La Femme infidèle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Femme infidèle

Réalisation Claude Chabrol
Scénario Claude Chabrol
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : France Les Films de La Boétie
Drapeau : Italie Cinegai
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Sortie 1969
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Femme infidèle est un film franco-italien réalisé par Claude Chabrol et sorti en 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Charles Desvallées a de bonnes raisons de croire à l'infidélité de sa femme. Afin d'en avoir la certitude, il engage un détective. Apprenant l'identité de l'amant, l'écrivain Victor Pégala, il se rend chez lui. Après une courte conversation franche, il le tue. Sans que rien ne soit dit entre les deux époux, Hélène devine ce qui s'est passé, et, lorsque la police est de retour, sans que l'on sache si c'est pour arrêter son mari, Hélène échange avec son époux un long regard lourd de sens.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

« Suspense feutré, cruauté et humour noir en twin-set et flanelle. Le si classique triangle amoureux prend ici d'étranges contours. L'infidélité n'est qu'un remède temporaire au mariage. Le meurtre, lui, en serait le médicament miracle... Le dernier plan, génial, éloigne doucement Michel Bouquet de sa femme. Entre eux, un parterre de roses. Ont-ils jamais été aussi proches ? »

— Guillemette Odicino, Télérama, 15 janvier 2011

Autour du film[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

« J'avais dit à André Génovès que je ferai mes premiers bons films à partir de quarante ans, et le succès des Biches ou de La Femme infidèle m'a donné deux ans d'avance sur mes pronostics »

— Claude Chabrol[1]

« Sur le tournage de La Femme infidèle, il [Michel Bouquet] disait que je jouais à travers lui. Que je me protégeais des drames de la vie en les mettant dans mes films, comme pour les exorciser. Là, déjà, on est plus proche de mon cinéma et de ma démarche. »

— Claude Chabrol[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claude Chabrol, Michel Pascal, Claude Chabrol Par lui-même et par les siens, Éditions Stock, 2011, (ISBN 978-2-234-06993-0)