Paunat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paunat
Paunat
Le village de Paunat et son église abbatiale.
Blason de Paunat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Francis Mérillou
2014-2020
Code postal 24510
Code commune 24318
Démographie
Population
municipale
308 hab. (2017 en diminution de 0,96 % par rapport à 2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 17″ nord, 0° 51′ 32″ est
Altitude Min. 44 m
Max. 216 m
Superficie 18,28 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Paunat
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Paunat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paunat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paunat
Liens
Site web paunat.fr

Paunat est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paunat se situe à la limite du Périgord noir et du Bergeracois, tout près des sites préhistoriques de la vallée de la Vézère, qui font la réputation de la région.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Paunat est limitrophe de sept autres communes.

Communes limitrophes de Paunat
Val de Louyre et Caudeau Saint-Avit-de-Vialard,
Le Bugue
Pezuls Paunat Limeuil
Trémolat Alles-sur-Dordogne

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2008 pour la Dordogne centre concernant donc la zone basse du territoire de Paunat[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu est inscrite dans le cartulaire de l'abbaye de Saint-Cybard sous la forme Possessio Palnatensis (possession de Paunat)[3] puis ultérieurement Monasterium nomine Palmatus (monastère nommé Palmat) dans les registres de l'abbaye de Vabres[4]. En 1090, le cartulaire de l'abbaye de La Sauve-Majeure recense Paunac et le nom de Palnato est relevé en 1546[3].

Le nom du lieu dérive du nom d'un personnage gallo-roman : Paulinus, suivi du suffixe -acum signifiant « le domaine de Paulinus »[3].

En occitan, la commune porte le nom de Paunac[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a fait l'objet d'une occupation dès le Paléolithique[3].

L'origine du nom indique l'existence sur le site d'un domaine rural dans l'Antiquité ou à l'époque mérovingienne. Le lieu doit son développement au Moyen Âge à un monastère fondé durant l'époque carolingienne par une famille aristocratique, sans doute sur son propre domaine. Dans le courant du IXe siècle, le monastère est donné avec toutes ses dépendances situées en Périgord, en Quercy et probablement dans d'autres comtés voisins à l'abbaye Saint-Martial de Limoges par un certain David, faisant vraisemblablement partie de l'entourage du roi Pépin Ier d'Aquitaine, et par sa femme Benedictana[6]. Selon un récit écrit au Xe siècle par un abbé de Vabres, les moines et leur abbé Adalgasius ont alors quitté Paunat, erré pendant plusieurs années et finalement trouvé refuge en Rouergue où ils ont fondé l'abbaye de Vabres sous les auspices du comte de Toulouse. Plusieurs prieurés étaient subordonnés à l'abbaye de Paunat : Le Fleix, Montfaucon, Ribagnac, Saint-Nazaire et Tayac[4]. En 1316, le bourg de Paunat avait le titre de « ville » (Communitas villae de Palnaco), avec un repaire noble dépendant de la châtellenie de Limeuil[4].

L'église Saint-Martial de Paunat a relevé jusqu'au XVIIIe siècle, de l'abbaye Saint-Martial de Limoges dont elle constituait une des principales possessions.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Paunat a, dès 1790, été rattachée au canton de Limeuil qui dépendait du district de Belvès jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Saint-Alvère (devenu canton de Sainte-Alvère en 1972), dépendant de l'arrondissement de Bergerac[7].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[8]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord central.

En 2017, Paunat est rattachée à l'arrondissement de Périgueux[9],[10].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Paunat intègre dès sa création la communauté de communes du Terroir de la truffe. Celle-ci est dissoute le et remplacée au par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe. Elle est elle-même dissoute le et la plupart de ses communes, dont Paunat, sont intégrées à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 avril 2014 Roger Chapotot UMP Retraité
avril 2014[11] En cours Francis Mérillou    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2019, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune[12].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2017, la commune comptait 308 habitants[Note 1], en diminution de 0,96 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0809711 0069121 002901908950861
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800791763717768682669637607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
553505452384405401399346273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
298282226217246271302314305
2017 - - - - - - - -
308--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fin juillet, début août, festival de musique et de chant classiques « Musique en Sol », à l'intérieur de l'église abbatiale[16] (28e édition en 2019[17]).

