Nu jazz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nu jazz

Origines stylistiques Jazz-funk, acid jazz, jazz fusion, soul jazz, bossa nova, smooth jazz, musique improvisée, electro, house, electronica, techno, EDM, electro swing
Origines culturelles Milieu des années 1990 ; États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Norvège, Mexique, et Brésil.
Instruments typiques Guitare basse, synthétiseurs, piano électrique, saxophone, trompette, trombone, piano, guitare, batterie, platines
Popularité Modérée

Le terme nu jazz est une dénomination générale apparue à la fin des années 1990 pour désigner des styles musicaux qui marient des harmonies ou instrumentations jazz, funk, issues de la musique électronique et de l'improvisation libre. Également écrit nu-jazz ou nujazz, on rencontre également les termes de jazz électronique, electronic jazz, electro-jazz, e-jazz, jazztronica, jazz house, phusion ou future jazz. Le nu-jazz va plus loin dans le territoire de l'electronique que son proche cousin l'acid jazz, qui reste plus proche du Soul et du rhythm and blues. Les compilations Saint-Germain-des-Prés Café donnent un aperçu de la scène nu jazz depuis 2001.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nu jazz débute avec l'utilisation d'instruments électroniques dans les années 1970 et grâce à des artistes tels que Miles Davis, Herbie Hancock, et Ornette Coleman. C'est en particulier le travail d'Herbie au début des années 1980 avec Bill Laswell dans l'album Future Shock qui annonçait le style avec des incorporations d'electro et de rythmes hip-hop. À partir de la fin des années 1980, beaucoup de musiciens hip-hop travaillaient dans un style jazz-rap, parmi eux, Gang Starr, The Roots, A Tribe Called Quest, et Nas. Toujours dans les années 1980, de nombreux musiciens house s'inspiraient du jazz, en particulier du post-bop et du jazz funk.

Au milieu des années 1990 et au début des années 2000 des musiciens de la scène downtempo comme Jazztronic, St Germain, Truby Trio, DJ Takemura, Perry Hemus et Jazzanova ont commencé à plonger plus profondément dans le jazz. Dans la même période les producteurs d'Intelligent Dance Music, pour les plus célèbres Squarepusher et Spring Heel Jack, et plus tard London Elektricity et Landslide, s'y intéressent aussi. Des musiciens techno comme Carl Craig et son projet Innerzone Orchestra, ont également porté un intérêt au nu jazz. Des figures des scènes hardcore et breakcore, notamment Alec Empire, Nic Endo, et Venetian Snares, ont expérimenté une variante plus dure et bruitiste du style. Dix ans plus tard, certains producteurs de dubstep, tels que Boxcutter, ont aussi expérimenté le jazz électronique. Tout en conservant les formes traditionnelles du jazz, le pianiste Bugge Wesseltoft et le trompettiste Nils Petter Molvær sont connus pour leur improvisation dans le style nu jazz. The Cinematic Orchestra est également connu pour intégrer une bande de jazz traditionnel dans ses productions musicales au milieu d'éléments électroniques. St Germain, une figure du nu jazz, a même vendu 1,5 million d'exemplaires de son album Tourist[1], qui a ainsi été meilleure vente d'album de jazz aux États-Unis[réf. nécessaire].

Depuis 2009, l'Electro Jazz Festival de Megève (Haute-Savoie, France) se consacre entièrement au nu jazz (electro-jazz). Ce festival a lieu chaque année en août et rassemble autant les meilleurs que les plus prometteurs de ce courant musical.

Artistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Bush, « Tourist », sur Allmusic (consulté le 15 mars 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) Nu-Jazz sur jazz-styles.com
  • (en) The Birth of Nu Jazz, court article de Tony Brewer, janvier 2002, sur All About Jazz
  • (en) Genre: Nu-Jazz, aperçu historique du nu jazz (en guise de biographie de PhusionCulture)