Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur
Image illustrative de l’article Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur
Ordre religieux
Institut Congrégation religieuse catholique
Type Contemplative et apostolique
But Réhabilitation des prostituées et aide aux femmes en difficultés, conversion des filles et femmes tombées dans l’impureté, assistance aux nécessiteux
Structure et histoire
Fondation 1835
Angers, France
Fondateur Sainte Marie-Euphrasie Pelletier
Abréviation R.B.P.
Autres noms Sœurs du Bon Pasteur
Patron saint Jean Eudes, sainte Marie-Euphrasie Pelletier et la bienheureuse Marie du Divin Cœur
Rattaché à Ordre de Notre-Dame de Charité
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

La congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur (en latin : Congregationis Sororum a Bono Pastore), dite des Sœurs du Bon Pasteur d'Angers, également appelée les Sœurs[a] de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur, est un congrégation religieuse catholique fondée en 1835[b] par Marie-Euphrasie Pelletier (canonisée par l'Église catholique en 1940), pour venir en aide aux femmes[2] et aux enfants en difficulté.

Historique[modifier | modifier le code]

Sainte Marie-Euphrasie Pelletier fut la fondatrice de la congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur (à Angers, France).

Marie-Euphrasie Pelletier était alors mère supérieure de la Maison d'Angers de l'Ordre de Notre-Dame de Charité, dite « du Refuge ». La nouvelle congrégation, dont le nom fut choisi en souvenir de l'ancienne Maison de refuge du Bon Pasteur d'Angers, disparue à la Révolution, a l'originalité de se libérer rapidement de la tutelle administrative et spirituelle de l'évêque local et de se placer sous l'autorité pontificale. Elle fonde ses premières maisons dans la France manufacturière à l'aube de la révolution industrielle et forme des jeunes filles de la classe ouvrière pour leur donner un métier. Une branche de femmes repenties (anciennes prostituées ou femmes de mauvaise vie), appelées « Madeleines », vivent en clôture et prient pour la communauté. Dès 1835, Rome demande une vocation d'universalité à cette congrégation. L'encadrement des religieuses du Bon Pasteur est confié très tôt à des religieuses issues des meilleures familles de la bourgeoisie libérale ou de l'aristocratie européenne préoccupée du catholicisme social, comme en Allemagne par exemple, avec Bienheureuse Marie du Divin Cœur, née comtesse Droste zu Vischering[3]. Parmi les cinquante novices de 1835, on remarque des jeunes femmes belges, irlandaises, allemandes, juives (les filles converties de l'ancien rabbin Drach, devenu bibliothécaire à la Propaganda Fide). À partir de 1840, la plupart des supérieures hors d'Europe sont issues de familles catholiques de la noblesse allemande hostiles à la montée en puissance de la Prusse protestante. Issues de grandes familles, elles sont parfaitement francophones[4].

La bienheureuse Marie du Divin Cœur Droste zu Vischering (1863-1899) était une religieuse des Sœurs de la congrégation du Bon Pasteur qui a demandé, au nom du Christ lui-même, au pape Léon XIII qu'il consacre le monde entier au Sacré-Cœur de Jésus.
Des religieuses irlandaises du Bon Pasteur internées à Rangoon (Birmanie) durant la Seconde Guerre mondiale.

Lorsqu'elle meurt en 1868, Mère Euphrasie Pelletier laisse 2 067 religieuses professes, 384 novices, 309 tourières (religieuses converses allant à l'extérieur), 972 « Madeleines », 6 372 jeunes filles ou femmes pénitentes accueillies en refuges, 8 483 enfants (en majorité des fillettes) instruits par les religieuses.

Réseau des maisons de Sœurs du Bon Pasteur fondées par Sainte Marie-Euphrasie Pelletier.

La croissance est rapide parallèlement à l'expansion de la révolution industrielle et des déséquilibres moraux et sociaux qu'elle engendre, comme toute période de transition nouvelle. C'est le génie de Mère Euphrasie Pelletier d'avoir su déceler les besoins de son époque. Les religieuses suivent également la progression de l'Empire britannique et s'y installent en croissant régulièrement, loin des tracasseries des évêques français gallicans, ou de l'administration anticléricale française.

Une Sœur du Bon Pasteur avec l'habit religieux d'origine de la congrégation.

En 1905, le Bon Pasteur regroupe pour le seul pays de la France 37 maisons, comptant 1 700 religieuses, 700 « Madeleines », 2 700 jeunes filles « pénitentes », 2 600 jeunes filles « préservées »[5].

