Le Grand Périgueux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Grand Périgueux
Blason de Le Grand Périgueux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Forme Communauté d'agglomération
Siège Périgueux
Communes 43
Président Jacques Auzou (PCF)
Date de création 1er janvier 2014
Code SIREN 200040392
Démographie
Population 103 499 hab. (2014)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Superficie 993,26 km2
Localisation
Localisation de Le Grand Périgueux
Le Grand Périgueux en 2014 dans le département de la Dordogne
Liens
Site web agglo-perigueux.fr
Fiche Banatic Données en ligne

Le Grand Périgueux est une structure intercommunale française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle prend effet le 1er janvier 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet de fusion entre la communauté d'agglomération périgourdine et la communauté de communes Isle Manoire en Périgord a été acté par l'arrêté no 121329 du 6 décembre 2012[1] et modifié par l'arrêté no 2013282-0005 du 9 octobre 2013[2]. Ce nouvel ensemble, qui prend effet le 1er janvier 2014, comprend 33 communes. Le nom de la nouvelle entité, dont le siège est fixé à Périgueux, est « Le Grand Périgueux »[3],[2].

Au , le nombre de communes baisse, avec la création de la commune nouvelle de Boulazac Isle Manoire, en remplacement des communes d'Atur, Boulazac et Saint-Laurent-sur-Manoire.

Au , la communauté d'agglomération :

Administration[modifier | modifier le code]

À titre transitoire et dans l'attente des élections municipales de mars 2014, c'est Claude Bérit-Debat, président de l'ancienne communauté d'agglomération, qui prend la présidence de la nouvelle en janvier 2014[5].

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2014 avril 2014 Claude Bérit-Debat PS Sénateur de la Dordogne (depuis 2008)
avril 2014[6] en cours Jacques Auzou PCF Maire de Boulazac (1988-2015) puis de Boulazac Isle Manoire depuis 2016
Conseiller général du canton de Saint-Pierre-de-Chignac (1994-2015)
Conseiller départemental du canton Isle-Manoire depuis 2015
Les données manquantes sont à compléter.

Composition[modifier | modifier le code]

En 2014 et 2015, elle regroupait 33 communes sur 588,50 km2. Au , l'intercommunalité passe à 31 communes à la suite de la création de la commune nouvelle de Boulazac Isle Manoire, formée par la fusion d'Atur, Boulazac et Saint-Laurent-sur-Manoire.

