Godelieve de Gistel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sainte Godelina)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Godelieve de Gistel
Image illustrative de l’article Godelieve de Gistel
Fresque de sainte Godelieve dans l'Abbaye Sainte-Godelieve de Gistel en Belgique
Sainte, vierge et martyre
Naissance 1045
Wierre-Effroy, Pas-de-Calais, France
Décès   (à 25 ans)
Gistel, Belgique
Nom de naissance Godelieve de Wierre-Effroy
Nationalité Flag of Belgium.svg Belge
Vénérée à Gistel, Belgique
Canonisation 30 juillet 1084
par Urbain II
Vénérée par Église catholique
Église orthodoxe (Flandre)
Fête 30 juillet (Église catholique)
6 juillet (Église orthodoxe)
Attributs La couronne du martyre, une corde, un mouchoir autour du cou
Sainte patronne Des femmes délaissées et maltraitées par leur mari

Godelieve de Gistel (ou Godeleine en Flandre française)[1], née en 1045[2] à Wierre-Effroy et morte le à Gistel, est une jeune femme issue de la noblesse flandrienne.

Délaissée par son mari qu'elle ne cessa d'aimer, et maltraitée par sa belle-mère, elle meurt assassinée. Elle est considérée comme sainte et martyre.

Liturgiquement elle est commémorée le 30 juillet par l'Église catholique[3] et en flandre le 6 juillet par l'Église orthodoxe[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Godelieve est la fille d'Hemfried de Wierre-Effroy, Baron d'Hardifort, issu de la noblesse flandrienne et d'Odgive de Boulogne, issue de La maison de Boulogne, famille de la noblesse franque issue de la maison de Flandre. Elle a deux sœurs, Ogide et Adèle[5].

Elle vient au monde dans le château de Londefort dans le hameau de Hondefort à Wierre-Effroy où son père y est seigneur. Belle et aimable, la jeune fille de 25 ans refuse les prétendants, souhaitant devenir religieuse.

Mariage forcée[modifier | modifier le code]

Un noble gentilhomme, Bertolf van Gistel (ou Bertulf de Ghistelles), toutefois, veut à tout prix l'épouser, et pour atteindre son but, la demande par l'entremise d'Eustache II de Boulogne, comte de Boulogne, suzerain du père de Godelieve, lequel ne peut alors refuser.

Le jour du mariage, l’attitude de Bertolf change, il devient froid, lointain et méprisant. Il se désintéresse de son épouse. Il fait accélérer le départ vers son château de Gistel, près d’Ostende. Godelieve, en quittant le manoir de son père, plante une quenouille dans un petit bois et une source en jaillit.

Persécutions et humiliation[modifier | modifier le code]

Godelieve est très mal reçue par sa belle-mère, Iselinde van Snaaskerke qui jalouse, la persécute, l'oblige à vivre dans une cellule minuscule, sans la nourrir adéquatement. Ce qui n'empêche pas Godelieve de partager ses maigres victuailles avec les pauvres. De son côté, Bertolf fait courir des rumeurs calomnieuses à son sujet, et le mariage n'est pas consommé.

Après quelque temps, Godelieve s'enfuit et retourne chez ses parents. Son père fait appel à l'évêque de Tournai pour obliger Bertolf à reprendre son épouse et à lui rendre ses droits et sa dignité d'épouse.

L'histoire éclate et Bertolf échappe de peu à l’opprobre général. Il fait amende honorable, se repent, jure à Godeleine, à ses parents et aux autorités ecclésiastiques qu’il regrette ses gestes. Il promet d’avoir une conduite irréprochable vis-à-vis de Godelieve. Inquiète mais prête à pardonner, la jeune femme repart à Gistel.

Assassinat de Godelieve[modifier | modifier le code]

La mort de Godelieve de Gistel. Abbaye de Gistel

Bertolf veut se débarrasser définitivement de Godelieve. Il lui faire croire qu’il a demandé les services d’une femme qui a le secret de renouer les liens conjugaux rompus.

Godeleine doit la rencontrer seule, en secret, pendant la nuit. Le 6 juillet 1070 à l’aube, deux serviteurs chargés de sa surveillance viennent la réveiller. Elle doit se rendre au rendez-vous dans ses vêtements de nuit. Une fois sortis du château, ils l’emmènent vers un point d’eau, et là, l’étrangle et la noie pour faire passer ce meurtre pour une mort naturelle. Son corps est ramené en secret jusqu’à sa chambre.

