Manon (film, 1949)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manon.

Manon est un film français d'Henri-Georges Clouzot, réalisé en 1948 et sorti en 1949.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sur un bateau qui vient d'appareiller de Marseille, des juifs, rescapés du génocide, embarquent pour immigrer illégalement vers la Palestine, alors sous mandat britannique. Tandis qu'un des lieutenants du bord installe les nouveaux venus dans les cales du navire, il découvre par hasard deux passagers clandestins.

Il les mène au capitaine dont le second reconnaît l'homme grâce à la photographie d'un journal. Il s'agit de Robert Desgrieux, un assassin en fuite.

Le capitaine décide de livrer le couple à la police d'Alexandrie à son arrivée, mais, quelques jours avant celle-ci, il se laisse attendrir par la jeune femme et finit par convier dans sa cabine les deux jeunes amants. Ceux-ci se mettent alors à conter leur histoire.

Flash-back

1944, une petite ville normande ravagée par les combats.

Robert Desgrieux, jeune fils de bonne famille de Clermont-Ferrand, engagé dans les rangs des Forces françaises de l'intérieur, se voit confier par son supérieur la garde de Manon, une jeune femme sur le point d'être tondue par la foule en furie qui l'accuse d'avoir couché avec des Allemands.

Les deux jeunes gens, au sein de l'église en ruine, tombent, presqu'immédiatement, éperdument amoureux l'un de l'autre. Desgrieux aide Manon à s'enfuir.

Leur fuite les conduit à Paris où Manon retrouve son frère Léon. Celui-ci vit de trafics divers grâce à l'aide d'un individu surnommé Paul.

Jaloux, Desgrieux se bat avec Paul qui poursuit Manon de ses assiduités mais il doit se résoudre à se commettre dans des trafics toujours plus louches afin de subvenir aux exigences insatiables de sa compagne.

Après diverses turpitudes qui l'auront notamment conduit à fréquenter le lupanar de Mme Agnès, Manon annonce bientôt à son amant qu'elle le quitte pour un major de l'U.S. Army qui lui a offert de l'épouser. Ravagé par la douleur, Desgrieux refuse cette séparation.

Léon, désormais propriétaire d'une salle de cinéma, propose alors à sa sœur de l'aider. Il fait croire à Desgrieux que Manon a été victime d'un malaise et lui demande de venir. Desgrieux se précipite et se retrouve bientôt enfermé à double tour dans le bureau de Léon. Après un moment, Léon décide d'aller lui parler, lui expliquant qu'il n'avait jamais été qu'un boulet pour Manon et que cette séparation valait mieux pour eux deux. Apparemment rendu à la raison, Desgrieux profite pourtant d'un instant d'inattention de Léon pour l'étrangler avec le fil du téléphone.

Désormais meurtrier, il téléphone à Manon pour lui annoncer qu'il la quitte, partant pour Marseille. Alors qu'elle préparait ses bagages, la jeune femme, s'abandonnant à un élan amoureux, part pour la gare de Lyon et parvient à rejoindre Robert dans le train.

Fin du flash-back : retour dans la cabine du capitaine.

Ému par le récit de cet amour impossible, le capitaine se résout à laisser s'échapper le couple d'amants.

Ceux-ci débarquent donc clandestinement avec leurs compagnons d'infortune sur une plage discrète. Après une marche épuisante dans le désert, la petite troupe est attaquée par une troupe de Bédouins. Manon est blessée à mort. Desgrieux finit par l'enterrer dans le sable; le mot fin apparaît, laissant la silhouette de Desgrieux, définitivement seul, allongé sur le corps de celle qu'il a aimée plus que la vie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]