Giuseppe Tomasi di Lampedusa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lampedusa (homonymie).

Giuseppe Tomasi di Lampedusa

alt=Description de l'image Giuseppe Tomasi di Lampedusa.jpg.
Activités homme de lettres
Naissance 23 décembre 1896
Palerme, Italie
Décès 23 juillet 1957 (à 60 ans)
Rome, Italie
Langue d'écriture italien

Œuvres principales

Giuseppe Tomasi, 12e duc de Palma, 11e prince de Lampedusa, baron de Montechiaro et de la Torretta, Grand d'Espagne de première classe[1] (né le 23 décembre 1896 à Palerme en Sicile - mort le 23 juillet 1957 à Rome) est un aristocrate sicilien et un écrivain italien, auteur du roman Le Guépard.

S'il se passionna très tôt pour la littérature, il ne vint que tardivement à l'écriture. Personne très taciturne et solitaire, il passa une grande partie de sa vie à lire énormément. Se souvenant de sa propre enfance, il écrivit :

« J'étais un garçon à qui plaisait la solitude, à qui ce qui plaisait le plus était d'être avec les choses que d'être avec les personnes[2]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et service dans l'armée[modifier | modifier le code]

Giuseppe Tomasi di Lampedusa est le fils de Giulio Maria Tomasi et de Beatrice Mastrogiovanni Tasca di Cutò. Resté enfant unique après la mort[3] de sa sœur Stefania, Giuseppe est très attaché à sa mère, femme de forte personnalité qui eut une grande influence sur l'écrivain, contrairement à son père, un homme de nature froide et distante. Pendant son enfance, sa mère lui enseigne le français et sa vie se déroule entre le palais de Palerme et celui de Santa Margherita di Belice, où il passe de longues vacances. À partir de 1911, il fréquente un lycée à Rome puis à Palerme. En 1915, il s'inscrit à la faculté de droit de Rome.

Cependant, il ne termine pas ses études car il est appelé sous les drapeaux et sert dans l'artillerie comme officier. À la défaite de Caporetto, il est fait prisonnier par les Autrichiens mais s'évade, rejoignant à pied Trieste occupé par l'armée italienne. Après sa démission de l'armée avec le grade de lieutenant en 1920[4], il retourne en Sicile alternant villégiature, voyages (toujours en compagnie de sa mère) et études sur la littérature.

Mariage et voyages[modifier | modifier le code]

Portrait de Lampedusa par son cousin Casimiro Piccolo (1936).

Il se marie à Riga en 1932, avec Alexandra Wolff von Stomersee, fille d'une cantatrice et d'un aristocrate letton d'origine allemande. Ils vivent à Palerme avec sa mère, mais bientôt l'incompatibilité de caractère entre les deux femmes pousse Alexandra à retourner en Lettonie. En 1934, son père meurt et Giuseppe Tomasi hérite du titre. En 1940, à la tête des exploitations agricoles familiales et seul fils de la famille, il est exempté de service.

Il se réfugie avec sa mère à Capo d'Orlando, où Alexandra les rejoint (les pays baltes viennent d'être envahis par l'URSS). La guerre détruit ses palais, faisant naître en lui la profonde nostalgie et le détachement ironique des biens matériels qui baignent son roman. À la mort de sa mère en 1946, Tomasi di Lampedusa retourne vivre avec sa femme à Palerme.

L'attrait pour la littérature[modifier | modifier le code]

En 1953, il commence à fréquenter un groupe de jeunes intellectuels, dont Gioacchino Lanza pour lequel il se prend d'affection et qu'il adopte quelques années plus tard. Tomasi di Lampedusa, souvent invité par son cousin, le poète Lucio Piccolo, se rend en 1954 à San Pellegrino Terme pour assister à une conférence littéraire.

C'est au retour de ce voyage qu'il aurait commencé à écrire Le Guépard, qu'il termine deux ans plus tard, en 1956. Le roman est d'abord refusé par les maisons d'édition, ce qui le remplit d'amertume. En 1957, on lui diagnostique un cancer du poumon, et il meurt le 23 juillet chez sa belle-sœur Olga Wolff von Stomersee, qui a épousé le diplomate Augusto Biancheri Chiappori, à piazza Indipendenza à Rome, comme son personnage, le prince Salina, qui meurt aussi en juillet et loin de sa maison.

