Metal industriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Metal Industriel)
Aller à : navigation, rechercher

Metal industriel

Origines stylistiques Rock industriel, industrial dance, heavy metal, metal alternatif, noise rock, punk hardcore
Origines culturelles Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
à la fin des années 1980
Instruments typiques Guitare, basse, synthétiseur, ready-made, boîte à rythmes, batterie, séquenceur, clavier, échantillonneur, percussions
Popularité Underground dans les années 1980, modérée dans les années 1990, haute popularité au milieu des années 1990 au début des années 2000. Depuis lors, redevenu underground aux États-Unis et modérée en Europe.
Scènes régionales États-Unis
Voir aussi Liste des groupes de metal industriel

Genres associés

Nu metal, metal alternatif, Neue Deutsche Härte

Le metal industriel est un sous-genre de metal qui puise ses influences dans la musique industrielle[1], du thrash metal et du punk hardcore, en utilisation en répétition les riffs du metal et du punk, d'échantillonnage, de séquenceurs et de synthétiseurs et de voix déformés[2]. Les groupes fondateurs du metal industriel sont Ministry[3], Laibach, Godflesh[4] et KMFDM[3].

La popularité du metal industriel conduit à une critique d'autres artistes associés à la scène industrielle[pas clair]. Par la suite, il est plus connu dans diverses formations européennes[pas clair]. Les groupes de metal industriel ont produit de nombreuses vidéos musicales de renommée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières innovations[modifier | modifier le code]

Rob Zombie en 2007.

Bien que les guitares électriques soient utilisées par les artistes de la musique industrielle depuis les premiers jours du genre[3], des premiers groupes comme Throbbing Gristle affichent un fort sentiment « anti-rock attitude »[5]. Le groupe de post-punk britannique Killing Joke crée une fusion entre les différents styles[6], et a une forte influence sur les grands groupes de metal industriel comme Ministry, Godflesh et Nine Inch Nails[7]. Un autre groupe, pionnier du rock industriel Big Black, influence également certains autres groupes[6],[8]. À la fin des années 1980, industrielle et heavy metal commencent à se fondre dans un genre commun[3], avec l'EP homonyme de Godflesh[4], et l'album de Ministry The Land of Rape and Honey atteint le devant de la scène. Godflesh est formé par l'ancien guitariste de Napalm Death, Justin Broadrick[9]. Formé par un large éventail de genres — la musique bruitiste de Whitehouse[10], le rock bruitiste de Swans[11], l'ambient de Brian Eno[9] et le metal de Black Sabbath[12] — le son de Godflesh est décrit comme « Pornography de The Cure sous Quaalude[13]. » Godflesh devient une source d'influence pour certains groupes comme Korn[14], Metallica[15], Danzig[16], Faith No More[17], et Fear Factory[14].

Ministry, émerge du label Wax Trax! Dossiers, un label de Chicago consacré à la musique industrielle[18]. La première incursion de guitares metal se passe au cours d'une session d'enregistrement de The Land of Rape and Honey aux Southern Studios, à Londres[19]. Le chanteur du groupe, Al Jourgensen, d'origine cubaine, explique : « Redécouvrir la guitare sur ce disque était presque comme le premier jour où j'ai obtenu mon Fairlight. Les possibilités me semblait sans fin sur quelque chose qui semblait limité. C'est vraiment drôle. J'ai commencé en tant que guitariste, mais je n'avais pas vraiment touché une guitare depuis cinq ans. Puis j'ai entendu cette première réaction sortir d'un Marshall et tout d'un coup, il était comme il y avait un paramètre au sein de toute nouvelle guitare elle-même jouer - en particulier en combinaison avec des sons que vous obtenez à partir d'un clavier[20] »

Al Jourgensen, chanteur du groupe Ministry.

Jourgensen semblait particulièrement fan de thrash metal. Après la sortie de Land, il recrute le guitariste Mike Scaccia (décédé le 22 décembre 2012[21]), du groupe de thrash metal Rigor Mortis[22]. À l'occasion d'une interview, Jourgensen déclare sa préférence musicale pour le groupe Sepultura[23]. Il éradique également le désir de produire un album de Metallica[24]. L’intérêt de Jourgensen pour la musique industrielle ne disparaît pas totalement, cependant, il forme Revolting Cocks, un projet un peu plus tiré electronic body music en collaboration avec Richard 23 de Front 242[25].

