Rhinocéros (Ionesco)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rhinocéros (homonymie).
Rhinocéros
Auteur Eugène Ionesco
Genre Pièce de théâtre
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Gallimard
Date de parution 1959
Date de la 1re représentation 6 novembre 1959 (allemand)
22 janvier 1960 (français)
Metteur en scène Jean-Louis Barrault (français)
Lieu de la 1re représentation Düsseldorfer Schauspielhaus (de)(allemand)
Odéon-Théâtre de France (français)

Rhinocéros d'Eugène Ionesco est une pièce de théâtre en quatre tableaux pour trois actes (le deuxième est divisé en deux tableaux), en prose, créée dans une traduction allemande au Schauspielhaus (de) de Düsseldorf le 6 novembre 1959, publiée en français à Paris chez Gallimard la même année puis créée dans sa version française à Paris à l'Odéon-Théâtre de France le 22 janvier 1960 dans une mise en scène de Jean-Louis Barrault et des décors de Jacques Noël[1].

En avril 1960, Rhinocéros fut monté à Londres au Royal Court Theatre dans une mise en scène d'Orson Welles avec Laurence Olivier dans le rôle de Bérenger.

Pièce emblématique du théâtre de l'absurde au même titre que La Cantatrice chauve, la pièce dépeint une épidémie imaginaire de « rhinocérite », maladie qui effraie tous les habitants d'une ville et les transforme bientôt tous en rhinocéros.

Cette pièce est généralement interprétée comme une métaphore de la montée des totalitarismes à l'aube de la Seconde Guerre mondiale et aborde les thèmes du conformisme et de la résistance (au pouvoir politique, a priori illégitime).

Personnages et distribution à la création[modifier | modifier le code]

Par ordre d'entrée en scène :

  1. La Ménagère : Marie-Hélène Dasté
  2. L'Épicière : Nicole Jonesco
  3. Jean : William Sabatier
  4. Bérenger : Jean-Louis Barrault
  5. La Serveuse : Jane Martel
  6. L'Épicier : Edmond Beauchamp
  7. Le Vieux Monsieur : Robert Lombard
  8. Le Logicien : Jean Parédès
  9. Le Patron du café : Yves Arcanel
  10. Daisy : Simone Valère
  11. Monsieur Papillon : Michel Bertay
  12. Dudard : Gabriel Cattand
  13. Botard : Régis Outin
  14. Madame Bœuf : Simone Paris
  15. Un policier : Marius Balbinot
  16. Monsieur Jean : William Sabatier
  17. La femme de Monsieur Jean
  18. Les Voisins : Antoine Fontaine, Negro Verdie, Annie Delyfer, Catherine Faburel
  19. Les Pensionnaires : Marie-France Font, Béatrice Philips, Marie-José Sene

Résumé[modifier | modifier le code]

Cette pièce se divise en trois actes, chacun montrant un stade de l'évolution de la « rhinocérite ».

Acte I[modifier | modifier le code]

Dans l'acte I, les rhinocéros en liberté provoquent tout d'abord l'étonnement et choquent les personnages. Jean ne parvient pas à croire que ce qu'il a vu était réel, il énonce même clairement « cela ne devrait pas exister ». Le patron de l'épicerie jette un cri de fureur (révolutionnaire) en voyant la ménagère partir avec son chat écrasé « Nous ne pouvons pas nous permettre que nos chats soient écrasés par des rhinocéros ou par n'importe quoi ! ». Comme à la montée de chaque mouvement politique extrémiste et totalitaire, les gens sont tout d'abord effrayés.

