Milhac-d'Auberoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milhac (homonymie).
Milhac-d'Auberoche
Le village de Milhac-d'Auberoche.
Le village de Milhac-d'Auberoche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Haut-Périgord noir
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Serge Breau
2017-2020
Code postal 24330
Code commune 24270
Démographie
Gentilé Milhacois
Population 589 hab. (2014)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 06′ 39″ nord, 0° 54′ 55″ est
Altitude Min. 155 m – Max. 253 m
Superficie 17,50 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Bassillac et Auberoche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Milhac-d'Auberoche

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Milhac-d'Auberoche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Milhac-d'Auberoche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Milhac-d'Auberoche
Liens
Site web www.milhacdauberoche.fr

Milhac-d'Auberoche est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle fusionne avec Bassillac, Blis-et-Born, Le Change, Eyliac et Saint-Antoine-d'Auberoche pour former la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 36 à Milhac-d'Auberoche.

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune déléguée de Milhac-d'Auberoche fait partie de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche. Elle s'étend sur 17,50 km2. Située à la limite du Périgord noir et du Périgord central, elle est traversée d'est en ouest sur environ un kilomètre et demi par le Manoire, un affluent de l'Isle.

L'altitude minimale, 155 mètres, se trouve au nord-ouest, là où le Manoire quitte la commune et entre sur celle de Saint-Crépin-d'Auberoche. L'altitude maximale avec 252 ou 253 mètres[Note 1],[2] est localisée au sud-est du lieu-dit Lavignac. Au niveau géologique, le territoire communal se compose de calcaires du Crétacé au nord et de sables, argiles ou graviers tertiaires au sud[3].

La commune est desservie par la route départementale 6089 (l'ancienne route nationale 89), et par la gare de Milhac-d'Auberoche sur la ligne ferroviaire Périgueux - Brive.

Sur les hauteurs calcaires en rive droite du Manoire et à l'écart des routes principales, le bourg de Milhac-d'Auberoche se situe, en distances orthodromiques, treize kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Thenon et dix-sept kilomètres au sud-est de Périgueux.

Le sentier de grande randonnée GR 36 parcourt le territoire communal du nord-ouest au sud sur environ dix kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche, Milhac-d'Auberoche était limitrophe de six autres communes. Au nord-ouest, son territoire est distant d'une centaine de mètres de celui d'Eyliac.

Communes limitrophes de Milhac-d'Auberoche
Blis-et-Born Saint-Antoine-d'Auberoche
Saint-Crépin-d'Auberoche Milhac-d'Auberoche Fossemagne
Saint-Geyrac Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Urbanisme[modifier | modifier le code]

D'après le plan de prévention du risque inondation (PPRI) lié au Manoire, le risque est faible sur la commune où les zones menacées par des débordements du cours d'eau sont limitées à trois habitations proches de la limite communale avec Saint-Crépin-d'Auberoche et au stade communal[4].

Au sud de la commune existe un site de collecte, traitement et élimination des déchets, référencé comme installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu, Miliacus, date de l'an 856, lors d'un don à l'abbaye Saint-Martial de Limoges[5]. Milliacus apparait en 956, puis Milhacum dans un pouillé au XIIIe siècle[5]. Le nom de Milhac est relevé au XVIIe siècle[5]. Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est déjà identifié sous le nom de Milhac d'Auberoche[6]. La variante orthographique Millac-d'Auberoche est relevée au XIXe siècle par le vicomte de Gourgues[5].

Milhac est dérivé d'un nom romanisé de personnage Emelius, suivi du suffixe -acum, définissant le « domaine d'Emelius »[7]. La seconde partie du nom apparaît tardivement au XVIIIe siècle[6]. Elle correspond à l'ancienne châtellenie d'Auberoche dont dépendait la paroisse au Moyen Âge[8].

En occitan, la commune porte le nom de Milhac d'Auba Ròcha[9].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Milhac-d'Auberoche proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[10] :

B

  • la Ballargie
  • Beaulieu
  • Beaulieu Sud
  • la Besse
  • la Borie
  • les Bouges
  • la Brouchaudie

C

  • Cadillac
  • Careymet
  • les Chabaudies
  • Chante Grêle
  • les Chapey
  • les Chauffours
  • le Chirpeau
  • le Claud Barrat
  • Combe de Guilhem
  • le Communal
  • Contarias
  • la Croix de la Merlatie
  • la Croix de la Rebière
  • Cruciferny

F

  • Font de Fas
  • les Foucaudies
  • les Fourgnaux

G, H

  • la Gare
  • les Goudies
  • les Grandes Coupes
  • les Grands Champs
  • l'Homme Mort

L

  • le Lac Miaule
  • Lac Nègre
  • Lavignac
  • Leygalie
  • les Loubatières
  • la Lue

M

  • Mallauvit
  • Marbois
  • Margoutias
  • Massoubras
  • les Migoux
  • la Montagne
  • Mordesé

N

  • la Nane
  • les Nadaux

P

  • Pareytex
  • la Prouméralie
  • les Pruneaux

R

  • la Reynie
  • Roumegier

S, T

  • Salagnel
  • Sardines
  • les Triquettes

V

  • la Veyssière
  • le Vignaud
  • la Vigne Morte

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a fait l'objet d'une occupation humaine dès la préhistoire[7].

Au XIVe siècle, Milhac faisait partie de la châtellenie d'Auberoche[11].