Le groupe de musique industrielle allemand Die Krupps commence à utiliser des guitares et des sons provenant du metal au début des années 1990. Il s'agit d'un mouvement pionnier qui conduit un certain nombre d'autres groupes à combiner des sons électroniques aux guitares metal. Le groupe continue dans cette veine dans les années 1990, qui se présente tout particulièrement dans leur album orienté metal, Paradise Now, sorti en 1997. Il suit du groupe allemand KMFDM qui est aussi un groupe pionnier du metal industriel. Bien que le fondateur Sascha Konietzko ne soit pas fan de metal, il déclare l'engouement pour les raccords et les licks metalliques. Il déclare à Guitar World : « c'était juste intéressant de l'utiliser comme une sorte de white noise qui renforce notre musique. Tout d'un coup, le heavy metal était libre de toutes ces tempos, des changements d'attitudes et ennuyeux qu'il a toujours eu. Ce que j'ai toujours détesté le plus du heavy metal était que les meilleurs riffs venu qu'une seule fois et n'ont jamais été répétée. Ainsi, la fascination, en fait, était d'échantillonner un riff génial, en boucle et d'y jouer encore et encore[3]. »

Le trio suisse, The Young Gods, adopte ce style de leur deuxième album, L'Eau rouge (1989). Avant sa sortie, le chanteur Franz Treichler déclare : « On voulait juste entendre les guitares. Nous avons raté le lancement du titre Envoyé. C'est ce que nous voulions entendre, de la puissance pure. Un bruit metallique autre que dans les styles biker, speed metal ou autres, tout Whap[26] ! » Pigface, formé par Martin Atkins et le batteur de Ministry Bill Rieflin émerge comme du metal industriel collectif de toute sorte, en participant à de nombreuses figures du rock bruitiste et du monde industriel[27]. Nine Inch Nails, dirigé par Trent Reznor, encore le seul membre du groupe, propulse le genre au devant de la scène avec les albums Broken[28] et The Downward Spiral, en parallèle à leur performance légendaire à Woodstock '94, à la culture industrielle en pleine émergence[29], ainsi que la « coldwave » qui englobait Chemlab, 16 Volt et Acumen Nation[30]. Certains groupes d'électro-indus ont adopté des techniques de metal industriel durant cette période, y compris Skinny Puppy[31], et Front Line Assembly[32].

Le groupe britannique Pitchshifter, formé en 1989 par les frères Clayden, débute également comme un groupe de metal industriel[33]. Avant d'incorporer des éléments de drum and bass[34]. Le frontman JS mentionne : « […] Dans les premiers jours, nous avons été inspiré par des groupes comme Head of David et The Swans parmi tant d'autres… sortant un punk étrange, en colère, bruit, genre total de pré-industrielle. Il est appelé industrielle, mais je ne sais pas si c'est vraiment ça[35]. » Il mentionne également qu'il n'aime pas l'étiquette industrielle, indiquant que : « Je ne sais pas... c'est juste du rock numérique. C'est juste le punk numérique pour moi. Les paroles et l'éthique sont punk, toutes les lignes de basse sont totalement punk. Mais encore, il va sans cesse se mettre dans des catégories industrielles et metal, bien que je ne pense pas que ce soit parce que ma perception de la propriété industrielle n'est pas drum and bass avec des lignes de guitare punk. Je ne pense pas que ça soit de la musique industrielle. Einstürzende Neubauten, ou des trucs comme Nine Inch Nails sont plus industriels que ce que nous faisons, mais je pense que les gens ne veulent pas se lancer dans un nouveau genre, ils veulent vous glisser dans quelque chose[35]. »

Thrash industriel et death metal[modifier | modifier le code]

La popularité du metal industriel conduit certains groupes de thrash metal, y compris Megadeth, Sepultura et Anthrax, à demander des remixes « industriels » à d'autres artistes[36]. Certains musiciens issus de la scène death metal, tels que Fear Factory, Nailbomb et Meathook Seed, commencent également à expérimenter des sons industriels. Fear Factory, de Los Angeles[37] est d'abord influencé par des groupes comme Godflesh, Napalm Death et Bolt Thrower[38]. Max Cavalera collabore avec Alex Newport, qui donne naissance à Nailbomb, et pratique un mélange entre formes les plus extrêmes du metal et musique industrielle[39]. Un exemple moins connu de death metal industriel est Meathook Seed, composé de membres de Napalm Death et du groupe de death metal Obituary. Le guitariste Trevor Peres, un fan de musique industrielle, suggère des boîtes à rythmes pour The End Complete[40], album le plus réussi de Obituary[41]. Le refus des autres membres du groupe amène à former Meathook Seed[40].

