Charles Dullin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dulin et Dullin (homonymie).

Charles Dullin

Naissance 8 mai 1885
Yenne, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès 11 décembre 1949 (à 64 ans)
Paris, France
Profession Acteur
Metteur en scène

Charles Dullin, né le 8 mai 1885 à Yenne (Savoie) et mort le 11 décembre 1949 à l'hôpital Saint-Antoine de Paris, est un metteur en scène, acteur de théâtre et de cinéma français. Il est l'un des fondateurs en 1927 du Cartel des quatre avec Louis Jouvet, Gaston Baty et Georges Pitoëff.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernier né d'une famille de 17 enfants, il entame, après des études au petit séminaire du Pont-de-Beauvoisin (Savoie), sa carrière théâtrale à Paris en 1903, est engagé au théâtre des Gobelins et au Lapin agile. Il entre en 1906 au théâtre de l'Odéon dirigé par André Antoine, crée sa compagnie en 1908, puis intègre le théâtre des Arts en 1910 sous la direction de Jacques Rouché. Là, il reçoit les éloges des critiques pour son jeu dans Les Frères Karamazov mis en scène par Jacques Copeau en 1911. Quand ce dernier crée le théâtre du Vieux Colombier en 1913, il le suit et devient son bras droit. Après la guerre, qu'il fait comme engagé volontaire, il continue l'aventure avec Copeau, au Garrick Theater de New York, puis travaille avec Firmin Gémier.

Il forme sa propre équipe en 1921 sous le nom d’Atelier, où il transmet les leçons reçues de Copeau : formation des comédiens et priorité du texte. Il monte des auteurs contemporains et étrangers, comme Luigi Pirandello, Marcel Achard, Armand Salacrou, sans exclure les classiques tel Shakespeare ou Aristophane, et rencontre des succès critiques grâce aux mises en scène de Volpone de Ben Jonson (1928, adapté par Jules Romains et Stefan Zweig) et de L’Avare de Molière. Avec Louis Jouvet, Gaston Baty et Georges Pitoëff en 1927, il fonde le « Cartel des Quatre », visant à faire entendre le théâtre non mercantile. Entre 1940 et 1947, il est directeur du Théâtre de la Cité (ancien Théâtre Sarah-Bernhardt, actuel Théâtre de la Ville, où il monte Les Mouches de Jean-Paul Sartre en 1943. Il rejoint ensuite l'équipe du théâtre Montparnasse, dirigé par une de ses anciennes élèves de l'Atelier, Marguerite Jamois.

Avec le Cartel des Quatre et aux côtés d'André Barsacq, Jean-Louis Barrault et Jean Vilar, Dullin a fait partie du mouvement de renouvellement français qui aboutira à un « théâtre décentralisé populaire ». Réputé pour la qualité de ses cours, à base d'improvisation, de mime et d'étude des classiques, il a eu entre autres pour élèves Madeleine Robinson, Jean Marais, Jean-Jacques Lagarde, Marcel Marceau, Jean Vilar, Jean-Louis Barrault, Roger Blin, Roland Petit, Jacques Dufilho, Georges Vandéric et Alain Cuny.

Comédien[modifier | modifier le code]

Années 1900[modifier | modifier le code]

Années 1910[modifier | modifier le code]

Années 1920[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

1921-1922

Théâtre de l'Atelier[modifier | modifier le code]

1922-1930
1931-1940

Théâtre de Paris[modifier | modifier le code]

1940-1941

Théâtre de la Cité, Théâtre Sarah Bernhardt[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Souvenirs et notes de travail d'un acteur, Odette Lieutier éditeur, 1946, (notice BnF no FRBNF32055087s) ; réédition Librairie théâtrale, 1985 (ISBN 273490022X)
  • Ce sont les dieux qu'il nous faut, édition établie et annotée par Charles Charras, préface d'Armand Salacrou, collection Pratique du théâtre, Éditions Gallimard, 1969, (notice BnF no FRBNF32987929r)
  • Charles Dullin, choix de textes par Joëlle Garcia, collection Mettre en scène, Actes Sud, 2011 (ISBN 2330001797 et 9782330001797)

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs théâtres en France portent son nom :

Festivals - Rencontres théâtrales

En 1957, la place Charles-Dullin située devant le théâtre de l'Atelier prend son nom en hommage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Propos d'André Degaine lors de l'émission radiophonique Le Masque et la Plume diffusée sur France Inter le 3 mai 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Sarment, Charles Dullin, Paris, éditions Calmann-Lévy, 1950.
  • Alexandre Arnoux, Charles Dullin : portrait brisé, Paris, éditions Émile-Paul Frères, 1951.
  • Lucien Arnaud, Charles Dullin, préface de Jean Vilar, volume 2 de la collection Le Théâtre et les Jours, L'Arche éditeur, Paris, 1952.
  • Pauline Teillon-Dullin et Charles Charras, Charles Dullin ou les Ensorcelés du Chatelard, préface de Jean-Louis Barrault, suivi de lettres de Charles Dullin à sa sœur Pauline, Société d'histoire du Théâtre, Paris, éditions Michel Brient, 1955. Réédition de 1980, Les Enfants du Chatelard éditions du Prieuré.
  • Clément Borgal, Metteurs en scène, éditions Fernand Lanore, 1963.
  • Paul-Louis Mignon, Charles Dullin,éditions de La Manufacture, Paris, 1990.
  • Marie-Françoise Christout, Noëlle Guibert et Danièle Pauly, Théâtre du Vieux-Colombier, 1913-1993, éditions Norma, 1993.
  • Chantal Meyer-Plantureux, Les Enfants de Shylock, ou l'Antisémitisme sur scène, Paris, éditions Complexe, 2005 (ISBN 2804800245 et 9782804800246) Lire en ligne sur Google livres

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Le Dire de chacun, Charles Dullin de Georges Mourier, tourné au Châtelard et au théâtre de l'Atelier, édition À l'image près

Liens externes[modifier | modifier le code]