Au , Milhac-d'Auberoche fusionne avec cinq autres communes pour former la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche dont la création a été entérinée par l'arrêté du 29 juin 2016, entraînant la transformation des six anciennes communes en « communes déléguées »[12],[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Milhac-d'Auberoche a été rattachée au canton de Saint-Pierre-de-Chignac qui dépendait du district de Perigueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux[14].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[15]. La commune est alors rattachée au canton du Haut-Périgord noir, dont le bureau centralisateur est fixé à Thenon.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2001, Milhac-d'Auberoche intègre dès sa création la communauté de communes Isle Manoire en Périgord. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par une intercommunalité élargie, Le Grand Périgueux.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[16],[17]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Milhac-d'Auberoche.
Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1791 1796 Fraisse    
1796 1800 Bernard Chabannes Beauregard   Agent municipal
1800 1816 Jean Léonard de Clergeaud    
1816 1820 Timothée Vilatte du Cluzeau    
1820 décembre 1829 Sicaire Faure[Note 2]    
décembre 1829 1830 Bernard Chabannes Beauregard   Adjoint faisant fonctions de maire
1830 1848 Antoine Sengensse    
1848 1851 Clergeaud    
1851 1868 Justin Léonard Gaillard    
1868 1870 Franck Paulin Lacombe    
1870 1871 Brassat Lapeyrière    
1871 1881 Léo Laroche    
1881 1884 J Lagarrigue    
1884 1900 Léon Jean Michel Laroche    
1900 1916 Marc de Saleneuve[Note 2]    
1916 1917 Armand Siméon   Conseiller municipal faisant fonctions de maire
1917 décembre 1919 Jean Blondy   Adjoint faisant fonctions de maire
décembre 1919 mai 1929 Jean Blondy    
mai 1929 octobre 1944 Louis Dupuy    
octobre 1944 1971 Pierre Ursy    
1971 mars 1977 Raoul Beaupuy    
mars 1977 mars 1989 Raymond Roumanie    
mars 1989 mars 2014 Michel Ursy PS Retraité
mars 2014 décembre 2016 Serge Breau[19]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Milhac-d'Auberoche relève[20] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Milhac-d'Auberoche sont les Milhacois[21].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Milhac-d'Auberoche depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Milhac-d'Auberoche[22]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Milhac-d'Auberoche comptait 589 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
857 831 858 1 009 1 028 948 927 937 959
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
962 920 931 838 842 835 790 842 771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
769 737 686 613 613 592 596 575 517
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
465 480 419 427 452 440 513 570 589
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, Milhac-d'Auberoche est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI)[24] avec la commune d'Eyliac au niveau des classes de primaire. Milhac-d'Auberoche accueille deux sections de maternelle.

Économie[modifier | modifier le code]

Élevage d'oies en plein air à Milhac-d'Auberoche.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013[25], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 294 personnes, soit 50,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt) a augmenté par rapport à 2008 (seize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 7,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte soixante établissements[26], dont vingt-quatre au niveau des commerces, transports ou services, seize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, treize dans la construction, quatre dans l'industrie, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[27].

C'est sur la commune que se trouve l'une des deux installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) du département de la Dordogne, l'autre se trouvant à Saint-Laurent-des-Hommes[28]. Ouvert en 1992, le site est arrivé à saturation en 2014, avec plus de deux millions de tonnes d'ordures enfouies en vingt-deux ans, et a été remplacé par un autre de 51 hectares, à proximité, entre Milhac-d'Auberoche et Fossemagne, au lieu-dit Madaillan[28]. Ce dernier est dimensionné pour stocker les déchets jusqu'en 2042, à raison de 110 000 tonnes par an[28].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 252 mètres sur la carte et 253 pour la boîte « Communes ».
  2. a et b Décédé en fonctions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. 252 Borne sur Géoportail (consulté le 18 novembre 2012).
  3. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  4. [PDF] Rivière le Manoire - plan de prévention du risque inondation, p. 26, DREAL Aquitaine, consulté le 27 juillet 2016.
  5. a, b, c et d Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « Millac-d'Auberoche », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 27 juillet 2016.
  6. a et b Milhac d'Auberoche sur Géoportail (consulté le 27 juillet 2016).
  7. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 221.
  8. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 33-34.
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 11 mars 2014.
  10. Milhac-d'Auberoche sur Géoportail (consulté le 27 juillet 2016).
  11. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, p. 242, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1)
  12. a et b « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0128 portant création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 147-150 (lire en ligne [PDF])
  13. « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0131 modifiant l'arrêté portant création de la commune nouvelle de Bassillac et Auberoche », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 129-132 (lire en ligne [PDF])
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 27 juillet 2016)
  16. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 4 mars 2016.
  17. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 27 juillet 2016.
  18. Sources : Milhac d'Auberoche honore ses Maires (document de la mairie) + Registres de délibérations communales (périodes 1871-1947 et 1971-1989). Consultés le 6 décembre 2012.
  19. À Milhac-d'Auberoche, Sud Ouest édition Périgueux du 3 avril 2014, p. 16.
  20. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 27 juillet 2016).
  21. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 27 juillet 2016.
  22. « Calendrier de recensement », sur Insee (archive) (consulté le 27 juillet 2016).
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  24. École primaire publique à Milhac-d'Auberoche sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 6 décembre 2012.
  25. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 27 juillet 2016.
  26. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 8 octobre 2015).
  27. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 8 octobre 2015.
  28. a, b et c Hervé Chassain, Nouvelle poubelle, Sud Ouest édition Périgueux du 26 novembre 2014, p. 11.
  29. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 35, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  30. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 523-524, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4)