Le Neveu de Rameau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neveu.
Le Neveu de Rameau ou La Satire seconde
Image illustrative de l'article Le Neveu de Rameau
Édition princeps

Auteur Denis Diderot
Genre Dialogue philosophique
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Plon
Date de parution 1891

Le Neveu de Rameau ou La Satire seconde[1] est un dialogue écrit par Denis Diderot sans doute entre 1762 et 1773. Il s'agit d'une discussion à bâtons rompus entre Moi, le narrateur, philosophe, et Lui, Jean-François Rameau, neveu du célèbre compositeur Jean-Philippe Rameau.

L'épigraphe du livre, « Vertumnis, quotquot sunt, natus iniquis » (« né sous l'influence maligne de tous les Vertumnes réunis ») est à rapprocher du sous-titre de satire seconde, du latin satura (mélange).

Les intervenants[modifier | modifier le code]

Moi est à la fois un intervenant du dialogue et le narrateur qui relate l'entrevue. C'est Rameau, quand il apparaît qui l'interpelle comme philosophe : « Ah, vous voilà, monsieur le philosophe ! ». Moi joue surtout un rôle maïeutique : il fait parler Rameau, le pousse à approfondir ses réflexions et recentre par moment la conversation. Il semble regarder Rameau avec indulgence ou amusement mais c’est néanmoins Lui qui impose sa vision immorale mais cynique de la vérité.

Lui est clairement identifié à Jean-François Rameau, neveu du célèbre compositeur Jean-Philippe Rameau[2]. Dans sa brève introduction à l’entretien, Moi le présente comme un original, excentrique et extravagant, amoral, provocateur, rempli de contradictions, « composé de hauteur et de bassesse, de bon sens et de déraison ». Il présente surtout une vision matérialiste et cynique de la vie.

En fait, Lui et Moi sont surtout allégoriques et le dialogue est surtout celui de Diderot avec lui-même et plus exactement entre deux facettes inconciliables de ses considérations morales. Plus généralement encore, Le Neveu de Rameau manifeste l'écart entre la réflexion philosophique et la réalité quotidienne.

Contenu[modifier | modifier le code]

Les personnages[modifier | modifier le code]

Le neveu de Rameau est à la fois artiste, philosophe, fantasque et cynique. Comparé au « Neveu », le philosophe incarne en lui la réflexion. Il a surtout pour but de donner la réplique au Neveu. Rameau réfute les valeurs morales imposées par la société : vertu, amitié. Il pense qu'il faut être immoral pour pouvoir réussir. Le philosophe tente de le persuader que l'honnêteté seule peut rendre heureux. Les deux hommes discutent ainsi dans un café du Palais-Royal. Ils se demandent à quelle personne il faut ressembler pour devenir le citoyen idéal.

La morale[modifier | modifier le code]

Prenant l'apparence d'une conversation à bâtons rompus, cette discussion est centrée sur le thème de la morale — thème important dans l'œuvre de Diderot. Il est approché par différents biais, comme l’éducation, la place de l’homme de génie dans la société, la musique…

Les hommes, pour satisfaire leurs besoins, se soumettent et s’éloignent des valeurs défendues par le philosophe car la philosophie serait irréaliste. Cependant, la vie de Lui paraît vide et improductive, inutile et vaine. Il n’aurait rien produit là où le philosophe travaille pour le bien de l’humanité[3].

Réalisme[modifier | modifier le code]

Pour illustrer son propos, ajouter du réalisme à la scène — trait courant dans les fictions de Diderot —, régler ses comptes ou introduire de l'humour ou une digression, Diderot évoque des personnages, des œuvres ou des événements de son temps et égratigne quelques-uns de ses adversaires[4]. Ces évocations comptent parmi les rares indices qui permettent de dater la rédaction du dialogue et l'associe au genre de la satire.

La querelle des Bouffons[modifier | modifier le code]

On ne peut parler de Neveu de Rameau sans évoquer la querelle des Bouffons, qui met en opposition le parti du Roi (conduit par Rameau) et celui de la Reine (mené par Rousseau). Le parti du Roi luttait contre l'italianisation de la musique classique française.