Au , elle passe à 43 communes pour un territoire de 993,26 km2 à la suite :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Périgueux
(siège)
24322 Périgourdins 9,82 29 829 (2015) 3 038
Agonac 24002 Agonacois 37,22 1 750 (2015) 47
Annesse-et-Beaulieu 24010 Annessois 12,12 1 481 (2015) 122
Antonne-et-Trigonant 24011 Antonnais 20,23 1 233 (2015) 61
Bassillac et Auberoche 24026 103,26 4 424 (2015) 43
Boulazac Isle Manoire 24053 55,95 10 510 (2015) 188
Bourrou 24061 Bourrounais 9,13 133 (2015) 15
Chalagnac 24094 Chalagnacois 14,15 429 (2015) 30
Champcevinel 24098 Champcevinellois 17,72 2 840 (2015) 160
Chancelade 24102 Chanceladais 16,23 4 298 (2015) 265
La Chapelle-Gonaguet 24108 Chapelois 19,07 1 068 (2015) 56
Château-l'Évêque 24115 Castélevéquois 35,68 2 128 (2015) 60
Cornille 24135 Cornillais 13,04 673 (2015) 52
Coulounieix-Chamiers 24138 Colomnierois 21,70 8 108 (2015) 374
Coursac 24139 Coursacois 24,65 2 111 (2015) 86
Creyssensac-et-Pissot 24146 Creyssensacois 8,62 256 (2015) 30
La Douze 24156 Ladouzois 23,05 1 133 (2015) 49
Église-Neuve-de-Vergt 24160 Neuveglisiens 7,43 541 (2015) 73
Escoire 24162 Escoirais 3,94 424 (2015) 108
Fouleix 24190 Fouleixois 10,94 242 (2015) 22
Grun-Bordas 24208 Grun-Bordasiens 12,28 218 (2015) 18
Lacropte 24220 Lacroptois 26,23 660 (2015) 25
Manzac-sur-Vern 24251 Manzacois 19,96 596 (2015) 30
Marsac-sur-l'Isle 24256 Marsacois 10,05 3 131 (2015) 312
Mensignac 24266 Mensignacois 26,08 1 534 (2015) 59
Paunat 24318 Paunatois 18,28 305 (2015) 17
Razac-sur-l'Isle 24350 Razacois 14,24 2 384 (2015) 167
Saint-Amand-de-Vergt 24365 Saint-Amandinois 12,66 250 (2015) 20
Saint-Crépin-d'Auberoche 24390 Saint-Crépinois 9,56 341 (2015) 36
Saint-Geyrac 24421 Saint Geyracois 17,10 203 (2015) 12
Saint-Maime-de-Péreyrol 24459 Saint-Maymois 10,75 282 (2015) 26
Saint-Michel-de-Villadeix 24468 Saint-Michellois 14,17 316 (2015) 22
Saint-Paul-de-Serre 24480 Saint-Paulois 10,44 273 (2015) 26
Saint-Pierre-de-Chignac 24484 Chignacois 15,70 867 (2015) 55
Salon 24518 Salonais 16,97 275 (2015) 16
Sanilhac (Dordogne) 24312 59,90 4 489 (2015) 75
Sarliac-sur-l'Isle 24521 Sarliacois 9,57 1 032 (2015) 108
Savignac-les-Églises 24527 Savignacois 21,90 975 (2015) 45
Sorges et Ligueux en Périgord 24540 54,04 1 558 (2015) 29
Trélissac 24557 Trélissacois 22,88 6 628 (2015) 290
Val de Louyre et Caudeau 24362 82,12 1 623 (2015) 20
Vergt 24571 Vernois 32,52 1 650 (2015) 51
Veyrines-de-Vergt 24576 Veyrinois 11,91 260 (2015) 22

Représentation[modifier | modifier le code]

À la création du Grand Périgueux en 2014, vingt-six communes disposent d'un siège au conseil communautaire. Les plus peuplées en ont plus (deux pour Notre-Dame-de-Sanilhac et Marsac-sur-l'Isle, trois pour Chancelade, quatre pour Boulazac, cinq pour Coulounieix-Chamiers et Trélissac et vingt pour Périgueux), ce qui fait un total de soixante-sept conseillers communautaires[7].

Le conseil communautaire élit ensuite le président et treize vice-présidents[N 1].

Avec l'arrivée de nombreuses nouvelles communes au , la représentation est modifiée par l'arrêté no 24-2016-12-16-006 du 16 décembre 2016 [8] :

soit un total de 95 conseillers communautaires.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population municipale du Grand Périgueux — dans ses limites de 2014 à 2016 — s'élève à 92 431 habitants, selon le recensement de 2014.

Selon le même recensement et dans ses limites de 2017, elle s'élève à 103 499 habitants.

Compétences[modifier | modifier le code]

L'arrêté no PREF/DDL/2016/0303 du actualise les compétences de l'intercommunalité, décrites ci-dessous[9].

Compétences obligatoires[modifier | modifier le code]

  • Développement économique :
    • actions de développement économique ;
    • création, aménagement, entretien et gestion de zones d'activités industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale, touristique, portuaire ou aéroportuaire ;
    • politique locale du commerce et soutien aux activités commerciales ;
    • promotion du tourisme, dont création d'offices de tourisme.
  • Aménagement de l'espace communautaire :
  • Équilibre social de l'habitat :
    • programme local de l'habitat ;
    • politique du logement ;
    • actions et aides financières en faveur du logement social ;
    • réserves foncières ;
    • action en faveur des personnes défavorisées, amélioration du parc immobilier bâti.
  • Politique de la ville :
    • diagnostic du territoire et définitions du contrat de ville ;
    • animation et coordination des dispositifs contractuels de développement urbain, de développement local et d'insertion économique et sociale ainsi que des dispositifs locaux de prévention de la délinquance ;
    • programmes d'actions définis dans le contrat de ville.
  • Accueil des gens du voyage : aménagement, entretien et gestions des aires d'accueil.
  • Collecte et traitement des déchets ménagers et assimilés.

