Antonne-et-Trigonant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antonne-et-Trigonant
Antonne-et-Trigonant
Le bourg d'Antonne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Trélissac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Daniel Le Mao
2014-2020
Code postal 24420
Code commune 24011
Démographie
Gentilé Antonnais
Population
municipale
1 233 hab. (2015 en augmentation de 1,82 % par rapport à 2010)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 48″ nord, 0° 49′ 54″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 217 m
Superficie 20,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Antonne-et-Trigonant

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Antonne-et-Trigonant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Antonne-et-Trigonant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Antonne-et-Trigonant

Antonne-et-Trigonant est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Maison ancienne au Bas Trigonant

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune d'Antonne-et-Trigonant est bordée à l'est et au sud par l'Isle, principal affluent de la Dordogne, alors qu'au nord, près d'un tiers du territoire communal est occupé par la forêt domaniale de Lanmary.

Son altitude minimale, 89 mètres, se situe au sud-ouest là où l'Isle quitte la commune pour servir de limite entre Bassillac et Trélissac. L'altitude maximale, 217 mètres, se trouve au nord-ouest, au lieu-dit Lacombe, en limite de Cornille.

Le bourg d'Antonne, établi sur la rive droite de l'Isle et traversé par la route nationale 21, est situé, en distance orthodromique, huit kilomètres à l'est-nord-est de Périgueux.

La commune est également desservie par les routes départementales 6 et 69. Au nord, elle est limitée par la route départementale 8 qui la sépare de Cornille et de Sorges. Entre Trélissac et Sarliac-sur-l'Isle, un tronçon commun aux sentiers de grande randonnée GR 36 et GR 646 parcourt le territoire communal.

Laurière est un hameau de la commune. Ses habitants sont appelés les Lauriérois. Son nom occitan est L'Auriéra (du latin aurus = or).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Antonne-et-Trigonant est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes d’Antonne-et-Trigonant
Cornille Sorges et Ligueux en Périgord
Trélissac Antonne-et-Trigonant Sarliac-sur-l'Isle
Bassillac et Auberoche Escoire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Antonne : Le nom de la localité est attesté sous la forme Antona au XIIIe siècle[2]. Il se réfère à un personnage, soit d'origine gallo-romane : Antoninus, soit gauloise : Antonus[3], soit encore gallo-romaine : Antonus ou Antonnus[4].

Trigonant : Le nom de la localité est attesté en latin sous la forme Sanctus Saturninus de Tregonam en 1192, rappelant l'existence, en ces lieux, d'un sanctuaire dédié à saint Saturnin. Ce nom demeure mystérieux : on peut éventuellement y voir une origine pré-indo-européenne, tr correspondant à une hauteur[3], ou encore latine, tirée de trigonum signifiant triangle[4]. Trigonant pourrait être un toponyme celtique qu'il serait possible de rapprocher de Trégon, en Bretagne, dérivant de Treb (village) et Cun (hauteur).

En occitan, la commune porte le nom d'Antona e Trigonant[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La stèle en mémoire des otages fusillés aux Piles.

La première mention écrite connue de Trigonant se réfère à son église Sanctus Saturninus de Tregonam, en 1192, alors qu'Antonne apparait au XIIIe siècle sous sa forme Antona[3].

Au XIVe siècle, Antonne et Trigonant (Anthona, Tregonan) étaient deux paroisses distinctes faisant partie de la châtellenie d'Auberoche[5].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, on trouve la graphie Trigonan[6].

Lors de la création des cantons en 1790, la commune d'Antonne devient chef-lieu de canton. Le canton d'Antonne est supprimé en 1801 par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », et la commune est rattachée au canton de Savignac-les-Églises[7].

En 1823, les anciennes communes dAntonne et de Trigonant fusionnent sous le nom d'Antonne-et-Trigonant[7].

Le 12 juin 1944, treize otages sont fusillés au lieu-dit les Piles (partagé entre Cornille et Antonne-et-Trigonant) à la suite d'un accrochage entre un groupe de résistants et les Allemands[8].

Dans le contexte de la fin de la guerre d'Algérie, un hameau de forestage fut installé en 1962, à destination d'anciens harkis et de leurs familles, au pied du château de Lanmary ; ce hameau est connu parfois sous le nom de hameau de forestage Chauveyrou[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Les communes d'Antonne et de Trigonant (appelée dans un premier temps « Trigonau ») ont été rattachées, dès 1790, au canton d'Antonne qui dépendait du district de Perigueux. Les districts sont supprimés en 1795 et le canton d'Antonne en 1800. Les communes sont alors rattachées au canton de Savignac-les-Églises dépendant de l'arrondissement de Périgueux[7],[10]. Elles fusionnent en 1823.