Le Renégat d'Avignon[modifier | modifier le code]

Histoire de l’œuvre[modifier | modifier le code]

La rédaction fut sans doute étalée entre 1762 et 1773 mais on sait peu de choses des circonstances qui présidèrent à cette création que Diderot cacha soigneusement. Deux raisons sont possibles à cette dissimulation :

  1. la dimension satirique de l’ouvrage : des ennemis du parti philosophique sont cités et tournés en dérision. L’expérience de la prison et l’édition clandestine de l'Encyclopédie ont pu inciter Diderot à la discrétion.
  2. Diderot pensait que cette œuvre était peu conventionnelle, trop hors de son temps et ne voulait la confier qu’à la postérité.

Au décès de Diderot, un exemplaire manuscrit part en Russie[5] et un ou deux autres restent en France, dans la famille du philosophe. Quinze ou vingt ans après, un Russe, qui a lu et apprécié le livre, le fait découvrir à Schiller, qui le présente à son tour à Goethe. Ce dernier, admiratif, traduit le texte en allemand et le publie en 1805. Il est traduit en français en 1821. En 1891, Georges Monval trouve par hasard, dans un lot de documents acheté chez un bouquiniste parisien, un autre exemplaire du Neveu, manuscrit et autographe de Diderot qui constitue depuis lors le texte de référence des éditions récentes.

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

La forme de dialogue prédispose Le Neveu de Rameau à l'adaptation théâtrale. Toutefois, le fond du texte, anecdotique, et sa longueur font que le texte est peu joué et rarement intégralement.

Principales éditions[modifier | modifier le code]

  • Le Neveu de Rameau : dialogue : ouvrage posthume et inédit par Diderot, Paris, Delaunay,‎ 1821
  • Denis Diderot, Le Neveu de Rameau, nouvelle édition revue et corrigée sur différents textes avec une introduction par Charles Asselineau, Paris, Poulet-Malassis, 1862
  • Diderot, "Le neveu de Rameau" suivi de l’analyse de "La fin d’un monde" et du "Neveu de Rameau", par Jules Janin, Bibliothèque nationale, coll. des meilleurs auteurs anciens et modernes, Paris, Dubuisson et C°, imprimeurs-libraires, 1863
  • Diderot, Le neveu de Rameau : satyre, publiée pour la première fois sur le manuscrit original autographe, avec une introduction et des notes par Georges Monval, accompagnée d'une notice sur les premières éditions de l'ouvrage et de la vie de Jean-François Rameau par Er. Thoinan, Paris, Plon, 1891.
  • Denis Diderot, Le neveu de Rameau et autres dialogues philosophiques, préface de Jean Varloot, Paris, Gallimard, 1972, coll. Folio n°761, (ISBN 2-07-036761-4)

Lectures philosophiques[modifier | modifier le code]

Peu après sa parution en allemand, Hegel commente le Neveu de Rameau dans sa Phénoménologie de l'esprit.

