Antiphonaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chant grégorien
Image illustrative de l'article Antiphonaire
Plain-chant
Neumes
Modalité grégorienne
Répertoire grégorien
Articles sur la musique sacrée

L'antiphonaire (de antiphona, « Antienne », refrain d'un psaume) est un livre liturgique catholique rassemblant les partitions grégoriennes des heures canoniales (liturgie des heures, ou « bréviaire »).

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers antiphonaires remontent au temps du pape Grégoire Ier, au VIe siècle. Les réformes menées sous le pape Pie V au XVIe siècle constituent le dernier changement notable dans leur composition.

Contenu[modifier | modifier le code]

Psautier[modifier | modifier le code]

Antiphonaire de l'église Saint-Francis d'Évora (Portugal)

Le « psautier » est l'ordinaire hebdomadaire de l'office divin. On y trouve principalement :

  • l'hymne chanté aux débuts de l'office (qui peut varier suivant le temps liturgique) ;
  • les psaumes (et cantiques bibliques) normalement récités aux différents offices de la liturgie des heures, disposés dans l'ordre des offices, ainsi que les antiennes ordinaires qui les précèdent ; ces antiennes sont pratiquement toujours tirées du psaume lui-même ;
  • on y trouve également le capitule (petite lecture) et un Répons brefs.

Propre[modifier | modifier le code]

Comme dans le Missel, le propre du jour est classé en « Propre du temps », « Sanctoral » et « Commun ». Pour chaque jour du propre, les éléments variables de l'office sont donnés.

  • Le plus souvent, le propre se limite à deux antiennes, l'une éventuelle Ad Benedictus précédant le chant du Benedictus (conclusion de l'office de laudes) ; l'autre Ad Magnificat précédant le Magnificat (conclusion de l'office de Vêpres), pratiquement toujours présente.
  • Le propre du sanctoral se limite le plus souvent à une oraison (et quelques rubriques précisant notamment le commun applicable).
  • Pour les propres plus importants, il y a cinq Antiennes chantées à tous les offices du jour (Ad laudes, et per Horas, c’est-à-dire : à matines, laudes, et aux autres à chaque heure).
  • Au sanctoral et au commun, il existe le plus souvent un hymne propre.
  • Un ton spécifique détermine les principales fêtes pour les Complies.
  • Enfin, selon la période liturgique de l'année, des variantes dans les prières, répons brefs, entre autres, peuvent remplacer différentes parties de l'office quotidien.

Tons communs[modifier | modifier le code]

Les tons communs de l'office donnent principalement les tons de la psalmodie.

On y trouve également le ton des lectures, et la manière de chanter les différents versets et répons de l'office, sur un phrasé psalmodique caractéristique.

Différence par rapport au bréviaire[modifier | modifier le code]

  • L'antiphonaire contient les parties chantées de l'office, notées en notation neumatique.
  • L'antiphonaire ne contient pas l'office des lectures (office nocturne).
  • L'antiphonaire ne contient que les rubriques du bréviaire spécifiques au chant.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :