Folk metal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Folk metal

Origines stylistiques Heavy metal, musique folk, folk rock
Origines culturelles Fin du XXe siècle ; Europe
Instruments typiques Guitare, basse, batterie, instruments traditionnels (flûte, violon, accordéon, cornemuse, notamment), clavier, synthétiseur
Scènes régionales Allemagne, Danemark, Espagne, Finlande, Irlande, Russie, Suède

Genres dérivés

Viking metal, pagan metal

Genres associés

Celtic metal, medieval metal

Le folk metal est un genre musical fusionnel de heavy metal et de musique folklorique, ayant émergé en Europe au début des années 1990. Le genre conserve une forte base metal incluant une rythmique rapide et une guitare saturée, mais également des instruments traditionnels des cultures auxquelles ils se réfèrent tels la flûte et la cornemuse, entre autres. Certains groupes n'utilisent pas de tels instruments, mais montrent plutôt dans leurs textes de fortes influences mythologiques ou historiques. Certains groupes de folk métal utilisent des techniques de chant traditionnel et reprennent des poèmes ou des chansons directement issus du folklore.

Le premier groupe de folk metal est Skyclad, originaire d'Angleterre. Leur premier album The Wayward Sons of Mother Earth est commercialisé en 1990. Ce n'est pas avant 1994 et 1995 que d'autres contributeurs du genre se lancent dans différentes régions européennes et à Israël. Parmi ces premiers groupes, Cruachan et Subway to Sally, ont chacun développé des genres musicaux différents selon leurs pays incluant le celtic metal et le medieval metal, respectivement. Malgré leurs contributions, le folk metal est très peu représentée dans la scène musicale durant les années 1990. Ce n'est pas avant le début des années 2000 que le genre se popularise en masse, particulièrement en Finlande grâce aux efforts de groupes tels que Finntroll, Ensiferum, Korpiklaani, Turisas, et Moonsorrow.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le groupe britannique Skyclad est formé en 1990 lorsque Martin Walkyier quitte son ancien groupe Sabbat[1]. Skyclad se lance initialement comme groupe de thrash metal, et des éléments de violon sont ajoutés par le musicien Mike Evans sur quelques chansons de leur premier album, The Wayward Sons of Mother Earth[2], une idée décrite par Eduardo Rivadavia du site Allmusic comme « ambitieuse » et « innovatrice »[3]. La chanson The Widdershins Jig de leur premier album est particulièrement félicitée[4]. Avec un joueur de fiddle à plein temps dans leur formation, le second album du groupe présente un « désormais légendaire style folky jig » et « une introduction beaucoup plus significative du violon et de mélodies normalement associées aux morceaux de guitare solo par les autres groupes[2]. » Skyclad est alors crédité comme fondateur et pionnier du genre[2],[5],[6] ; Keith Fay du groupe Cruachan reconnait Skyclad comme « le créateur du folk metal[7]. »

Même après le départ de Martin Walkyier en 2001, Skyclad reste un groupe actif de la scène folk metal après deux décennies[4]. Néanmoins, de son côté, le groupe portugais Moonspell ne contribue que brièvement au genre. Le premier EP, intitulé Under the Moonspell, présente des éléments folk influencés des musiques du Moyen-Orient[8]. Avec la parution de leur premier album Wolfheart l'année suivante, le groupe fait sa transition musicale dans le gothic metal et, en quelques années, « évolue rapidement en l'un des groupes majeurs de la scène goth-metal[9]. »

Le groupe finlandais Amorphis est également l'un des premiers groupes ayant contribué au folk metal. Ils se forment en 1990 et font paraître leur premier album, The Karelian Isthmus, deux ans plus tard[10]. Leur album suivant, Tales from the Thousand Lakes, est commercialisé en 1994, et présente « un nombre de mélodies fascinantes et de structures sonores fortement représentées par la musique folk issue de leur pays d'origine[11]. » L'album est favorablement accueilli par les fans pour « son contenu rapidement popularisé dans la scène metal underground[12]. »

Variations régionales[modifier | modifier le code]

Dans les années 1994 et 1995, deux différentes variations de folk metal émergent dans différentes régions.

Metal médiéval[modifier | modifier le code]

Le groupe Subway to Sally, ici sur scène au Sundstock Openair de 2005, est crédité pour avoir lancé le metal médiéval.

Le groupe allemand Subway to Sally est formé en 1992 comme groupe de folk rock, qui chante en anglais et incorpore des éléments musicaux irlandais et écossais à leur musique[13]. Avec leur second album MCMXCV commercialisé en 1995, le groupe adopte une « approche plus traditionnelle » puis commence à chanter en allemand[13]. Avec Skyclad comme inspiration[14], Subway to Sally joue un mélange de hard rock et de heavy metal « riche en mélodies médiévales jouées à l'aide de divers instruments incluant notamment luth, mandoline, fiddle et flûte », accompagné de paroles « poétiques romantiques-symboliques à l'allemande »[15]. Après avoir atteint les classements musicaux en Allemagne[13], le groupe est désormais crédité pour « avoir lancé la vague de ce qui sera connu sous le nom de rock médiéval[16]. »

Ce phénomène significativement germanophone[16] se répand parmi d'autres groupes. Formé en 1996, le groupe originaire de Berlin In Extremo parvient également à atteindre les classements musicaux grâce à son « style médiéval » et « à l'usage d'instruments inhabituels, parfois fait main, tels qu'une cornemuse écossaise[17]. » Un autre groupe prouve sa notoriété en Allemagne, Schandmaul[18]. Se décrivant comme des « ménestrels d'aujourd'hui[16] », le groupe déploie son arsenal musical qui inclut cornemuses, orgue de Barbarie, violon, et mandoline[18].

Metal celtique[modifier | modifier le code]

Le chanteur A.A. Nemtheanga du groupe de black metal celtique Primordial.

Le groupe irlandais Cruachan est formé en 1992 par le guitariste Keith Fay, et leur première démo est distribuée en 1993[19]. Inspiré du premier album de Skyclad, Fay tente de mélanger du black metal à la musique folk irlandaise[20]. Leur premier album Tuatha Na Gael est commercialisé en 1995, et le groupe parvient à lancer un nouvel effort dans le folk metal[21]. Leur mélange entre musique celtique et heavy metal est désormais connu sous le nom de metal celtique[22].