Dans sa thèse Histoire de la folie à l’âge classique (p. 431 sq. dans l’édition Tel), Michel Foucault commente également cette œuvre.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Adert, « 'L’Or est tout' : La Représentation de l’argent dans Le Neveu de Rameau », Être riche au siècle de Voltaire, Genève, Droz, 1996, p. 297-310.
  • Sylviane Albertan-Coppola, « 'Rira bien qui rira dernier' », Autour du Neveu de Rameau de Diderot, Paris, Champion, 1991, p. 15-36.
  • Heather Arden, « Le Fou, la sottie et Le Neveu de Rameau », Dix-Huitième Siècle, 1975, n° 7, p. 209-23.
  • Joseph-Marc Bailbe, « La Fin d’un monde et du Neveu de Rameau », Paris, Klincksieck, 1977.
  • Jean-Pierre Barricelli, « Music and the Structure of Diderot’s Le Neveu de Rameau », Criticism, 1963, n° 5, p. 95-111.
  • Thierry Belleguic, « Anthropologie diderotienne et cybernétique : une étude du parasitisme dans Le Neveu de Rameau », Recherches sémiotiques, 1991, n° 11 (1), p. 125-42.
  • Thierry Belleguic, « Figures et pouvoirs de l’abject : Le Neveu de Rameau ou les avatars de Narcisse », Man and Nature: Proceedings of the Canadian Society for Eighteenth-Century Studies, Edmonton, Academic Printing & Pub., 1992, p. 1-23.
  • Thierry-François Belleguic, « Le Neveu de Rameau ou les avatars d’un nom propre », Les Noms du roman, Montréal, université de Montréal, avr. 1994, p. 43-59.
  • Patrick Brady, « Théorie du chaos et structure narrative », Eighteenth-Century Fiction, Oct 1991, n° 4 (1), p. 43-51.
  • Daniel Brewer, « Le Philosophe, l’intellectuel et l’éclipse du nouveau », Le Travail des Lumières, Paris, Champion, 2002, p. 805-21.
  • Katherine Elliott Brosman, « La Figure de Socrate dans Le Neveu de Rameau de Diderot », Proceedings of the Fourth Annual Graduate Student Conference in French and Comparative Literatures, 4-5 mars 1994, New York, Columbia UP, 1994, p. 13-18.
  • Marc Buffat, « La Loi de l’appétit », Autour du Neveu de Rameau de Diderot, Paris, Champion, 1991, p. 37-57.
  • Anne-Marie Chouillet, « En guise d’introduction à la lecture du Neveu de Rameau », Autour du Neveu de Rameau de Diderot, Paris, Champion, 1991, p. 7-13.
  • Jacques Chouillet, « L’Espace urbain et sa fonction textuelle dans Le Neveu de Rameau », La Ville au XVIIIe siècle : Colloque d’Aix-en-Provence (29 avril-1er mai 1973), Aix-en-Provence, Edisud, (1975), 1979, p. 71-81.
  • Anne-Marie Chouillet, « Notices succinctes sur les personnes et les œuvres citées dans Le Neveu de Rameau », Autour du Neveu de Rameau de Diderot, Paris, Champion, 1991, p. 89-107.
  • Huguette Cohen, « La Tradition gauloise et le carnavalesque dans Les Bijoux indiscrets, Le Neveu de Rameau et Jacques le fataliste », Colloque International Diderot (1713-1784), Paris, Aux Amateurs de Livres, 1985, p. 229-237.
  • Henri Coulet, « Les Editions du Neveu de Rameau », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1988, n° 254, p. 387-393.
  • René Démoris, « De l’art et de la prostitution : de Marivaux au Neveu de Rameau », Le Travail des Lumières. Paris, Champion, 2002, p. 113-26.
  • Lester G. Crocker, « Le Neveu de Rameau, une expérience morale », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1961, n° 13, p. 133-155.
  • Nicole Denoit, « La Notion de grotesque dans Le Neveu de Rameau », Burlesque et formes parodiques dans la littérature et les arts, Seattle, Papers on Fr. Seventeenth Cent. Lit., 1987, p. 527-540.
  • Michele Duchet, « Entretiens sur Le Neveu de Rameau », ed.. Paris, Nizet, 1967.
  • Danielle Dupuis, « Du Neveu de Rameau à La Maison Nucingen », L'Année balzacienne, 1997, n° 18, p. 221-34.