Black metal industriel[modifier | modifier le code]

Durant les premières années du XXIe siècle, des groupes de la scène black metal commencent à incorporer des éléments de musique industrielle. Mysticum, formé en 1991[42], est le premier de ces groupes[43]. DHG (Dødheimsgard), Thorns de Norvège et Blut Aus Nord, un groupe de black metal français, est acclamé pour l'incorporation d'éléments industriels à leur musique[44]. D'autres groupes de black metal industriels de cette catégorie comprennent Samael[45], The Axis of Perdition[46], Aborym, et ...And Oceans[47]. D'un autre côté, The Kovenant[48], Mortiis et Ulver émergent de la scène black metal norvégienne, mais choisissent plus tard d'expérimenter la musique industrielle[49],[50].

Succès commercial[modifier | modifier le code]

Nine Inch Nails, en 2005.

Le metal industriel fleurit dans les années 1990, plus particulièrement en Amérique du Nord[51], dont les ventes d'albums sont estimés à 35 millions d'exemplaires approximativement[52],[53]. Il se popularise grandement dans les marchés en 1992, lorsque Broken de Nine Inch Nails, et Psalm 69 sont certifié disque de platine aux États-Unis, ce dernier mettant trois ans pour atteindre ce statut[53]. Les deux groupes sont nommés dans la catégorie « meilleure performance metal » lors des Grammy Awards en 1992, et Nine Inch Nails repart gagnant[28]. Deux ans plus tard, Nine Inch Nails fait paraître The Downward Spiral, qui débute à la deuxième place du Billboard 200[54], et finit par être certifié quadruple disque de platine[53]. Cet album est considéré par Allmusic comme « l'un des albums les plus sinistres multi-platines jamais réalisé[55]. »

À la suite du succès de Nine Inch Nails, Marilyn Manson, dirigée par un protégé de Reznor[56], peut accéder à la notoriété[57]. Le groupe sur scène et son message transgressif est souvent plus commenté que leur musique[58].

Le metal industriel atteint son apogée commercial dans la seconde moitié des années 1990 - en fonction de la base des données de la RIAA, ses artistes les plus rentables recensent environ 17,5 millions d'albums vendus à eux seuls[53]. Les disques de grands artistes de metal industriel fnt systématiquement leurs débuts dans les classements Billboard 200 : Obsolete de Fear Factory (no. 1), Hellbilly Deluxe} de Rob Zombie (no 5)[59], Antichrist Superstar de Marilyn Manson (no 3 ; Manson recense plus de 50 millions d'albums vendus dans le monde[60]), et The Fragile de Nine Inch Nails (no 1)[61]. Un certain nombre d'albums de metal industriel bien classé sur le classement Billboard Heatseekers : Short Bus de Filter (No. 3)[62], Wither Blister Burn & Peel de Stabbing Westward (no. 1)[63], Sehnsucht de Rammstein (no. 2)[64], Candyass d'Orgy (no. 1)[65] et Static-X Wisconsin Death Trip (no. 1)[66]. À cette époque Trent Reznor, personnalité la plus célèbre du mouvement, est cité par Time comme l'un des américains les plus influents de 1997[67]. Sa popularité était telle que les groupes de glam metal établis, y compris Guns N' Roses et Mötley Crüe, commencent à barboter dans le style[68],[69]. Les figures de la scène hip-hop commencent également à rechercher des collaborations avec des musiciens et des remixes de metal industriel[70],[71],[72].

Lorsque le metal industriel grimpe dans les classements musicaux des années 1990, sa popularité soudaine suscite des réactions négatives de la part des premiers innovateurs de la musique industrielle. Peter Christopherson explique, lors d'une entrevue avec The Wire, ne plus éprouver de parenté avec la scène industrielle : « Ce n'est pas moi, ce n'est pas ce que je vais[73]. » Lustmord, un éminent musicien au début de l'industrialisation[74] déclare que « Ministry n'a tout simplement pas d'intérêt [lui] » et « [il a] pas de temps pour tout cela rock and roll de merde qu'ils font maintenant[75]. » Le chanteur de Skinny Puppy rejette Nine Inch Nails comme du « Cock rock », tout en admettant une appréciation pour Psaume 69 de Ministry[76].