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[18], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 114 personnes, soit 37,4 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (seize) a augmenté par rapport à 2010 (quatorze) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 14,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte trente-neuf établissements[19], dont vingt-deux au niveau des commerces, transports ou services, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, quatre dans la construction, quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et un dans l'industrie[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martial[21] fait la réputation de Paunat, car c'est une des rares églises à être millénaire (elle a été consacrée en 991).

Édifiée une première fois au VIIIe siècle, elle a été donnée au IXe siècle, sans doute en 848[22], à l'abbaye Saint-Martial de Limoges dont elle dépend jusqu'au XVIIIe siècle. Elle est saccagée en 849, puis en 860 par les Normands.

Plusieurs fois ruinée puis rétablie, elle est rattachée en 1703 au séminaire de Périgueux.

L'église actuelle présente un chœur rectangulaire qui date du XIIe siècle et qui a été voûté d'ogives au XIVe siècle. La nef actuelle a été construite au XVe siècle et les voûtes d'ogives qui la couvrent ont été refaites en briques au XIXe siècle. Quant au clocher-porche, il n'a subi aucun remaniement depuis son édification au XIIe siècle. Elle est classée depuis 1956 au titre des monuments historiques et ses abords sont inscrits depuis 1959[23].

Une centaine de mètres au nord de l'église, la maison dite La Recette, du XIIe – XIIIe siècle, est inscrite depuis 1998 au titre des monuments historiques pour son avant-corps de bâtiment sud[24].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Paunat Blason D'azur à l'arbre au naturel, au pèlerin de Saint-Jacques d'or, coiffé et chaussé de gueules, tenant son bâton du même, brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. PPR inondation - 24DDT20070002 - Dordogne Centre, DREAL Aquitaine, consulté le 18 février 2019.
  2. [PDF] Paunat - Dordogne centre - Plan de prévention du risque inondation p. 13, DREAL Aquitaine, consulté le 18 février 2019.
  3. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 256.
  4. a b et c Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « Paunat », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 20 août 2019.
  5. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 20 août 2019.
  6. Jean François Boyer, « La donation du monastère de Paunat en Périgord et l’institution de l’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges en 848 », dans Regards croisés sur le monument médiéval. Mélanges Claude Andrault-Schmitt, M. Angheben, P. Martin, E. Sparhubert (dir.) Brepols, Turnhout, 2018, p. p. 17-25.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  9. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  10. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  11. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 23 août 2014.
  12. Site des villes et villages fleuris, consulté le 28 novembre 2019.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. « Musique en Sol » sur le site du Pays de Bergerac, consulté le 1er août 2015.
  17. Benoît Martin, « Avec Musique en sol, la jeunesse au firmament », Sud Ouest édition Dordogne, 29 juillet 2019, p. 12.
  18. Dossier complet - Commune de Paunat (24318) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 8 décembre 2018.
  19. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 8 décembre 2018).
  20. Dossier complet - Commune de Paunat (24318) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 8 décembre 2018.
  21. Anne-Marie Pêcheur, L'église de Paunat, p. 97-111, dans Congrès archéologique de France. 137e session, Périgord Noir, 1979, Société française d'archéologie, Paris, 1982.
  22. Jean François Boyer, « La donation du monastère de Paunat en Périgord et l’institution de l’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges en 848 », dans Regards croisés sur le monument médiéval. Mélanges Claude Andrault-Schmitt, M. Angheben, P. Martin, E. Sparhubert (dir.) Brepols, Turnhout, 2018, p. 17-25.
  23. « Église Saint-Martial et abords », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 20 août 2019.
  24. « Maison dite La Recette », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 20 août 2019.