La Douze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douze (homonymie).
La Douze
Le bourg de La Douze.
Le bourg de La Douze.
Blason de La Douze
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Isle-Manoire
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Vincent Lacoste
2014-2020
Code postal 24330
Code commune 24156
Démographie
Population
municipale
1 126 hab. (2014 en augmentation de 7,96 % par rapport à 2009)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 42″ nord, 0° 51′ 47″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 267 ou 268 m
Superficie 23,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
La Douze

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
La Douze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Douze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Douze
Liens
Site web ladouze.fr

La Douze est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le lit à sec du ruisseau de Saint-Geyrac près des Taupinies.

Au centre du département de la Dordogne et incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune de La Douze s'étend sur 23,05 km2. Elle est arrosée par le ruisseau de Saint-Geyrac, un sous-affluent de l'Isle, qui au nord lui sert de limite avec Saint-Pierre-de-Chignac.

L'altitude minimale, 132 mètres, se trouve au lieu-dit les Taupinies, là où le ruisseau de Saint-Geyrac quitte la commune et continue sur celle de Saint-Pierre-de-Chignac. L'altitude maximale avec 267 mètres (ou 268[Note 1]) est localisée au sud, près du lieu-dit Mas Bouchard. Au niveau géologique, la commune est séparée en deux ensembles distincts selon une ligne approximative nord-ouest/sud-est : dans la partie sud-ouest, des sables, argiles et graviers de l'Oligocène et de l'Éocène ; dans la partie nord-est, des calcaires crétacés, sauf en vallée du ruisseau de Saint-Geyrac composée d'alluvions holocènes[2].

Le bourg, traversé par la route départementale 710, se situe, en distances orthodromiques, 16 kilomètres au nord-nord-ouest du Bugue et 17 kilomètres au sud-est de Périgueux.

La commune est également desservie par les routes départementales 6, 45 et 45E, ainsi que par la ligne ferroviaire de Périgueux à Agen avec un arrêt en gare des Versannes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La Douze est limitrophe de six autres communes, dont Sanilhac au nord-ouest par un simple quadripoint.

Communes limitrophes de La Douze
Boulazac Isle Manoire,
Sanilhac
Saint-Pierre-de-Chignac
Lacropte La Douze Saint-Geyrac
Saint-Félix-de-Reillac-et-Mortemart

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de La Douze proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[3] :

B

  • la Bénéchie
  • les Bessades
  • le Bias
  • la Bouchardie
  • le Bournat
  • la Brunette

C

  • Chassemignier
  • Castel Dêche
  • Chauffour
  • chez Toni

F

  • la Faltie
  • la Faranbaudie
  • Faurecuiller
  • les Fayes
  • Flanbaudie
  • Fon Ladouze
  • les Fontanelles
  • les Fontilles

G, H

  • Gare de la Gélie
  • la Garenne
  • les Granges
  • Guinot
  • la Guirmandie
  • les Hautes Versannes

J, L

  • les Jaunias
  • Ladeuil
  • le Ladoir
  • Landrevie
  • les Laqueys
  • Larcherie
  • Laugerie
  • Laulurie

M

  • Maison Neuve
  • la Maisonnette
  • les Marqueys
  • les Martinies Basses
  • les Martinies Hautes
  • Mas Bouchard
  • le Maslusson
  • le Merle
  • Montplaisir
  • le Moulin de Larcherie
  • les Moutias

P

  • le Pavillon
  • la Petite Veyrière
  • les Petites Fayes
  • Peyssut
  • les Picadis
  • le Pierrey
  • Plaisance
  • la Plantade
  • Poumeyrol
  • la Prade
  • les Pradelles
  • le Pressoir
  • Puymédie

R

  • les Révelies
  • les Roches
  • les Roches Sud
  • la Rouge
  • la Roumevie
  • le Roussier

S, T

  • Saint-Mathieu
  • le Terme Blanc
  • la Tournerie
  • la Tuilière
  • les Tuilières

V

  • Vallon du Buissonnet
  • les Versannes
  • la Veyrière
  • les Vignauds

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée du bourg en français et occitan.

La première mention écrite connue du lieu date du XIIIe siècle, sous la forme « La Doza », transformée en 1312 en « La Douza ».

