La Collection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Collection
The Collection
Auteur Harold Pinter
Genre Comédie dramatique
Nb. d'actes 1
Dates d'écriture 1961
Compagnie théâtrale le 18 juin 1962 au Aldwych Theatre, Londres
Metteur en scène Peter Hall
Personnages principaux
Harry
James
Stella
Bill

La Collection (The Collection) est une pièce de théâtre en un acte du dramaturge et prix Nobel de littérature britannique Harold Pinter, écrite en 1961.

La pièce est créée le 18 juin 1962 à l'Aldwych Theatre à Londres par la Royal Shakespeare Company.

Argument[modifier | modifier le code]

La scène, partagée en deux, représente un foyer de Belgravia, à Londres, et un appartement à Chelsea. Dans un troisième espace entre eux se dresse une cabine téléphonique où des appels seront passés.

Bill, un dessinateur de mode dans la vingtaine, vit avec Harry, un homme dans la quarantaine, dans la maison de ce dernier, à Belgravia. De son côté, Stella, designer elle aussi, mais dans la trentaine, vit avec James, son mari et partenaire d'affaires dans leur appartement de Chelsea.

Un soir, Harry reçoit un appel téléphonique troublant et anonyme. Peu après, un homme force sa porte, développe un discours ambigu et refuse de dire son nom. Peu à peu, les intentions de ce mystérieux inconnu - qui n'est autre que James - se précisent. Il cherche à savoir si, à l'occasion d'un voyage d'affaires à Leeds, sa femme Stella et le jeune Bill ont, oui ou non, eu une relation sexuelle sans lendemain. Or, les rapports entre Harry et Bill ne sont pas très clairs. S'agit-il d'un couple homosexuel ? Dans ce cas, la liaison entre Bill et Stella paraîtrait loufoque. Mais est-ce bien le cas ?

Après une conversation en apparence banale entre Stella et James (Horne) dans leur appartement ce dernier soutire ce qui semble être des aveux. Fort de cette confession, il confronte Bill et cherche à lui faire avouer qu'il a eu une aventure d'un soir avec Stella. Bill affirme d'abord qu'elle a inventé toute l'histoire, mais il admet l'avoir embrassé un peu, bien qu'il jure qu'il n'est jamais rien arrivé... James qui croyait écraser son rival se trouve pris au piège d'un discours qui rend l'énigme de plus en plus opaque. La pièce se termine sans que les ambiguïtés de l'intrigue n'ait été tirées au clair, et chacun semble croire la version qui le satisfait pour éviter de perdre pied.

Production originale britannique[modifier | modifier le code]

Aldwych Theatre, Londres 1962[modifier | modifier le code]

Productions françaises[modifier | modifier le code]

Création en France, théâtre Hébertot, 1965[modifier | modifier le code]

Conservatoire national supérieur d'art dramatique, 1973[modifier | modifier le code]

Centre dramatique national de Reims, 1985[modifier | modifier le code]

Centre dramatique national d'Orléans, 2000[modifier | modifier le code]