Savignac-les-Églises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Savignac-les-Églises
Savignac-les-Églises
L'église Saint-Martin de Savignac-les-Églises.
Blason de Savignac-les-Églises
Blason
Savignac-les-Églises
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Évelyne Roux
2020-2026
Code postal 24420
Code commune 24527
Démographie
Gentilé Savignacois
Population
municipale
934 hab. (2019 en diminution de 3,61 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 29″ nord, 0° 55′ 01″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 234 m
Superficie 21,90 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Périgueux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Isle-Loue-Auvézère
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Savignac-les-Églises
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Savignac-les-Églises
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savignac-les-Églises
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savignac-les-Églises
Liens
Site web savignacleseglises.com

Savignac-les-Églises est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

De 1790 à 2015, la commune était le chef-lieu du canton de Savignac-les-Églises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
L'Isle en aval de la RD 68
L'Isle en aval de la RD 68
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes ; 5 : vue de l'Isle

Incluse dans l'aire d'attraction de Périgueux[1], et chef lieu de canton, la commune de Savignac-les-Églises est traversée d'est au sud par l'Isle, principal affluent de la Dordogne. Son altitude minimale, 105 mètres, se situe au sud, là où l'Isle quitte la commune pour entrer sur celle de Saint-Vincent-sur-l'Isle. L'altitude maximale, 234 mètres, se trouve à l'extrême sud-est, à quelques dizaines de mètres de la limite avec la commune de La Boissière-d'Ans, sur les hauteurs qui séparent les vallées de l'Isle et de l'Auvézère.

Le bourg de Savignac, établi sur la rive droite de l'Isle, est situé, en distances orthodromiques, 13 kilomètres au sud-ouest d'Excideuil et 18 kilomètres au nord-est de Périgueux, au croisement des routes départementales 4, 68 et 705 (l'ancienne route nationale 705).

La commune est également desservie au nord par la route départementale 74.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Savignac-les-Églises est limitrophe de sept autres communes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Savignac-les-Églises est située dans le deuxième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de roches calcaires très dures du Jurassique que la mer a déposées par sédimentation chimique carbonatée, en bancs épais et massifs[2]. Elle est à la fois dans le causse de Cubjac et le causse de Savignac, qui, avec le causse de Thenon, forment un ensemble de collines karstifiées dans les calcaires liasiques et jurassiques à l'est de Périgueux jusqu'à Excideuil et Thenon, d'environ 30 km N-S et 15 km O-E, coupé par les vallées de l'Isle, de l'Auvézère et de la Loue.

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire datant du Cénozoïque et de roches sédimentaires du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée j3a-b, date du Bathonien inférieur à moyen, une alternance de calcaires micritiques gris cryptocristallins avec des argiles parfois ligniteuses ou des marnes noires (fm Ajat). La formation la plus récente, notée CFp, fait partie des formations superficielles de type colluvions indifférenciées de versant, de vallon et plateaux issues d'alluvions, molasses, altérites. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « no 759 - Périgueux (est) » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[3],[4] et sa notice associée[5].

Carte géologique de Savignac-les-Églises.

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (478 m, à la forêt de Viellecour dans le Nontronnais) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 105 mètres et 234 mètres[6].

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [7]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1],[8]. La commune fait partie du Périgord central, un paysage vallonné, aux horizons limités par de nombreux bois, plus ou moins denses, parsemés de prairies et de petits champs[9].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 21,90 km2[10],[Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 22,82 km2[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[13]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[13]

  • Moyenne annuelle de température : 11,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 15,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 951 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[17] complétée par des études régionales[18] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La Coquille », sur la commune de La Coquille, mise en service en 1982[19] et qui se trouve à 30 km à vol d'oiseau[20],[Note 6], où la température moyenne annuelle est de 11,9 °C et la hauteur de précipitations de 1 199 mm pour la période 1981-2010[21]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Brive », sur la commune de Brive-la-Gaillarde, dans le département de la Corrèze, mise en service en 1987 et à 50 km[22], la température moyenne annuelle évolue de 12,7 °C pour la période 1971-2000[23], à 12,7 °C pour 1981-2010[24], puis à 13,0 °C pour 1991-2020[25].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[26],[27].

