Chalagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chalagnac
Chalagnac
Le village de Chalagnac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Jean-Paul Garrigue
2014-2020
Code postal 24380
Code commune 24094
Démographie
Gentilé Chalagnacois
Population
municipale
429 hab. (2015 en augmentation de 9,44 % par rapport à 2010)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 32″ nord, 0° 40′ 38″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 238 m
Superficie 14,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Chalagnac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Chalagnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalagnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalagnac

Chalagnac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée du Serre en limites de Creyssensac-et-Pissot au premier plan, et Chalagnac au-delà du rideau d'arbres dans la prairie.

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune de Chalagnac se situe dans la partie sud-ouest du Périgord central. Elle est arrosée par le ruisseau de Chantebrune (appelé « Rosier » dans sa partie aval) et par le Serre, respectivement sous-affluent et affluent du Vern.

S'étendant sur 14,15 km2, le territoire communal est desservi par la route nationale 21 et par la route départementale 44.

L'altitude minimale, 124 mètres, se trouve au sud-ouest, au nord du lieu-dit Chatenet, là où le Serre quitte la commune et entre sur celle de Saint-Paul-de-Serre. L'altitude maximale avec 238 mètres est localisée au sud, au nord-ouest du lieu-dit les Quatre Routes, en limite de la commune de Creyssensac-et-Pissot[2].

Le village de Chalagnac se trouve sur les hauteurs entre les vallées du Serre et du ruisseau de Chantebrune, 200 mètres au sud de la route départementale 44. Il se situe, en distances orthodromiques, huit kilomètres au nord-nord-ouest de Vergt et onze kilomètres au sud-sud-ouest de Périgueux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Chalagnac est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Chalagnac
Coursac Notre-Dame-de-Sanilhac
Saint-Paul-de-Serre Chalagnac Église-Neuve-de-Vergt
Creyssensac-et-Pissot Vergt

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre le bourg de Chalagnac proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[3] :

Bas Combin · Beau-Soleil · les Bitarelles · Biternat · le Boudan · le Boutet · le Chabranle · Chalusset · Champlebout · les Chanteloubes · les Combettes · Combin · Côte Juquée · Courbe · le Cros · Eyvirat · les Gadaux · Grand Bost · les Granges · Labrousse · Lascaud · Lavaure · Maison-Neuve · les Marbilies · le Menaudou · la Merle · Monmaye · les Planches · le Puy · Puychicout · les Quatre Routes · Rossignol · Sabloux · la Séguinie · les Vignauds.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village provient d'un nom de personnage gallo-roman Calanus ou Calanius auquel le suffixe -acum a été apposé, indiquant le « domaine de Calanus ou de Calanius »[4].

En occitan, la commune porte le nom de Chalanhac[5].

Les habitants de Chalagnac se nomment les Chalagnacois[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du nom du village apparaît au XIIIe siècle sous la forme latine Chalapnacum qui devient Chalanhacum au XVe siècle[4].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Chalaignac[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Chalagnac a été rattachée au canton de Vergt qui dépendait du district de Perigueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton, qui prend un temps le nom de canton de Saint-Jean-de-Vergt, est rattaché à l'arrondissement de Périgueux[8].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[9]. La commune est alors rattachée au canton du Périgord central, dont le territoire est partagé entre les arrondissements de Périgueux et de Bergerac.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Chalagnac intègre dès sa création la communauté de communes du Pays vernois. Celle-ci est dissoute le et remplacée au par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe. Elle est elle-même dissoute le et ses communes sont intégrées à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux le .

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[10],[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1885 1904 Jean Dupérier    
1904 1929 Pierre Chancogne    
1929 1945 Jean-Baptiste Rudeaux    
1945 1956 Louis Dumonteil    
1956 1972 Raoul Lagrange[Note 1]    
1972 1989 Michel Colin    
1989 2001 Gisèle Verger    
2001 août 2003 Maxime Dubost[Note 2]    
août 2003 mars 2014 Jean Manein SE Retraité
mars 2014 en cours Jean-Paul Garrigue[13] SE Retraité

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Chalagnac relève[14] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les communes du Pays vernois sont jumelées avec la ville canadienne de Saint-Jacques de Montcalm depuis 1996[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2015, la commune comptait 429 habitants[Note 3], en augmentation de 9,44 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596569741584628566696647652
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
620650593609574540533511503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
438447408381318314324298243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
257237222281338338377383404
2015 - - - - - - - -
429--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[19], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 214 personnes, soit 49,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-cinq) a augmenté par rapport à 2010 (seize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 41 établissements[20], dont 21 au niveau des commerces, transports ou services, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, quatre dans la construction, et trois dans l'industrie[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en fonctions.
  2. Démissionnaire.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 5 décembre 2012)
  2. Bne 238 sur Géoportail (consulté le 5 décembre 2012).
  3. Chalagnac sur Géoportail (consulté le 24 février 2015).
  4. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 92.
  5. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 15 février 2014.
  6. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 24 février 2015.
  7. Chalaignac sur Géoportail (consulté le 24 février 2015).
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 24 février 2015).
  10. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 24 février 2015.
  11. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 24 février 2015.
  12. Période 1885-2003 : registres de délibérations communales consultés le 7 août 2013 à la mairie de Chalagnac.
  13. À Chalagnac, Sud Ouest édition Périgueux du 2 avril 2014, p. 19.
  14. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 24 février 2015).
  15. Bernard Vasseur, « Le comité de jumelage du Pays vernois a 20 ans », Sud Ouest édition Périgueux, 14 juin 2016, p. 19.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. Dossier complet - Commune de Chalagnac (24094) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 29 août 2018.
  20. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 29 août 2018).
  21. Dossier complet - Commune de Chalagnac (24094) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 29 août 2018.
  22. a et b Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 73.
  23. Nos églises - Paroisse "St. Jean en Pays Vernois" sur le site du diocèse de Périgueux et Sarlat, consulté le 24 février 2015.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 246.