Sainte-Marie-de-Chignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marie.
Sainte-Marie-de-Chignac
L'église Notre-Dame de l'Assomption au ras de l'ancienne RN 89.
L'église Notre-Dame de l'Assomption au ras de l'ancienne RN 89.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Isle-Manoire
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Bernadette Salinier
2017-2020
Code postal 24330
Code commune 24447
Démographie
Gentilé Chignacois
Population 581 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 51″ nord, 0° 49′ 44″ est
Altitude Min. 110 m – Max. 257 m
Superficie 11,80 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Boulazac Isle Manoire
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Sainte-Marie-de-Chignac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Sainte-Marie-de-Chignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sainte-Marie-de-Chignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sainte-Marie-de-Chignac

Sainte-Marie-de-Chignac est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle fusionne avec la commune nouvelle de Boulazac Isle Manoire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le Manoire près du moulin de Capelot.

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune déléguée de Sainte-Marie-de-Chignac fait partie de la commune nouvelle de Boulazac-Isle-Manoire. Elle est située en Périgord blanc, au centre du département de la Dordogne.

Elle est traversée au nord sur trois kilomètres par le Manoire et, du sud-est au nord-ouest, par son affluent le ruisseau de Saint-Geyrac.

Son altitude minimale, 110 mètres, se situe au nord-ouest, au moulin de la Lèdre, là où le Manoire quitte le territoire communal pour s'écouler sur celui de Saint-Laurent-sur-Manoire. L'altitude maximale, 257 mètres, est atteinte au sud, en limite de la commune de Marsaneix, au sud-ouest du lieu-dit les Séguinies.

Le bourg de Sainte-Marie-de-Chignac, traversé par la route départementale 6089 (l'ancienne route nationale 89), et par la ligne de chemin de fer Coutras - Tulle est situé, en distances orthodromiques, 10 kilomètres au sud-est de Périgueux et 19 kilomètres à l'ouest de Thenon. Il ne se trouve qu'à six kilomètres par la route de l'autoroute A89 et de son échangeur Périgueux Est.

La commune est également traversée par la route départementale 710 (l'ancienne route nationale 710) et la ligne de chemin de fer de Niversac (Périgueux) à Agen qui suivent le cours du ruisseau de Saint-Geyrac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle élargie de Boulazac Isle Manoire, Sainte-Marie-de-Chignac était limitrophe de six autres communes, dont Lacropte au sud, par un simple quadripoint.

Communes limitrophes de Sainte-Marie-de-Chignac
Boulazac Isle Manoire Eyliac
Sainte-Marie-de-Chignac Saint-Pierre-de-Chignac
Marsaneix Lacropte La Douze

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune se réfère à sainte Marie alors que la seconde partie correspond à un nom de personnage gallo-roman, Can(n)ius, prolongé du suffixe -acum[2], indiquant le « domaine de Can(n)ius ».

En occitan, la commune porte le nom de Chinhac[3].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Sainte-Marie-de-Chignac proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[4].

B

  • le Bas Taboury
  • les Béchades
  • la Bourgearie
  • le Bourrut
  • le Breuil
  • la Bruge

C

  • le Châtelet
  • Claviéras
  • le Cros
  • les Crozes

F

  • les Fieux
  • Flageat Bas
  • Flageat Haut
  • la Forge
  • la Fouillouse

G

  • les Galèges
  • les Guillous

L

  • Lac Noir

M

  • Monplaisir
  • la Mothe
  • le Moulin de Capelot
  • le Moulin de la Lèdre

P

  • la Paray
  • Périnet
  • la Petite Borie
  • la Petite Cèlerie
  • la Petite Fontaine du Cros
  • la Petite Roche
  • Peycru
  • les Potences
  • Puy Audy
  • Puy Baudy

R

  • la Rebière
  • les Rivières Basses
  • la Roche
  • la Rolandie

S

  • les Séguinies
  • Sept Fonts

T

  • le Taboury
  • le Terme

V

  • la Valélie
  • Vallon du Buissonnet

Histoire[modifier | modifier le code]

La stèle en mémoire des otages fusillés le 27 mars 1944.