Acte II[modifier | modifier le code]

Les habitants commencent à se transformer en rhinocéros et à suivre la "rhinocérite". C'est là que l'on relève les premières oppositions clairement marquées, selon Botard c'est « une histoire à dormir debout ! », « c'est une machination infâme ». Ce dernier ne veut pas croire en la réalité de la "rhinocérite" (comme certains ont pu nier la montée des extrêmes). Mais pourtant lui aussi va se transformer en rhinocéros malgré ses préjugés, montrant ainsi que même les plus résistants peuvent être dupés par les beaux discours de la dictature. Les personnes commencent à se transformer en rhinocéros : c'est le cas de Monsieur Bœuf, rejoint ensuite par sa femme, « je ne peux pas le laisser comme ça » dit-elle pour se justifier. Les pompiers sont débordés, le nombre de rhinocéros augmente dans la ville. Ensuite, Jean, personnage si soucieux de l'ordre au départ et si choqué par la présence de rhinocéros en ville, se transforme lui-même en rhinocéros, sous les yeux désespérés de son ami Bérenger. On assiste ainsi à la métamorphose d'un être humain en rhinocéros. Jean est tout d'abord malade et pâle, il a une bosse sur le front, respire bruyamment et a tendance à grogner. Puis il verdit de plus en plus et commence à durcir, ses veines sont saillantes, sa voix devient rauque, sa bosse grossit de plus en plus pour former une corne. Jean refuse que son ami appelle un médecin, il parcourt sa chambre comme une bête en cage, sa voix devient de plus en plus rauque et Jean émet des barrissements. Selon lui, il n'y a rien d'extraordinaire au fait que Bœuf soit devenu rhinocéros, « Après tout, les rhinocéros sont des créatures comme nous, qui ont le droit à la vie au même titre que nous ! », lui qui était pourtant si cultivé, si féru de littérature.

Acte III[modifier | modifier le code]

Au dernier acte, tout le monde devient rhinocéros, même Daisy et Dudard. Bérenger est le seul à réagir humainement et à ne pas trouver cela normal. Il s'affole et se révolte contre la "rhinocérite". Dudard minimise la chose puis devient rhinocéros car son devoir est « de suivre ses chefs et ses camarades, pour le meilleur et pour le pire » (camaraderie enseignée dans les jeunesses hitlériennes). Et Daisy refuse de sauver le monde pour finalement suivre les rhinocéros qu'elle trouve soudainement beaux, dont elle admire l'ardeur et l'énergie. Néanmoins, après beaucoup d'hésitations, Bérenger décide de ne pas capituler : « Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu'au bout ! Je ne capitule pas ! ». La pièce se termine ainsi.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une fable dont l'interprétation reste ouverte. Beaucoup y voient la dénonciation des régimes totalitaires (nazisme, stalinisme et autres) et celle du comportement grégaire de la foule qui suit sans résister. Ionesco dénoncerait ainsi plus particulièrement l'attitude des Français aux premières heures de l'Occupation, mais aussi le fait que tous les totalitarismes se confondent pour "attenter" à la condition humaine et transformer en monstre le meilleur des hommes, l'intellectuel (comme « le Logicien ») ou celui qui est épris d'ordre, comme Jean. Bérenger, dont le spectateur découvre la mutation tout au long de la pièce est le seul à résister face à l'épidémie de « rhinocérite ». C'est le seul qui semble avoir des réactions "normales" face à cette épidémie : « Un homme qui devient rhinocéros, c'est indiscutablement anormal ». Il est censé représenter la résistance à l'occupant qui, petit à petit, s'est formée au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ionesco utilise, dans son œuvre, l'absurde et le comique, pour accentuer son propos.

Il s'agit d'une satire des comportements humains et du caractère influençable de l’homme confronté à la montée d’une idéologie : il apparaît d’abord qu’un phénomène minoritaire mais violent entraîne l’incrédulité des habitants qui le rejettent dans un premier temps ; cependant ce rejet est suivi d’une indifférence lorsque le phénomène s’amplifie, les individus commençant à s’accoutumer à ce qui les repoussait (le peuple reste passif devant sa montée en puissance).

Dans un deuxième temps, un basculement important s’opère lorsque le mouvement s’étend et rallie de plus en plus de personnes ; Ionesco souligne bien la capacité pour un tel phénomène à rassembler des gens différents autour d’un thème central (ici « l’état sauvage ») et le fait qu’il profite des frustrations et autres déceptions de chacun.