De la même manière que Cruachan, le groupe de black metal Primordial fait paraître une démo en 1993, et se « proclament fondateurs de la seconde vague du mouvement black metal[23]. » La musique irlandaise joue un « rôle crucial » chez Primordial, mais d'une manière « sombre et subtile » à travers les accords et de la synchronisation sonore[24]. Le groupe, désormais, « s'établit comme l'un des uniques groupes de la fusion folk et black metal[25]. » D'autres premiers représentants du metal celtique incluent Geasa, Mägo de Oz et Waylander[22], les deux derniers ayant fait paraître chacun une démo en 1995[26],[27].

Metal oriental[modifier | modifier le code]

Orphaned Land, ici sur scène au Summer Breeze Open Air de 2007, a majoritairement contribué au lancement de l'oriental metal.

Le groupe de metal progressif Orphaned Land est formé en 1991 à Israël, et fait paraître leur seul et unique démo, The Beloved's Cry en 1993, qui se popularise immédiatement[28], et « attire rapidement l'attention de leur style peu commun[29]. » Les membres du groupe sont adolescents lorsqu'ils font paraître leur premier album Sahara en 1994. La musique d'Orphaned Land « est fortement influencée par les musiques du Moyen-Orient[29] » et incorpore des éléments traditionnels en provenance de la musique folk issue des communautés arabes et juives[30]. Décrit comme « l'un des plus uniques au monde[29] », le style musical d'Orphaned Land est dès lors décrit sous le terme d'oriental metal[28].

L'année 1993 voit la formation de Melechesh à Jérusalem, « sans doute le premier groupe anti-chrétien à faire surface dans la ville sainte[31]. » Melechesh se lance comme un groupe de black metal pur et dur accompagné de quelques tendances folk metal dans leur EP, The Siege of Lachish[32]. Leurs albums suivants témoignent de leur volonté d'allier black, death et thrash metal avec « de superbes riffs impressionnants, des mélodies du Moyen-Orient, et des échanges vocaux qui varient du throaty midrange screech au chant[33]. » Un autre groupe d'oriental metal, Distorted, est formé par la suite en 1996, comme notamment le premier groupe israélien dirigé par une chanteuse[34].

Développement[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1990, d'autres groupes émergent petit à petit pour mélanger le heavy metal à la musique folk. Storm est un supergroupe norvégien composé de Fenriz, Satyr et Kari Rueslåtten des groupes de black metal Darkthrone, Satyricon, et du groupe de doom metal The 3rd and the Mortal, respectivement[35]. Leur seul album, Nordavind, est commercialisé en 1995 et fait usage de claviers pour simuler des instuments de folk[36]. Le groupe allemand Empyrium mélange également synthétiseurs et guitares afin de délivrer une musique black metal au « folklore sombre » dans leur premier album A Wintersunset..., commercialisé en 1996[37].

L'année 1996 voit également paraître le premier album du « projet de black metal solo de l'instrumentaliste Vratyas Vakyas » appelé Falkenbach[38]. Bien que Falkenbach se soit formé en début 1989, le groupe n'attire pas réellement l'attention avant la sortie de son premier album présentant de la musique épique à fortes tendances folk, et affirmant un mélange de viking metal et de folk metal[38]. Le groupe est rejoint deux ans plus tard par d'autres groupes fusionnant ces genres comme Windir[39], Månegarm[40], and Thyrfing[41].

Précédant les autres groupes de folk metal, le groupe espagnol Mägo de Oz se forme aux alentours de 1989 et fait paraître un premier album homonyme en 1994[42]. Avec neuf membres dans sa formation, dont un violiniste et un flutiste, le groupe évolue au fil des années en mélangeant power metal et folk metal influencé par de la musique celtique[42],[43]. Ils parviennent à atteindre les classements musicaux dans leur pays d'origine, en Amérique du Sud[44], et au Mexique.

The Lord Weird Slough Feg, groupe américain originaire de Pennsylvanie, est formé vers 1990[45]. Leur premier album homonyme est commercialisé en 1996, et le groupe emprunte un « style unique combinant traditionelle/power metal et folk metal[46]. »

Le groupe tchèque Silent Stream of Godless Elegy est formé en 1995 comme groupe de doom metal faisant usage de violons[47]. Avec la sortie de leur second album Behind the Shadows en 1998, le groupe se lance dans l'ajout d'éléments folklores[48].

Expansion[modifier | modifier le code]

Finntroll est un groupe de folk metal avec un intérêt spécifique pour les trolls et humppa (en).

Le genre folk metal se répand rapidement au nouveau millénaire avec, au devant de cette expansion, le groupe finlandais Finntroll[49]. Le groupe est formé en 1997, et fait paraître une démo l'année suivante, puis un premier album, Midnattens Widunder, en 1999[50]. Ils développent dès lors une obsession pour tout ce qui touche aux trolls[51]. Leurs paroles sont exclusivement chantées en suédois plutôt qu'en finlandais « apparement du fait que cette langue évoque mieux l'aspect troll[49] », même si, en réalité, les membres appartiennent à une minorité de finlandais suédophones. La musique de Finntroll présente une « réelle innovation » du black metal avec un style de polka finlandais appelé humppa (en)[51]. D'une manière spécifique, le groupe reprend du humppa « les lignes de basses alternées, le rythme, et l'accordion[52]. » Ce mélange inhabituel de polka et de metal extrême est accueilli d'une manière mitigée par la presse spécialisée. Andy Hinds du site Allmusic rabaisse l'influence du polka qu'il qualifie de « menace pour un groupe de death metal[53] », tandis que son collègue Alex Henderson félicite le groupe pour son « effort solide et appréciable », déclarant que Finntroll réussit à se distinguer de ses pairs grâce au humppa finlandais et à « l'humour et l'ironie qu'ils amènent sur la table[54]. »

Le second album de Finntroll, Jaktens tid est commercialisé en 2001 et atteint les classements musicaux dans leur pays d'origine[55]. Certaines chansons de l'album possèdent des parties vocals chantées par Jonne Järvelä de Korpiklaani, un groupe finlandais[56]. Alors que d'autres groupes de folk metal se lancent dans le metal avant d'y ajouter des éléments folk, Korpiklaani, à l'inverse, se lance dans la musique folk avant d'y ajouter des éléments metal[57]. Les racines de Korpiklaani peuvent être retracées jusqu'à un groupe de Samis du nom de Shamaani Duo[58], un « groupe de restaurant » créé en 1993[59]. Un album de musique folk est commercialisé sous ce nom avant le départ de Jonne Järvelä et avant la formation du groupe Shaman[60]. Le groupe folk metal Shaman s'inspire de la musique folk de Shamaani Duo[61]. Deux albums sont commercialisés en 1999 et 2001 avant que Shaman ne change de nom pour Korpiklaani[60]. Le changement de nom s'accompagne d'un changement musical. Le groupe délaisse les chants yoik traditionnels et l'utilisation de la langue same, et intègre un synthétiseur[62] qui sera remplacé un an plus tard par des instruments folk (violon et accordéon).