La commune fait partie du bassin de la Dordogne, un territoire d'une superficie de 24 000 km2 reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en et se situe à la fois dans sa « zone tampon » et dans sa « zone de transition »[28].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 7].

Aucun site Natura 2000 n'a été défini sur la commune[30].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Le causse de Savignac à Savignac-les-Églises.

L'inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

En 2022, deux ZNIEFF sont recensées sur la commune d’après l'INPN[31].

Ces ZNIEFF de type 2[Note 8] sont des zones calcaires boisées :

La communauté de communes Causses et Rivières en Périgord a acheté à l'armée en 2008 un ancien terrain militaire au cœur du causse de Savignac et l'a aménagé pour des loisirs sportifs[36]. Un parc photovoltaïque de 25 hectares, la « centrale solaire des Crouzilloux », y est prévu[36]. De 1930 jusqu'aux années 1960, le site était utilisé par les garnisons de Périgueux et n'a été dépollué que partiellement et des restes d'explosifs y subsistent ; de ce fait, la mise en service de la centrale solaire est repoussée à l'été 2024[37].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Savignac-les-Églises est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 9],[38],[39],[40].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Périgueux, dont elle est une commune de la couronne[Note 10]. Cette aire, qui regroupe 49 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[41],[42].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (68,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (68,2 %), zones agricoles hétérogènes (27,8 %), mines, décharges et chantiers (2,2 %), zones urbanisées (1,4 %), cultures permanentes (0,4 %)[43].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2016 pour l'Isle en amont de Trélissac, impactant les rives de ce cours d'eau qui traverse la commune de l'est au sud[44],[45].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du nom d'un personnage d'origine gallo-romane, Sabinius, suivi du suffixe -acum[46], indiquant le « domaine de Sabinius ». La seconde partie du nom correspond au village établi autour des deux églises médiévales du lieu[46].

En occitan, la commune porte le nom de Savinhac de las Gleisas[47].

Histoire[modifier | modifier le code]

Clé de voûte du chœur de l'église Saint-Martin.

Avant le Premier Empire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est occupé dès le Moustérien, comme le prouvent les vestiges retrouvés dans l'abri de Pommier[46], sur les bords de l'Isle.

L'église actuelle dédiée à saint Martin porte en sa clé de voûte au-dessus du chœur un blason présentant : « d'azur à 3 cotices d'or au blason de Périgord brochant le tout » et la notice entourant celui-ci « Guy 1er Vicomte de Limoges père de Richard Abbé de Tourtoirac + MXXV + ». En effet, Richard était abbé de l'abbaye Saint-Pierre-ès-Liens de Tourtoirac qu'il aurait fondée au cours du XIe siècle. L'église de Savignac était sans doute un des premiers prieurés dépendant de l'abbaye[48]. Ce pourraient être les vestiges d'un ex-voto à l'attention du vicomte Guy 1er qui a été inféodé suzerain de ce territoire au début des années 1030 pour contrebalancer l'autorité du comte du Périgord par le successeur de l'évêque Frotaire.

En 1120, la chapelle Saint-Christophe est mentionnée sous le nom de Sanctus Christoforus de Savinhaco[46] parmi la liste des biens de l'abbaye de Tourtoirac dans une bulle du Pape Calixte II. La paroisse de Savignac dépendait de la châtellenie d'Auberoche, elle-même dépendant du château d'Excideuil qui était une des résidence des vicomtes de Limoges.

En 1555, on parle de Savinhac[49]. En 1680, la paroisse revient à la châtellenie des Bories et la famille de Saint-Astier qui y avait droit de basse, moyenne et haute justice. « Henri de Saint-Astier : Chevalier, seigneur des Bories et Sarliac, naquit en 1575 ; gentilhomme ordinaire de la chambre du roi Henri IV, il est qualifié haut et puissant seigneur »[50]. En effet, depuis 1572, Henri de Navarre était héritier de la vicomté de Limoges.

Au XVIIe siècle, le village s'appelait Savignac-les-Deux-Églises[46]. En 1724, Louis XV, par des lettres patentes, déclare : « avons créé et établi, créons et établissons, quatre foires : le mardi de la mi-carême, l'octave de la Saint Laurent, Saint Christophe, l'octave de la Saint Martin comme aussi un marché qui sera tenu tous les mardis de l'année perpétuellement et a toujours ». C'est à cette époque, entre 1720 et 1750, que semble être désaffectée la chapelle Saint-Christophe.