Compétences optionnelles[modifier | modifier le code]

  • Voirie :
    • création ou aménagement et entretien de voirie ;
    • création ou aménagement et gestion de parcs de stationnement.
  • Protection et mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie :
    • lutte contre la pollution de l'air ;
    • lutte contre les nuisances sonores ;
    • soutien aux actions de maîtrise de la demande d'énergie.
  • Construction, aménagement, entretien et gestion d'équipements culturels et sportifs.
  • Action sociale.

Compétences supplémentaires[modifier | modifier le code]

  • Assainissement :
    • assainissement collectif : études, réalisation des investissements et gestion du réseau structurant (tout réseau d'assainissement desservant au moins deux communes membres du Grand Périgueux) ;
    • assainissement non collectif : mise en place du service d'assainissement non collectif (SPANC) intercommunal (contrôle des systèmes d'assainissement autonome des permis de construire ; participation à l'instruction des certificats d'urbanisme ; contrôle des installations neuves).
  • Réhabilitation, entretien et aménagement des rivières et cours d'eau.
  • Création des sentiers inscrits au plan départemental des itinéraires de randonnée.
  • Développement des réseaux de communication très haut débit.
  • Programme de soutien et d'aides aux établissements d'enseignement supérieur et de recherche et aux programmes de recherche.
  • Soutien à la politique de l'emploi, de la formation et de l'insertion professionnelle : gestion et financement des structures locales et des dispositifs de soutien à l'emploi (maison de l'emploi, espace économie emploi, mission locale, et plan local pour l'insertion et l'emploi).
  • Construction, aménagement, entretien et gestion d'équipements de loisirs et de tourisme :
  • Soutien au développement de l'agriculture durable et au développement forestier, à l'approvisionnement de la restauration collective et l'aide à la promotion, à la transformation ou la commercialisation de produits locaux.
  • Création et gestion d'un parc des cultures urbaines à Coulounieix-Chamiers.
  • Contribution au budget du service départemental d'incendie et de secours.
  • Création, aménagement et entretien des pistes de défense des forêts contre l'incendie.

Divers[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2014, le personnel est composé de 393 agents[N 2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Recueil des actes administratifs de l'État en Dordogne - Décembre 2012, p. 9-10 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la Préfecture de la Dordogne, consulté le 8 mars 2013.
  2. a et b [PDF] « Arrêté no 2013282-0005 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la Préfecture de la Dordogne, consulté le 1er novembre 2013.
  3. H.C., « En attendant le Grand Périgueux », Sud Ouest édition Périgueux, 19 octobre 2013, p. 17.
  4. a b et c [PDF] « Arrêté no PREF/DDL/2016/0182 portant extension de la CA Le Grand Périgueux aux communes de la CC Pays Vernois Terroir de la Truffe (excepté Limeuil et Trémolat) et aux communes de Manzac-sur-Vern, Sorges et Ligueux en Périgord et Savignac les Eglises », Préfecture de la Dordogne, 15 septembre 2016, p. 144-148.
  5. Hervé Chassain, La nouvelle agglomération se lance, Sud Ouest édition Périgueux du 14 décembre 2013,p. 16-17.
  6. Hervé Chassain, Nouveau président et premier couac, Sud Ouest édition Périgueux du 19 avril 2014, p. 16-17.
  7. [PDF] Arrêté no 2013287-0010 du 14 octobre 2013 sur le site de la Préfecture de la Dordogne, consulté le 1er novembre 2013.
  8. Arrêté constatant la composition du conseil communautaire de la communauté d’Agglomération Le Grand Périgueux étendue aux communes de la CC du pays vernois et du terroir de la Truffe (sauf Limeuil et Trémolat) et aux communes de Manzac sur Vern, Sorges et Ligueux en Pgd et Savignac les Eglises, Préfecture de la Dordogne, 16 décembre 2016, p. 71-75.
  9. Arrêté no 2016-097 portant extension des compétences de la Communauté d’Agglomération Le Grand Périgueux et modification de ses statuts, p. 106-116, Préfecture de la Dordogne, 14 décembre 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sandrine Lemasson (rédaction et photos) et F. Tessier (cartographie), « 1er janvier 2014 : naissance du Grand Périgueux », CAP Forum, no 46,‎ , p. 9-16.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]