Jonne Järvelä de Korpiklaani a joué du folk acoustique pendant cinq ans avant de se centrer sur le folk metal[63].

Tandis que Korpiklaani fait usage d'une panoplie d'instruments traditionnels pour jouer leur folk metal[61], Finntroll compte sur des claviers pour simuler les mélodies de folk finlandais jouées dans le style humppa[50]. Les morceaux aux claviers de Finntroll sont joués par Henri Sorvali, également membre de Moonsorrow, un autre groupe de folk metal finlandais qu'il a créé avec son cousin Ville Sorvali en 1995[64]. Ils font paraître deux démos, la première en 1997 et l'autre en 1999, avant la sortie de leur premier album, Suden Uni, en 2001[65]. Moonsorrow mélange folk metal et viking metal en y incorporant « des formes musicales de folk finlandaise traditionnelle dans les arrangements symphoniques typiques des groupes de viking metal comme Bathory et Enslaved[66]. » L'adoption d'éléments folk « fait rage » à cette période en Finlande[67], et d'autres groupes locaux de metal commencent à voir le jour au début des années 2000 comme Cadacross[67], Ensiferum[68], et plus tard Turisas[69], et Wintersun[70]. Ensiferum se trouve notamment en tête des classements musicaux finlandais en 2007 avec leur single One More Magic Potion[71]. Finntroll, Korpiklaani, Moonsorrow et Turisas atteignent également les classements musicaux[72].

Il existe aussi plusieurs groupes de folk metal issus de pays hors des frontières scandinaves. Le groupe norvégien Glittertind est un groupe très populaire dans leur pays. Ils sont souvent joué sur la station de radio NRK P1[73], et jouent la chanson Kvilelaus sur Lindmo. D'autres groupes norvégiens du style incluent Storm, Windir, et dès 2008, Kampfar[74], Lumsk[75], Ásmegin, et Trollfest[76]. Des groupes originaires de Suède incluent Thyrfing et Månegarm, entres autres, avec Otyg[77], et Vintersorg[78],[79]. Les groupes de folk metal originaires du Danemark incluent Wuthering Heights[80], Svartsot[81], et Týr[82].

Outre la Scandinavie, d'autres nations européennes contribuent au genre alors encore émergeant. Des groupes originaires d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie incluent Metsatöll[83], Raud-Ants (en)[84], et Skyforger[85], tandis que des représentants de la Russie incluent Alkonost[86], Arkona[87], et Butterfly Temple[88]. D'autres exemples de groupes un peu plus isolés incluent Divlje Jagode originaire de Bosnie, Balkandji (en) originaire de Bulgarie[89], Dalriada originaire de Hongrie, Elvenking originaire d'Italie[90], et Eluveitie originaire de Suisse[91]. Folkearth (en) est un projet de folk metal international dont les membres sont issus de plusieurs et différents pays européens. À sa création, le projet se compose de 14 musiciens de divers projets parallèles de folk et de metal[92]. Avec leur second album By the Sword of My Father commercialisé en 2006, le projet booste la participation d'autres musiciens et leur nombre jusqu'à 31[93].

Au-delà du continent européen, le folk metal est relativement rare à l'exception de quelques groupes nationaux dont The Lord Weird Slough Feg et leurs pairs américains Agalloch[94]. Tuatha de Danann est un autre groupe, de celtic metal, originaire du Brésil[95].

Le style est lancé en Asie du Sud et de l'Est, avec des groupes comme Gostwind originaire de Corée du Sud, Tengger Cavalry,The Samans et Nine Treasures originaires de Chine, Chthonic originaire de Taïwan, Rudra originaire de Singapour, et Shangren originaire d'Australie. Gostwind possède, en son sein, un joueur de flûte en bois et un violiniste. Tengger Cavalry et The Nine Treasures font usage d'instruments folk, de mélodies reprises de musique mongoles, et de chants en mongol. Chthonic est principalement connu comme groupe de (black/death) metal extrême.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Influencé par Dream Theater, Týr mélange du metal progressif à leur musique folk[96]

La musique du folk metal diverge selon les groupes et leurs orientations dans le heavy metal. Tandis que des groupes comme Primordial et Finntroll s'abonnent au black metal, d'autres comme The Lord Weird Slough Feg préfèrent adopter le power metal ou le traditionnel. Le groupe germano-norvégien Midnattsol mélange le genre au gothic metal[97]. Des éléments progressifs sont utilisés par quelques groupes comme Elvenking[98], Lumsk[75], et Týr[99]. Quelques groupes adoptent plus qu'un seul des différents genres du heavy metal. Orphaned Land combine folk metal au metal progressif et au doom/death[28], tandis qu'Ensiferum mélange, dans un premier lieu, musique folk et death metal[68]. Une minorité de groupes est connue pour incorporer les styles d'autres genres musicaux en dehors du heavy metal. Des exemples incluent le rock punk de Glittertind[79], et les tendances neofolk et post-rock de Agalloch[100].

Les éléments folk du genre reflètent souvent les origines ethniques des musiciens comme c'est le cas dans la musique folk scandinave de Finntroll[51] et Korpiklaani[60], dans la musique baltique de Metsatöll[101] et Skyforger[85], ou du Moyen-Orient d'Orphaned Land[29]. La musique celtique peut être retrouvées parmi des groupes irlandais comme Cruachan et Waylander[22], et des groupes autres qu'irlandais dont Eluveitie[102], et Tuatha de Danann[95]. La musique folk issu de diverses régions est utilisée par quelques groupes comme Elvenking[103] et Ensiferum[104].

Le genre offre également une variété d'atmosphères et d'humeurs. La nature joyeuse est caractéristique de groupes comme Finntroll[105], et Korpiklaani[106]. Ces groupes peuvent également jouer de la musique dansante[107],[108],[109]. Lumsk offre un style plus joyeux[110], tandis qu'Agalloch offre une sonorité plus caractéristique à la dépression[111].