Le metal industriel subit un contrecoup important au tournant du millénaire. En avril 2000, dans le journal Chicago Sun Times, Jim DeRogatis accuse Ministry de répéter une musique datant de 1992[77]. Bien que The Fragile atteint la première place du Billboard 200[78] et conserve son statut de double disque de platine[53], DeRogatis le considère malgré tout comme un « flop »[77]. À cette époque, les artistes pionniers du metal industriel (Ministry[79], Godflesh[80] et White Zombie[81]) commencent à rejeter l'étiquette industrielle. Les ventes restent élevées tout au long des années 2000-2005 ; au moins 10 millions de disques sont vendus au cours de cette période[53]. De nombreux groupes commencent à prendre l'influence du hip-hop et de la musique électronique, en plus du metal industriel. En conséquence, des groupes comme Powerman 5000 sont souvent décrit de metal industriel ainsi que du nu metal[82].

Films et vidéos[modifier | modifier le code]

Plusieurs groupes de metal industriel ont produit des vidéos accrocheurs. Ceux-ci comprenaient la collaboration entre Godflesh et Andres Serrano[83], Aidan Hughes avec KMFDM[84], Nine Inch Nails avec Mark Romanek[85], le travail visuel de Rob Zombie pour White Zombie (pour lequel il reçoit le MTV Video Music Award pour la meilleure vidéo de Hard Rock)[86], et Marilyn Manson avec Richard Kern[87] et Floria Sigismondi[88]. NIN collabore plus tard avec Bill Viola pour les accompagnements en live[89]. Trent Reznor signe également des bandes-sons pour des films comme Tueurs nés et Lost Highway, et sert de « Conseiller musical » pour Man on Fire[90],[91],[92]. Rob Zombie réalise plusieurs films d'horreur[86]. Depuis 2004[93], Marilyn Manson lance un projet cinématographique sur la vie de Lewis Carroll et mettant en scène Alice (jouée par Lily Cole). Marilyn Manson aura le rôle titre du film. La réalisation du film est reportée plusieurs fois à cause des projets musicaux de Manson[94]. Quelques images officielles sont diffusées en avril 2010[93], mais la production du film est à nouveau arrêtée pour une période indéterminée[95]. Parmi les autres films qui ont inclus des collaborations importantes avec des artistes de metal industriel comprennent The Crow, Johnny Mnemonic, Spawn, Matrix et A.I. Intelligence artificielle[96],[97],[98],[99],[100].

Controverses[modifier | modifier le code]

En mettant l'accent sur des thèmes transgressifs, les groupes de metal industriel deviennent vulnérables aux attaques des sociétés conservatrices américaines. Par exemple, le sénateur Bob Dole, alors à la tête du parti républicain, critique vivement Time Warner après une rencontre entre Michael J. Fuchs (directeur de Warner Music Group), William Bennett et C. Delores Tucker, au cours de laquelle Tucker et Bennett exigent de lire les paroles de la chanson de Nine Inch Nails, Big Man with a Gun[101]. Un an plus tard, Bennett, Tucker et Joseph Lieberman lancent une campagne similaire contre MCA Records pour la distribution de la musique de Marilyn Manson[102]. Plusieurs de ses concerts sont annulés par les autorités après ce vacarme[98]. En outre, Dennis Cooper cite une vidéo de Ministry, Just One Fixe, qui présentait des images de William S. Burroughs, comme un exemple précoce de Heroin chic[103]. Certains rapports initiaux affirmé que Eric Harris et Dylan Klebold, les deux responsables de la fusillade de Columbine étaient fans de Marilyn Manson[104]. En fait, ils préfèrent KMFDM et Rammstein[105]. Asa Coon, un autre responsable d'un massacre dans une école, était aussi un fan de Manson[106]. Manson, ancien journaliste, publie une réponse détaillé suite à la polémique sur la fusillade de Columbine dans un article publié dans le magazine Rolling Stone. Il conclut : « Je pense que la National Rifle Association est beaucoup trop puissante pour assumer. Du coup la plupart des gens choisissent Doom, The Basketball Diaries ou votre serviteur. Ce genre de controverse ne m'aide pas à vendre des disques ou des billets, et je ne le veux pas. Je suis un artiste controversé, l'un de ceux qui ose avoir une opinion et qui gène en créant de la musique et des vidéos qui bousculent les idées des gens, habitués à un monde édulcoré et creux. Dans mon travail, j'examine l'Amérique que nous vivons, et j'ai toujours essayé de montrer aux gens que le diable que nous blâmons pour ces atrocités est en fait en chacun de nous […][107]. »

Sascha Konietzko rapporté que KMFDM était « malade et consterné » par les attaques, il publie une déclaration le lendemain en disant : « Tout d'abord, KMFDM tient à exprimer les condoléances les plus profondes et sincères pour les parents, les familles et les amis des enfants assassinés et blessés à Littleton. Nous sommes malades et consternés, comme le reste de la nation, par ce qui s'est passé hier dans le Colorado. KMFDM est une forme d'art - pas un parti politique. Dès le début, notre musique a été une déclaration contre la guerre, l'oppression, le fascisme et la violence contre les autres. Bien que certains des anciens membres du groupe sont allemands, tel que rapporté dans les médias, aucun de nous n'a de sympathies envers les croyances nazies quelles qu'elle soient[108]. » Rammstein déclare « ne pas avoir de contenu lyrique ou des convictions politiques qui auraient pu influencer un tel comportement[109]. » Rammstein suscite aussi la controverse pour leur utilisation de l'imagerie nazie, y compris les images tournées par Leni Riefenstahl pour Olympia dans leur clip de Stripped[110]. Alec Empire, un musicien allemand de digital hardcore, déclare que « [Rammstein] est efficace pour toutes les mauvaises raisons. Je pense qu'ils ne sont pas un groupe fasciste du tout, mais je pense qu'en Allemagne, il y a beaucoup de malentendus et c'est pourquoi ils vendent des disques et je pense que c'est dangereux[111]. » Rammstein déclare : « Nous ne sommes pas des nazis, les néo-nazis, ou tout autre type de nazi. Nous sommes contre le racisme, le sectarisme ou de toute autre type de discrimination[110]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mark Blackwell / Jim Greer: All-Day Sucker. In: SPIN Magazine, octobre 1991, p. 57.
  2. (en) « Industrial Metal », allmusic
  3. a, b, c, d et e Di Perna 1995a, page 69.
  4. a et b (en) Walters, Martin, « (((Godflesh > Overview))) », allmusic
  5. (en) Paytress 1995, p. 92 et 94.
  6. a et b (en) Chantler 2002, p. 54.
  7. (en) Bennett, J., « Killing Joke », Decibel Magazine,‎ juillet 2007 (consulté le 17 juillet 2008).
  8. (en) Chick, Stevie, « Till deaf us do part », The Guardian,‎ 18 juillet 2008.
  9. a et b (en) Bartkewicz, Anthony, « Justin Broadrick », Decibel Magazine,‎ mars 2007 (consulté le 19 juin 2008).
  10. (en) Kaye 1992, p. 16.
  11. Ruffin, Josh, « Justin Broadrick: Existing through risk », Metro Spirit,‎ 23 octobre 2007 (consulté le 19 septembre 2008).
  12. (en) Pettigrew 1991, p. 22.
  13. (en) Thompson 1994, p. 44.
  14. a et b (en) Yates 2001, p. 19.
  15. (en) Alexander 1995, p. 52.
  16. (en) Bennett, J., « Glenn Danzig », Decibel Magazine,‎ janvier 2007 (consulté le 21 septembre 2008).
  17. (en) Mörat 1990, p. 14.
  18. (en) Blush 2001, p. 223.
  19. (en) Gill 1996, p. 88.
  20. (en) The Ministry of Noise 1989, p. 49.
  21. « Mort de Mike Scaccia guitariste de Ministry, Revolting Cocks », sur musique.jeuxactu.com,‎ 24 décembre 2012 (consulté le 24 décembre 2012).
  22. (en) « Mike Scaccia Bio », sur Allmusic (consulté le 22 février 2009).
  23. (en) Barcinski 1992, p. 27.
  24. (en) Gitter 1990, p. 77.
  25. (en) Jeffries, David, « (((Revolting Cocks > Biography))) », Allmusic.
  26. (en) Reynolds 1988, p. 28.
  27. (en) Greg Prato et Stephen Thomas Erlewine, Pigface bio, « Pigface Biography », sur Allmusic (consulté le 8 septembre 2008).
  28. a et b (en) « GRAMMY Winners Search », GRAMMY.com (consulté le 12 décembre 2007).
  29. (en) « Re-Constriction », Cargoland! (consulté le 20 août 2012).
  30. (en) Ilker Yücel, « Interview with Jared Louche », sur ReGen Magazine,‎ 20 janvier 2008 (consulté le 24 mars 2013).