En 1794, la commune de Saint-Privat-d'Excideuil fusionne avec Savignac-les-Églises. Les villages de Saint-Privat, La Peytelie et La Bourrelie, forts de leur population de 75 feux (environ 200 habitants), gonflent la population communale. Saint-Privat et La Peytelie possèdent également leurs églises. La commune possède donc quatre lieux de culte : l'église paroissiale Saint-Martin, la chapelle Saint-Christophe, la chapelle Saint-Privat et la chapelle Notre-Dame du Mont Carmel. Il subsiste encore à cette époque, en 1794, les vestiges de l'ancienne chapelle de l'hôpital à l'entrée sud du bourg.

La viticulture[modifier | modifier le code]

Les communes des causses périgourdins connaissaient une importante activité liée à la culture de la vigne. L'ensemble des zones de causse était planté de vigne et ce jusqu'au moment où le phylloxéra a ravagé le vignoble français.

On appelait « vin de Sorges » le vin produit dans le canton de Savignac-les-Églises. Présent depuis l'époque romaine, la vigne a perduré sur la commune jusqu'à nous jours. Le vin faisait partie de l'alimentation quotidienne des personnes et sa culture était un revenu non négligeable pour beaucoup de paysans. Le canton était très viticole jusqu'au milieu du XIXe siècle et l'arrivée des maladies de la vigne. Ces maladies, l'oïdium vers 1850, le phylloxéra vers 1863 et le mildiou vers 1896, commencent à toucher le vignoble français. L'oïdium et le mildiou se traitent grâce à la bouillie bordelaise. Le phylloxéra est plus problématique, touchant la commune vers 1870. Les parcelles ont été replantées avec des cépages américains dont les plus célèbres sont : le Noah [51], le Clinton, l'Herbemont, l'Isabelle, le Jacquez et l'Othello.

La culture de ces six cépages a été interdite, officiellement pour des raisons sanitaires. En effet, le taux de méthanol contenu dans le vin issu de ces cépages est plus élevé que dans celui de Vitis vinifera. Pourtant, une simple analyse permet de prouver que ce taux n'est pas si élevé qu'on le dit[52]. D'autre part, seule la fermentation du jus de raisin peut produire le méthanol ; on peut donc manger le raisin ou boire le jus sans risque.

Le contexte politico-économique du début du XXe siècle, notamment la surproduction, a amené à remettre en question la culture de ces cépages (voir la révolte des vignerons du Languedoc en 1907). On peut imaginer que la légende du Noah « qui rend fou et aveugle » a aidé les paysans à abandonner ce cépage productif et facile à cultiver, ne nécessitant pas de traitements phytosanitaires. Dans des régions vinicoles telles que la région nantaise, productrice de muscadet, sa réputation de « vin qui rend fou » reste tenace encore aujourd'hui[53].

Sur l'ensemble de la commune subsistent des murs et des cabanes de pierres sèches. Parce que le travail de la vigne était réparti sur l'ensemble du territoire communal et du fait de sa présence sur le causse, il y avait abondance de pierres. Les générations successives ont constitué tous les murs de pierres sèches longeant les chemins lors de l'épierrage permanent réalisé dans les parcelles de vigne. C'est aussi l'origine de la construction de toutes les cabanes que l'on trouve aujourd'hui : simples abris de travail, remises à outils ou habitats temporaires lors des gros travaux exigés par l'entretien des vignes.

Durant la guerre de 1914-1918, un manque de bras n'a pas permis d'entretenir l'ensemble du vignoble. Beaucoup de parcelles difficiles ou trop éloignées ont été abandonnées et sont revenues à la forêt. Les surfaces en vigne ont continué à décliner jusqu'à la décision d'interdire six plants de vigne en raison de leur prétendue dangerosité. Il convient de se rappeler qu'on est à l'époque de la naissance des traitements phytosanitaires, la viticulture connaît aussi une crise de surproduction sans précédent. Après 15 années de tergiversations, l'État français crée en 1935 l'INAO pour tenter de mettre un semblant d'organisation dans la viticulture française. La première mesure consiste à rendre la production de certains cépages impropre à la consommation afin de résorber des excédents.

