Blis-et-Born

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blis-et-Born
Blis-et-Born
L'église et la mairie de Blis-et-Born.
Blason de Blis-et-Born
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Haut-Périgord noir
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Claude Desplat
2017-2020
Code postal 24330
Code commune 24044
Démographie
Gentilé Blis-et-Bornois
Population 461 hab. (2014 en augmentation de 9.5 % par rapport à 2009)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 56″ nord, 0° 54′ 29″ est
Altitude Min. 93 m
Max. 257 m
Superficie 20,20 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Bassillac et Auberoche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Blis-et-Born

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Blis-et-Born

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Blis-et-Born

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Blis-et-Born

Blis-et-Born est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle fusionne avec Bassillac, Le Change, Eyliac, Milhac-d'Auberoche et Saint-Antoine-d'Auberoche pour former la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

L'Auvézère entre Le Change (au premier plan) et Blis-et-Born (en rive opposée).

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], en Périgord central, la commune de Blis-et-Born fait partie de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche. Elle est située en rive gauche de l'Auvézère qui la borde au nord-ouest sur près d'un kilomètre et dont un mince affluent, le Goutteblave, arrose le territoire communal.

L'altitude minimale, 93 mètres, se trouve à l'extrême nord-ouest, là où l'Auvézère quitte la commune pour servir de limite entre celles d'Eyliac et du Change. L'altitude maximale avec 257 ou 258 mètres[Note 1],[2] est localisée au sud-est, en bordure de l'autoroute A89, à proximité de la commune de Saint-Antoine-d'Auberoche.

Le bourg de Blis-et-Born, desservi par la route départementale 45E, se situe, en distances orthodromiques, quatorze kilomètres au nord-ouest de Thenon et seize kilomètres à l'est de Périgueux.

Sur plus de cinq kilomètres, le territoire communal est traversé au sud par l'autoroute A89 dont l'échangeur le plus proche, Périgueux-Est, se trouve à environ dix-sept kilomètres du bourg de Blis-et-Born, par la route.

Les sentiers de grande randonnée GR 36 et GR 646 traversent le territoire communal sur plusieurs kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche, Blis-et-Born est limitrophe de huit autres communes, dont Cubjac sur une soixantaine de mètres et Saint-Crépin-d'Auberoche sur une centaine de mètres.

Communes limitrophes de Blis-et-Born
Le Change Cubjac,
Montagnac-d'Auberoche
Eyliac Blis-et-Born Limeyrat
Saint-Crépin-d'Auberoche Milhac-d'Auberoche Saint-Antoine-d'Auberoche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Blis dériverait, selon Bénédicte Fénié, soit de Blicius, personnage d'origine gallo-romaine, soit de Biliso, personnage d'origine germanique[3]. Cette deuxième hypothèse est également reprise par Chantal Tanet et Tristan Hordé, avec juste une variante orthographique du nom, Bilizo[4].

En ce qui concerne Born, Bénédicte Fénié le fait dériver du mot occitan bòrn signifiant « bordure, limite »[3]. Tanet et Hordé lui attribuent comme étymologie un nom de personnage d'origine germanique, Borno, tout en rappelant qu'une origine pré-celtique, °borna signifiant « source », avait également été évoquée[4].

En occitan, selon B. Fénié, la commune porte le nom d'en Bòrn[3].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Blis-et-Born proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[5] :

B

  • Barchat
  • Blanchier
  • Blis
  • la Brousse

C, D

  • las Censias
  • le Cézareau
  • les Chabannes
  • Château Branlant
  • Chignaguet
  • Combe des Porcs
  • le Combeau
  • la Côte de Born
  • les Courties
  • la Coutie
  • les Defaix

F

  • la Faurie
  • Fayard
  • Fontaine de Chignaguet
  • Fontbrejade
  • la Forêt

G, H

  • Genêt
  • les Golferies
  • la Gondie
  • le Gour
  • le Grand Beder
  • la Grange de Latté
  • les Granges
  • les Guérolles
  • le Haut Chignaguet