  31. (en) DiGravina, Tim, « Rabies Overview », Allmusic (consulté le 20 août 2012).
  32. (en) Semczuk, Karine, « Front Line Assembly – Bill Leeb – An Interview », Last Sigh Magazine,‎ 31 octobre 1998 (consulté le 20 août 2012).
  33. (en) « PITCHSHIFTER », sur MusicMight (consulté le 18 décembre 2014).
  34. (en) Swihart, Stanton, « Pitchshifter Biography », sur Allmusic (consulté le 18 décembre 2014).
  35. a et b (en) Craig Young, « earpollution profiles – pitchshifter [page 1] – issue zero », Earpollution (consulté le 20 août 2012).
  36. (en) Arnopp 1993, p. 41.
  37. (en) Huey, Steve, « Fear Factory Biography », sur Allmusic (consulté le 18 décembre 2014).
  38. Cordero, Amber (réalisateur). Fear Factory: Digital Connectivity [motion picture]. États-Unis: Roadrunner Records.
  39. (en) Jeff Maki, « REVISITED », sur Live-Metal.net,‎ 2007 (consulté le 18 décembre 2014).
  40. a et b (en) Arnopp 1993, p. 44.
  41. (en) « It's Official: CANNIBAL CORPSE Are The Top-Selling Death Metal Band Of The SoundScan Era », sur Blabbermouth,‎ 17 novembre 2003 (consulté le 18 décembre 2014).
  42. (en) Marty Rytkonen, « Mysticum Interview », sur Worm Gear (consulté le 18 décembre 2014).
  43. (nl) Roel F., « Interview with Treachery », sur Lords of Metal,‎ décembre 2008 (consulté le 18 décembre 2014)
  44. (en) Chris Dick, « Blut Aus Nord », sur Decibel,‎ décembre 2006 (consulté le 18 décembre 2014).
  45. (en) « Samael », sur metal-archives.com,‎ 3 septembre 2011 (consulté le 18 décembre 2014).
  46. (en) Matt Mooring, « Deleted Scenes from the Transition Hospital review », sur Metalreview.com,‎ 28 mars 2005 (consulté le 18 décembre 2014).
  47. (en) « Justin Broadrick: Existing through risk », sur Globaldomination,‎ 26 septembre 2007 (consulté le 24 mars 2013).
  48. (en) Antti J. Ravelin, « Nexus Polaris Review », sur Allmusic (consulté le 18 décembre 2014).
  49. (tr) Stefanos Zachariadis, « Blood Inside Review », sur Metal Invader,‎ 3 mai 2005 (consulté le 18 décembre 2014).
  50. (en) Mark Hensch, « Some Kind of Heroin review », sur Thrashpit (consulté le 18 décembre 2014).
  51. (en) Wiederhorn 1994, p. 64.
  52. (en) « Search Certification Database », Canadian Recording Industry Association (CRIA) (consulté le 12 décembre 2007).
  53. a, b, c, d, e et f (en) « GOLD AND PLATINUM – Searchable Database », RIAA (consulté le 12 décembre 2007).
  54. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 12 décembre 2007).
  55. (en) Huey, Steve, « Nine Inch Nails Biography », sur Allmusic (consulté le 18 décembre 2014).
  56. (en) Staff, « Manson, Reznor mend fences », sur MTV News,‎ 10 mai 2000 (consulté le 18 décembre 2014).
  57. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Antichrist Superstar Review », sur Allmusic (consulté le 18 décembre 2014).
  58. (en) Jason Ankeny, « Marilyn Manson Bio », sur Allmusic (consulté le 18 décembre 2014).
  59. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  60. (en) « Antichrist Superstar Allmusic Billboard Charts and Awards », sur Allmusic (consulté le 20 août 2012).
  61. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  62. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  63. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  64. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  65. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  66. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard Music Charts (consulté le 20 août 2012).
  67. (en) « TIME'S 25 MOST INFLUENTIAL AMERICANS », Time Magazine,‎ 21 avril 1997 (consulté le 20 août 2012).