Depuis, le territoire cultivé a été utilisé par une agriculture de poly-élevage avec une diminution très importante des actifs agricoles. L'arrivée en 1857 à Périgueux de la ligne de chemin de fer en provenance de Bordeaux, via Coutras, et la création ultérieure à Périgueux des ateliers de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans ont encouragé l'exode rural.

Le tramway[modifier | modifier le code]

En 1888, la commune a vu la construction d'un autorail dénommé « Tacot ». Il prenait son départ à Périgueux, place Francheville, à destination d'Excideuil [54]. Une gare a été construite au sud du bourg, à l'emplacement actuel de la place du Souvenir. La ligne venait de Périgueux, via Trélissac, Antonne-et-Trigonant et Sarliac, traversait la commune et continuait son parcours vers Excideuil. Le parcours de la voie se faisait sur le tracé de la route départementale 705 jusqu'à la sortie du bourg, puis la voie prenait la route dite de Mayac, avec la gare du Dognon. Les gares suivantes étaient celles de Coulaures, La Reille, Saint-Pantaly-d'Excideuil, Saint-Martial-d'Albarède et enfin Excideuil où la gare retrouvait la ligne de Thiviers à Saint-Aulaire en Corrèze pour rattraper une nouvelle ligne allant de Nexon à Brive-la-Gaillarde.

La ligne de tramway a été fermée en 1948, mais les rails et la gare existaient encore quelques années plus tard. La gare possédait une activité voyageurs, mais aussi une grosse activité de fret, avec la présence d'une bascule pour peser les wagons. Celle-ci a été déconstruite au début des années 1950.

Cette ligne a créé une nouvelle activité économique pour la commune, outre les agriculteurs qui pouvaient expédier plus facilement leur production vers les acheteurs, il y avait aussi une demande de fagots et de bois de chauffage pour la locomotive. Tout au long de la voie, des tas de bois étaient disposés. Ceux-ci faisait l'objet d'un contrat entre l'entreprise et les producteurs. Telle personne avait un contrat envers la Compagnie de chemins de fer départementaux (CFD) pour une quantité de bois à déposer le long de la voie, à un endroit donné, et cela au fil de l'année.

La ligne de tramway était aussi connue pour son arrêt à quelques centaines de mètres avant la gare de Savignac en provenance de Périgueux. Cet arrêt se faisait au lieu-dit Les Graves, proche de l'ancienne carrière désaffectée. Cet arrêt permettait de puiser de l'eau pour la chaudière de la locomotive. De nombreux enfants quittaient alors leur wagon pour finir le parcours à pied à destination de la gare… et se faisaient rattraper par le convoi juste avant leur arrivée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Savignac-les-Églises (appelée Savignac dans un premier temps) est devenue, dès 1790, le chef-lieu du canton de Savignac qui dépendait du district d'Excideuil jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton, qui devient celui de Savignac-les-Églises, est alors rattaché à l'arrondissement de Périgueux[55].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[56]. La commune est alors rattachée au canton d'Isle-Loue-Auvézère, dont le bureau centralisateur se trouve à Excideuil.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2003, Savignac-les-Églises intègre dès sa création la communauté de communes Causses et Rivières en Périgord.

Au , Savignac-les-Églises quitte la communauté de communes Causses et Rivières en Périgord pour rejoindre la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux[57].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[58],[59].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1947 1953 François Château    
1953 1962[Note 11] M. Reverdel   Directeur départemental des impôts en retraite
1962 1971 Gilbert Fournier   Officier (colonel) de l'armée française
ancien gouverneur de la place forte de Saïgon
1971 mars 1983 Pierre Delport   Notaire
mars 1983 juin 1995 Jacques Mougnaud PS Professeur de faculté
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Pinault PCF Agent administratif
Conseiller général du canton de Savignac-les-Églises (1998-2015)
mars 2008 juillet 2015[Note 12] Yveline Luc-Lopes[Note 13] SE[60] puis DVG[61] Inspectrice principale des impôts
juillet 2015 septembre 2015 Évelyne Roux DVD[62],[63] Première adjointe faisant fonctions de maire
septembre 2015[64]
(réélue en mai 2020)
En cours Évelyne Roux DVD  

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Savignac-les-Églises relève[65] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Ruente (Espagne)[66].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[67]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[68].