Une atmosphère épique est caractéristique de certains groupes folk metal comme Primordial[112], Moonsorrow[113], Turisas[114], et le projet musical Folkearth[92]. Des groupes comme Ensiferum et Wintersun sont connus pour leur côté mélodieux[104],[115], tandis que d'autres font usage d'une approche brutale et dynamique comme Finntroll[116], et Månegarm[117].

Instruments[modifier | modifier le code]

Eluveitie, ici au festival Cernunnos de Paris, en France.

Le folk metal utilise les mêmes instruments que dans le heavy metal : guitares, basse, batterie, et voix. Bien que certains groupes de folk metal comme Tharaphita (en) écartent « toute notion d'usage d'instruments folk » et « se reposent uniquement sur des instruments traditionnels de metal[118] », d'autres groupes du genre se reposent généralement sur des instruments folk décrits comme habituels ou exotiques[119]. De nombreux groupes de folk metal possèdent un violiniste dans leur formation, comme Skyclad[4], Subway to Sally[14], Schandmaul[18], Mägo de Oz[44], Silent Stream of Godless Elegy[47], Korpiklaani[56], Lumsk[75], Elvenking[90], Eluveitie[91], et Tuatha de Danann[120]. La flûte irlandaise et la flûte sont utilisées dans des groupes de celtic metal comme Cruachan[19], Waylander[27], et Eluveitie[91]. La flûte est également utilisée par d'autres groupes comme Metsatöll[83], Schandmaul[18], et Morgenstern[121]. Certains sont connus pour l'usage d'instruments exotiques fidèles à leur culture ou pays d'origine, comme Skyforger[122], Metsatöll[123], Korpiklaani, Eluveitie[91], et Orphaned Land[30]. En l'absence d'instruments folk, d'autres groupes du genre font usage de claviers afin de simuler les instruments folk. Ces groupes incluent Storm, Empyrium, Finntroll, et Midnattsol[97].

Le grand nombre d'instruments sur lequel se reposent certains groupes à l'enregistrement de leurs albums studio peuvent être un obstacle lors de leurs performances sur scène. Bien qu'Orphaned Land puisse être capable de jouer sur scène avec une vingtaine de musiciens dans leur pays d'origine à Israël, ils doivent compter sur un ordinateur pour simuler les instruments de ses quelques musiciens lorsqu'il est en concert ailleurs[124]. Certains groupes folk metal ne se cantonnent qu'à l'enregistrement en studio et ne jouent pas sur scène. Ces groupes incluent Folkearth[93], Falkenbach[125], et Summoning[126]. D'autres groupes folk metal agrandissent leur formation pour y ajouter plus de musiciens et de ce fait, il n'est pas inhabituel de compter six membres ou plus. Certains sextets du genre incluent Schandmaul[18], Cruachan[19], Korpiklaani[56], Turisas[127], et Midnattsol[97], et les septets incluent Subway to Sally[14], In Extremo[17], et Lumsk[75]. Silent Stream of Godless Elegy[47] et Eluveitie[91] compte huit membres chacun, tandis que Mägo de Oz en recense neuf[44].

Voix[modifier | modifier le code]

La diversité des styles de musique et d'instruments est représentée par une variété de styles vocaux du genre. Des « sinistres hurlements » de Finntroll[116] aux chants black metal de Skyforger[85] ou Moonsorrow[113], il n'existe aucune limite de vocaux extrêmes dans le folk metal. D'autres groupes à utiliser des morceaux de voix extrêmes Cadacross[128], Ensiferum[129], et Equilibrium[130]. Néanmoins, des groupes comme Mägo de Oz[43] et Metsatöll utilisent un chant « clair » en harmonie avec leur approche heavy metal traditionnel. De nombreux autres groupes du genre utilisent des voix extrêmes et des chants clairs, comme Primordial[25], Turisas[131], Windir[132], et Wintersun[115].

Le chant folk traditionnel est également utilisé par des groupes de folk metal. Les chants yoik de Jonne Järvelä sont utilisés dans quelques chansons de Shaman[62], Finntroll[133], et Korpiklaani[134]. Les chants folk ou chants inspirés du folk sont utilisés par des groupes comme Equilibrium[130], Metsatöll[135], Skyforger[136], et Orphaned Land[137]. La musique d'Orphaned Land utilise également des chants et chœurs, communément utilisés dans le folk metal. Des groupes faisant usage des chœurs incluent Arkona[87], Turisas[114], Lumsk[138] et Eluveitie[139], tandis que les chants sont utilisés par Týr[140] and Windir[141]. Certains groupes comme Falconer et Thyrfing sont connus pour l'usage de « mélodies folk yo-ho-ho » dans les parties vocales accompagnées de leur style viking metal[142],[143].

Orphaned Land utilise l'anglais dans ses paroles, mais peut également faire usage d'autres langues « qui collent bien à la musique pour en faire un style exotique et unique. » Týr utilise également plusieurs langues dans leurs chansons[144]. D'autres groupes du genre sont connus pour chanter exclusivement ou intégralement dans leur langue d'origine, comme Mägo de Oz en espagnol[43], Moonsorrow en finlandais[66], Metsatöll en estonien[135], et Lumsk en norvégien[138]. Des groupes du sous-genre metal médiéval chantent largement ou intégralement en allemand, comme Subway to Sally[145], Morgenstern[146], et Letzte Instanz[147].

Les chanteuses sont également présentes dans le genre, et dans des groupes comme Cruachan[19], Otyg[77], Lumsk[75], Arkona[87], et Midnattsol[97]. D'autres groupes comme Orphaned Land et Elvenking ont également recruté des chanteuses talentueuses[90],[124].

Paroles[modifier | modifier le code]

Les sujets les plus utilisés dans le folk metal incluent le paganisme, la nature, le fantastique, la mythologie, et l'histoire.

Le folk metal est associé au paganisme depuis sa création, en particulier depuis le départ de Martin Walkyier de son ancien groupe Sabbat pour former Skyclad, et en partie du fait que le groupe souhaitait ne parler de rien d'autre[148]. De ce fait, les paroles de Skyclad se consacraient uniquement à tout ce qui attrait au paganisme[4]. Le groupe Cruachan est également fondé par un pagan auto-proclamé, Keith Fay[20]. For Ville Sorvali of Moonsorrow, le label « pagan metal » est choisi « car il représente les points idéologiques de la musique, mais ne dit rien en ce qui concerne la musique elle-même[149]. » D'autres groupes préférant également le terme de « pagan metal » pour se décrire incluent Cruachan[150], Eluveitie[151], Obtest[152], et Skyforger.

