Cendrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cendrieux
La mairie de Cendrieux.
La mairie de Cendrieux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Gilles Le Roux
2017-2020
Code postal 24380
Code commune 24092
Démographie
Population 586 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 45″ nord, 0° 49′ 24″ est
Altitude Min. 150 m – Max. 263 m
Superficie 30,23 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Val de Louyre et Caudeau
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Cendrieux

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Cendrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cendrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cendrieux

Cendrieux est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle fusionne avec Sainte-Alvère-Saint-Laurent Les Bâtons pour former la commune nouvelle de Val de Louyre et Caudeau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

L'étang du Moulin de Durestal sur la Louyre, à Cendrieux.

Dans le département de la Dordogne, la commune déléguée de Cendrieux forme la partie nord-est de la commune nouvelle de Val de Louyre et Caudeau. Elle est arrosée par un sous-affluent de la Dordogne, la Louyre, qui y prend sa source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle de Val de Louyre et Caudeau, Cendrieux était limitrophe de sept autres communes.

Communes limitrophes de Cendrieux
Salon Lacropte Saint-Félix-de-Reillac-et-Mortemart
Veyrines-de-Vergt Cendrieux
Sainte-Alvère-Saint-Laurent Les Bâtons Journiac,
Saint-Avit-de-Vialard

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sendrius[1].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Cendrieux proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2].

A

  • Abjat
  • les Acacias

B

  • la Banne
  • la Barbanchie
  • Bois Voisin
  • le Borderage
  • la Borderie
  • la Borie
  • la Borie Chaumont
  • la Bouchardie
  • Bouniague
  • le Bousquet
  • la Briasse
  • les Brousses
  • les Brugeaus

C

  • les Cardignols
  • le Castang
  • le Cazal
  • Champrouby
  • les Charpeaux
  • les Clauds
  • le Cluzel
  • le Colombier
  • la Coste
  • les Courrèges
  • Crespiat
  • le Cros Delpech
  • le Crouzet

D, E

  • Durestal
  • Étang de Meynot

F

  • la Ferracie
  • Fondarrière
  • Fondenaud
  • les Fontanelles
  • la Française

G

  • les Galèges
  • la Garrigue

J

  • les Jauberties
  • les Joncasses

L

  • Lamote
  • les Landes Basses
  • les Landes Hautes
  • Larguerie
  • Lendinie
  • Lescardie
  • Lespinasse
  • la Limagne

M

  • Maison Neuve
  • Margnol
  • les Marots
  • le Meynot
  • le Mongeat
  • Monplaisir
  • Montferrier
  • la Mothe
  • le Moulin Blanc
  • le Moulin de Durestal
  • la Mouthe

N, O

  • Nègredeau
  • les Ouillers

P

  • les Paluds
  • le Pecq
  • la Peyronie
  • les Philippoux
  • Le Pigeonnier
  • les Placials
  • la Plantade
  • la Pommerie
  • les Porcheries
  • la Poujade
  • le Pout
  • Puychambaud

R

  • le Ray
  • la Rigonnie
  • Rivesol
  • les Rivières
  • la Rouquette

S

  • la Sicardie
  • la Siguenie
  • Sireybidou

T

  • les Taboissies
  • Testagot
  • le Treuilh
  • le Trouiller
  • la Tuilière
  • la Tuilière[Note 1]

V

  • la Valade
  • la Vialédésie
  • les Vigeries
  • les Vignes
  • les Viradis

Histoire[modifier | modifier le code]

Au , Cendrieux fusionne avec Sainte-Alvère-Saint-Laurent Les Bâtons pour former la commune nouvelle de Val de Louyre et Caudeau dont la création a été entérinée par l'arrêté du 26 septembre 2016, entraînant la transformation des trois anciennes communes (comprenant également Saint-Laurent-des-Bâtons) en « communes déléguées »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Cendrieux a été rattachée au canton de Vergt qui dépendait du district de Perigueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton, qui prend un temps le nom de canton de Saint-Jean-de-Vergt, est rattaché à l'arrondissement de Périgueux[4].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[5]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord central.

En 2017, Cendrieux, en tant que commune déléguée de Val de Louyre et Caudeau, est rattachée à l'arrondissement de Périgueux[6],[7].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Cendrieux intègre dès sa création la communauté de communes du Pays vernois. Celle-ci est dissoute le et remplacée au par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe. Elle est elle-même dissoute le et ses communes — y compris les communes déléguées — sont intégrées à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux le .