En 2019, la commune comptait 934 habitants[Note 14], en diminution de 3,61 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,88 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9709169279849959901 0371 0301 014
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0261 057978963890994953935876
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
862874814712684710706630613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
682625732722853898934946963
2014 2019 - - - - - - -
974934-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[69].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[70], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 376 personnes, soit 38,6 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (46) a diminué par rapport à 2010 (51) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 78 établissements[71], dont quarante-trois au niveau des commerces, transports ou services, treize dans la construction, dix relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, huit dans l'industrie, et quatre dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[72].

Entreprises[modifier | modifier le code]

La carrière de calcaire.

Dans le secteur du BTP, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, la société « Seca SN » (construction d'autres bâtiments) implantée à Savignac-les-Églises se classe en 42e position quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 2 775 k€[73].

  • École de Savignac : école supérieure de management, spécialisée dans l'hôtellerie, la restauration et le tourisme[74], ouverte en [75]. Dans son secteur d'activité, elle est classée 1re au niveau national et 3e au niveau européen, derrière deux écoles suisses[76].
  • Exploitation de calcaire sur une importante carrière pouvant traiter 500 000 tonnes par an[77] au nord-ouest du bourg, le long de la route départementale 68.
  • Nombreuses entreprises du bâtiment : (maçonnerie, charpente, plomberie, ferronnerie, menuiserie).
  • Commerces dans le bourg : alimentation, bar, boucherie, dépôts de pain, couturière, fleuriste, quincaillerie, repas à domicile, restaurant, salon de coiffure, tabac, traiteurs.
  • Professionnels de la santé : médecin, infirmière, kinésithérapeute, pharmacie, socio-esthéticienne.
  • Affichage sur panneaux.
  • Marché le mardi matin sur la place de la Mairie. Tous commerces.
  • Nombreux gîtes ruraux et chambres d'hôtes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines d'implantation et d'habitat gaulois sur la rive de l'Isle.
  • Substruction d'un moulin du VIe siècle au « gué de la Peytelie ».
  • Base de l'église paroissiale Saint-Martin datant du XIe siècle (pisé dans l'oratoire), église rebâtie lors des guerres de religion (vers 1570).
  • Ruines et chœur de la chapelle Saint-Christophe du XIIe siècle au cœur d'un ancien cimetière déménagé en 1904 et devenu parc d'agrément. L'entrée dans le parc se fait en passant sous un bas-relief du XIIIe siècle représentant une crucifixion. Cette sculpture est classée monument historique au titre d'objet depuis 1954[78].
  • Chapelle de la Peytelie du XVIIe siècle.
  • Le monument aux morts est l'œuvre de Charles-Henri Pourquet. Anciennement situé devant l'école hôtelière de Savignac, perpendiculairement à la route départementale 705, il a été déplacé d'un peu plus de cent mètres vers le sud-ouest, du même côté de cette route et parallèlement à celle-ci. Il a été de inauguré à son nouvel emplacement le [79].
  • Nombreux cluzeaux et cabanes de pierre avec deux circuits de randonnée fléchés depuis la place de l'Église.
  • Faune et flore du causse périgordin avec espèces autochtones d'orchidées.
  • Jardin public avec coin pique-nique, jeux pour enfants et zone de baignade dans l'Isle, le long d'un chemin ombragé.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Né à Savignac-les-Églises :

  • Gaston Meyer, né le et décédé le à Paris, journaliste sportif français et rédacteur en chef du quotidien sportif L'Équipe de 1954 à 1970.