Turisas, ici sur scène en 2008, a été diabolisé pour sa glorification de la guerre aux travers de paroles inspriées du fantastique[153].

La nature a une forte influence pour la plupart des groupes folk metal[119]. Des groupes tels que Korpiklaani[60], Elvenking[154], Midnattsol[155], et Vintersorg[156] concentrent leurs paroles sur ce sujet. Pour le groupe Agalloch, la nature est un thème qu'ils adoptent car « nous incarnons ce qui pourrait être la victime d'une liaison dans laquelle l'humanité en est la maladie[157]. » Tous les membres de Skyclad soutiennent « des organisations comme Greenpeace et autres, pour tous ceux qui se lèvent et se battent » entre « les personnes qui veulent sauver la planète, et celles qui veulent la saccager[158]. »

Les pionniers du genre Skyclad évitent les paroles basées sur le fantastique du fait qu'ils soient « déjà trop fantastiques pour ce monde, comme le disent nos politiciens chaque jour[158]. » Cependant, d'autres groupes de folk metal sont connus pour leur thème fantastique dont Ensiferum[159], Midnattsol[155], et Cruachan[150]. Pour Elvenking, les thèmes fantastiques sont utilisées comme des « métaphores attribuées à des messages plus profonds[160]. »

Le sous-genre celtic metal est connu pour ses paroles inspriées de la mythologie celtique[22]. L'histoire des Celtes est une source inépuisable de paroles pour des groupes de celtic metal comme Cruachan[20], Eluveitie[151] Primordial[161] et Mael Mórdha (en)[162]. La mythologie nordique inspire des groupes scandinaves tels que Falkenbach[125], Týr[96], Finntroll[163], et Mithotyn (en)[164]. Skyforger s'inspire de l'histoire de leur culture lettone. D'autres groupes qui traitent de l'histoire incluent Falconer[164] et Slechtvalk[165].

Quelques groupes de National Socialist Black Metal (NSBM) comme Nokturnal Mortum[166], Temnozor[167], et Kroda (en)[168] se penchent vers le folk metal, une situation que Ciaran O'Hagan, chanteur de Waylander, considère comme « une insulte pour des gens comme moi en totale contradiction aux idées fascistes[169]. » Il explique également que les groupes NSBM jouent du folk metal « uniquement pour de mauvaises raisons. » Avec la mauvaise utilisation des symboles pagans par les néonazis, de nomvreux groupes de folk metal ont été considérés à tort comme des groupes de la scène NSBM. De ce fait, des groupes comme Cruachan[20], Skyforger[136], Moonsorrow, Månegarm et Týr[170] doivent se défendre face à ces accusations de nazisme, fascisme ou racisme. Skyforger est allé plus loin en ajoutant 'No Nazi Stuff Here!' (en français : « Y'a rien de nazi ici ! ») sur le dos de leurs albums[171]. Richard Lederer de Summoning dénonce également publiquement le National Socialism sur le site officiel du groupe[172]. En avril 2008, les participants au festival de folk metal Paganfest sont accusés de racistes, nazis et fascistes par le groupe Antifa. Ville Sorvali de Moonsorrow et Heri Joensen de Týr démentent formellement ces accusations dans une vidéo. Moonsorrow s'est également prononcé face à ces accusation[173].