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[11]. La commune est alors rattachée au canton de Trélissac.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 27 décembre 2002, la commune d'Antonne-et-Trigonant rejoint la communauté d'agglomération périgourdine. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie : Le Grand Périgueux.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
? ? Pierre Bosredon    
juillet 1864 ? Nadaud    
? ? Buisson    
? janvier 1878 Eugène Maly    
janvier 1878 1888 Étienne Buisson    
mai 1888 mai 1925 Jean Baptiste Jules Brun    
mai 1925 1941 Jean Baptiste François Brun    
1941 1944 François Storelli    
octobre 1944 mai 1945 Léon Naboulet    
mai 1945 1946 Valentin Landry[Note 1]    
mai 1946 octobre 1947 Aubin Favard    
octobre 1947 1956 Valentin Landry    
juillet 1956 mars 1959 Christian de Lary    
mars 1959 mars 1977 Paul Trarieux    
mars 1977 mars 1983 Raymond Storelli    
mars 1983 mars 1989 Robert Boulangé    
mars 1989 mars 2008 Jean-Claude Roujon PS  
mars 2008[12] (réélu en mars 2014[13]) en cours Daniel Le Mao PS Éducateur spécialisé

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d"Antonne-et-Trigonant se nomment les Antonnais[14].

Jusqu'en 1823, les communes d'Antonne et de Trigonant étaient indépendantes.

Démographie de Trigonant[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Trigonant
1793 1800 1806 1821
11895110126
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[10])

Démographie d'Antonne, puis d'Antonne-et-Trigonant[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2015, la commune comptait 1 233 habitants[Note 2], en augmentation de 1,82 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7344134635689038598641 0031 075
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
964939925918900874888855786
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
761749717596601549806591927
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7508629179611 0501 0791 1861 2001 225
2015 - - - - - - - -
1 233--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[18], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 543 personnes, soit 44,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (soixante-deux) a augmenté par rapport à 2010 (cinquante-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 83 établissements[19], dont quarante-huit au niveau des commerces, transports ou services, quatorze dans la construction, neuf relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et quatre dans l'industrie[20].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal, en forêt de Lanmary est ouvert depuis 2014 un établissement de camping Huttopia de près de 200 emplacements (cabanes et tentes)[21].

Ressources et productions[modifier | modifier le code]

  • Exploitation du bois
  • Produits laitiers
  • Élevage

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Plusieurs endroits de la commune sont classés comme zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  • la vallée de l'Isle au sud et au sud-est de la commune, zone de bocage et de prairies humides, est une ZNIEFF de type I[24],[25].

Trois autres lieux sont des ZNIEFF de type II :

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le site de Lanmary au nord et au nord-est, sur près de la moitié de la commune, site naturel inscrit depuis 1979[32].
  • Les rochers à cupules de Borie-Belet et le coteau du « Roi des Chauzes », sur près de 50 hectares dans une petite zone de la forêt de Lanmary, site naturel classé depuis 1932[32].
  • Un Cèdre du Liban, haut de 30 m et vieux d'environ 300 ans, se dresse dans le parc du château de Lanmary[33].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Astier Albéric de Saint-Astier (vers 1811-1891), propriétaire du château des Bories, fit don de sa collection de tableaux à la ville de Périgueux[34].

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Visite du château des Bories
  • Baignades, nautisme
  • Passage du GR 36 et du GR 646
  • Chasse, pêche
  • Salon du livre : dernier dimanche de septembre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démissionne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 618 - (ISBN 2600028838).
  3. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 31-32.
  4. a b et c Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 1er février 2014.
  5. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1), p. 242
  6. Géoportail, « Trigonan » (consulté le 1er février 2014).
  7. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Résistance, Maquis et Libération du département de la Dordogne (page 3, note n° 24). Consulté le 11 mars 2011.
  9. Abderhamen Moumen, Du camp de transit à la cité d'accueil, in Fatima Besnaci-Lancou et Gilles Manceron (dir.), Les harkis dans la colonisation et ses suites, préface de Jean Lacouture, Ed. de l'Atelier, février 2008, (ISBN 978-2-7082-3990-6).
  10. a et b « Notice communale de Trigonant », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 14 janvier 2011)
  11. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 29 mars 2015)
  12. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 13 août 2014.
  13. À Antonne-et-Trigonant, Sud Ouest édition Périgueux du 1er avril 2014, p. 20.
  14. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. Dossier complet - Commune d’Antonne-et-Trigonant (24011) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  19. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 4 août 2018).
  20. Dossier complet - Commune d’Antonne-et-Trigonant (24011) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  21. Hervé Chassain, « 1 200 places autour de Périgueux », Sud Ouest édition Périgueux, 10 février 2017, p. 18.
  22. « Château de Trigonant », notice no PA00082320, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 28 décembre 2009
  23. « Château des Bories », notice no PA00082319, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 28 décembre 2009
  24. [PDF] Vallée de l'Isle en amont de Périgueux sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 5 août 2013.
  25. Carte de la vallée de l'Isle en amont de Périgueux sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 5 août 2013.
  26. [PDF] Forêt domaniale de Lanmary sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 5 août 2013.
  27. Carte de la forêt domaniale de Lanmary sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 5 août 2013.
  28. [PDF] Causse de Savignac sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 4 août 2013.
  29. Carte du causse de Savignac sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 4 août 2013.
  30. [PDF] Causse de Cubjac sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 4 août 2013.
  31. Carte du causse de Cubjac sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 4 août 2013.
  32. a et b [PDF] Rochers à cupules de Borie-Belet - Site de Lanmary sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 5 août 2013.
  33. Martine Pauchet, Le cèdre de Lanmary, arbre de l'année ?, Sud Ouest édition Périgueux du 7 avril 2014, p. 17.
  34. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 822, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4)