  • Béatrice Durand-Sendrail, « Sur quelques métaphores musicales dans la pensée de Diderot », Romance Quarterly, août 1990, n° 37 (3), p. 267-278.
  • Roland Eluerd, « Note sur fibre et molécule dans Le Neveu de Rameau », L’Information grammaticale, jan. 1992, n° 52, p. 14-16.
  • Jean-Luc Filoche, « Le Neveu de Rameau et la querelle des bouffons : un son de cloche inédit », Diderot Studies, 1983, n° 21, p. 95-109.
  • Richard L. Frautschi, « Diégèse et métalepse dans quatre textes de Diderot : quelques évidences quantitatives », Méthodes quantitatives et informatiques dans l’étude des textes : en hommage à Charles Muller, Genève, Slatkine, 1986, p. 409-420.
  • Dietmar Fricke, « Les Rapports entre la musique et la politique dans Le Neveu de Rameau de Diderot », Literaturwissenschaftliches Jahrbuch im Auftrage der Gorres-Gesellschaft, 1989, n° 30, p. 111-122.
  • Jean Garagnon, « Diderot et Tyssot de Patot : Une Source de l’histoire du Juif d’Avignon ? », Diderot Studies, 1983, n° 21, p. 111-122.
  • Michel Gilot, « Quelques remarques sur les pantomimes dans Le Neveu de Rameau : Le Plaisir, la musique et le pouvoir », Travaux de Littérature, 1996, n° 9, p. 137-46.
  • Marie-Florence Gros cf Marie-Florence Queudot-Gros
  • Marcel Gutwirth, « Votre fille…, ma pauvre petite femme… : Les Deux Absentes du Neveu de Rameau », Women in French Literature, Saratoga, Anma Libri, 1988, p. 109-115.
  • Pierre Hartmann, « Remarques sur les procédés et la fonction du dialogue dans Le Neveu de Rameau », L’Information Littéraire, 1992, n° 44 (2), p. 29-31.
  • Ralph Heyndels, « La Protestation rhétorique intenable d’une éthique perdue : Des moralistes au Neveu de Rameau de Diderot », Op. Cit., Spring 1996, n° 6, p. 93-97.
  • Marian Hobson, « Pantomime, spasme et parataxe : Le Neveu de Rameau », Revue de Métaphysique et de Morale, Apr.-June 1984, n° 2, p. 197-213.
  • H. R. Jauss, « Le Neveu de Rameau : dialogue et dialectique ; ou : Diderot lecteur de Socrate et Hegel lecteur de Diderot », Revue de Métaphysique et de Morale, avr.-juin 1984, n° 2, p. 145-181.
  • Raymond Joly, « Entre Le Père de famille et Le Neveu de Rameau : conscience morale et réalisme romanesque dans La religieuse. », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1972, n° 88, p. 845-57.
  • James M. Kaplan, « L’Avis aux gens de lettres de Marmontel : une versification du Neveu de Rameau ? », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, oct. 1991, n° 11, p. 73-82.
  • Philip Knee, « Diderot et Montaigne : morale et scepticisme dans Le Neveu de Rameau », Diderot Studies, 2003, n° 29, p. 35-51.
  • Pierre Larthomas, « Note sur l’emploi des temps dans Le Neveu de Rameau », Travaux de linguistique et de littérature publiés par le Centre de philologie et de littérature, 1980, n° 18 (1), p. 387-94.
  • Roger Laufer, « Structure et signification du Neveu de Rameau de Diderot », Revue des Sciences Humaines, 1960, n° 100, p. 399-413.
  • Michel Launay, « Sur les intentions de Diderot dans le Neveu de Rameau », Diderot Studies, 1966, n° 8, p. 105-117.
  • Béatrice Laville, « Le Personnage du bohème », La Fantaisie post-romantique, Toulouse, PU du Mirail, 2003, p. 225-36.
  • André Lebois, « Leon Gozlan, Bouret et Le Neveu de Rameau », Revue d'Histoire littéraire de la France, 1963, n° 63, p. 288-291.
  • Jacques-Jude Lépine, « Le Neveu souterrain : la conscience subjective dans Le Neveu de Rameau de Diderot et les Mémoires écrites dans un souterrain de Dostoïevski », Constructions, 1986, n° 53-64.
  • Jean-Louis Leutrat, « Autour de la genèse du Neveu de Rameau », Revue d'Histoire littéraire de la France, 1968, n° 68, p. 421-447.