Fusion[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Ordre de Notre-Dame de Charité fondé par saint Jean Eudes. En 1972, cet institut avait absorbé les filles du Cœur Miséricordieux de Marie.
    • 1972 : Filles du Cœur Miséricordieux de Marie, dites Dames de saint Raphaël fondées le 2 juillet 1891 à Antony par Blanche Frichot (1850-1924) avec l'aide d'Amédée Ferrand de Missol (1805-1883) et du Père eudiste Joseph Dauphin (1841-1912) pour accueillir les mères célibataires abandonnées. Elles s'unissent aux sœurs de Notre Dame de Charité en 1972, mais les sœurs de Colombie préfèrent rester un institut religieux de droit diocésain[6].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

En France, sous la Troisième République, et jusque dans les années 1970, la congrégation se verra attribuer par l'État et notamment le ministère de la Justice, la mission de rééduquer les « filles de justice », jeunes mineures qui, pour diverses raisons, sont passées devant un juge et sont alors considérées comme « filles difficiles », susceptibles de sombrer dans la délinquance ou la prostitution[7].

En 1893 commence « l’affaire du Bon Pasteur de Nancy ». En effet, c’est cette année-là qu’une pupille de 18 ans du nom de Maria Lecoanet, dépose plainte : elle accuse le Bon Pasteur de l'avoir exploitée au travail et considère que ce sont les trop nombreuses heures passées dans les ateliers du Bon Pasteur qui ont causé la perte de sa vue. Cette plainte est relayée par l’archevêque de Nancy, Charles-François Turinaz, qui n’hésite pas à critiquer vivement les méthodes des sœurs. C’est dans ce contexte que les journalistes[8] enquêtent et mettent à la Une de leurs journaux les différents échanges épistolaires, les débats à la chambre des députés et les comptes-rendus d’audience relatifs à l’affaire[9]. Finalement, le Bon pasteur de Nancy ferme ses portes, sur décision de justice, le 26 mars 1903 après plusieurs années de scandale. La fermeture autoritaire du Bon Pasteur de Nancy connait un grand retentissement médiatique et restera longtemps une <<tache>> dans l’histoire de la congrégation.

Dans le contexte de l'affaire du Bon Pasteur de Nancy, Benjamin Guinaudeau (1858-1939) publie Les crimes des couvents, l'exploitation des orphelins, ouvrage dans lequel il fait état des mauvais traitements et sévices infligés aux jeunes pensionnaires du Bon Pasteur[10]. Sont notamment mis en cause, outre l'établissement de Nancy, ceux d'Angers, du Mans, de Limoges, Annonay, Dôle, Loos et Reims. D'autres congrégations du même type sont également mises en cause.

Les controverses resurgissent à partir des années 2000. Selon les témoignages[11] de pensionnaires des années 1950 et 1960[12],[13], de nombreux abus ont été commis au Bon Pasteur : discipline carcérale[14], agressions physiques[15], négation du féminin, emprise psychologique sous couvert d'éducation religieuse, isolement[16]. Les films The Magdalene Sisters et Les Diablesses, tournés en 2002 et 2007 et basés sur des faits réels, montrent cet état de choses. Un forum de discussion[17] est ouvert en 2009 et où peuvent témoigner les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur. Une association d'entraide des anciennes pensionnaires est également fondée en décembre 2020 par Marie-Christine Vennat et Éveline Le Bris[18]. Leurs membres réclament des excuses publiques à la congrégation et au gouvernement, un dédommagement[19], la gratuité des soins physiques et psychologiques, et la récupération des points retraite pour le travail effectué gratuitement[20].

Certaines jeunes filles sont envoyées comme employées dans des familles aisées. En cas de viols par les patrons, elles sont considérées alors comme « aguicheuse et vicieuse »[21].

Le 29 novembre 2021, la chaîne de télévision France 3 publie une enquête à charge : « Angers : anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, elles veulent être reconnues comme victimes pour les violences psychologiques ou physiques subies »[22] ainsi qu'un documentaire de 7 minutes[23]. Le 10 janvier 2022, le magazine Le Point publie à son tour une nouvelle enquête à charge : « Filles du Bon Pasteur : des dossiers compromettants ressortent »[24]. Le Point publie également un documentaire de 31 minutes : « Les filles du Bon Pasteur »[25].

En 2022 sort le documentaire Mauvaises filles d'Émérance Dubas, dans lequel quatre anciennes pensionnaires du Bon Pasteur témoignent[7].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les religieuses de cette congrégation catholique sont aujourd'hui présentes dans soixante-dix pays et sont au nombre de quatre mille.

La maison-mère est à Angers, et la maison généralice à Rome, depuis 1966.

