Abbaye de Saint-Trond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancienne abbaye de Saint-Trond
Image illustrative de l'article Abbaye de Saint-Trond
Portail de l'ancienne abbaye de Saint-Trond
Présentation
Nom local Abdij van Sint-Truiden
Culte catholique
Type Prieuré monastique en 657
Abbaye au IXe siècle
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction VIIe siècle
Fin des travaux Supprimée en 1793
Style dominant Architectures romane et gothique
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Province Drapeau de la Province de Limbourg Province de Limbourg
Ville Saint-Trond
Coordonnées 50° 48′ 58″ N 5° 11′ 12″ E / 50.81611, 5.1866750° 48′ 58″ Nord 5° 11′ 12″ Est / 50.81611, 5.18667  

Géolocalisation sur la carte : Province de Limbourg (Belgique)

(Voir situation sur carte : Province de Limbourg (Belgique))
Ancienne abbaye de Saint-Trond

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Ancienne abbaye de Saint-Trond

L'ancienne abbaye de Saint-Trond, sise au cœur de la ville belge de Saint-Trond était une abbaye d’origine mérovingienne, fondée vers 657 par saint Trond. Devenue bénédictine et très florissante, elle attira une population qui forma le bourg aujourd’hui appelé Saint-Trond. Après onze siècles d’existence elle fut supprimée par le régime révolutionnaire français en 1793.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Trond (ou Trudon), fils de Wicbolde, au retour de Metz où il a été ordonné prêtre bâtit en 656, dans sa propriété de Sarchinium (le quartier de ‘Zerkingen’ dans la ville de Saint-Trond), un prieuré monastique avec église qui devient le centre de ses activités missionnaires dans la Hesbaye : quelques moines missionnaires vivent avec lui lorsqu’ils ne circulent pas dans la région. Il meurt en 693 et est enterré dans son église.

Ravagé par les Normands en 883 le prieuré se relève une cinquantaine d’années plus tard (938). Le prieuré se développe en monastère, et la communauté adopte la règle de saint Benoît au début du IXe siècle. Un bourg se forme: la population augmente d’autant plus vite que le tombeau du saint fondateur et bienfaiteur attire les pèlerins. Les pèlerinages conduisent à la création de commerces, d’auberges et autres activités commerciales.

Au milieu du XIe siècle une église abbatiale de style roman est érigée par Adélard II, abbé de 1055 à 1082. L'église (la troisième) est de grande dimension: une centaine de mètres de long et 27 mètres de large au transept. Des vestiges de la haute tour et de la crypte en sont encore visibles. La prospérité fait que l’abbaye est souvent victime des rivalités entre les comtes de Duras et de Louvain qui cherchent à s’approprier son pouvoir.

L’abbé Wilric van Staepel (1155-1180) fait de Saint-Trond un grand centre de pèlerinage aux tombeaux des saints Trond et Eucher d'Orléans. Les bâtiments claustraux sont achevés. Une école monacale est ouverte qui fournira de nombreux clercs au diocèse de Liège. L’abbaye a le droit de frapper monnaie: un atelier monétaire est créé qui ne sera supprimé qu’en 1560. Au spirituel cependant l’abbaye reste subordonnée au diocèse de Metz.

Au début du XVIe siècle, sous l’abbatiat de Guillaume de Bruxelles un programme de transformations et agrandissements est mis en chantier. Le domaine est entouré d’un mur d’enceinte et un nouveau palais abbatial est construit. Le portail du mur d’enceinte date de 1655 (abbé Hubert van Sutendael). Des clochetons gothiques sont ajoutés à la tour du milieu.

Joseph Van Herck, abbé de 1751 à 1780 fait appel au grand architecte religieux Laurent-Benoît Dewez qui en 1769 dessine la nouvelle cour d’honneur et les bâtiments qui l’entourent. En 1779 un nouveau clocher gothique élancé remplace ceux construits au siècle précédent. Il sera arraché par une tempête en 1953.

L'arrivée des Français met cependant fin à l’abbaye. Les derniers moines doivent quitter les lieux. En 1789 elle est vendue à quatre Liégeois qui démolissent immédiatement l’église, ne laissant debout que la tour. Les bâtiments épargnés sont affectés à d’autres usages.

Restauration au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1802, un bienfaiteur, Léon de Menten, rachète ce qui reste des bâtiments et les offre aux bénédictins, qui ne sont cependant pas en mesure de les réoccuper. En 1834, le diocèse de Liège installe son petit séminaire néerlandophone dans les anciens bâtiments de l’abbaye[1].

En 1845, une église de style néo-classique est construite pour le séminaire, à l’endroit ou semble-t-il, Saint Trond construisit sa première église, vers 656.

Cette quatrième église disparaît à son tour lors de l’incendie de 1975 : les bâtiments sont ravagés et l’église, avec sa flèche de 1779, est perdue. Dernière catastrophe : en 1992, une explosion détruit ce qui reste du moulin de l’abbaye.

Le petit séminaire est fermé en 1972. Les bâtiments sont occupés aujourd'hui par un collège diocésain néerlandophone dépendant du diocèse de Hasselt (créé en 1967).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La tour carrée de l’église abbatiale reste impressionnante, même si mutilée. Haute de 65 mètres elle repose sur une base romane du XIe siècle. Les deux tourelles qui la flanquent et renferment les escaliers, sont de l’époque gothique (XIIIe et XIVe siècles. La partie supérieure avec les baies à claire voie est de style classique.
  • Le porche près de la tour (sur l’image) date de 1655. De style baroque il porte les armes de l’abbé Hubert van Sutendael.
  • Le portail (Diesterstraat) qui donne accès à la cour d'honneur porte le millésime de 1779. Œuvre de l’architecte liégeois Jacques-Barthélemy Renoz (1729-1786) il est surmonté d’un bas-relief représentant un miracle légendaire accompli par Saint Trond encore jeune: la guérison d’une femme aveugle (œuvre de Virroux).
  • Le palais abbatial, dans la partie nord de la cour d’honneur, est de style Renaissance classique. Construit sous l’abbatiat de Joseph Van Herck au XVIIIe siècle, il comprend une belle salle dite ‘de l’Empereur’ dont les fresques murales sont de Giovanni Caldelli (1721-1791), un artiste italien (vers 1770).
  • Un refuge abbatial, conservé, est doté d'un remarquable pignon de style pré-renaissance, des moines de l'abbaye d'Averbode.
  • D’autres vestiges de l'abbaye sont visibles : l’ancienne grange aux dîmes (XVIIIe siècle), des écuries, la crypte de l’église, l’ancienne ferme et moulin de l’abbaye.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce séminaire se trouvait à l’abbaye de Rolduc, à l’est de Maastricht. La scission entre les Pays-Bas et la Belgique, en 1830, força son rapatriement à Saint-Trond

Articles connexes[modifier | modifier le code]