  68. « Robin Finck », sur New GNR.com (consulté le 20 août 2012).
  69. (en) Dave De Sylvia, « Generation Swine review », sur Sputnikmusic (consulté le 20 août 2012).
  70. (en) « Puffy Remixed By Reznor, Deftones, Mascis », MTV,‎ 15 janvier 1998 (consulté le 20 août 2012).
  71. (en) Nin Chan, « Rap Reviews »,‎ 25 janvier 2005 (consulté le 20 août 2012).
  72. (en) Dave Maher, « El-P Reveals LP Tracklist, Single With Trent Reznor », sur Pitchfork Media News,‎ 16 février 2007 (consulté le 20 août 2012).
  73. (en) Keenan, David, « Time Out Of Joint », The Wire - Adventures in Modern Music,‎ 21 juillet 1998 (consulté le 20 août 2012).
  74. John Bush, Lustmord, Allmusic bio. [1].
  75. (en) Fergunson 1993, p. 55.
  76. (en) Gill 1996, p. 78.
  77. a et b (en) DeRogatis, Jim, « Nine Inch Nails stuck in the '90s », Chicago Sun Times,‎ avril 2000 (consulté le 24 août 2007).
  78. (en) « Top Music Charts – Hot 100 – Billboard 200 – Music Genre Sales », Billboard (consulté le 24 août 2007).
  79. (en) Pettigrew 1996, p. 46.
  80. (en) Martin 2004, p. 25.
  81. (en) Di Perna 1995, p. 35.
  82. (en) Michael Mehle, « Powerman 5000 can be called a lot of things … industrial metal … with a bit of hip-hop, a touch of funk and an awful lot of energy…. », Rocky Mountain News, Denver, États-Unis,‎ 18 mars 2000, p. 20D.
  83. (en) Jay W. Babcock, « In Godflesh We Trust », sur RIP Magazine,‎ décembre 2006 (consulté le 24 mars 2013).
  84. (en) Aidan Hughes, « Interview by Liberation Iannillo », sur Trigger Magazine,‎ 5 août 2005 (consulté le 24 mars 2013).
  85. (en) Ed Gonzalez, « SLANT », sur Slant Magazine,‎ 5 septembre 2005 (consulté le 24 mars 2013).
  86. a et b (en) Stephen Jorgl, « Rob Zombie on Making Films and Records », sur Audiohead.net,‎ 2006 (consulté le 24 mars 2013).
  87. (en) Kurt B. Reighley, Marilyn Manson, Macmillan,‎ 1998, « 6 », p. 73.
  88. (en) Mark Dillon, « Gothic Goddess », sur American Cinematographer,‎ août 1998 (consulté le 24 mars 2013), p. 60-70.
  89. (en) « Bill Viola artist biography » (consulté le 18 décembre 2014).
  90. David Browne, « Killer Riffs », sur Entertainment Weekly,‎ 23 septembre 1994 (consulté le 10 janvier 2009).
  91. « Death to Hootie! : Trent Reznor Makes a Case for Danger », Rolling Stone,‎ 6 mars 1997.
  92. (en) « Man on Fire (2004) – Full cast and crew », Imdb.com.
  93. a et b Romain Le Vern, « Phantasmagoria, le film de Marilyn Manson : les premières images », sur TF1,‎ 26 avril 2010 (consulté le 18 décembre 2014).
  94. (en) Romain Le Vern, « Phantasmagoria : Marilyn Manson Au Pays Des Merveilles », sur TF1,‎ 19 juin 2009 (consulté le 20 mars 2012).
  95. (en) WENN, « Cole's Violent Film Put On Indefinite Hold », sur Contact Music,‎ 10 septembre 2014 (consulté le 18 décembre 2014).
  96. (en) Charles Aaron, « The Crow (2009) Steve Martin », sur Entertainment Weekly,‎ 1er avril 1994 (consulté le 18 décembre 2014).
  97. (en) Collins 2005, p. 166.
  98. a et b (en) Paula O' Keefe, « The History of Marilyn Manson, 1997 Update Part 2 of 2 », sur Spookhouse.net (consulté le 18 décembre 2013).
  99. (en) Marc Weingarten, « The Matrix (1999) Marilyn Manson, Prodigy, Various Artists, Rob Zombie », sur Entertainment Weekly,‎ 7 mai 1999 (consulté le 18 décembre 2014).
  100. (en) David Basham, « Ministry Get Shot For ‘A.I.,’ Throw Greatest Fits », sur MTV News,‎ 19 avril 2001 (consulté le 18 décembre 2014).
  101. Larry Leibstein, « The Right Takes a Media Giant to Political Task », Newsweek,‎ 12 juin 1995, p. 30.
