Eyliac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eyliac
Eyliac
Le village d'Eyliac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Isle-Manoire
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Pierre Bonnet
2017-2020
Code postal 24330
Code commune 24166
Démographie
Population 733 hab. (2014 en augmentation de 3.39 % par rapport à 2009)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 41″ nord, 0° 51′ 19″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 251 m
Superficie 22,74 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Bassillac et Auberoche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Eyliac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Eyliac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Eyliac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Eyliac

Eyliac est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle fusionne avec Bassillac, Blis-et-Born, Le Change, Milhac-d'Auberoche et Saint-Antoine-d'Auberoche pour former la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

L'Auvézère à la Roquette

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune déléguée d'Eyliac fait partie de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche. Elle est bordée au nord sur près d'un kilomètre par l'Auvézère, un des principaux affluents de l'Isle. Son altitude minimale, 92 mètres, se situe au nord, au pont de la Roquette, là où l'Auvézère quitte la commune pour s'écouler sur celle de Bassillac. L'altitude maximale, 251 mètres, est atteinte au sud-est en deux endroits, au nord et à l'est du lieu-dit les Mothes.

Le bourg d'Eyliac, traversé par la route départementale 6, est situé, en distances orthodromiques, 11 kilomètres à l'est-sud-est de Périgueux.

La commune est également desservie au sud-ouest par la route départementale 6E et au sud-est par la RD 45E. Le territoire communal est coupé en deux par l'autoroute A89 dont l'échangeur Périgueux Est ne se trouve qu'à quatre kilomètres au sud-ouest du bourg, soit huit kilomètres par la route.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche, Eyliac était limitrophe de sept autres communes. Au sud-est, le territoire communal d'Eyliac n'est distant que d'une centaine de mètres de celui de Milhac-d'Auberoche.

Communes limitrophes d’Eyliac
Le Change
Bassillac Eyliac Blis-et-Born
Boulazac Isle Manoire,
Sainte-Marie-de-Chignac
Saint-Pierre-de-Chignac Saint-Crépin-d'Auberoche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu, identifié sous la forme latine d'Ilhacum au XIIIe siècle, tire son nom d'Ilius, personnage gallo-romain[2],[3], inconnu des historiens.

En occitan, la commune porte le nom d'Eilhac[4].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg d'Eyliac proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[5] :

A, B

  • les Ardaillers
  • la Barouchie
  • la Battue
  • les Bessades
  • le Biersou
  • le Bost
  • la Bourdinie
  • Bournard
  • la Brande
  • les Brasses
  • la Brousse

C

  • la Campagnie
  • les Chabannes
  • Chadepuy
  • la Chaloupie
  • la Chaloupie Basse
  • le Chaubier
  • les Chauprades
  • le Cheyrou
  • Claud de Chignaguet
  • la Combe Basse
  • la Combe du Coq
  • la Combe Haute
  • las Cossas

D, E

  • Dangou
  • les Dubets
  • Equachaumo
  • l'Eynaudie

F

  • la Farge
  • la Font de Prouzier
  • Fontebrousse
  • Fontenille

G

  • la Gandilie
  • les Gandilloux
  • la Garde
  • la Garmandie
  • le Gondeau
  • le Grand Beder
  • le Grand Lac
  • les Grands Bois
  • les Granges
  • la Grave

L, M

  • la Lardie
  • Lorphes
  • le Maine
  • le Maubertin
  • la Maurinie
  • Minareix
  • Monplaisir
  • les Mothes
  • Moulin à Vent

P

  • la Pépounie
  • le Petit Beder
  • la Peyrade
  • Peyrelevade
  • le Pouch
  • le Poucharaud
  • la Pouyade
  • Prouzier
  • le Puits de la Raffinie
  • le Puy
  • le Puy Haut

R

  • la Raffinie
  • la Ressias
  • les Reyssias
  • la Roquette
  • la Roubétie

S

  • la Sauvagie
  • Saverdenne
  • la Serre

T, V

  • la Taurélie
  • le Terme
  • Vertiol

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à la Roquette.