Supérieures générales[modifier | modifier le code]

  • Marie de Sainte-Euphrasie Pelletier, 1835-1868
  • Marie de Saint-Pierre de Coudenhove, 1868-1892
  • Marie-Marine Verger, 1892-1905
  • Marie-Domitille Larose, 1905-1928
  • Marie de Saint-Jean-de-la-Croix Balzer, 1928-1940
  • Marie de Sainte-Ursule Jung, 1940-1960
  • Marie de Saint-Thomas-d'Aquin Lee, 1960-1973
  • Marie-Bernadette Fox, 1973-1985
  • Gemma Cadena, 1985-1991
  • Liliane Tauvette, 1991 - 2004
  • Brigdet Lawlor, 2004 - 2016
  • Ellen Kelly, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Sœurs » prend une majuscule initiale pour désigner l’ensemble de l'ordre dans la locution « les Sœurs de la Charité… ». Pour désigner une sœur individuellement ou un groupe restreint de sœurs, on écrit « une sœur », « une fille de la Charité », « des sœurs de la Charité », etc. Source : Conventions typographiques.
  2. La réforme de là congrégation de Notre-Dame de Charité proposée par Euphrasie Pelletier dont est issue la nouvelle congrégation Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur est approuvée par le pape Grégoire XVI en  : le vote de la congrégation des Réguliers a eu lieu le , le décret est daté du , le bref apostolique du [1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Mégane Chiecchi, « Filles du Bon Pasteur : des dossiers compromettants ressortent », sur Le Point, (consulté le )
  3. Dufourcq, op. cit., p. 282
  4. Dufourcq, op. cit., p. 285
  5. Journal Officiel, 15 avril 1905, p. 1410 (lire en ligne)
  6. « Filles du Cœur Miséricordieux de Marie », sur http://www.doctoratsaintjeaneudes.com (consulté le )
  7. a et b Marie-Béatrice Baudet et Cécile Chambraud, « Le calvaire et les traumatismes persistants des jeunes filles placées à la congrégation religieuse du Bon Pasteur », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  8. Mélanie Fabre, « Féminisme et anticléricalisme dans le journal "La Fronde" au tournant du XXe siècle », sur http://atelier-histoire.ens-lyon.fr/
  9. « Le procès du Bon Pasteur », L'Aurore,‎ 6 février 1903, pp 1-2 (lire en ligne)
  10. Benjamin Guinaudeau, Les crimes des couvents, l'exploitation des orphelins, Paris, Bibliothèque d'Action sociale, (lire en ligne)
  11. « Éveline Le Bris : « Cet enfermement, c'était pour protéger la société de ce qu'on était. » » (consulté le )
  12. Philippe Poisson, « Le Bon Pasteur - L'internationale de la maltraitance », sur Le blog de Philippe Poisson (consulté le ).
  13. Michelle Marie Bodin-Bougelot, Enfances volées – "Le Bon Pasteur" – Nous y étions.
  14. « Véronique Blanchard : « On arrête la camisole de force et on passe à la camisole chimique. » » (consulté le )
  15. Mégane Chiecchi, « L'histoire secrète des « déviantes » : ces établissements de la honte », sur Le Point, (consulté le )
  16. « Angers : d’anciennes pensionnaires du Bon Pasteur victimes de maltraitance », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  17. « "Le Bon Pasteur", notre enfance », sur bonpasteurnotreenfance.vraiforum.com
  18. « Les maltraitées du Bon Pasteur demandent réparation », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  19. « Les maltraitées du Bon Pasteur demandent réparation », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  20. Sarah Boucault, « Maltraitances: les sœurs du Bon Pasteur retiennent leurs archives pour éviter un scandale », sur Médiapart (consulté le )
  21. Jacques Trémintin, « L'internationale de la maltraitance », sur Journal du droit des jeunes 2010/4 (N° 294), pages 34 à 36, (consulté le )
  22. France 3 Pays-de-Loire, « Angers : anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, elles veulent être reconnues comme victimes pour les violences psychologiques ou physiques subies »
  23. France 3 Pays-de-Loire, « Angers : les filles du Bon Pasteur demandent des comptes pour violences psychologiques ou physiques », sur www.youtube.com,
  24. Mégane Chiecchi, « Filles du Bon Pasteur : des dossiers compromettants ressortent », sur Le Point, (consulté le )
  25. « Les filles du Bon Pasteur », sur www.youtube.com,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Frey, Une Expérience spirituelle avec saint Jean Eudes, Paris, éditions de l'Emmanuel, 2010.
  • Pascal Frey, Saint Jean Eudes, une pensée par jour, Paris, éditions Médiapaul, 2010.
  • Pascal Frey, Saint Jean Eudes, un prophète du cœur, coll. Le Livre ouvert, 2014.
  • Véronique Strimelle, « La Gestion de la déviance des filles à Montréal au XIXe siècle : Les Institutions du Bon Pasteur d’Angers (1869-1912) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 5, 2003. Texte intégral. (mis en ligne le 2 juin 2007, consulté le 23 mai 2012)
  • Patrick Taron, « Le Bon Pasteur angevin et la législation sur le travail des enfants au XIXe siècle », Déviance et société, vol. 24, no 2, 2000, pp. 123-141 [2].
  • Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de justice : Du Bon Pasteur à l’éducation surveillée (XIXe – XXe siècles), Éditions Beauchesne, 2009, 483 p. (ISBN 9782701015385).
  • Élisabeth Dufourcq, Les Aventurières de Dieu, Paris, Perrin, 2e éd., 2009.
  • Michelle Marie Bodin-Bougelot, Enfances volées – "Le Bon Pasteur" – Nous y étions.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]