Son origine pourrait provenir de Latusia (villa), la villa de Latusius, nom latin ou gallo-romain de personne[4], mais compris comme la dosa, terme occitan à rapprocher de dotz (source abondante)[5]. Une autre hypothèse le ferait dériver de lutosa (aqua) signifiant « (eau) limoneuse » en latin, avec toujours un rapprochement de dotz en occitan (source, courant)[6].

En occitan, la commune porte le nom de La Dosa[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a été occupé au Paléolithique, au Néolithique, puis à l'époque gallo-romaine[6].

La seigneurie de La Douze est acquise en 1372 par la famille d'Abzac. Elle en obtient l'érection en marquisat en 1615, « pour service rendu au roi au cours des guerres de Religion »[7], titre qui a été porté jusqu'en 1943.

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Ladouze[8].

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Montagne-Ladouze[9].

Liste des seigneurs, puis barons et marquis de La Douze depuis 1372[modifier | modifier le code]

  • 1372-v.1414 Adhémar Ier d'Abzac (+v.1414)
  • v.1414-1428 Olivier d'Abzac (+1428), son fils
  • 1428-1478 Guy II d'Abzac (1400-1478), maire de Périgueux de 1465 à 1466, son fils
  • 1478-1508 Jean Ier d'Abzac (+1508), son fils
  • 1508-1528 Jean II d'Abzac (+1528), son fils
  • 1528-1550 Pierre Ier d'Abzac (+1550), baron de La Douze, son fils
  • 1550-1594 Gabriel Ier d'Abzac (+1594), baron de La Douze, son fils
  • 1594-1621 Gabriel II d'Abzac (+1621), 1er marquis de La Douze en 1615, son fils
  • 1621-1661 Charles d'Abzac (+1661), 2e marquis, son fils
  • 1661-1669 Pierre II d'Abzac (1634-1669), 3e marquis, son fils
  • 1669-1698 Jean-François d'Abzac (+1698), 4e marquis, son fils. Le titre s'éteint en droit à sa mort (plus de descendants mâles du premier bénéficiaire), mais il est repris par son plus proche cousin et sa descendance.
  • 1698-v.1716 Jean III d'Abzac (+v.1716), 5e marquis, petit-neveu de Gabriel II d'Abzac
  • v.1716-v.1748 Jean IV d'Abzac (+v.1748), 6e marquis, son fils
  • v.1748-1786 Jean V d'Abzac (1700-1786), 7e marquis, son fils
  • 1786-1794 Jean VI d'Abzac (1729-1794), 8e marquis, son fils
  • 1794-1834 Jean VII d'Abzac (1781-1834), 9e marquis, maire de Périgueux de 1816 à 1820, son fils
  • 1834-1848 Alexandre d'Abzac (1783-1848), 10e marquis, son frère
  • 1848-1870 Adhémar II d'Abzac (1828-1870), 11e marquis, abbé de Notre-Dame-des-Dombes, son fils
  • 1870-1891 Ulric d'Abzac (1823-1891), 12e marquis, petit-neveu de Jean VI d'Abzac
  • 1891-1943 Amalric d'Abzac (1864-1943), 13e marquis, son fils. En 1929, Amalric d'Abzac adopta ses neveux Pierre et Louis du Cheyron de Beaumont. Les descendants portent le nom de Du Cheyron de Beaumont d'Abzac de Ladouze.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de La Douze a, dès 1790, été rattachée au canton de Saint Pierre de Chignac qui dépendait du district de Perigueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton de Saint-Pierre-de-Chignac (nouvelle typographie) dépend de l'arrondissement de Périgueux[9].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[10]. La commune est alors rattachée au canton Isle-Manoire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2001, La Douze intègre dès sa création la communauté de communes Isle Manoire en Périgord. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie : Le Grand Périgueux.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[11],[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
  1880 Jean Maligne    
1880 janvier 1881 Jeoffroy Latournerie   Conseiller municipal faisant fonctions de maire
janvier 1881 mai 1882 Claude Fargeot    
mai 1882 mai 1896 Jean Maligne    
mai 1896 mai 1908 Pierre Pialat    
mai 1908 1945 Charles Hédelin    
mai 1945 mai 1953 Naboulet    
mai 1953 mars 1969 Roger Mespoulède[Note 2]    
mai 1969 octobre 1975 André Duteil[Note 2]    
octobre 1975 novembre 1975 René Charenton   Adjoint faisant fonctions de maire
novembre 1975 mars 1977 René Charenton    
mars 1977 mars 1989 Marcel Vibien PS Retraité d'entreprise du bâtiment
mars 1989 juin 1995 Jean Favreau SE Électricien
juin 1995 mars 2008 Edmond Debaere SE Officier supérieur en retraite
mars 2008 avril 2014 Jean-Claude Vibien SE Retraité du ministère de la Justice
avril 2014[14] en cours Vincent Lacoste UMP[15]  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, La Douze relève[16] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de La Douze se nomment les Ladouzois[17].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2014, la commune comptait 1 126 habitants[Note 3], en augmentation de 7,96 % par rapport à 2009 (Dordogne : +1,04 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
863 869 852 875 920 988 1 005 1 079 979
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 048 970 984 989 1 022 944 887 908 904
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
915 952 886 780 759 763 804 792 747
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
701 693 700 801 866 902 991 1 095 1 126
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune assure des classes de maternelle et de primaire[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Tunnels de fraisiculture près des Martinies.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[22], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 522 personnes, soit 47,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (soixante-dix) a augmenté par rapport à 2007 (cinquante-sept) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,3 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 102 établissements[23], dont 51 au niveau des commerces, transports ou services, vingt-huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, dix-sept dans la construction, quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et deux dans l'industrie[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Panorama sur le village de La Douze.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le bourg de La Douze pavoisé pour la Félibrée 2015.