La première mention écrite connue du lieu remonte au XIIIe siècle sous la forme Sancta Maria de Chinhac[2].

Début 1944, à deux reprises, les maquisards tirent sur les Allemands. D'abord le 14 février, au lieu-dit Flageat, sur des motocyclistes, puis le 4 mars, au lieu-dit le Capelot, ils s'en prennent à un convoi et trois résistants y laissent la vie[5].

Le 27 mars, en représailles à ces attaques, les Allemands fusillent 25 otages au lieu-dit les Potences, principalement des Juifs récupérés dans les prisons de Limoges et Périgueux. Parmi les otages, deux ne sont que blessés et, simulant la mort, réussissent à se sauver après le départ des Allemands[6].

Un arrêté en date du précise que, au , la commune de Sainte-Marie-de-Chignac fusionne avec Boulazac Isle Manoire[7]. Sainte-Marie-de-Chignac deviendra alors commune déléguée[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[8],[9]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Boulazac Isle Manoire, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
(1880 ou avant) mai 1884 Fournier-Laurière    
mai 1884 septembre 1885 E. Saint-Estèphe-Lescot    
septembre 1885 avril 1887 Pierre Vigier[Note 1]    
juin 1887 1889 François Audy    
avril 1889 1892 E. Saint-Estèphe-Lescot    
mai 1892 mai 1925 Jean Longueville    
mai 1925 mai 1944 Louis Siméon[Note 1]   Cultivateur
juin 1944 novembre 1944 Bertin Maleyre   Adjoint faisant fonctions de maire
novembre 1944 mai 1953 Vincent Province   Cultivateur
mai 1953 mars 1959 Fernand Audy    
mars 1959 juin 1995 Roger Audy PS Exploitant agricole
juin 1995 mars 2008 José Siméon    
mars 2008[10] décembre 2016 Bernadette Salinier SE Secrétaire médicale

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Sainte-Marie-de-Chignac se nomment les Chignacois[11].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Sainte-Marie-de-Chignac depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Sainte-Marie-de-Chignac[12]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Sainte-Marie-de-Chignac comptait 581 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
259 338 416 400 435 419 506 539 566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
420 440 439 547 503 505 513 528 485
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
469 468 433 423 363 364 335 323 317
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
281 268 275 301 391 458 553 587 581
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Sainte-Marie-de-Chignac est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) au niveau des classes de maternelle et de primaire avec celle de Saint-Laurent-sur-Manoire.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[15], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 311 personnes, soit 53,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-cinq) est resté stable par rapport à 2007 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 8,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte trente-quatre établissements[16], dont treize au niveau des commerces, transports ou services, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, quatre dans la construction, et trois dans l'industrie[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-de-Chignac fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décédé en fonctions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 379
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 30 mars 2014.
  4. Sainte-Marie-de-Chignac, Géoportail, consulté le 10 novembre 2016.
  5. Guy Penaud, Les crimes de la Division "Brehmer", p. 48-54, éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2)
  6. Guy Penaud, Les crimes de la Division "Brehmer", p. 143-163, éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2)
  7. a, b et c « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Boulazac Isle Manoire », sur Préfecture de la Dordogne (recueil des actes administratifs), (consulté le 5 octobre 2016), p. 109-113
  8. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 1er décembre 2016.
  9. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 1er décembre 2016.
  10. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 27 août 2014.
  11. Fiche commune Sainte-Marie-de-Chignac, Union des maires de la Dordogne, consultée le 17 novembre 2016.
  12. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 30 mars 2014)
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 10 octobre 2015.
  16. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 10 octobre 2015).
  17. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 10 octobre 2015.
  18. « Eglise Notre-Dame de l'Assomption », notice no PA00082866, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 août 2010.