Musique progressive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec rock progressif.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Progressive (single).

Musique progressive

Origines stylistiques House, trance, balearic beat
Instruments typiques Boîte à rythmes, claviers, séquenceur, sampler, synthétiseur

Genres dérivés

Big room house

La musique progressive est un nom donné à une certaine approche de la composition musicale appliquée à différents genres musicaux. La terminologie de musique progressive correspond aux évolutions d'un genre musical soit par l'innovation soit par l'incorporation d'instruments d'autres genres musicaux. Mais cela fait aussi référence, un peu plus rare cependant, à une construction graduelle où l'énergie vient de façon progressive soit au cours d'un morceau ou soit au sein d'un même album. La musique électronique progressive se rapporte habituellement à un modèle de musique principalement instrumental, joué avec des synthétiseurs et influencé par divers styles musicaux tels que le rock progressif, la musique classique et/ou la musique ambient. Dans ce sens, le terme a été employé depuis la fin des années 1960 pour décrire les artistes rock tels que King Crimson, puis des artistes comme Klaus Schulze, Vangelis, Jean-Michel Jarre ou Tangerine Dream.

Après l'apparition au début des années 1980 de la house à Chicago et de la techno à Detroit, le terme progressive a été employé en référence tout à la fois au futur de la musique, à la musique du futur et une manière futuriste de penser la musique. Stacey Pullen, producteur techno de Detroit qui n'appartient pas au genre tel qu'il est aujourd'hui défini, explique ainsi dans une interview[1] : « Avant, la musique qu'on appelait house, techno, était également appelée musique progressive – la définition de 'progressive' est une manière de penser à la musique futuriste. C'est ce qu'on appelait progressive. »

Depuis les années 1990, le terme désigne plus précisément différents styles de musiques électroniques de danse, tels que la house progressive ou la trance progressive, dont les morceaux répondent à une structure changeant progressivement, de manière incrémentale.

Types[modifier | modifier le code]

House progressive[modifier | modifier le code]

deadmau5 en concert au Festival Coachella, en 2008.

La house progressive émerge lors de la première vague de la musique house[2]. Ce style musical peut être retracé au début des années 1990 dans la scène rave au Royaume-Uni, en Europe, en Australie et en Amérique du Nord. Un mélange de house américaine, house britannique, house italienne, house allemande, et techno émerge pendant cette même période[3]. Le terme est principalement un terme commercial utilisé pour différencier la nouvelle rave house originaire de la house américaine traditionnelle[3]. La house progressive provient directement de l'acid house de Chicago[2]. Ce terme émerge de la scène rave aux alentours de 1990 et 1992, décrivant une nouvelle sonorité de musique house qui diffère de ses racines américaines[3]. Ce terme a souvent été également utilisé pour décrire la trance pendant ses premières années[3].

Trance progressive[modifier | modifier le code]

La progressive trance reste relativement peu connue du grand public. Elle a les racines mélodiques de la trance sans le côté grandiloquent de ses grands arpèges de synthétiseurs. Ce style est apprécié par certains amateurs de trance et beaucoup de morceaux de trance progressive sont joués par des disc-jockeys trance comme Armin van Buuren, Tiësto, Jaytech, Leon Bolier, Gareth Emery, Solarstone, DJ Eco, Markus Schulz, Andy Moor, Mr Sam, Vibrasphère, James Grant, Above and Beyond et bien d'autres. Bien que l'on puisse danser sur de la trance progressive, elle n'est cependant pas une musique dansante proprement dite ; l'ambiance qui s'en dégage délaisse le côté énergique pour le côté euphorique et planant.

Les morceaux de trance progressive, comme toutes les musiques progressives, sont généralement longs d'une dizaine de minutes et l'on retrouve souvent une structure où le morceaux démarre et se termine progressivement. C'est d'ailleurs à cause de cette durée que ce style est moins populaire, ne pouvant pas passer à la radio en dehors des émissions nocturnes (généralement prévues pour ce type de musique) et étant donc moins connu du grand public. Cependant, de nombreux disc-jockeys (notamment ceux nommés au paragraphe plus haut) exploitent cette structure et les sonorités de la trance progressive au travers de leur mix pour amener des ambiances mélancoliques et créer une certaine euphorie chez le public. Ce sont pour les mêmes raisons que dans la pratique, elle est très souvent mélangé à de nombreux autres styles telle que la tech trance, la techno, la psytrance ou même la house progressive et que les artistes qui affirment jouer exclusivement de la trance progressive sont inexistants.

Psytrance progressive[modifier | modifier le code]

La psytrance progressive (minimal psytrance, prog, ou psyprog) s'est édifiée en Europe au milieu des années 2000. Ce style, représenté par Shiva Chandra, Ace Ventura entre autres est issu du croisement entre la trance psychédélique (trance-goa ou psytrance) et la trance progressive. Plus lente, plus minimaliste et beaucoup moins énergique que la psytrance, elle est souvent jouée lors de warm-up en rave party, ou en matinée/journée dans les festivals trance et est appréciée pour son côté entraînant, euphorique et jovial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stacey Pullen biography on Resident Advisor (Juin 2007)
  2. a et b (en) Vladimir Bogdanov, All music guide to electronica: the definitive guide to electronic music, Backbeat Books,‎ 2001 (ISBN 0879306289, lire en ligne), xiii.
  3. a, b, c et d (en) Phillips, Dom, Trance-Mission, Mixmag, June 1992.