Saint-Geyrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une commune du département de la Dordogne. Pour le cours d'eau, voir Saint-Geyrac (ruisseau).

Saint-Geyrac
Saint-Geyrac
L'église Saint-Cyr de Saint-Geyrac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Isle-Manoire
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Jean-François Mathieu
2014-2020
Code postal 24330
Code commune 24421
Démographie
Gentilé Saint Geyracois
Population
municipale
199 hab. (2016 en diminution de 19,11 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 18″ nord, 0° 54′ 53″ est
Altitude Min. 153 m
Max. 257 m
Superficie 17,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Geyrac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Geyrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Geyrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Geyrac

Saint-Geyrac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Geyrac est incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Geyrac est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Saint-Geyrac
Saint-Pierre-de-Chignac Saint-Crépin-d'Auberoche Bassillac et Auberoche
Saint-Geyrac
La Douze Saint-Félix-de-Reillac-et-Mortemart Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le saint tutélaire et patron de la paroisse est saint Cyr, martyr à Tarse en Cilicie. C’était un enfant de trois ans. Il mourut avec sa mère sainte Juliette. On le fête le 16 juin. Le nom grec Kyrikos est souvent déformé en Cirice, Cirq, Cricq, Ciers, Ciergues. Geyrat pourrait bien être aussi une déformation de Cyr.

À cent mètres de l’église se trouvait une chapelle dédiée à saint Cirice. Le lieu est resté dit de la Chapelle Saint-Cirice. L’église possède une statue de Saint-Cirice et de sa mère : statue fort ancienne en bois qui se trouve actuellement au musée d’art religieux de Chancelade.

Le nom a évolué :

  • En 1273, dans les archives des comtes du Périgord (Archambaud III, mort en 1295) : Sengeyrac.
  • Un document pontifical d’Innocent VI (1352-1362) écrit aussi Sengeyracum.
  • En 1365, Sanctum Geyracum.
  • En 1380, ecclésiastiques de Sengeyraco (PV de Pierre des Mortiers).
  • En 1555, Sengeirat.
  • En 1688, sur un acte notarié, S Geira.

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Saint Geyrat[2].

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom d'Union[3].

En occitan, la commune porte le nom de Sengeirac[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le curé Farginel, dans le but d’éviter toutes polémiques, met par écrit le plan des tombeaux en l’église de Saint-Geyrac le 18 mai 1735. Voici la transcription telle quelle, la compréhension du texte original ne posant pas de difficultés particulières[5] :

Saint-Geyrac le 18 mai 1735.

Voyci ceux qui ont droit de tombeaux et de chapelle
Mr de la vidalie droit de chapelle et de tombeaux
en icelle du cotte de lepitre
Le Sr reynaud a droit de chapelle et de tombeaux
‘Il y a dans la chapelle 2 poutres et six chevrons et 22 tables ou planches’
Le Sr brassat de la grelerie droit de chapelle
et de tombeaux sil fait paver et couvrir la chapelle
Les Srs montayaud lestelou et ladel droit de
chapelle et de tombeaux avec dautres dont les places
sont interdites
Dans la nef de leglise du cotte de levangile brassac
sive lapeyriere sont en pocession de six pieds
de large et six en long ‘pres’ la grosse pile de la chapelle
de raynaud
plus bas les sengilion famille eteinte
succederent les escaliers six pieds de large et
six pieds en long famille estainte encore
plus bas la chapelle famille etainte toutes
ces places qui estoint serviles ont recouvert
leur liberte en faveur de leglise
plus bas sont les tombeaux de fondalby six
pied de large et six en long
plus bas sont les tombeaux des deux
famille de tibal de laureille en indivis de
six pied de large et six pied de long sous la rante ‘annuelle’
plus bas et pres les fons baptismeaux plasses
vaquantes et interdites
du cotte de lepitre pres la pile de la chapelle
de notre Dame sont les tombeaux du Sr larue
six pieds de large et six pieds en long
plus bas les tombeaux du Sr chabasse sivé
forty de loubiat trois places vaquantes entre
deux et ledit sieur la rue et le sieur chabasse
de six pieds de large et six en long
plus bas les tombeaux de pierre de loubiat sivé
de monsieur peyly par succession de six pieds de
large et six en long
plus bas une place qui a eté vandue a pierre
lacombe marguillier aux conditions quil payeroit
et quil fairoit paver il na jamay voulu faire ny
lun ny lautre laquelle place est interdite six
pieds de large
plus bas sont les tombeaux de doujnisou destreguilh
soubs une rente obituelle dont les arrerages sont grands,
pres le benitier six pieds de large et six en long
le milieu de leglise de six pieds de large depuy
la porte jusques au sanctuaire libre toutes les places
non pavées demeurent interdites
Farginel curé a my ces memoires pour eviter les
contestations ordinaires qui arrivent ordinairement
entre les curés et les parroissiens a quoy on doit ajouter
foy il ny a qu’a appeler les enciens en foy de quoy
jay signé. Le 18 may 1735
Farginel, curé

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1977 juin 1995 René Bellinet    
juin 1995[6] (réélu en mars 2014[7]) En cours Jean-François Mathieu DVG Retraité de l'éducation nationale

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Geyrac se nomment les Saint Geyracois[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 199 habitants[Note 1], en diminution de 19,11 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600525539536696687676590662
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
712708706702680601563575587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
551520514468432409437375306
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
265253244235212199225242207
2016 - - - - - - - -
199--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 92 personnes, soit 45,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (douze) a augmenté par rapport à 2010 (neuf) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 21 établissements[13], dont sept au niveau des commerces, transports ou services, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, quatre dans la construction, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À droite sur la route départementale 6 en venant de Périgueux, le château de Montferrier du XVIIe siècle est accosté de communs et d’un pavillon Louis XIII. Sur les collines, en face du château, la chartreuse de la Côte (ou gentilhommière de la Cotte) conserve des boiseries intéressantes du XVIIIe siècle. Avant le château, se situe la chartreuse de la Grêlerie du XVIIIe siècle.

L'église Saint-Cyr, romane, retouchée au XVe siècle, ornée d’un portail du XIIIe siècle, est inscrite aux monuments historiques depuis 1974[15]. Elle conserve une cuve baptismale du XIIe siècle, un Christ en bois du XVIIe siècle, un autel de bois doré du XVIIIe siècle et, placé au-dessus de la porte, un portrait de saint François de Sales offert par un habitant de Saint-Geyrac en 1739.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. « St. Geyrat » sur Géoportail (consulté le 2 octobre 2010).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 novembre 2013.
  5. Archives Départementales de la Dordogne ( ADD - E DEP 1350 ) retranscrit par Gabriel Foglia le 25 juin 2007
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 28 août 2014.
  7. À Saint-Geyrac, Sud Ouest édition Périgueux du 2 avril 2014, p. 16.
  8. Fiche commune Saint-Geyrac, Union des maires de la Dordogne, consultée le 17 novembre 2016.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Dossier complet - Commune de Saint-Geyrac (24421) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 8 janvier 2019.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 8 janvier 2019).
  14. Dossier complet - Commune de Saint-Geyrac (24421) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 8 janvier 2019.
  15. « Église de Saint-Geyrac », notice no PA00082841, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 2 octobre 2010.
  16. « Tableau : Le Couronnement de la Vierge », notice no PM24000671, base Palissy, ministère français de la Culture. Consultée le 30 septembre 2010.