Meise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meise
Le château de Bouchout
Le château de Bouchout
Blason de Meise
Héraldique
Drapeau de Meise
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Hal-Vilvorde
Bourgmestre Jos Emmerechts (CD&V)(2013-18)
Majorité CD&V, N-VA(2013-18)
Sièges
OpenVLD
CD&V
N-VA
Groen
Sp.a-Meise2020
25(2013-18)
8
8
5
3
1
Section Code postal
Meise
-Sint-Brixius-Rode
Wolvertem
-Oppem
-Meuzegem
-Rossem
-Imde
-Westrode
1860
1860
1861
1861
1861
1861
1861
1861
Code INS 23050
Zone téléphonique 015 - 02 - 052
Démographie
Gentilé Meyssois[réf. nécessaire]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
18 436 ()
48,95 %
51,05 %
529 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
20,92 %
63,41 %
15,67 %
Étrangers 4,20 % ()
Taux de chômage 3,95 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 18 043 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 56′ nord, 4° 19′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
34,82 km2 (2005)
66,94 %
5,46 %
25,72 %
1,87 %
Localisation
Situation de la ville au sein de l'arr. de Hal-Vilvorde et de la province du Brabant flamand
Situation de la ville au sein de l'arr. de Hal-Vilvorde
et de la province du Brabant flamand

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Meise

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Meise
Liens
Site officiel www.meise.be
L'église de Meise, dessin de Gabriel Van Dievoet, 1896.

Meise (anciennement écrit Meysse[notes 1])[évasif] est une commune néerlandophone de Belgique située en Région flamande, dans la province du Brabant flamand. Elle est limitrophe des communes de Grimbergen, Kapelle-op-den-Bos, Londerzeel, Merchtem et Wemmel.

Le Jardin botanique de Meise y est installé sur le domaine du château de Bouchout, dont une partie est située sur la commune de Wemmel.

Meise comprend l'entité de Wolvertem depuis la fusion des communes de 1971[Contradiction avec la section : Histoire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dénominations successives[modifier | modifier le code]

Mensce (1132 ; 1225), Menz (1146 ; 1147 ; 1178 ; 1183 ; 1186 ; 1199 ; 1211 ; 1220 ; 1224), Menze (1171), Menza (1176 ; 1212), Meiza (1212), Mence (1223), Minza (1224)[3].

En 1777, le village est mentionné sous le nom de « Meysse » sur la carte de Ferraris[1].

[réf. nécessaire]Au début du XIXe siècle, le village est répertorié comme « Meysse » en français comme en néerlandais.[pertinence contestée]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité viendrait du latin mansio ou mansus qui veut dire la maison, la ferme ou le château[4][réf. à confirmer]. La plus ancienne mention d'archive concernant un chevalier à Meise indique qu'il vivait dans un cortil (hoeve) fortifié[4][réf. à confirmer][Quand ?]. Le cortil fut ensuite remplacé par un château, le château de Meise, construit un peu plus loin qui a aujourd'hui complètement disparu[4][réf. à confirmer] et qui se situait dans l'actuel domaine du jardin botanique de Meise. Il en reste encore l'orangerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Premiers signes d'occupation humaine[modifier | modifier le code]

Des restes de l'âge de fer datant de 2000 à 1600 avant Jésus-Christ sont trouvés[Où ?] en 1876.[réf. nécessaire]

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

Une première église en bois fut construite en 684. Elle était dédiée à Saint-Martin. Au Xe siècle, l'église fut reconstruite en pierre et au XIe siècle, une tour fut ajoutée mais elle était séparée du bâtiment principal.

Temps modernes (1500-1800)[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin est endommagée en 1566 au cours de la Furie iconoclaste. En 1664, le centre de Meise fut incendié par les troupes françaises. À la même période l'épidémie de peste dévasta le village et tua environ 50 personnes. Jusqu'au début du XVIIIe siècle la famine et les soldats français s'en prirent tour à tour à Meise. Ceci ne s’arrêta que sous la domination autrichienne. En 1747, le village comptait environ 600 habitants.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1830, la municipalité comptait 2 152 habitants. En 1874, Nieuwenrode devint une municipalité distincte de Meise, le territoire communal est donc réduit. En 1893, un premier tramway est construit dans le village. La laiterie du Café Napoléon propose bière, lait et œufs aux excursionnistes[5].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Vers 1900, Meise est un village rural de la périphérie bruxelloise. De riches Bruxellois y viennent à vélo ou en tram pour y faire des visites guidées[Par qui ?]. En face de la station de tramway, le long de la drève du château, il y avait une ferme, la « Laiterie », où les touristes pouvaient commander des sandwichs au fromage frais et de la bière[6]. Le tram atteint jusqu'en 1935 le village en passant par Grimbergen et la drève du château.