  102. (en) « Manson the blame of suicide 11/6/97 », sur groups.google.com (consulté le 18 décembre 2013).
  103. (en) Dennis Cooper, Junkie See, Junkie Do, All Ears, Soft Skull Press,‎ 1999, p. 61.
  104. (en) Cullen, Dave, « Inside the Columbine High investigation », sur Salon News,‎ 23 septembre 1999 (consulté le 20 mars 2012).
  105. (en) Dave Cullen, « The Depressive and the Psychopath », Slate magazine,‎ 15 juin 2008 (lire en ligne).
  106. (en) « School Shooting », sur Yahoo! (consulté le 18 décembre 2014).
  107. (en) « Marilyn Manson, "Columbine: Whose Fault Is It?" », sur Rolling Stone, issue 815,‎ 24 juin 2009 (consulté le 20 mars 2012).
  108. « KMFDM – Sascha Konietzko om skolemassakrene » [asf], Oslo (Norvège), NRK – Norsk Rikskringkasting,‎ septembre 2008.
  109. (en) « KMFDM And Rammstein Speak Out About Columbine », sur MTV News,‎ 23 avril 1999 (consulté le 20 mars 2012).
  110. a et b (en) « London Records press release, "Nazis? Hell No!" » (consulté le 20 mars 2012).
  111. (en) « Atari Teenage Riot's Alec Empire Questions Rammstein's Sincerity », sur MTV News,‎ 9 novembre 1998 (consulté le 20 mars 2012).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Phil Alexander, Alien Soundtracks!, Kerrang!,‎ 1995, 52–53 p..
  • (en) Jason Arnopp, De-Construction!, Kerrang!,‎ 1993, 41 p..
  • (en) Jason Arnopp, Industrial Metal: A User's Guide, Kerrang!,‎ 1993, p. 44.
  • (en) André Barcinski, Máquina Mortífera, Bizz,‎ 1992, 24–29 p..
  • (en) Steven Blush, American Hardcore: A Tribal History, Los Angeles, CA, Feral House,‎ 2001.
  • (en) Chris Chantler, Splitting Heirs. Terrorizer, 96,,‎ 2002, p. 54–55.
  • (en) Karen Collins, Dead Channel Surfing: the Commonalities between Cyberpunk Literature and Industrial Music., Popular Music,‎ 2005, p. 165–178.
  • (en) Alan Di Perna, Jackhammer of the Gods., Guitar World,‎ 1995, 54–59, 61–62, 67, 69, 71 p..
  • (en) Alan Di Perna, White Zombie: Zombies Gave Me Lunch!, Guitar World,‎ 1995, 33, 35–26, 38, 40, 46, 170, 172 p..
  • (en) Paul Fergunson, Terror Against Terror: Lustmord's Dancefloor Coup., Industrial Nation,‎ 1993, 53–7 p..
  • (en) Chris Gill, Swine Before Pearls: Wallowing In the Muck with Ministry's Al Jourgensen, Guitar Player,‎ 1996, 84–89 p..
  • (en) C., Rotondi, J. Gill, Heady Metal., Guitar Player,‎ 1996, 74–82 p..
  • (en) Mike Gitter, Ministry: Sole Survivors., Thrasher,‎ janvier 1990, 76–77, 100 p..
  • (en) Don Kaye, Flesh Eaters, Kerrang!,‎ 1992, 16–17 p..
  • (en) Jim Martin, Sadness Will Prevail, Terrorizer!,‎ 2004, 24–25 p..
  • (en) Mörat, Flesh for Fantasy, Kerrang!,‎ 1990, 14–15 p..
  • (en) Albert Mudrian, Choosing Death: the Improbable History of Death Metal and Grindcore, Los Angeles, CA, Feral House,‎ 2004.
  • (en) Mark Paytress, Industrial Music, Record Collector,‎ 1995, 92–99 p..
  • (en) Jason Pettigrew, Godflesh: the Power of Positive Paradoxes, Alternative Press,‎ 1991, 22–23 p..
  • (en) Jason Pettigrew, Watch Yourself and Watch What You Say, Alternative Press,‎ 1996, 44–51 p..
  • (en) Simon Reynolds, Detonation Angels, Melody Maker,‎ 1988, 28–30 p..
  • (en) Stud, B., Stud, T., Heaven Up Here, Melody Maker,‎ 1987, 26–27 p..
  • (en) The Ministry of Noise, Modern Keyboard,‎ mars 1989, 49–50 p..
  • (en) Dave Thompson, Industrial Revolution, Los Angeles, CA, Cleopatra,‎ 1994.
  • (en) V., Juno, A. Vale, RE/Search #6-#7: Industrial Culture Handbook., San Francisco, CA, RE/SEARCH PUBLICATIONS,‎ 1983.
  • (en) Jon Wiederhorn, Industrious Metal, Pulse,‎ 1994, p. 64.
  • (en) Catherine Yates, Souls of a New Machine, Kerrang!,‎ 2001, 18–20 p..

Articles connexes[modifier | modifier le code]