Turbo folk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Turbo folk

Origines stylistiques folk, Sevdalinka
Eurodance
Origines culturelles Balkans

Genres associés

Tchalga, Manele, Tallava

Le turbo folk (parfois écrit turbofolk ou Turbo Folk) est un genre de musique originaire des Balkans apparu à la charnière des décennies 80 et 90[1],[2] et similaire à la musique mani de Roumanie.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le nom combine deux concepts opposés, turbo à l'image du progrès industriel moderne et folk, symbole de la tradition rurale. Il se caractérise par une musique moderne, où les instruments, présents dans le folk des Balkans, semblent délaissés. Cette musique tire ses influences de la musique électro, techno, avec des ambiances du monde de la nuit. Les textes tournent le plus souvent autour des thèmes d'amour, de fêtes et de sorties nocturnes. En cela, le turbo Folk marque une véritable rupture avec ses prédécesseurs, le folk et la sevdalinka. En effet, tandis que ces derniers abordent des thèmes plus intimes, expriment des sentiments plus tristes et traitent souvent de sujets se rapportant aux Guerres de Yougoslavie, allant parfois jusqu'à souligner des aspects nationalistes (Baja Mali Knindža entre autres), le turbo folk a plutôt un rôle d'unificateur auprès de la jeunesse des Balkans à laquelle il se destine, une jeunesse qui souhaite tourner une page noircie de conflits et de tensions au profit de l'amusement et de la vie en ethnies mêlées. Certains pointent au contraire un lien entre turbo-folk et nationalisme[3].

Popularité[modifier | modifier le code]

Cependant, cette même jeunesse se voit fragmentée quant à l'appréciation du turbo folk. En effet, certains dénoncent son caractère superficiel[3], et peu ou pas représentatif de la société des Balkans. Le turbo folk tirerait ses influences de l'Europe occidentale, et ces dernières ne s'adapteraient pas au décor des Balkans, d'où un dénigrement de cette musique et de ses amateurs. Le pays qui a le plus contribué au développement du turbo folk et qui compte le plus de ses artistes est sans doute la Serbie.

Il est aujourd'hui populaire dans tous les pays des Balkans, principalement en Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Macédoine, Monténégro, mais aussi en Bulgarie (sous le nom de čalga[1])[4], en Albanie et en Grèce.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tu ne connaissais pas le Turbo Folk?, Soundculturall, 25 septembre 2012
  2. Grandeur et décadence du turbo folk,Jutarnji List et Ahmed Buric, Courrier International, 8 octobre 2009.
  3. a et b Du bruit pour débiles. Grandeur et décadence du turbofolk serbe, Baby Balls et Iva Prolic, Vice, avril 2012.
  4. Balkan Beast : Chalga & Kuchek, Balkanophonie