Ixelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ixelles
(nl) Elsene
Ixelles
Les étangs d'Ixelles
Blason de Ixelles
Héraldique
Drapeau de Ixelles
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Arrondissement Bruxelles-Capitale
Bourgmestre Dominique Dufourny (MR)
Majorité PS-sp.a-MR (2013-2018)
Sièges
MR
Écolo
PS-sp.a
cdH
de Clippele-DéFI
43
15
11
8
4
5
Section Code postal
Ixelles 1050
Code INS 21009
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Ixellois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
86 513 ()
48,89 %
51,11 %
13 636 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
15,19 %
73,48 %
11,33 %
Étrangers 41,80 % ()
Taux de chômage 20,04 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 835 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 49′ nord, 4° 22′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
6,34 km2 (2005)
2,89 %
0,00 %
95,24 %
1,87 %
Localisation
Localisation de Ixelles
Situation de la commune dans la région de Bruxelles-Capitale

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Ixelles

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Ixelles
Liens
Site officiel ixelles.be

Ixelles (prononciation : /ik.ˈsɛl/, Elsene /ˈɛl.sə.nə/ en néerlandais), est l’une des 589 communes de Belgique et une des 19 communes de Bruxelles-Capitale. Comme toutes les communes de Bruxelles, elle est officiellement bilingue. L'Université libre de Bruxelles est, en partie, située dans la commune.

Elle compte environ 87 000 habitants, soit une densité de population d'environ 13 300 habitants/km². Située dans le sud-est de Bruxelles, dans la couronne centrale de la région, sa superficie est de 6,34 km2 répartie en deux sections séparées par l'avenue Louise dépendant de la commune de Bruxelles-ville.

Ixelles est connue pour sa population très hétéroclite, son offre culturelle et ses nombreux commerces. La présence des campus de l'Université Libre de Bruxelles et de la Vrije Universiteit Brussel en font une commune très fréquentée par les étudiants.

La commune d'Ixelles est limitrophe des communes de Bruxelles-ville, Etterbeek, Forest, Auderghem, Uccle, Saint-Gilles et Watermael-Boitsfort.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d’Ixelles provient du nom du hameau d’Elsele, « la demeure aux aulnes » (de else : « aulne » et sele : « demeure » ou « château »), d’après le nombre d’aulnes qu’on y retrouvait parmi les prairies, près des étangs ; ce nom est devenu Elsen et ensuite Elsene en néerlandais, Ixel et ensuite Ixelles en français[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, il y avait deux Ixelles : Ixelles-sous-Bruxelles, qui dépendait du magistrat de Bruxelles, et Ixelles-sous-le-Châtelain, qui faisait partie des possessions du châtelain de Bruxelles[3]. Quand celui-ci fut anobli, Ixelles-sous-le-Châtelain devint Ixelles-le-Vicomte[3].

Lors de la création de la commune d'Ixelle au XVIIIe siècle, trois hameaux furent réunis pour la former[3] :

Ces trois-là furent rapidement rejoints par La Cambre qui avait été d'abord indépendante[5].

En 1864, une partie du territoire communal fut annexé à la ville de Bruxelles coupant la commune en deux parties non contiguës[3].

La commune d'Ixelles est aujourd'hui très diverses tant culturellement qu'économiquement. En effet, le nord de la commune, traditionnellement plus populaire, abrite des populations de multiples nationalités. En 2016, près de la moitié des habitants possédaient une nationalité étrangère[6]. A l'inverse, des populations fort aisées résident dans l'Ouest de la commune (quartier Chatelain), le Sud et les quartiers bordants les étangs d'Ixelles.

Selon les études démographiques, on y retrouve une part croissante de jeunes adultes et de travailleurs internationaux. Ixelles abrite également plusieurs quartiers dits "branchés" de la capitale belge, comme le quartier Flagey ou le quartier du Chatelain[7], richement dotés en bars, restaurants et activités culturelles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ixelles blason - Elsene wapen.svg
Les armoiries de la commune ont été fixées par un arrêté royal du 17 février 1888 (sous Léopold II). L’aulne est une référence au nom de la commune, Elsene / Ixelles, qui signifie « la demeure aux aulnes ».
Blasonnement : d’argent à un aulne au naturel.
Source du blasonnement : Armoiries communales sur le site officiel d’Ixelles.



