Saint-Paul-de-Serre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.

Saint-Paul-de-Serre
Saint-Paul-de-Serre
Le village de Saint-Paul-de-Serre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Jean-Paul-Virol
2018-2019
Code postal 24380
Code commune 24480
Démographie
Population
municipale
277 hab. (2016 en augmentation de 6,54 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 18″ nord, 0° 38′ 02″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 214 m
Superficie 10,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Serre

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Serre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Serre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Serre
Liens
Site web www.saintpauldeserre.fr

Saint-Paul-de-Serre est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune de Saint-Paul-de-Serre se situe dans la partie sud-ouest du Périgord central. Elle est arrosée par le Vern, par son affluent le Serre dont le nom se retrouve dans celui de la commune, et par le Rosier, affluent du Serre.

Le territoire communal est desservi par les routes départementales 43 et 44.

L'altitude minimale, 91 mètres, se trouve au sud-ouest, près du lieu-dit la Chassagne, là où le Vern quitte la commune et entre sur celle de Manzac-sur-Vern. L'altitude maximale avec 214 mètres est localisée au sud-est, près du lieu-dit les Clèdes, en limite de la commune de Creyssensac-et-Pissot.

Le village de Saint-Paul-de-Serre, dans la vallée du Serre et sur la route départementale 44, se situe, en distances orthodromiques, neuf kilomètres au nord-ouest de Vergt et dix kilomètres au sud-est de Saint-Astier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-de-Serre est limitrophe de six autres communes, dont Bourrou au sud-ouest par un simple quadripoint.

Communes limitrophes de Saint-Paul-de-Serre
Coursac Chalagnac
Manzac-sur-Vern Saint-Paul-de-Serre
Bourrou Grun-Bordas Creyssensac-et-Pissot

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sent Pau de Serra[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte au hasard des travaux de silex taillés et de pierres polies atteste l’ancienneté de l’occupation de ce territoire. L’époque gallo-romaine est représentée par des vestiges de villas trouvés dans les champs (tuiles, ciment, mortier, débris de marbre et de poteries). Une motte – surélévation de terrain entourée d’un fossé – est encore visible au milieu des bois et le village de la Mouthe tient probablement son nom d’une telle construction.

Plus tard, l’église a probablement été construite vers le XIe siècle mais « sur l’emplacement et les fondements d’une autre église qui pourrait dater du VIIe ou du VIIIe siècle »[3].

Le nom de Saint Paul de Serre apparaît pour la première fois dans un acte de 1226 sous la forme de Sanctus Paulus de Sera[3].

Le premier dénombrement de population connu date de 1365. On peut penser qu’à cette époque là, il y avait à peu près 180 âmes à Saint Paul de Serre. La situation évoluera et en 1851 le village est à son apogée avec 591 habitants.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la paroisse de Saint Paul de Serre dépend de la châtellenie de Grignols[4].

De nos jours, soutenues par leur maillage de lierre, les dernières pierres du château des d’Abzac (ils en étaient propriétaires au XVe siècle), dominent toujours le petit bourg groupé autour de son église dédiée à saints Pierre et Paul.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Saint-Paul-de-Serre intègre dès sa création la communauté de communes du Pays vernois. Celle-ci est dissoute le et remplacée au par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe. Elle est elle-même dissoute le et ses communes sont intégrées à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1826 Étienne Allemandou    
1826 1830 Louis Trasrieu    
1830 1852 Bernard Allemandou    
1852 1870 Élie Vincent Langevin    
1870 1880 Michel Octave Pradier    
1880 1884 Eymeric du Mas de Paysac    
1884 1904 Marcel Denoix    
1904 1912 Raoul Pradier    
1912 1914 Fernand Desmartin    
1914 1915 Joseph Peytoureau    
1915 1919 Firmin Champeaud    
1919 1924 Fernand Desmartin    
1924 1925 Jean Peytoureau    
1925 1928 Fernand Desmartin    
1928 1929 Henri Beaugier    
1929 1958 Joseph Virol Radical socialiste Agriculteur
1958 1971 Fernand Nadaud Radical socialiste Agriculteur
1971 1977 Henri Ogier   Technicien DDA
juin 1977 mars 2014 Jean-Paul Virol PS Professeur
mars 2014 décembre 2018 Dominique Lourd[Note 1]    
décembre 2018 mars 2019 Yannick Bidaud[5]   Président de la délégation spéciale[6]
Cadre administratif à la retraite
mars 2019 En cours Jean-Paul Virol[7] Socialiste Professeur à la retraite

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les communes du Pays vernois sont jumelées avec la ville canadienne de Saint-Jacques de Montcalm depuis 1996[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 277 habitants[Note 2], en augmentation de 6,54 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
481456502526555565560550591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
573576514514526528541487483
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
464461421345331321303299248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
231199187155208236246260277
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[13], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 136 personnes, soit 49,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (cinq) a fortement diminué par rapport à 2010 (quatorze) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 3,6 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte vingt-deux établissements[14], dont onze au niveau des commerces, transports ou services, cinq relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, trois dans la construction, et trois dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune présente deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I, au niveau de la vallée du Vern et d'une partie importante des coteaux de la rive droite.

  • Le milieu humide que représente le fond de la vallée du Vern est propice à certaines espèces de plantes, dont deux sont rares : nasturtium asperum et pulicaria vulgaris[18],[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Calvimont : ~1490/1557, seigneur de l'Herm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démission de l'ensemble conseil municipal. Source : « Le maire et le Conseil ont démissionné », Sud Ouest édition Périgueux, 7 décembre 2018, p. 23.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 3 décembre 2012)
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 3 avril 2014.
  3. a et b « Saint Paul de Serre », sur Commune Saint-Paul-de-Serre (consulté le 16 janvier 2019)
  4. André Bernard et Maurice Biret, Manzac-sur-Vern au fil des siècles, 2003, p. 23-24.
  5. Démission du conseil municipal - Mise en place d'une délégation spéciale, site de Saint-Paul-de-Serre, consulté le 25 décembre 2018.
  6. [PDF] Arrêté portant institution d'une délégation spéciale dans la commune de Saint Paul de Serre, Préfecture de la Dordogne, 6 décembre 2018, p. 147-149.
  7. « Le nouveau maire de Saint-Paul-de-Serre », Sud Ouest édition Dordogne, 9 mars 2019, p. 13.
  8. Bernard Vasseur, « Le comité de jumelage du Pays vernois a 20 ans », Sud Ouest édition Périgueux, 14 juin 2016, p. 19.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Dossier complet - Commune de Saint-Paul-de-Serre (24480) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 janvier 2019.
  14. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 janvier 2019).
  15. Dossier complet - Commune de Saint-Paul-de-Serre (24480) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 janvier 2019.
  16. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 48, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  17. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 260, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  18. [PDF] Vallée du Vern de Bordas aux Cinq-Ponts sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 8 mars 2016.
  19. [PDF] Carte de la ZNIEFF 720012856 sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 8 mars 2016 (pour consulter la « Carte IGN 1/100 000 », décocher la couche « Photographies IGN »).
  20. [PDF] Coteaux de la rive droite du Vern (Lagarge-Champillon) sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 8 mars 2016.
  21. [PDF] Carte de la ZNIEFF 720012859 DREAL Aquitaine, consulté le 8 mars 2016.
  22. [PDF] Coteaux de la rive droite du Vern (Lagarge-Champillon) sur le site de l'INPN, consulté le 8 mars 2016.