Lampedusa est enterré avec son épouse dans le cimetière des capucins de Palerme.

Le roman est publié à titre posthume en 1958, lorsqu'on envoie le manuscrit à Giorgio Bassani qui le publie, rattrapant ainsi les erreurs de jugement des éditeurs précédents. En 1959, le roman remporte le prix Strega.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Giuseppe Tomasi di Lampedusa est l'auteur d'un seul roman, Le Guépard, paru après sa mort en 1958, d'un recueil de nouvelles, Le Professeur et la Sirène et d'essais sur des auteurs comme Shakespeare, Gustave Flaubert ou Stendhal, ou consacrés à la littérature française du XVIe siècle et à la littérature anglaise — toutes études qui sont en fait l'édition de ses conférences littéraires qu'il donnait bénévolement aux étudiants, le plus souvent dans son appartement de Palerme (et dont il n'était pas prévu à l'origine qu'elles soient publiées).

Dans Le Guépard, Lampedusa se montre un observateur avisé de la haute société sicilienne, de ses rituels sociaux et de la façon dont ses membres essaient de suivre l'évolution sociale et politique. Ses personnages sont directement issus de sa famille et de son entourage (le personnage du prince Salina est inspiré de l'aïeul de l'auteur et Tancredi Falconeri de son fils adoptif, Gioacchino Lanza ; par un clin d'œil, Luchino Visconti fait apparaître un personnage de ce nom dans son film au début de la scène du bal) et son regard ironique est également empreint de mélancolie devant le spectacle d'un monde qui finit.

En 1963, le roman, dont la parution en Italie fut un véritable événement littéraire, est l'objet d'un film, réalisé par Luchino Visconti avec, notamment, Burt Lancaster, Alain Delon et Claudia Cardinale, qui reçut la Palme d'or au festival de Cannes 1963. Le roman avait connu un très grand succès en librairie, mais son adaptation au cinéma par un grand maître du 7e art le fit accéder au rang d'œuvre mythique.

En 2007, les éditions du Seuil publient en France une nouvelle traduction — due à Jean-Paul Manganaro — de ce roman qui fait désormais figure de classique. Le traducteur a travaillé sur le texte établi en 1969 par Carlo Muscetta, considéré comme le plus fidèle au projet de Lampedusa. Cette édition est caractérisée par l'ajout d'un chapitre inédit.

Le Professeur et la Sirène est un recueil de nouvelles, souvent autobiographiques, mais il contient aussi les premiers chapitres des mémoires de l'auteur, Les Lieux de mon enfance, ainsi que le premier chapitre de ce qui est considéré comme un projet de suite du Guépard, La Journée d'un métayer.

Bibliographie française[modifier | modifier le code]

  • Le Guépard, traduit par Fanette Pézard, Seuil, 1959 ; nouvelle traduction de Jean-Paul Manganaro, Seuil, 2007
  • Le Professeur et la Sirène, nouvelles, préface de Giorgio Bassani, traduit par Louis Bonalumi, Seuil, 1961
  • Leçons sur Stendhal, in Stendhal et la Sicile, traduit par Maurice Darmon, édition annotée, Maurice Nadeau/Lettres nouvelles, 1985
  • Voyage en Europe, correspondance avec Casimiro et Lucio Piccolo sur ses voyages à Londres, Paris, Zurich et Berlin, traduit par Nathalie Castagne, Seuil, 2007
  • Byron, Allia, traduit par Monique Baccelli, 1999
  • Shakespeare, traduit par Monique Baccelli, Allia, 2000
  • Stendhal, traduit par Monique Baccelli, Allia, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Titres acquis le 25 juin 1934 à la mort de son père.
  2. « Ero un ragazzo cui piaceva la solitudine, cui piaceva di più stare con le cose che con le persone. » I racconti, 5e édit., Milan, 1993, p. 53.
  3. De diphtérie.
  4. David Gilmour : L'ultimo Gattopardo - Vita di Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Feltrinelli 1988, page 50.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Giuseppe Tomasi di Lampedusa sur Wikipedia en italien
  • Toutes indications bibliographiques en français et en italien sur Giuseppe Tomasi di Lampedusa et sur des études le concernant, toutes publications parascolaires, tous liens internet concernant directement ou indirectement cet auteur sont réunis dans la fiche sur Le Guépard du CRDP (consulté le 31 août 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]