Au Moyen Âge, XIVe siècle, Eyliac (Ylhac) dépendait de la châtellenie d'Auberoche[6].

Cependant, en bordure de l'Auvézère, le village de la Roquette dépendait de la ville de Périgueux. En 1382, des hommes du comte de Périgord ravagent ce village, tuant ou blessant ses habitants[7].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom d'Eyliat.

Le 16 août 1944, lors d'un combat à la Roquette, six résistants[8] sont arrêtés par les Allemands puis fusillés au lieu-dit le Chaubier.

Au , Eyliac fusionne avec cinq autres communes pour former la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche dont la création a été entérinée par l'arrêté du 29 juin 2016, entraînant la transformation des six anciennes communes en « communes déléguées »[9],[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune d'Eyliac est rattachée au canton de Saint-Pierre-de-Chignac qui dépend du district de Périgueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, ce canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux[11].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[12]. La commune est alors rattachée au canton Isle-Manoire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2001, Eyliac intègre dès sa création la communauté de communes Isle Manoire en Périgord. Celle-ci est dissoute au et intégrée au à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux nouvellement créée.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[13],[14]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
janvier 1813 janvier 1815 Pierre Goursat-Laboudignie[Note 1]    
janvier 1815 ? Desmaison    
juillet 1819 janvier 1825 Pierre Lambertie[Note 1]    
janvier 1825 janvier 1831 Julien Mathet[Note 1]    
janvier 1831 juin 1831 (Gay-)Lambertie[Note 1]    
juin 1831 octobre 1836 Julien Mathet[Note 1]   Conseiller général du canton de Saint-Pierre-de-Chignac[15]
octobre 1836 septembre 1837 Joseph Langlade   Administrateur provisoire de la commune, avocat
septembre 1837 (1852 ou après) Joseph Langlade   Maire, avocat
         
(1896 ou avant) décembre 1919 Cyprien (Joseph) de Langlade[Note 2]    
décembre 1919 (1941 ou après) Joseph Labrousse    
? ? Lafont    
? mars 1965 René Rébillout    
mars 1965 mars 1966 Roger Mazeau[Note 3]    
avril 1966 mars 1989 Marcel Lacour    
mars 1989[16] décembre 2016 Jean-Pierre Bonnet SE Retraité de la SNCF

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18],[Note 4].

En 2014, la commune comptait 733 habitants, en augmentation de 3,39 % par rapport à 2009 (Dordogne : 1,03 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9728138181 0711 0681 005988961945
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
968962959846876881877849760
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
758693659525519526532515497
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
499448384431619640630739733
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, Eyliac est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI)[20] avec la commune de Milhac-d'Auberoche au niveau des classes de primaire. Eyliac accueille une section de maternelle, ainsi que les classes de cours élémentaire et de cours moyen.

Économie[modifier | modifier le code]

Les données économiques d'Eyliac sont incluses dans celles de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le château de la Chalupie accueillit l'écrivain Lagrange-Chancel[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Démissionnaire.
  2. Lors de sa mobilisation, c'est l'adjoint, Eugène Thibeaud, qui de 1915 à 1919, a fait fonctions de maire, puis fin 1919, le conseiller municipal Joseph Labrousse.
  3. Destitué.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 150, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  3. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, p. 279, 2e édition (1re édition en 1963), Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6)
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 25 février 2014.
  5. « Eyliac » sur Géoportail (consulté le 26 juillet 2016).
  6. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, p. 242, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1)
  7. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, p. 248, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1)
  8. Résistance, Maquis et Libération du département de la Dordogne, consulté le 28 avril 2011.
  9. a et b « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0128 portant création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 147-150 (lire en ligne [PDF])
  10. « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0131 modifiant l'arrêté portant création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 129-132 (lire en ligne [PDF])
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 décembre 2017).
  13. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 1er décembre 2016.
  14. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 1er décembre 2016.
  15. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204222j/f482.image
  16. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 18 août 2014.
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. École primaire publique à Eyliac sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 6 décembre 2012.
  21. « Église d'Eyliac », notice no PA00082529, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 29 décembre 2009