L'association loi de 1901 « Les Amis de La Douze - Los Amics de La Dosa » a pour objet la défense des intérêts matériels, moraux, patrimoniaux et culturels de la commune et de ses habitants[31].

En juillet 2015, La Douze organise pour la première fois la Félibrée du Périgord, dont c'est la 96e édition[32].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Douze Blason D'azur à la tour d'argent, ouverte et maçonnée de sable, adextrée d'une fleur de lis, senestrée d'une crosse le tout d'or, et soutenue d'une rivière d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Géoportail indique deux valeurs contradictoires : 268 mètres sur la carte et 267 dans la boîte « Communes ».
  2. a et b Décédé en fonctions.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  3. La Douze sur Géoportail (consulté le 14 septembre 2015).
  4. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, Librairie Guénégaud, 1989, 1re édition en 1963, (ISBN 2-85023-076-6), p. 253.
  5. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 15 septembre 2015.
  6. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 139-140.
  7. a et b Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 175-176.
  8. Ladouze sur Géoportail (consulté le 14 septembre 2015).
  9. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 14 septembre 2015).
  11. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 14 septembre 2015.
  12. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 14 septembre 2015.
  13. Période 1880-2008 : registres de délibérations communales consultés en mairie le 23 mars 2012.
  14. À La Douze, Sud Ouest édition Périgueux du 8 avril 2014, p. 19.
  15. H.C., « Ne nous oubliez pas ! », Sud Ouest édition Périgueux du 9 avril 2014, p. 15.
  16. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 14 septembre 2015).
  17. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 14 septembre 2015.
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  21. École primaire publique à La Douze sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 15 mars 2012.
  22. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 13 septembre 2015.
  23. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 28 octobre 2015).
  24. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 octobre 2015.
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 100.
  26. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 274.
  27. « Église de La Douze », notice no PA00082596, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 17 mars 2010
  28. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie et Emmanuel du Chazaud (préf. André Chastel), Le Périgord des chartreuses, Périgueux, Pilote 24 édition, , 341 p. (ISBN 2-912347-11-4), « 1 - Le Périgord central », p. 110-111
  29. Laulurie en Périgord
  30. a et b Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 14-16.
  31. Déclaration de création de l'association « Les Amis de La Douze - Los Amics de La Dosa » sur le Journal officiel, consulté le 16 décembre 2011.
  32. Pierre-Manuel Réault, « Déjà un air de félibrée », Sud Ouest édition Dordogne, 26 juin 2015, p. 11.