Max Cavalera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Max Cavalera

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Max Cavalera aux Eurockéennes 2008.

Informations générales
Surnom Max Possessed/The Bob Marley of metal[1],[2]
Nom de naissance Massimiliano Antônio Cavalera
Naissance 4 août 1969 (45 ans)
Belo Horizonte Drapeau du Brésil Brésil
Activité principale Chanteur, guitariste, auteur-compositeur
Genre musical Groove metal, thrash metal, death metal, metal alternatif, punk hardcore, nu metal
Instruments Guitare
Percussions
Basse
Berimbau
Sitar
Années actives Depuis 1984
Labels Roadrunner Records
Cogumelo Records

Max Cavalera, de son vrai nom Massimilio Antônio Cavalera, est un chanteur et musicien brésilien de metal né le 4 août 1969 à Belo Horizonte, au Brésil.

Cavalera est surnommé par les journalistes le « Bob Marley du metal » en raison de sa coupe de cheveux style « Rastafari » et son originalité musicale avec Soulfly.

En 1984, lui et son frère Igor Cavalera fondent Sepultura, groupe emblématique du thrash metal brésilien mais qu'il quitte brutalement en 1996, à la suite de désaccords personnels, et fonde Soulfly l'année suivante. Dix ans après, Max et Igor fondent Cavalera Conspiracy.

Enfance[modifier | modifier le code]

Max Cavalera, ainsi que son frère, sont nés à Belo Horizonte, au Brésil. Fils d'une mannequin nommée Vânia et d'un diplomate italien, Graciliano, qui décède brutalement d'une crise cardiaque, laissant sa famille sans ressources financières.

Il a voulu se lancer dans la musique après avoir vu Queen en concert au Brésil, alors qu'au départ, le rêve du jeune Cavalera était de devenir footballeur professionnel.

en 1984 Max et son frère forment un petit groupe de death metal qui deviendra par la suite un groupe de thrash metal culte: SEPULTURA. Cette même année, ils arrêtent définitivement leur scolarité pour se consacrer uniquement à la musique[3]. Ils jouent leur premier concert au Barroliche Club à Belo Horizonte.

Sepultura[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sepultura.

Soulfly[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Soulfly.

Cavalera Conspiracy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cavalera Conspiracy.

Fin 1996, Max Cavalera quitte Sepultura après un conflit entre lui et Igor Cavalera. En 2007, après plus de 10 ans de séparation, Igor Cavalera annonce que les deux frères ont repris contact et qu'ils comptent enregistrer un album. La nouvelle fait l'effet d'une bombe dans le cœur des nombreux fans du Sepultura "old-school", avant la séparation de 1996.

Les frères Cavalera sont accompagnés de Marc Rizzo à la guitare (Soulfly, ex-Ill Niño) et du français Joe Duplantier (Gojira dans lequel il est chanteur-guitariste) à la basse. Avant la sortie de l'album en mars 2008, un premier mini-concert de quelques morceaux a eu lieu le 31 aout 2007 pour le 11e D-Low Memorial festival (en l'honneur du beau-fils de Max, Dana, décédé dans des circonstances mystérieuses), à Tempe, Arizona.

Discographie[modifier | modifier le code]

Sepultura
  1. Bestial Devastation (1985)
  2. Morbid Visions (1986)
  3. Schizophrenia (1987)
  4. Beneath the Remains (1989)
  5. Arise (1991)
  6. Chaos A.D. (1993)
  7. Roots (1996)
  8. Under a Pale Grey Sky (2002)
Soulfly
  1. Soulfly (1998)
  2. Primitive (2000)
  3. 3 (2002)
  4. Prophecy (2004)
  5. Dark Ages (2005)
  6. Conquer (2008)
  7. Omen (2010)
  8. Enslaved (2012)
  9. Savages (2013)
Nailbomb
  1. Point Blank (1994)
  2. Proud to Commit Commercial Suicide (1995)
Cavalera Conspiracy
  1. Inflikted (2008)
  2. Blunt Force Trauma (2011)
  3. Pandemonium (2014)
Killer Be Killed
  1. Killer Be Killed (2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Max Cavalera: ‘The Bob Marley of metal’ Soulfly [1] Consulté le 26/10/12
  2. Soulfly Bob Marley du metal [2] Consulté le 26/10/12
  3. (en) Robert Baird, « The Boys from Brazil Transplanted to Phoenix, Sepultura Strives for Death Metal with a Conscience », Phoenix New Times,‎ 12 mai 1993 (lire en ligne)