  • André Magnan, « De Rameau le neveu au Neveu de Rameau », Revue d'Histoire littéraire de la France, sept.-oct. 1993, n° 93 (5), p. 659-68.
  • France Marchal, « Galiani, un modèle du Neveu de Rameau : Le Prestige des mimes », Revue d'Histoire littéraire de la France, sept.-oct. 1999, n° 99 (5), p. 1007-20.
  • Georges May, « L’Angoisse de l’échec et la genèse du Neveu de Rameau », Diderot Studies, 1961, n° 3, p. 285-307.
  • Benoît Melançon, « La Ménagerie Bertin était-elle un salon littéraire ? Antiphilosophie et sociabilité au Siècle des lumières », Les Dérèglements de l’art : formes et procédures de l’illégitimité culturelle en France (1715-1914), Montréal, université de Montréal, 2000, p. 17-34.
  • Sylvette Milliot, « Violons et violonistes dans l’œuvre de Diderot et dans l’Encyclopédie », Les Beaux-Arts et la musique. Aix-en-Provence, Univ. de Provence, 1986, p. 293-304.
  • Roland Mortier, « Un Commentaire du Neveu de Rameau sous le Second Empire », Revue d'Histoire littéraire de la France, 1960, n° 60, p. 11-17.
  • R. Moulinas, « Diderot et le Juif d’Avignon : À propos d’un passage du Neveu de Rameau », Revue d'Histoire littéraire de la France, 1970, n° 70, p. 598-602.
  • Hisayasu Nakagawa, « Traduire Diderot aujourd’hui », Interpréter Diderot aujourd’hui, Paris, Sycomore, 1984, p. 245-278.
  • John Pappas, « L’Opéra français contre l’italien : la solution de Diderot dans Le Neveu de Rameau », Les Beaux-Arts et la musique, Aix-en-Provence, univ. de Provence, 1986, p. 233-240.
  • Pierre Pénisson, « Goethe traducteur du Neveu de Rameau », Revue germanique internationale, 1999, n° 12, p. 229-39, 300-01.
  • Lucette Perol, « Ah! vous voilà, Monsieur le philosophe », Europe, mai 1984, n° 661, p. 26-35.
  • Lucette Perol, « Diderot et Rameau », in Rameau en Auvergne, Recueil d'études établi et présenté par Jean-Louis Jam, Clermont-Ferrand, 1986, p. 109-119.
  • Stéphane Piyol, « L’Espace public du Neveu de Rameau », Revue d'Histoire littéraire de la France, sept.-oct. 1993, n° 93 (5), p. 669-84.
  • René Pomeau, « Le Cas de Rameau le neveu : éthique et esthétique », Langue, littérature du XVIIe et du XVIIIe siècle : mélanges offerts à M. le professeur Frédéric Deloffre, Paris, SÉdES, 1990, p. 527-34.
  • René Pomeau, « Sur une étude structurale du Neveu de Rameau », Revue d'Histoire littéraire de la France, 1978, n° 78, p. 449-53.
  • Gunnar von Proschwitz, « Mots qui font date dans Le Neveu de Rameau », Au bonheur des mots : Mélanges en l’honneur de Gérald Antoine, Nancy, PU de Nancy, 1984, p. 147-155.
  • Marie-Florence Queudot-Gros, « Le Paradoxe de Rameau comédien : la conscience du jeu et les jeux de la conscience », L’Information littéraire, 1991, n° 43 (5), p. 17-23.
  • Marie-Florence Queudot Gros, « De la comédie de Rameau à la comédie du monde : le Prix de la mascarade dans le dialogue de Diderot », L’Information littéraire, 1992, n° 44 (2), p. 18-29.
  • Paolo Quintili, « Révolution et praxis dans Le Neveu de Rameau, roman du jeu de l’éthique sociale », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, avr. 1999, n° 26, p. 153-72.
  • Jean-Christophe Rebejkow, « La Musique dans les Entretiens sur le Fils naturel de Diderot », Revue romane, 1995, n° 31 (1), p. 99-113.
  • Jean-Christophe Rebejkow, « Nouvelles recherches sur la musique dans Le Neveu de Rameau », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, avr, 1996, n° 20, p. 57-74.
  • Jean Renaud, « Le Philosophe et le temps perdu », Nouvelle Revue Française, juin 1993, n° 485, p. 97-102.
  • Walter E. Rex, « Le Neveu de Rameau : musique et structure », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, Oct 1999, n° 27, p. 7-23.