Ils ont habité à Savignac-les-Églises :

  • Élie du Chaylard (1816-1898), juge de paix à Savignac en 1849, puis juge à Sarlat, Périgueux, président du tribunal de Blaye, juge à Bordeaux et conseiller à la cour de Limoges[Quoi ?]. Chevalier de la Légion d'honneur en 1889[80]
  • Raoul Rousset (1855-1938), bâtonnier du barreau de Paris de 1907 à 1909[81], fut maire de Savignac-les-Églises.
  • Jean-René Sautier : (1923-2012) Fondateur du groupe pharmaceutique Sanofi en 1973.
  • Jean Loup d'Hondt : il a écrit des ouvrages sur la taxinomie zoologique dont Les invertébrés marins méconnus[82],[83]. Il est un des fondateurs avec Guy Delvert et Patrick Dupuis de l'Association Culturelle du Pays de Savignac qui a mis l'accent sur le patrimoine bâti et sur l'environnement. Son action a permis de révéler la présence de deux insectes autochtones : un névroptère, l'ascalaphe, ainsi qu'une variété de cétoine bleue. Un recensement des orchidées a été entrepris.
  • Annie Herguido : écrivain local.

Héraldique[modifier | modifier le code]

À droite, le blason de la famille du Chaylard.


Armes de Savignac-les-Églises

Les armes de Savignac-les-Églises se blasonnent ainsi : « Tranché, au 1er, d'azur au portail d'église au clocher mur d'argent ouvert et maçonné de sable, au 2nd, de pourpre au portail d'église sommé d'un clocher couvert d'une flèche senestré d'un contre mur déclinant d'argent ouvert et maçonné de sable, au filet d'or brochant sur la partition. »


Ce blason a été réalisé au cours du mandat du maire Jacques Mougnaud, la commune n'ayant pas d'armoiries historiques propres mises à part celles de ses seigneurs. Une maxime était jointe sur le filet : Plaisance je fus, plaisante je reste. Celle-ci se référait à l'ouvrage Le Périgord illustré, écrit par l'Abbé Audierne, conservateur des monuments de la Dordogne, qui mentionnait que « Plaisance » était l'ancien nom d'une partie du bourg[84]. Il est à noter que des héraldistes se sont offusqués de cette mode des armoiries jugées trop descriptives puisque les deux églises étaient citées dans le blasonnement.

Auparavant étaient souvent utilisées les armoiries de la famille du Chaylard[85] qui se blasonnent ainsi : « d'azur, à deux tours rangées d'argent, maçonnées de sable ; en cœur, un vol d'émerillon d'or ». Ce blason est représenté dans le chœur de l'église Saint-Martin en septième position sur la gauche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[11],[12]
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[15].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[16].
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[29].
  8. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  9. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  10. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  11. M. Reverdel, maire, démissionne en 1962.
  12. Démissionnaire. Source : Nancy Ladde, « Le maire démissionne », Sud Ouest édition Périgueux, 17 juillet 2015, p. 15.
  13. Élue en 2008 sous son nom « Lopes » et en 2014 sous le nom d'usage « Luc-Lopes ».
  14. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le ).
  2. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  3. « Carte géologique de Savignac-les-Églises » sur Géoportail (consulté le 14 juin 2022).
  4. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Savignac-les-Églises », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  5. « Notice associée à la feuille no 759 - Périgueux (est) de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  6. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  7. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  8. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  9. « Portrait du Périgord central », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Savignac-les-Églises », sur le site de l'Insee (consulté le )
  11. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  12. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  14. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  15. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  16. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  17. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  18. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  19. « Station Météo-France La Coquille - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  20. « Orthodromie entre Savignac-les-Églises et La Coquille », sur fr.distance.to (consulté le ).
  21. « Station Météo-France La Coquille - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  22. « Orthodromie entre Savignac-les-Églises et Brive-la-Gaillarde », sur fr.distance.to (consulté le ).
  23. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  24. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  25. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  26. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  27. « Liste des espaces protégés sur la commune de Savignac-les-Églises », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne », sur mab-france.org (consulté le ).
  29. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  30. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Savignac-les-Églises », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « Liste des ZNIEFF de la commune de Savignac-les-Églises », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « Carte du causse de Cubjac (en vert clair) à Savignac-les-Églises » sur Géoportail., consulté le .
  33. [PDF] Causse de Cubjac (Identifiant national 720008221), GEREA, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  34. « Carte du causse de Savignac (en vert clair) à Savignac-les-Églises » sur Géoportail., consulté le .
  35. [PDF] Causse de Savignac (Identifiant national 720008220), GEREA, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  36. a et b Notice sur place : L'aménagement du Causse de Savignac, vue le 23 octobre 2016.
  37. Hervé Chassain, « Le projet solaire retardé par des restes d'explosifs », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 15.
  38. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  40. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  42. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  43. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  44. PPR inondation - 24DDT20150057 - Isle amont et Auvézère, DREAL Aquitaine, consulté le 23 mars 2019.
  45. [PDF] Rivières Isle-amont - Auvézère – Savignac-les-Églises - Plan de prévention du risque inondation p. 12, DREAL Aquitaine, consulté le 23 mars 2019.
  46. a b c d et e Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 392-393.
  47. Le nom occitan des communes du Périgord - Savinhac de las Gleisas sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 27 septembre 2021.
  48. Sce A.C.P.S. (Association Culturelle du Pays de Savignac) Bulletin l'Ascalaphe no 16 de juillet 2008
  49. Archives départementales de Pau dans des documents relatifs à la châtellenie du Périgord alors rattachée à la Navarre.
  50. Le château des Bories à Antonne-et-Trigonant, consulté le 27 juillet 2011.
  51. le Noah sur le site de la société Comagri. Consulté le 5 octobre 2009
  52. Lettre à la Commission européenne du 25 août 2003 sur le site de l'Association mémoire de la vigne. Consulté le 5 octobre 2009
  53. Site du Guichet du savoir. Consulté le 5 octobre 2009
  54. « http://www.trains-fr.org/facs/lig24.htm »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 27 juillet 2011.
  55. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  57. [PDF] « Arrêté no PREF/DDL/2016/0182 portant extension de la CA Le Grand Périgueux aux communes de la CC Pays Vernois Terroir de la Truffe (excepté Limeuil et Trémolat) et aux communes de Manzac-sur-Vern, Sorges et Ligueux en Périgord et Savignac les Eglises », Préfecture de la Dordogne, 15 septembre 2016, p. 144-148.
  58. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 14 septembre 2020.
  59. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 25 novembre 2020.
  60. Voici vos 557 maires, supplément à Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 24.
  61. Comité de soutien à Colette Langlade
  62. http://www.sudouest.fr/2015/02/16/une-equipe-a-la-conquete-du-nouveau-canton-1831941-1893.php,
  63. http://www.rassemblonsladordogne.fr/lecanton.php?id=6,
  64. « Évelyne Roux a été élue maire », Sud Ouest édition Dordogne, 5 octobre 2015, p. 14.
  65. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  66. (es) Federación Española de Municipios y Provincias (FEMP), « Listado de corporaciones locales españolas hermanadas con Europa », sur femp.es, , p. 5.
  67. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  68. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  69. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  70. Dossier complet - Commune de Savignac-les-Églises (24527) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 30 janvier 2019.
  71. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  72. Dossier complet - Commune de Savignac-les-Églises (24527) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 30 janvier 2019.
  73. « BTP », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 37.
  74. École de Savignac consulté le 28 juin 2012.
  75. 1988-2008 L'école de Savignac a 20 ans sur le site de l'école de Savignac, consulté le 28 juin 2012.
  76. « Deux nouveaux cursus », Sud Ouest édition Dordogne, 14 février 2013, p. 2-2.
  77. Carrière de Savignac les Églises sur le site des carrières de Thiviers.
  78. « Bas-relief : crucifixion », notice no PM24000396, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 19 mars 2011.
  79. Jean-Claude Faure, « Une cérémonie inaugurale », Sud Ouest édition Périgueux, 15 novembre 2019, p. 24.
  80. L'Ascalaphe, Bulletin de l'Association culturelle de Savignac, no 15, avril 2007.
  81. [PDF] Le Bulletin Tricentenaire de la Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris, octobre 2008 (voir page XIII). Consulté le 11 août 2009
  82. D'Hondt, J.L., 1999, Les invertébrés marins méconnus, Institut Géographique (ed.), 448 p. (ISBN 2903581231).
  83. (en) Liste des publications de Jean Loup d'Hondt sur le site de marBEF. Consulté le 12 août 2009
  84. Abbé Audierne, Le Périgord illustré, Périgueux, 1851.
  85. Famille du Chaylard sur Nobiliaire universel de France, Volume 1, p. 161 de Nicolas Viton de Saint-Allais, consulté sur Google books le 5 août 2011.