Le groupe original de folk metal Skyclad est également victime de polémiques politiciennes[158] mais par des paroles humoristiques composées de jeux de mots[5],[174]. D'autres groupes continuent à faire usage de paroles humoristiques comme Finntroll[175] et leur obsession pour les trolls[51]. Les paroles de Korpiklaani, également, se « focalise sur le bon temps, les beuveries et les fêtes[176]. » Dans une revue de l'album The Varangian Way, James Christopher Monger du site Allmusic commente que certains auditeurs pourraient être rebutés par « le concept des hommes matures[114]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bush, John, « AMG Skyclad », Allmusic (consulté le 10 mars 2008).
  2. a, b et c (en) Boylin, Alex, « Skyclad Biography », Metalstorm.ee (consulté le 10 mars 2008).
  3. (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG The Wayward Sons of Mother Earth Review », Allmusic (consulté le 10 mars 2008).
  4. a, b, c et d (en) Sharpe-Young, Garry, « Skyclad », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  5. a et b (en) O'Neill, Wade, « Skyclad », Metaleater.com (consulté le 10 mars 2008).
  6. (en) « Skyclad », Bnrmetal.com (consulté le 10 mars 2008).
  7. Palmares, Pedro, « Interview with Keith Fay of Cruachan », cruachan.metalfan.nl (consulté le 10 mars 2008).
  8. (en) Bowar, Chad, « Under Satanae Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  9. (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Butterfly Effect Review », Allmusic (consulté le 28 février 2008).
  10. (en) Hill, Gary, « AMG Amorphis », Allmusic (consulté le 10 mars 2008).
  11. (en) Begrand, Adrien, « PopMatters Far From the Sun Review », Popmatters.com (consulté le 10 mars 2008).
  12. (en)Sharpe-Young, Garry, « Amorphis », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  13. a, b et c (en) Dieters, Frank, « Interview with Michael Bodenski of Subway to Sally », Lordsofmetal.nl (consulté le 10 mars 2008).
  14. a, b et c (en) Sharpe-Young, Garry, « Subway to Sally », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  15. (en) « Subway to Sally », Gothtronic.com (consulté le 31 mars 2008).
  16. a, b et c (en) Matthias von Viereck, « Modern Minstrels: Medieval Rock on the Rise », Goethe-Institut,‎ 12 novembre 2007 (consulté le 10 mars 2008).
  17. a et b Sharpe-Young, Garry, « In Extremo », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  18. a, b, c, d et e (en) Sharpe-Young, Garry, « Schandmaul », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  19. a, b, c et d (en) Sharpe-Young, Garry, « Cruachan Biography », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  20. a, b, c et d Bolther, Giancarlo, « Interview with Keith Fay of Cruachan », Rock-impressions.com (consulté le 10 mars 2008).
  21. (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Cruachan », Allmusic (consulté le 10 mars 2008).
  22. a, b, c et d Bowar, Chad, « What Is Heavy Metal? », About.com (consulté le 11 mars 2008).
  23. (en) Monger, James Christopher, « AMG Primordial », Allmusic (consulté le 12 mars 2008).
  24. (en) S., Mike, « Interview with Alan Nemtheanga of Primordial », Deadtide.com (consulté le 12 mars 2008).
  25. a et b (en) Young, James, « Primordial Concert Review », Live4metal.com (consulté le 12 mars 2008).
  26. (en) Sharpe-Young, Garry, « Geasa », MusicMight (consulté le 12 mars 2008).
  27. a et b (en) Sharpe-Young, Garry, « Waylander », MusicMight (consulté le 12 mars 2008).
  28. a, b et c (en) Sharpe-Young, Garry, « Rockdetector Orphaned Land », Rockdetector.com,‎ 5 mars 2008.
  29. a, b, c et d Rivadavia, Eduardo, « AMG Orphaned Land », Allmusic.com (consulté le 10 mars 2008).
  30. a et b (da) Fjordi, « Interview with Orphaned Land », Frombelow.dk (consulté le 10 mars 2008).
  31. (en) Sharpe-Young, Garry, « Rockdetector Melechesh », Rockdetector.com (consulté le 11 mars 2008).
  32. (en) McKay, Aaron, « Interview with Moloch of Melechesh », Chroniclesofchaos.com (consulté le 11 mars 2008).
  33. (en) Serba, John, « AMG Djinn Review », Allmusic.com (consulté le 11 mars 2008).
  34. (en) Grant, Sam, « Interview with Miri Milman of Distorted », Soniccathedral.com (consulté le 11 mars 2008).
  35. (en) Sharpe-Young, Garry, « Storm », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  36. (en) Cuevas, Carlos Martin, « Nordavind Review », Tartareandesire.com (consulté le 14 mars 2008).
  37. (en) Sharpe-Young, Garry, « Empyrium », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  38. a et b (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Falkenbach », Allmusic (consulté le 14 mars 2008).
  39. (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Windir », Allmusic (consulté le 15 mars 2008).
  40. Dicks, Britton, « Vargaresa - The Beginning Review », Metalcoven.com (consulté le 13 mars 2008).
  41. (en) Serba, John, « Vansinnesvisor Review », Allmusic (consulté le 13 mars 2008).
  42. a et b (en) Bowar, Chad, « A Costa Da Morte Review », About.com (consulté le 14 mars 2008).
  43. a, b et c (en) Dicks, Britton, « Gaia II - La Voz Dormida Review », Metalcoven.com (consulté le 14 mars 2008).
  44. a, b et c (en) Sharpe-Young, Garry, « Mägo de Oz », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  45. (en) Sharpe-Young, Garry, « The Lord Weird Slough Feg », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  46. (en) Bowar, Chad, « Hardworlder Review », About.com (consulté le 13 août 2008).
  47. a, b et c (en) Sharpe-Young, Garry, « Silent Stream of Godless Elegy », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008)
  48. (en) Matthijssens, Vera, « Interview with Silent Stream of Godless Elegy », Lordsofmetal.nl (consulté le 11 mars 2008).
  49. a et b (en) Sharpe-Young, Garry, « Finntroll », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  50. a et b Hinds, Andy, « AMG Finntroll », Allmusic (consulté le 15 mars 2008).
  51. a, b, c et d (en) Sanneh, Kelefa, « Finnish Folk-Metal, in Swedish, Plus Trolls », Nytimes.com,‎ 22 septembre 2007 (consulté le 15 mars 2008).
  52. (en) von Hobartian, Mike, « Interview with Wilska of Finntroll », Ruthlessreviews.com (consulté le 15 mars 2008).
  53. (en) Hinds, Andy, « Jaktens Tid », Allmusic (consulté le 23 mai 2008).
  54. (en) Henderson, Alex, « Ur Jordens Djup Review », Allmusic (consulté le 23 mai 2008).
  55. (fi) « Finnish Charts for Jaktens Tid » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-12-26
  56. a, b et c (en) Sharpe-Young, Garry, « Korpiklaani », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  57. (en) Dicks, Britton, « Interview with Jarkko Aaltonen of Korpiklaani », Metalcoven.com (consulté le 15 mars 2008).