Quartiers[modifier | modifier le code]

Ixelles rassemble des quartiers très différents. On peut citer :

  • quartier de la porte de Namur et de la Toison d’or, quartier très commerçant pouvant être considéré comme le second centre de Bruxelles, grandes enseignes et commerces de luxe.
  • quartier Matongé, qui se caractérise notamment par la présence d’une importante communauté originaire de la République démocratique du Congo, ancienne colonie belge. Par référence à un quartier populaire de la commune de Kalamu (Kinshasa), le quartier où se retrouve cette communauté (autour de la porte de Namur) est connu de tous les Bruxellois sous le nom de Matongé (prononcer « Mato’ngué »). Ce quartier évolue cependant vers une plus grande multiculturalité, avec une présence affirmée de la communauté asiatique, indienne et pakistanaise.
  • sous-quartier Saint-Boniface : quartier branché situé au sud de Matonge.
  • quartier Fernand Cocq : autour de la place du même nom. Il abrite la maison communale.
  • quartier Flagey : autour de l'emblématique Place Flagey. Il englobe la cité de l’Aulne, le quartier Malibran, le quartier Gray et les étangs d’Ixelles, et plusieurs lieux culturels.
  • Abbaye de La Cambre : on y trouve l'Ecole nationale d'arts visuels de La Cambre et le parc de l'Abbaye.
  • quartier Châtelain - Bailli - Brugman : quartier chic : artisanat, librairies, épiceries, restaurants…
  • quartier du Luxembourg, quartier européen autour de la place du Luxembourg, avec notamment le Parlement européen et la gare de Bruxelles-Luxembourg.
  • quartier du Cimetière d’Ixelles - Université libre de Bruxelles : quartier étudiant qui divise la Cité Volta, l’ULB et le quartier de la Petite Suisse, regroupant plusieurs restaurants et snacks.
  • quartier Boondael: Quartier du Sud d'Ixelles, moins urbain. Il comprend la gare de Boendael ou le square du Vieux Tilleul et s'étend jusqu'au Bois de la Cambre et Watermael-Boitsfort.
  • quartier Berkendael : Quartier chic et moins dense, adossé à Uccle et Saint-Gilles.


Sites remarquables[modifier | modifier le code]

La commune abrite également les deux principaux campus de l’Université libre de Bruxelles (ULB) ainsi que le campus de la Vrije Universiteit Brussel, ce qui fait du quartier du Cimetière d’Ixelles l’un des plus fréquentés par les étudiants.

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Année 1830 1846 1856 1866 1876 1880 1890 1900 1910 1920 1930 1947 1961 1970 1980 1990 2000 2010 2015
Habitants 4 438 14 251 18 371 23 210 31 992 36 324 44 497 58 615 72 991 81 245 83 912 90 711 94 211 86 450 76 545 73 128 73 174 82 047 85 171
Index 100 321 414 523 721 818 1 002 1 321 1 645 1 831 1 891 2 044 2 123 1 948 1 725 1 648 1 649 1 849 1 919
chiffres INS - 1830 = Index 100
Porte de Namur ca. 1900.
Hôtel Malibran 1899 (hôtel communal).
Ixelles en hiver.
L’exposition de 1910
Jardin Gray/Couronne.

Évolution de la population d'Ixelles

Personnalités en rapport avec la commune[modifier | modifier le code]

Premiers magistrats d'Ixelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des bourgmestres d’Ixelles.

Économie[modifier | modifier le code]

Le siège historique de Solvay était à Ixelles, jusqu'en 2011[10].

Lieux culturels[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville d'Ixelles est jumelée avec[11]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 21.
  2. Histoire des environs de Bruxelles ou description historique des localités qui formaient autrefois l’ammannie de cette ville, Tome troisième, Alphonse Guillaume G. Wauters. C. Vanderauwera, Bruxelles, 1855.
  3. a b c et d Ameeuw, Bruxelles au fil des jours et des saisons La Ville- La Région - La Périphérie., LASNE, Édition de l'ARC, , 404 p.
  4. a et b https://expatsinbrussels.be/fr/bruxelles-capitale/1050-ixelles
  5. http://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1965_num_43_2_2572
  6. Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse, Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale, Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles, Université Saint-Louis - Bruxelles (direction : Benjamin Wayens), Zoom sur Ixelles, Zoom sur les communes, 2016, lire en ligne.
  7. « Ixelles, commune branchée et victime de son succès », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  8. « «COCO MAL PERCHÉ». DEUX ÉTUDES SUR POULET-MALASSIS, ÉDITEUR DE BAUDELAIRE, À QUI SON COURAGE DE DÉCOUVREUR VALUT UNE FRÉQUENTATION ASSIDUE DES TRIBUNAUX. », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. Le Maitron, dictionnaire biographique, Paris, Éditions de l'Atelier, (lire en ligne)
  10. "[1]." Solvay. Solvay, Rapport Annuel 2011, Consulté le 29 octobre 2012.
  11. Jumelages et solidarité internationale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Francis, La chanson des rues d’Ixelles, Louis Musin, éditeur, coll. « la chanson des rues », Bruxelles, 1975
  • Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse, Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale, Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles, Université Saint-Louis - Bruxelles (direction : Benjamin Wayens), Zoom sur Ixelles, Zoom sur les communes, 2016, lire en ligne.

Lien externe[modifier | modifier le code]