Enfin, une fois le phénomène largement étendu, l’auteur évoque le caractère uniforme de la situation, la “masse" ayant adhéré en totalité, et il ne reste alors qu’une seule personne, celle dont auparavant on raillait la rêverie et l’inaction, pour résister et même s’opposer lucidement à la folie collective.

Originalité de l'œuvre de Ionesco[modifier | modifier le code]

Le dérèglement du langage[modifier | modifier le code]

Comme dans la plupart des pièces de Ionesco, l'auteur utilise, pour symboliser une dérive d'un mode de pensée, un dérèglement de la parole. Ce dérèglement apparait à plusieurs reprises dans la pièce, mais le passage le plus significatif est le discours du logicien au vieux monsieur. En effet ce passage est une série de faux syllogismes destinés à convaincre le vieux monsieur de la grandeur de la logique.

Un esprit de système[modifier | modifier le code]

On peut rapidement remarquer que les personnages présents dans la pièce (à l'exception de Bérenger) sont enfermés dans un esprit de système, propre à chacun. Par exemple, le logicien ne pense et n'analyse la situation qu'en utilisant la logique, laquelle lui permettrait de tout comprendre : il ne peut analyser que par une approche de logicien. De même, Monsieur Papillon ne le fait qu’au travers de sa vision de directeur. On remarque aussi que Jean analyse la situation en s’appuyant sur des idées que l’on retrouverait dans l’extrémisme de droite (grandeur de la force, de la volonté) tandis que Botard aboutit aux mêmes conclusions mais au moyen d’une approche voisine du gauchisme (expression sans restriction des désirs et besoins de l'individu), lequel gauchisme aura ultérieurement été qualifié de soixante-huitard. Ionesco suggère ainsi que le système, quel qu'il soit, peut progressivement conduire à la justification de l'inacceptable — symbolisé dans la pièce par la transformation en rhinocéros.

Les registres mêlés[modifier | modifier le code]

Contrairement aux pièces classiques, dans lesquelles le registre utilisé apparaît dès la scène d'exposition, Rhinocéros est caractérisé par différents registres. Tout d'abord, le registre fantastique. En effet, l'apparition d'un rhinocéros est celle d'un élément surréaliste dans un cadre réaliste. De plus, le registre comique, par le comique de gestuelle, de langage (la faillite du langage), répétition, mais aussi par l'impression de désordre qui caractérise la pièce, est présent. Enfin, le registre tragique est annoncé dès la première scène par la perte progressive du langage, par le décalage d'attitudes entre Bérenger et les autres personnages et par le monologue délibératif de Bérenger qui le poussera à résister face aux rhinocéros.

Adaptations[modifier | modifier le code]

La pièce a été adaptée dans un film du même nom, sorti en 1974, dirigé par Tom O'Horgan, avec Zero Mostel, Gene Wilder et Karen Black[2].

Un court-métrage d'animation réalisé par Jan Lenica Die Nashörner a été tiré assez librement de la pièce (animation en papiers découpés)[3].

Une adaptation musicale a été créée en 1990 sous le titre Born Again au Chichester Festival Theatre, par Peter Hall, Julian Barry et le compositeur Jason Carr[4].

Le film de série B Zombie Strippers comporte plusieurs références à la pièce.

Autour de l'œuvre[modifier | modifier le code]

  • Une nouvelle du même nom (présente dans le recueil La Photo du colonel, du même auteur) constitua le point de départ de cette pièce.
  • Cette pièce aurait inspiré Jacques Ferron pour la fondation du Parti Rhinocéros en 1963.
  • En Roumanie, la première représentation d'une pièce signée Ionesco (Rhinocéros en l'occurrence) a eu lieu en 1964, au Théâtre de Comédie, dirigé à cette époque par le comédien Radu Beligan (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]