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[8],[9]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Val de Louyre et Caudeau, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
juin 1995[10] décembre 2016 Gilles Le Roux SE Agriculteur

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les communes du Pays vernois, dont fait partie Cendrieux, sont jumelées avec la ville canadienne de Saint-Jacques de Montcalm depuis 1996[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Cendrieux comptait 586 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour Cendrieux[12]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
962 865 881 1 005 1 058 1 038 1 055 1 114 1 167
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 125 1 034 1 040 1 062 1 009 1 006 965 945 902
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
867 865 812 720 706 709 674 643 655
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
603 563 477 465 467 552 514 566 586
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[14], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 261 personnes, soit 43,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (23) est resté stable par rapport à 2007 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 8,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 83 établissements[15], dont 37 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, 36 au niveau des commerces, transports ou services, quatre dans la construction, quatre dans l'industrie, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[16].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dans le secteur agroalimentaire, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, la société « Gibier Gauthier » (élevage de volailles) implantée à Cendrieux, se classe 38e avec 2 451 k€, en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Musée Napoléon[modifier | modifier le code]

Le Musée Napoléon de la Pommerie a ouvert en 1999 dans le château de la Pommerie, propriété du comte Baudoin de Witt, descendant de Jérôme Bonaparte. Parmi les souvenirs de la famille Impériale issus de collections privées, le musée présente plus de 500 objets, tableaux et sculptures dont 150 sont inscrits aux monuments historiques.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Enfants[modifier | modifier le code]

Chaque année a lieu un théâtre de l'école auquel des centaines d'élèves de l'école ont participé. Initié, dans le passé, par un couple d'instituteurs, poursuivi et enrichi par Maïté Claret, cette activité a été reprise par Florence Duquenne et Anne Maquinay sous la forme de projets pédagogiques annuels.

Adultes[modifier | modifier le code]

Le théâtre de la Cendre, créé en 1984, monte environ tous les deux ans un nouveau spectacle dont les textes sont soit tirés d'œuvres théâtrales connues du répertoire comique : Quand la Chine téléphonera de Patricia Levrey, Vacances de rêve de Francis Joffo ou Tout bascule d'Olivier Lejeune ou de textes originaux écrits par un des membres de la troupe, Alain Beaussoubre. La troupe se produit dans les communes environnantes une dizaine de fois par pièce. Elle se produit également pour des œuvres caritatives.

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'« Amicale Laïque de Cendrieux » a été porteuse d'un projet d'envergure, la réalisation d'un film : L'Affaire Louis Chantal. Le scénario est extrait d'un recueil d'archives réalisé par Mireille H-Berger native du village. L'action se passe au tout début de la Révolution de 1789. L'aventure de ce film a mobilisé près de 400 bénévoles pendant quatre ans dont une année de tournage. La production et la réalisation ont été entrepris par l'ACAV24 (Atelier de Création Audiovisuelle Dordogne) à Atur. À la fin du tournage en décembre 2008, plusieurs amis du film, acteurs, figurants, maquilleuses, costumières ou habilleuses, régisseurs... ont souhaité consolider la section film de l'Amicale Laïque et ont créé l'« Association SMAC24 » (Silence Moteur Action Coupez)[20]. Cette association a pour objectifs et projets, au travers de plusieurs ateliers, de mettre l'image (Cinéma, Vidéo, Photo, Diaporama...) au service du patrimoine rural.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux lieux-dits du même nom, l'un situé au sud-est du bourg, l'autre au nord du bourg, proche de la route départementale 2.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 15 février 2014.
  2. Cendrieux, Géoportail, consulté le 11 novembre 2016.
  3. a et b « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Val de Louyre et Caudeau », sur Préfecture de la Dordogne (recueil des actes administratifs), (consulté le 6 octobre 2016), p. 139-143
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  6. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  7. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  8. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 3 décembre 2016.
  9. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 3 décembre 2016.
  10. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 15 août 2014.
  11. Bernard Vasseur, « Le comité de jumelage du Pays vernois a 20 ans », Sud Ouest édition Périgueux, 14 juin 2016, p. 19.
  12. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 15 février 2014)
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 21 octobre 2015.
  15. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 21 octobre 2015).
  16. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 21 octobre 2015.
  17. « Bâtiment/Travaux publics : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 36.
  18. « Église », notice no PA00082458, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2013.
  19. « Château de la Pommerie », notice no PA24000035, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2013.
  20. Site de l'Association SMAC24 de Cendrieux