Elle s'est débattue et du sang a coulé à l’endroit où elle a été tué. Dès les premiers instants, on raconte que le sol sous ses pieds se change alors en marbre blanc, attestant ainsi de sa pureté.

Son époux revient de Bruges en veuf éploré pour éviter les soupçons.

Funérailles et miracle[modifier | modifier le code]

Son mari, la fait inhumer dès le lendemain, dans un caveau de l’église de Gistel.

Lors des obsèques, un autre miracle se produit. Une foule immense se déplaçe et comme la coutume le prévoit, on distribue des pains aux pauvres. Lorsque les pains commencent à manquer, ils se multiplient pour permettre à chacun d’en recevoir.

Après sa mort[modifier | modifier le code]

Son caveau puis l’eau dans laquelle Godeleine fut noyée attirent ensuite les infirmes et les malades. Des miracles se produisent très rapidement. La source de Wierre-Effroy devient ensuite un lieu de pèlerinage.

Bertolf se remarie. Il a une fille, Edith, née aveugle. La tradition relate que l'enfant fut guérie que par l'intercession de Godelieve. Après ce miracle, Bertolf se repent et part à Rome pour obtenir l'absolution de sa faute. Il part ensuite en pèlerinage en Terre sainte et se fait moine à l'abbaye de Saint-Winoc de Bergues où il meurt.

Sa fille Edith fonde un monastère bénédictin à Gistel (Ten Putte) sous le patronage de sainte Godelieve.

Canonisation[modifier | modifier le code]

Son corps est levé de terre le 30 juillet 1084 pour la reconnaissance de canonisation[6].

Les reliques de Godelieve sont visitées par les prélats locaux dans les siècles suivants. Il y a une reconnaissance le 15 mai 1380, une attestation fut rédigée en 1392, une en 1604.

Une visite des reliques, assez mouvementée, fut effectuée le 7 juillet 1719. Une nouvelle reconnaissance a eu lieu le 12 août 1907.

Des parties de ces reliques ont été depuis distribuées à différentes églises hétérodoxes où le culte de sainte Godelieve étaient autrefois vécu à leur manière. On en trouvait à Tournai, à Gand, à Sleidinge, à Ypres, à Courtrai, au monastère d'Eeckhout et à Mechelen.

Souvenir et vénération[modifier | modifier le code]

Chapelle Sainte Godeleine à Wierre-Effroy.
Abbaye Sainte-Godelieve de Gistel.
  • Une dizaine d'années après la mort de Godelieve, un moine de l'Abbaye de Saint-Winoc, Drogon, écrit Vie de Godelieve (Vita Godeliph), oeuvre qui détaille la vie de cette dernière.
  • En 1084, l'évêque de Tournai et de Noyon fit exhumer le corps de Godelieve, qui depuis lors reçut une grande vénération populaire et fut à l'origine de nombreux miracles[7].
  • Une procession comptant plus de mille participants parcourt chaque année les rues de Gistel, le dimanche suivant le .
  • Une petite chapelle qui lui est dédiée existe dans son village natal de Wierre-Effroy au hameau Londefort, à l'intérieur de laquelle se trouve une source dite miraculeuse.
  • A Gistel, est fondée autour du puits où fut jeté le corps de Godelieve en 1070, l'abbaye de Ten Putte qui deviendra l'abbaye Sainte-Godelieve. On peut y observer une chemise, que la légende attribue à Godelieve.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Connue également sous d'autres noms : Godeleva, Godeliève, Godelaine, Godelina ou Godelive, ou même - erronément - Gertrude
  2. De "Vita Godeliph" van de monnik Drogo (books.google.fr)
  3. nominis.cef.fr Nomins : Sainte Godelieve de Ghistelles.
  4. stmaterne.blogspot.com Saint Materne : Sainte Godelieve, martyre, patronne des époux malheureux.
  5. Hemfried de Wierre-Effroy (geneanet.org)
  6. Sainte GODELIEVE de GHISTELLES, martyre (blogspot.com)
  7. Bien qu'elle soit vénérée comme 'martyre' les Bollandistes font remarquer (dans Acta Sanctorum, Vol 2 de Juillet) que, à strictement parler, la sainte ne mourut pas en défense de la foi chrétienne mais bien comme victime de violences domestiques, qu'elle supporta cependant avec le plus éminent esprit de charité chrétienne. De là lui vient sa sainteté.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]