  • Roselyne Rey, « La Morale introuvable », Autour du Neveu de Rameau de Diderot, Paris, Champion, 1991, p. 59-87.
  • Jane Rush, « Diderot, Socrate, et l’Esthétique de la farce dans Le Neveu de Rameau », Eighteenth-Century Fiction, oct. 1993, n° 6 (1), p. 47-64.
  • Jane Rush, « Geste et parole dans Le Neveu de Rameau », Francofonia, automne 1993, n° 13 (25), p. 51-63.
  • Pierre Saint-Amand, « Vagabondage sur Diderot : à propos du Neveu de Rameau », Stanford French Review, 1993, n° 17 (1), p. 95-108.
  • Jean-Pierre Seguin, « La Continuité comme principe stylistique dans Le Neveu de Rameau », L’Information grammaticale, jan. 1992, n° 52, p. 21-25.
  • Lucienne J. Serrano, « Le Neveu de Rameau ou l’aliénation sous le masque », Revue du Pacifique, 1977, n° 3, p. 108-19.
  • Andrzej Siemek, « La technique du développement dans Le neveu de Rameau », Kwartalnik Neofilologiczny, 1972, n° 19, p. 3-20.
  • Marie Souviron, « Hypothèse de lecture pour Le Neveu de Rameau », Kwartalnik Neofilologiczny, 1978, n° 25, p. 123-42.
  • Judith Spencer, « Dislocation existentielle et désarticulation esthétique dans Le Neveu de Rameau », Revue romane, 1996, n° 31 (2), p. 257-70.
  • Jürgen von Stackelberg, « Un Nouveau Manuscrit du Neveu de Rameau découvert à Leningrad », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1988, n° 254, p. 51-53.
  • Jean Starobinski, « Diogène dans Le Neveu de Rameau », Stanford French Review, Fall 1984, n° 8 (2-3), p. 147-165.
  • Jean Starobinski, « Le Dîner chez Bertin », Magazine Littéraire, Oct 2000, n° 391, p. 56-57.
  • Jean Starobinski, « Sur l’emploi du chiasme dans Le Neveu de Rameau », Revue de métaphysique et de morale, avr.-juin 1984, n° 2, p. 182-196.
  • Yoichi Sumi, « Le Neveu de Rameau : Caprices et logiques du jeu », Tokyo, France Tosho, 1975.
  • Mihály Szívós, « Le Rôle des motifs socratiques et platoniciens dans la structure et la genèse du Neveu de Rameau de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, avr. 1996, n° 20, p. 39-55.
  • Armand Tripet, « Diderot et la rêverie : en marge du Neveu de Rameau », Saggi e Ricerche di Letteratura Francese, 1976, n° 15, p. 123-81.
  • Laurent Versini, « Le Neveu de Rameau et le Paradoxe sur le comédien : deux esthétiques, une science de l’homme », Littératures, Fall 1991, n° 25, p. 41-54.
  • Marianne Vidal, « La Pantomime comme argument », Champs du Signe, 1992, n° 2, p. 181-89.
  • Nicolas Wagner, « Sur un conte du Neveu de Rameau : 'Le Renégat d’Avignon' », Travaux de linguistique et de littérature publiés par le Centre de philologie et de littérature, 1978, n° 16 (2), p. 19-25.
  • Anthony Wall, « Le Langage-corps chez Diderot », Queen’s Quarterly, Spring 1990, n° 97 (1), p. 118-139.
  • Christian Wasselin, « Le Paradoxe sur le musicien, ou la métamorphose du Neveu de Rameau en musicien fou d’E. T. A. Hoffmann », Corps écrit, juin 1988, n° 26, p. 117-121.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. C'est le sous-titre ajouté à la main par Diderot sur le manuscrit.
  2. Claude Rameau, le frère du compositeur avait deux fils : Jean-François et Lazare.
  3. Le début supposant la rédaction du Neveu de Rameau y correspond puis prend place à l'époque où Diderot, précisément, achève l'Encyclopédie.
  4. Voir à ce sujet la contribution d'Anne-Marie Chouillet mentionnée en bibliographie.
  5. Voir l'article Denis Diderot pour les raisons de ce départ.
  6. Voir le compte rendu de J. Bergeaud paru dans Livres et lectures, Issy-les-Moulineaux, 1963, p. 190.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :