbou (boulevard de la Constitution), la Rivelette (de l'Institut van Beneden à la place Delcour, la rue de Berghe et la rue Saint-Julien où elle se jetait dans le Barbou), la Gravioûle devant la caserne des écoliers, les biefs des Grandes Oies et les Petites Oies (disparu sous le quartier autour de la place du Congrès), sont tous comblés, transformés en égouts et recouverts. La Meuse, l'Ourthe et la Dérivation sont canalisées, enfermées dans leurs digues de pierres. Il ne reste aucun prés ou cotillages des Prés Saint-Denis. On construit aligné selon des plans bien précis : du début de la Rue Méan on voit le quartier Bavière à près de 900 mètres.

Le comblement des bras d'eau signifie la mort des moulins et des fabriques qui en dépendaient.

Des lignes droites[modifier | modifier le code]

Sur un plan moderne, les nouvelles percées du XIXe siècle apparaissent clairement : les rues Méan, Jean d'Outremeuse et Saint-Pholien ont été tracées par les ingénieurs et aux Prés Saint-Denis (actuellement place du Congrès), ils ont adopté un tracé en étoile[17]. Ces artères vont se border peu à peu de constructions bourgeoises dont certaines bâties en style art nouveau comme la Maison Counet[réf. nécessaire]. Le nouveau visage du quartier ne va plus se modifier jusqu'au XXIe siècle. Seule grande modification, la rue Louis Jamme qui va accueillir, dans les années soixante, un ensemble social.

Célébrités[modifier | modifier le code]

Le quartier de Simenon[modifier | modifier le code]

C'est en Outremeuse que Georges Simenon a vécu les premières années de sa vie. Son roman Pedigree décrit dans le détail la vie dans ce quartier au début du XXe siècle et Le Pendu de Saint-Pholien fait référence à l'une des deux paroisses du quartier.

Le quartier de Tchantchès[modifier | modifier le code]

Tchantchès, avec sa commère Nanesse, est l'autre figure populaire du quartier, au cœur des festivités annuelles en l'honneur de Sainte Marie le 15 août.

Une potale, représentation populaire de Sainte-Marie fréquente en Outremeuse

Le 15 août en Outremeuse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 15 août en Outremeuse.
Enterrement de l'os de la fête Matî l'Ohê le lendemain des fêtes de la Sainte Marie

Le 15 août est un moment fort avec des festivités mêlant événements profanes et sacrés :

Art public[modifier | modifier le code]

À l'entrée de l'institut de zoologie se dressent deux statues l'une représentant Édouard Van Beneden, l'autre Théodore Schwann. Toujours sur le quai Édouard Van Beneden, se dresse L'Envol de la Wallonie de René Julien. Le quartier rend hommage à Simenon avec un buste du célèbre auteur placé au centre de la place du Congrès et au Général Bertand avec une statue de 1934 sise place Gobert.

Le monument Tchantchès[modifier | modifier le code]

Cette sculpture en pierre et bronze réalisée par Joseph Zomers en 1936 se situe rue Pont-Saint-Nicolas, au croisement des rues Puits-en-Sock et Surlet.

L’œuvre montre une monumentale hiercheuse[18] qui présente de la main droite la marionnette de Tchantchès. Un grand socle porte en son centre l’inscription Tchantchès en lettres massives dites « lettres-blocs » et sur le côté une plaque apposée en 2002 rappelant les cérémonies du 75e anniversaire de la République libre d'Outremeuse. La sculpture constitue un hommage à l’industrie minière liégeoise et aux traditions folkloriques de la cité.

Buste de Zénobe Gramme[modifier | modifier le code]

Située devant l'entée de l'athénée Maurice Destenay (ancienne École industrielle où étudia Zénobe Gramme) sur le boulevard Saucy, Zénobe Gramme, est représenté en buste. Sa barbe, son front plissé et son regard grave soulignent le sérieux de l’inventeur de la dynamo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Van Eyck, peintres de Liège et de sa cathédrale, Jean Lejeune, G. Thone, 1956 - 213 pages, p. 108 : peut-être à l'origine du nom, vide : entre Urte et Mouse.
  2. en wallon : Vinåle des Preit
  3. toujours visible en 1800[réf. nécessaire]
  4. A. Naguelmakers, Vieux murs d'Outre-Meuse à Liège, Vieux Liège, T. VIII no 191, 1975, p. 502.
  5. Théodore Gobert, Liège à travers les âges : Les rues de Liège, vol. II, Liège, Georges Thone, , p. 488
  6. le terme balloir, en walon balwèr du thiois bolwerk étant la correspondance wallonne de boulevard - dont le sens premier est bastion, construction ronde, chemin de ronde, On parle à Liège du Balloir de la Gravioûle au nord d'Outremeuse et du Balloir de Bêche à la gauche de la porte d'Amercœur[réf. nécessaire]
  7. Outremeuse est systématiquement appelé par la ville "Quartier de l'Est" dans ses rapports
  8. Étienne Hélin, Le paysage urbain de Liège avant la révolution industrielle, 1963, p. 118
  9. O. Tulipe, Cour de géographie humaine, t. II, Géographie de l'Habitat, Liège 1944, p. 81 sq.
  10. Plan figuratif des moulins et usines situé sur le cours de l'Ourthe : Auguste Hock, Liége au XIXe siècle. Les transformations, Vaillant-Carmanne, 1885, p. 232
  11. P. Lavedan, La géographie des villes, Paris, 1959, p. 35 et 41.
  12. G Blonden, Travaux publics, rapport sur l'assainissement, 1871
  13. Dominique Donnay, Outremeuse 1830-1985, p. 102-123, in Visages urbains de Liège depuis 1830, Imp. Buteneers, Liège, 1984, Après les travaux, p. 109
  14. Théodore Gobert, Liège à travers les âges : Les rues de Liège, vol. IX, Liège, Georges Thone, , p. 264-297 : ce changement fut tellement controversé que la nouvelle église ne fut terminé qu'en 1914 alors que les mesures avaient été adoptées par le collège en 1872
  15. seule la Maison Porquin subsiste jusqu'en 1904
  16. Théodore Gobert, Liège à travers les âges : Les rues de Liège, vol. III, Liège, Georges Thone, , p. 7-13
  17. Dominique Donnay, 1984, ibidem. p. 112
  18. ouvrière qui tire les wagonnets de charbon en wallon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Botteresse au XIXe siècle

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Denys Boussart, in La Vie Liégeoise, t.4, Echevinat du Commerce et des Classes Moyennes, Liège, 1974.
  • Théodore Gobert, Liège à travers les âges, Les rues de Liège, 12 vol, 1975-1978

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]