  58. (en) Van Horn, Jr., Ray, « Interview with Jarkko Aaltonen of Korpiklaani », Maelstrom.nu (consulté le 15 mars 2008).
  59. (en) Sharpe-Young, Garry, « Shaman », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  60. a, b, c et d (en) Ramos Jr, Octavio, « Voice of the Forest », Soundchecks.co.uk (consulté le 15 mars 2008).
  61. a et b (en) Morton, Kenneth, « Interview with Jarkko Aaltonen of Korpiklaani », Highwiredaze.com (consulté le 15 mars 2008).
  62. a et b (en) Lehtinen, Arto, « Interview with Jonne Järvelä of Korpiklaani », Metal-rules.com (consulté le 15 mars 2008).
  63. (en) Bowar, Chad, « Interview with Jonne Järvelä of Korpiklaani », About.com (consulté le 15 mars 2008).
  64. (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Moonsorrow », Allmusic (consulté le 16 mars 2008).
  65. (en) Sharpe-Young, Garry, « Moonsorrow », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  66. a et b (en) Rivadavia, Eduardo, « Suden Uni Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  67. a et b (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Cadacross », Allmusic (consulté le 16 mars 2008).
  68. a et b Rivadavia, Eduardo, « AMG Ensiferum », Allmusic (consulté le 16 mars 2008).
  69. Deming, Mark, « AMG Turisas », Allmusic (consulté le 16 mars 2008).
  70. (en) Rivadavia, Eduardo, « AMG Wintersun », Allmusic (consulté le 16 mars 2008).
  71. (en) Sharpe-Young, Garry, « Ensiferum », MusicMight (consulté le 23 décembre 2008).
  72. (en) « Finntroll at Finnishcharts.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-12-26, « Korpiklaani at Finnishcharts.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-12-26, « Moonsorrow at Finnishcharts.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-12-26, « Turisas at Finnishcharts.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-12-26.
  73. (en) « A, B og C-lista uke 8 2014 », NRK (consulté le 18 avril 2014).
  74. (en) Bowar, Chad, « Kvass Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  75. a, b, c, d et e (en) Sharpe-Young, Garry, « Lumsk », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  76. (en) Dicks, Britton, « Willkommen Folk Tell Drekka Fest Review », Metalcoven.com (consulté le 13 décembre 2008).
  77. a et b (en) Sharpe-Young, Garry, « Otyg », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  78. (en) Bowar, Chad, « Solens Rötter Review », About.com (consulté le 13 décembre 2008).
  79. a et b (en) Sharpe-Young, Garry, « Glittertind », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  80. (en) Bowar, Chad, « The Shadow Cabinet Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  81. (en) Bowar, Chad, « Ravnenes Saga Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  82. (en) Bowar, Chad, « Eric the Red Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  83. a et b (en) Sharpe-Young, Garry, « Metsatöll », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  84. (en) Sharpe-Young, Garry, « Raud-Ants », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  85. a, b et c (en) Bowar, Chad, « Kauja Pie Saules Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  86. (en) Sharpe-Young, Garry, « Alkonost », MusicMight (consulté le 13 février 2008).
  87. a, b et c (en) Mitchell, Chris, « Ot Serdca K Nebu Review », Soniccathedral.com (consulté le 13 mars 2008).
  88. (en) Dicks, Britton, « The Times of Mara Review », Metalcoven.com (consulté le 13 mars 2008).
  89. (en) Sharpe-Young, Garry, « Balkandji », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  90. a, b et c (en) Sharpe-Young, Garry, « Elvenking », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  91. a, b, c, d et e (en) Sharpe-Young, Garry, « Eluveitie », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  92. a et b (en) Dicks, Britton, « A Nordic Poem Review », Metalcoven.com (consulté le 13 mars 2008).
  93. a et b (en) Watt, Erika Kristen, « Interview with Marios Koutsoukos of Folkearth », Forteeng.net (consulté le 18 mai 2008).
  94. (en) Rivadavia, Eduardo, « Pale Folklore Review », Allmusic (consulté le 16 août 2008).
  95. a et b (en) Ngolls, Josh, « Tingaralatingadun Review », Tartareandesire.com (consulté le 13 mars 2008).
  96. a et b (en) Matthijssens, Vera, « Interview with Heri Joensen of Týr », Lordsofmetal.nl (consulté le 18 mars 2008).
  97. a, b, c et d (en) Sharpe-Young, Garry, « Midnattsol MusicMight Biography », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  98. (en) Henderson, Alex, « The Scythe Review », Allmusic (consulté le 13 décembre 2008).
  99. (en) Monger, James Christopher, « AMG Týr », Allmusic (consulté le 13 décembre 2008).
  100. (en) Hill, Gary, « AMG Agalloch », Allmusic (consulté le 17 mai 2008).
  101. (en) van Gerrevink, Richard, « Hiiekoda Review », Lordsofmetal.nl (consulté le 17 mars 2008).
  102. (en) Bowar, Chad, « Interview with Chrigel Glanzmann of Eluveitie », About.com (consulté le 17 mars 2008).
  103. (en) Henderson, Alex, « Winter's Wake Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  104. a et b Henderson, Alex, « Victory Songs Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  105. (en) Bowar, Chad, « Ur Jordens Djup Review », About.com (consulté le 17 mars 2008).
  106. (en) Matthijssens, Vera, « Farsotstider Review », Lordsofmetal.nl (consulté le 17 mars 2008).
  107. (en) Matthijssens, Vera, « Korven Kuningas Review », Lordsofmetal.com (consulté le 17 mars 2008).
  108. (en) Matthijssens, Vera, « Ur Jordens Djup Review », Lordsofmetal.com (consulté le 17 mars 2008).
  109. (en) Maki, Jeff, « Ur Jordens Djup Review », Live-metal.net (consulté le 17 mars 2008).
  110. (en) Dicks, Britton, « Åsmund Frægdegjevar Review », Metalcoven.com (consulté le 17 mars 2008).
  111. (en) Rivadavia, Eduardo, « Of Stone, Wind and Pillor Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  112. (en) Prato, Greg, « To the Nameless Dead Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  113. a et b Bowar, Chad, « Viides Luku: Hävitetty Review », About.com (consulté le 13 mars 2008).
  114. a, b et c (en) Monger, James Christopher, « Varangian Way Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  115. a et b (en) Rivadavia, Eduardo, « Wintersun Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  116. a et b (en) Rivadavia, Eduardo, « Nattfödd Review », Allmusic (consulté le 17 mars 2008).
  117. (en) Dicks, Britton, « Vredens Tid Review », Metalcoven.com (consulté le 17 mars 2008).
  118. (en) Kalis, Quentin, « Iidsetel Sunkjatel Radadel Review », Chronicles of Chaos (consulté le 13 mars 2008).
  119. a et b (en) Bowar, Chad, « Folk Metal Artists », About.com (consulté le 24 mars 2008).