J

  • le Jalagier
  • la Jaye
  • les Junies

L

  • le Lac
  • Lac Couyaud
  • le Lac Ferier
  • le Lac de la Vieille
  • Lacaud
  • Lacaud[Note 2]
  • le Limouzy
  • la Lucie

M

  • Maison-Neuve
  • la Margoutie
  • les Marquis
  • le Mas Nègre
  • le Maurou
  • la Miranderie
  • Montussou
  • les Mournauds

P, Q

  • Petit Blanzac
  • la Peyrade
  • Pommier
  • Puyvinceau
  • les Quatre Paroisses

R, S, T

  • la Richardie
  • les Sabloux
  • le Thevenou
  • les Tuileries

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, l'évêque de Périgueux Guillaume d'Auberoche donne la paroisse de Born à l'abbaye de Chancelade[6].

Au XIVe siècle, Blis faisait partie de la châtellenie d'Auberoche[6].

Au , Blis-et-Born fusionne avec cinq autres communes pour former la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche dont la création a été entérinée par l'arrêté du 29 juin 2016, entraînant la transformation des six anciennes communes en « communes déléguées »[7],[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Blis-et-Born (appelée dans un premier temps « Blis de Bors ») a été rattachée, dès 1790, au canton d'Antonne qui dépendait du district de Perigueux. Les districts sont supprimés en 1795 et le canton d'Antonne en 1800. La commune est alors rattachée au canton de Saint-Pierre-de-Chignac dépendant de l'arrondissement de Périgueux[9].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[10]. La commune est alors rattachée au canton du Haut-Périgord noir.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2003, elle rejoint la communauté de communes Isle Manoire en Périgord. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie : Le Grand Périgueux.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[11],[12]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie (ancien presbytère).
Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 1790 fin 1793 Jean Savignac    
fin 1793 début 1795 François Tocheport    
début 1795 mai 1795 Pierre Prouillac[Note 3]    
mai 1795 1795 Jean Savignac    
1795 novembre 1795 Pierre Lagorce[Note 4]    
novembre 1795 mars 1797 François Savignac    
avril 1797 septembre 1797 Pierre Richard    
septembre 1797 avril 1798 François Savignac    
avril 1798 mars 1799 Pierre Richard[Note 4]    
mai 1800 mai 1803 Pierre Lagorce    
mai 1803 septembre 1807 Jean Lacoste[Note 5]    
septembre 1807 décembre 1810 Jean Albert[Note 4]    
décembre 1810 janvier 1813 Jean de Calvimont   Administrateur provisoire
Maire de Saint-Antoine-d'Auberoche
janvier 1813 mars 1829 Joseph-Antoine de Léparre[Note 4]    
mars 1829 septembre 1830 Adrien de Tessières[Note 4]    
octobre 1830 avril 1831 Desmartin-Duvignaud[Note 4]    
avril 1831 septembre 1837 Jacques Chariéras[Note 4]    
septembre 1837 février 1841 Front Gautier du Defaix[Note 5]    
mai 1841 juillet 1848 Auguste Gautier du Defaix    
juillet 1848 juillet 1852 Claude Richard    
juillet 1852 janvier 1854 Auguste Gautier du Defaix[Note 4]    
janvier 1854 avril 1858 Arsène Brouillet[Note 4]    
avril 1858 novembre 1860 Desmartin-Duvignaud    
novembre 1860 septembre 1861 Claude Richard    
septembre 1861 1871 François Pauly    
1871 avril 1871 Claude Richard    
mai 1871 mai 1884 Charles de Tessières    
mai 1884 mai 1888 Pierre Richard    
mai 1888 août 1890 Jean Faure[Note 4]    
août 1890 décembre 1919 Pierre Richard    
décembre 1919 avril 1937 Louis Mespoulède[Note 5] Rép. de gauche
puis Rad.-soc.
 