De nombreux citoyens de Meise furent appelés à se battre contre les Allemands durant Première Guerre mondiale. Douze d'entre eux y perdirent la vie. Deux ans après la guerre, en 1920, le conseil communal décide de changer de langue et passe de la langue française au néerlandais.

En 1935, à l'occasion de l'exposition universelle une ligne de tramway directe à Bruxelles est créée[7].

Durant la Seconde Guerre mondiale, le château de Meise est complètement détruit[8].

En 1958, Le Jardin botanique national de Belgique déménage à Meise dans le domaine constitué de la fusion du domaine du Château de Bouchout et celui du château de Meise.

Pendant de l'avenue de Tervuren, l'Avenue de Meysse (en néerlandais : Meiseselaan), œuvre de Léopold II, est une large avenue de marronniers situé à Bruxelles (Laeken) et conduisant vers Meise. Elle a été transformée en autoroute urbaine (l'A12) en 1958, bien qu'une voie latérale ait toujours une finalité résidentielle. [pertinence contestée]

En 1977, la fusion des communes belges a créé la nouvelle commune de Meise en regroupant l'ancienne commune éponyme, Wolvertem et Oppem (une partie de l'ancienne municipalité Brussegem).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Graphe de l'évolution de la population de la commune. Il est à noter que la commune de Meise est née en 1977 de la fusion des anciennes communes de Meise (qui comprenait les actuelles sections de commune de Meise et de Sint-Brixius-Rode) et de Wolvertem (qui comprenait les actuelles sections d'Oppem, de Meuzegem, de Rossem, d'Imde et de Westrode). Dans le graphique ci-après, les données antérieures à 1977 correspondent à la somme des chiffres de population de ces deux communes autrefois indépendantes.

  • Source:INS - De:1806 à 1970=recensement de la population au 31 décembre; depuis 1980= population au 1er janvier

Sports[modifier | modifier le code]

Meise a deux équipes de football le KFC Meise (D4 Prov.) et le SC Wolvertem (D1 Prov.).

Personnalités de Meise[modifier | modifier le code]

  • Henri Van Dievoet, bourgmestre de Meise et pépiniériste. Il a donné son nom à l'avenue Van Dievoet à Meise.
  • Albert-Ghislain-Marie, Marquis de Beauffort (né à Meise le 20 septembre 1834 et mort à Bruxelles-ville le 6 juillet 1914 ) est un homme politique belge.
  • Emmanuel Van der Linden, baron d'Hooghvorst (né à Bruxelles le 7 juin 1781, mort le 15 avril 1866) est un homme politique belge de tendance catholique qui joua un rôle majeur lors de la Révolution belge. Il fut bourgmestre de Meise de 1807 à 1866.
  • Sa plus jeune fille, Pauline, épouse du duc de Bassano et dame d'honneur de l'impératrice Eugénie est décédée au château de Meise le 9 décembre 1867.
  • L'impératrice Charlotte du Mexique (née princesse de Belgique) vécut au château de Bouchout de 1879 à sa mort en 1927.
  • Edwin Ganz (1871-1948), peintre helvético-belge, a vécu au domaine de Bouchout et y est décédé.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. H. Tarlier, Liste alphabétique des communes de Belgique, conforme à l'orthographe des sceaux officiels, Bruxelles, 1852, pp. 28, 134 et 303 : « Meysse ». La graphie « Meysse », est déjà attestée en 1777 sur la carte de Ferraris[1], elle est encore utilisée en français dans l'odonyme « avenue de Meysse »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.kbr.be/fr/la-carte-de-ferraris
  2. http://www.streetdir.be/BE/Bruxelles/Ville-De-Bruxelles-Stad-Brussel/Laeken-Laken/Strassen/Avenue-De-Meysse-Meiseselaan/
  3. (nl) Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), t. I, Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, (lire en ligne), p. 680.
  4. a, b et c http://www.meise.be/product/1362/geschiedenis
  5. (nl) Barbara De Coninck, « Auberge Napoléon », Eten, sur Goesting Vlaams-Brabant & Brussel, (consulté le 7 août 2017).
  6. Meise dans les vieilles cartes postales, R. van den Haute, Bibliothèque européenne Zaltbommel / Pays-Bas 1973[réf. incomplète]
  7. Atlas ferroviaire vicinal, éditeur :. souvenirs Rail. Par Stefan Justens et Dick van der Spek[réf. incomplète]
  8. http://www.plantentuinmeise.be/PUBLIC/GENERAL/ABOUTUS/ABOUTUSFR/historyfr.php