  120. (en) Sharpe-Young, Garry, « Tuatha de Danann », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  121. (en) Sharpe-Young, Garry, « Morgenstern », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  122. (en) Vargscarr, « Interview with Pēteris Kvetkovskis of Skyforger », Malestrom.nu (consulté le 17 mars 2008).
  123. (en) Gentile, Emanuele, « Interview with Metsatöll », Estonianmetal.com (consulté le 17 mars 2008).
  124. a et b (en) Reilly, Ann Marie, « Interview with Kobi Farhi of Orphaned Land », Beyondearcandy.com (consulté le 11 août 2008).
  125. a et b S., Mike, « Interview with Vratyas Vakyas of Falkenbach », Deadtide.com (consulté le 13 mars 2008).
  126. (en) Bowar, Chad, « Interview with Summoning », About.com (consulté le 18 mars 2008).
  127. (en) Sharpe-Young, Garry, « Turisas », MusicMight (consulté le 13 décembre 2008).
  128. (en) Dicks, Britton, « So Pale Is the Light Review », Metalcoven.com (consulté le 19 mars 2008).
  129. (en) Bowar, Chad, « Victory Songs Review », About.com (consulté le 19 mars 2008).
  130. a et b (en) Dicks, Britton, « Turis Fratyr Review », Metalcoven.com (consulté le 19 mars 2008).
  131. (en) Bowar, Chad, « The Varangian Way Review », About.com (consulté le 19 mars 2008).
  132. (en) Rivadavia, Eduardo, « Sóknardalr Review », Allmusic (consulté le 19 mars 2008).
  133. (en) Meeks, Ciaran, « Interview with Jonne Järvelä of Korpiklaani », Metaleater.com (consulté le 19 mars 2008).
  134. (en) Begrand, Adrien, « Tales Along This Road Review », Popmatters.com (consulté le 19 mars 2008).
  135. a et b (en) Dicks, Britton, « Hiiekoda Review », Metalcoven.com (consulté le 19 mars 2008).
  136. a et b (en) Fjordi, « Interview with Rihards Skudrîtis of Skyforger publisher=Frombelow.dk » (consulté le 19 mars 2008).
  137. (en) Dicks, Britton, « Mabool Review », Metalcoven.com (consulté le 19 mars 2008).
  138. a et b (en) Tsakonas, Giannis, « Interview with Ketil Sæther of Lumsk », Metalperspective.com (consulté le 19 mars 2008).
  139. (en) Matthijssens, Vera, « Interview with Chrigel Glanzmann of Eluveitie », Lordsofmetal.nl (consulté le 19 mars 2008).
  140. (en) Matthijssens, Vera, « Eric the Red Review », Lordsofmetal.nl (consulté le 19 mars 2008).
  141. (en) Escandon, Rodrigo, « Likferd Review », Metalcoven.com (consulté le 19 mars 2008).
  142. (en) Serba, John, « The Sceptre of Deception Review », Allmusic (consulté le 19 mars 2008).
  143. (en) Serba, John, « Vansinnesvisor Review », Allmusic (consulté le 19 mars 2008).
  144. (en) Dieters, Frank, « Interview with Heri Joensen of Týr », Lordsofmetal.nl (consulté le 19 mars 2008).
  145. (en) Vonberg, Horst, « Herzblut Review », Lordsofmetal.nl (consulté le 10 avril 2008).
  146. (en) Matthijssens, Vera, « Interview with Ulli Ullmann of Morgenstern », Lordsofmetal.nl (consulté le 10 avril 2008).
  147. (en) Matthijssens, Vera, « Wir Sind Gold Review », Lordsofmetal.nl (consulté le 10 avril 2008).
  148. (en) Hinds, Daniel, « Interview with Martin Walkyier of Skyclad », The-plague.net (consulté le 20 février 2008).
  149. (en) Roon, Samuel J., « Interview with Ville Sorvali of Moonsorrow », Nonelouder.com (consulté le 20 février 2009).
  150. a et b (en) Stefanis, John, « Interview with Keith Fay of Cruachan », Getreadytorock.com (consulté le 20 février 2008).
  151. a et b (en) Dieters, Frank, « Interview with Chrigel Glanzmann of Eluveitie », Lordsofmetal.nl (consulté le 20 février 2008).
  152. (en) Larissa Glasser, « Interview with Sadlave of Obtest », Maelstrom.nu (consulté le 20 février 2008).
  153. (en) Smit, Jackie, « Interview with Matthias Nygard of Turisas », Chronicles of Chaos (consulté le 20 mars 2008).
  154. (en) Marina, « Interview with Aydan of Elvenking », Truemetal.org (consulté le 20 février 2008).
  155. a et b (en) Fisher, Mark, « Interview with Carmen Espanæs of Midnattsol », Musicaldiscoveries.com (consulté le 20 février 2008).
  156. (en) Ulrey, Jeremy, « Interview with Andreas Hedlund of Vintersorg », Chronicles of Chaos (consulté le 20 mars 2008).
  157. (en) Los Muertos, Michael De, « Interview with Don Anderson and John Haughm of Agalloch », Metal-rules.com (consulté le 20 mars 2008).
  158. a, b et c (en) Vonberg, Horst, « Interview with Martin Walkyier of Skyclad », Lordsofmetal.nl (consulté le 20 mars 2008).
  159. (en) Dujardin, Audrey, « Interview with Markus Toivonen and Petri Lindroos of Ensiferum », Tartareandesire.com (consulté le 20 mars 2008).
  160. (en) Jeff, « Interview with Aydan of Elvenking », Metalstorm.ee (consulté le 20 mars 2008).
  161. (en) Michelle, Alina, « Interview with A. Nemtheanga of Primordial », Photomistress.com (consulté le 20 mars 2008).
  162. (en) Ritsios, Elias, « Interview with Roibéard Ó Bogail of Mael Mórdha », Metal-invader.com (consulté le 20 mars 2008).
  163. (en) Lahtinen, Luxi, « Interview with Katla and Somnium of Finntroll », Metal-rules.com (consulté le 20 mars 2008).
  164. a et b (en) George Call, « Interview with Stefan Weinerhall of Falconer », Neonblonde.com (consulté le 20 mars 2008).
  165. (en) Eck, Markus, « Interview with Shamgar of Slechtvalk », Metalmessage.de (consulté le 20 mars 2008).
  166. Dicks, Britton, « Mirovozzrenie Review », Metalcoven.com (consulté le 13 mars 2008).
  167. (en) Dicks, Britton, « Folkstorm Of Azure Nights Review », Metalcoven.com (consulté le 13 mars 2008).
  168. (en) Fastred, Reap, « Interview with Eisenslav of Kroda », Mortemzine.net (consulté le 13 mars 2008).
  169. (en) Dicks, Britton, « Interview with Ciaran O'Hagan of Waylander », Metalcoven.com (consulté le 13 mars 2008).
  170. Týr, « Is Týr a facist, nazi or racist band? », Tyr.net (Týr official website) (consulté le 20 mars 2008).
  171. Van Berlo, Andrej, « Interview with Pēteris Kvetkovskis & Edgars Krūmiņš of Skyforger », Tartareandesire.com (consulté le 2 mai 2008).
  172. (en) Richard Lederer ("Protector"), « Political Statements », Summoning.info (Summoning official website) (consulté le 20 mars 2008).
  173. (en) « Moonsorrow: We Are Not Nazis »,‎ 14 avril 2008 (consulté le 5 mai 2008).
  174. (en) Sheaks, Matthias, « Folkemon Review », Allmusic (consulté le 20 mars 2008).
  175. (en) Henderson, Alex, « Ur Jordens Djup Review » (consulté le 20 avril 2008).
  176. (en) Matthijssens, Vera, « Interview with Korpiklaani », Lordsofmetal.nl (consulté le 20 mars 2008).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nadège Bénard-Goutouly, Le métal folklorique, entre tradition et modernité. Sources d'inspiration, rites et postures idéologiques, Rosières-en-Haye, Camion Blanc, 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]