juin 1937 mai 1945 Marcel Faure    
mai 1945 mars 1965 Jean Bussy Rad.-soc.  
mars 1965 mars 1983 (Jean-)Robert Goursat    
mars 1983 mars 1989 Eugène (Robert) Grandchamp    
mars 1989 mars 2008 Alain Bussy    
mars 2008[14] décembre 2016 Jean-Claude Desplat PS Agent de maîtrise

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Blis-et-Born relève du tribunal d'instance de Périgueux, du tribunal de grande instance de Périgueux, de la cour d'appel de Bordeaux, du tribunal pour enfants de Périgueux, du conseil de prud'hommes de Périgueux, du tribunal de commerce de Périgueux, du tribunal administratif de Bordeaux et de la cour administrative d'appel de Bordeaux[15].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Blis-et-Born se nomment les Blis-et-Bornois[16].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18],[Note 6].

En 2014, la commune comptait 461 habitants, en augmentation de 9,5 % par rapport à 2009 (Dordogne : 1,03 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
676391543699635737791818761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
723668707640641627590576531
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
483482461419407391367360351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
318251235273305332409457461
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Blis-et-Born est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI)avec les communes de Cubjac et Le Change[21] au niveau des classes de primaire[22].

Le Change accueille les enfants en petite et moyenne sections de maternelle ; Cubjac s'occupe de la grande section, du cours préparatoire et du cours élémentaire (CE1 et CE2) ; Blis-et-Born gère le cours moyen (CM1 et CM2).

Économie[modifier | modifier le code]

Les données économiques de Blis-et-Born sont incluses dans celles de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Duvaleix (1929-2005), né à Blis-et-Born, est député de la Dordogne de 1988 à 1993.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Blis-et-Born Blason Parti : au 1) de gueules au lion d’or, au 2) de gueules à la tour donjonnée de deux tourelles d’argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, soutenue de deux écots d’or posés en chevron renversé ; le tout sommé d’un chef d’or chargé d’une roue de Saint-Catherine de gueules[27]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 257 mètres pour la boîte « Communes » et 258 sur la carte.
  2. Deux lieux-dits du même nom, tous deux situés au sud de la commune, au nord-est et au nord-ouest du Haut-Chignaguet.
  3. Destitué de son mandat.
  4. a b c d e f g h i et j Démissionnaire.
  5. a b et c Décédé en fonctions.
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 9 décembre 2013).
  2. « Borne 258 » sur Géoportail (consulté le 9 décembre 2013)..
  3. a b et c Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 9 décembre 2013.
  4. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 60
  5. « Blis-et-Born » sur Géoportail (consulté le 26 juillet 2016).
  6. a et b Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1), p. 242, 248
  7. a et b « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0128 portant création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 147-150 (lire en ligne [PDF])
  8. « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0131 modifiant l'arrêté portant création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 129-132 (lire en ligne [PDF])
  9. « Notice communale de Blis-et-Born », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 10 juillet 2012)
  10. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 31 mai 2016).
  11. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 1er décembre 2016.
  12. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 1er décembre 2016.
  13. Histoire des Maires sur le site de Blis-et-Born, consulté le 9 décembre 2013.
  14. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 14 août 2014.
  15. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2013).
  16. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. Carte des RPI de la Dordogne sur le site de l'Académie de Bordeaux, consulté le 17 décembre 2013.
  22. École primaire de Blis-et-Born sur le site de l'Académie de Bordeaux, consulté le 17 décembre 2013.
  23. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 58.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 236-237.
  25. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie et Emmanuel du Chazaud (préf. André Chastel), Le Périgord des chartreuses, Périgueux, Pilote 24 édition, , 341 p. (ISBN 2-912347-11-4), p. 104, 107
  26. Nos maisons sur le site de l'Association patrimoine nature Blis-et-Born, consulté le 17 décembre 2013.
  27. http://labanquedublason2.com/ La banque du blason