Wépion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wépion
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Namur
Code postal 5100
Zone téléphonique 081
Démographie
Gentilé Wépionnais(e)
Population 6 493 hab. ()
Densité 403 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ N 4° 52′ E / 50.417, 4.86750° 25′ Nord 4° 52′ Est / 50.417, 4.867
Superficie 1 613 ha = 16,13 km2
Localisation
Localisation de Wépion dans la commune de Namur
Localisation de Wépion dans la commune de Namur

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Wépion

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Wépion

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Wépion

Wépion est une section de la ville belge de Namur située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Avant le régime révolutionnaire français la commune de Wépion n’était pas aussi étendue qu’actuellement, elle ne comportait notamment pas la seigneurie de Fooz (sud).

D'une commune rurale avant la Seconde Guerre mondiale, Wépion est devenue une cité résidentielle.

Wépion est célèbre pour la qualité des fraises qui sont mises en vente durant la saison de ce fruit. Le marché de la Fraise de Wépion s'est surtout développé dans l'entre deux guerres et fut à son apogée dans les années 1960, quasiment chaque famille cultivait de la fraise. À cette époque, la criée de Wépion expédiait des fraises jusqu'à Rungis en France.

De nos jours, l'activité s'est fortement professionalisée et l'on y commercialise, par la criée, des fraises de mai à août.

La joueuse de tennis Justine Henin vécut un temps à Wépion, en bord de Meuse, avant de s'installer dans la principauté de Monaco.

Principales curiosités[modifier | modifier le code]

  • Le Fort de St Héribert qui fait partie de la Position Fortifiée de Namur. Il fut un acteur des deux guerres mondiales. Enseveli entièrement à partir des années soixante, il ressort progressivement de terre depuis 2013 grâce à la Fondation privée "Emile Legros" et de quelques passionnés. Il peut se visiter partiellement, lors des ouvertures les 4èmes dimanche du mois d'avril à octobre accompagné d'une Foire Aux Marchés.
  • Le Musée de la fraise
  • Les villas mosanes "Belle Époque" de la Chaussée de Dinant
  • Les bois et étangs de la Marlagne
  • Le plus grand séquoia de Belgique (45 mètres) et un cèdre du Liban bicentenaire
  • La promenade du halage et le RAVeL 2 (vues sur les Rochers de Néviau, l'île et le château de Dave)
  • Les vestiges de l'abbaye des carmes du Saint Désert de la Marlagne, dont il reste notamment une chapelle et un porche monumental (XVIIe siècle). Il subsiste également un corps de logis Renaissance, une ferme et une grange. Des Bénédictines s'installèrent à l'abbaye en 1919 avant de se fixer définitivement à Ermeton-sur-Biert[1]
  • La ferme de Vévy Wéron, dont les prairies longent l'enceinte méridionale de l'abbaye des Carmes
  • Les anciennes bâtisses du Trieu Colin
  • Le jardin anglais du domaine du Sous-Bois (propriété privée ouverte occasionnellement au public)
  • Le Centre culturel Marcel Hicter
  • L'ancien portail et les dépendances du Château Drion (détruit), datant de 1865, construit au sein du domaine de l'abbaye des Carmes de la Marlagne
  • Le CSI La Pairelle, né en 1971

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Malonne Namur Jambes Dave Rose des vents
Malonne Floreffe N Dave
O    Wépion    E
S
Bois-de-Villers Profondeville Lustin

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, 1973, p. 66.

Liens externes[modifier | modifier le code]