National socialist black metal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le national socialist black metal (abrégé NSBM) qui se traduit par le « black metal national-socialiste » est une branche dissidente du black metal. Celle-ci se distingue par ses paroles traitant de national-socialisme, de paganisme, de nationalisme et d'antisémitisme, tout ceci en conservant le côté fortement antichrétien, haineux et underground caractérisant parfois le black metal[1]. Le NSBM est un phénomène relativement insignifiant à l'échelle du black metal étant donné que la grande majorité des adeptes de ce genre musical n'ont aucune allégeance politique. Cependant, la scène NSBM connaît une véritable expansion notamment grâce à internet et aux nombreuses associations de groupes ouvertement nazis (comme le Pagan Front).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le NSBM est un phénomène relativement récent visant, entre autres, à restaurer l'éclat qu'avait le black metal au début des années 1990 en Scandinavie. Il désignait alors une petite scène très radicale et fortement imprégnée d'un désir de demeurer underground, en opposition aux groupes de death metal[2]. Il est important de préciser que certains groupes jouent la carte du nazisme pour la provocation.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Le NSBM rejette aussi les groupes commerciaux et populaires qui font de l'argent en jouant du black metal et privilégient une approche extrêmement underground de la musique. Les disques de plusieurs groupes sont souvent enregistrés en amateur dans un sous-sol ou un garage. Il va sans dire que la distribution de telles productions sur le marché noir est souvent aussi ardue que l'enregistrement. Cependant, grâce à internet, la distribution des groupes de NSBM est beaucoup plus facile (comme les labels Tour de Garde ou Supernal Music).

Le NSBM, en tant que style, n'existe que dans les thèmes abordés dans les paroles et dans la philosophie de ses membres. C'est pourquoi certains groupes vont avoir une approche très folklorique de la musique utilisant même des instruments comme la flûte ou la cornemuse (pour n'en nommer que deux) dans leurs chansons, tel le groupe russe Temnozor. D'autres encore vont jouer une musique mélangeant les traditionnels cris stridents du black metal à des chants clairs, plus proches de la musique conventionnelle. D'autres encore privilégient une musique extrêmement brutale et lourde, allant souvent de pair avec un enregistrement de basse qualité. Certains recyclent même d'anciens chants nazis dans leur compositions (Stella Polaris, Der Stürmer), voire des discours d'Adolf Hitler (Chants de Guerre).

Le NSBM se veut conservateur de l'esprit originel du black metal, tout en changeant la manière de contester les idées chrétiennes : les références aux anciens dieux, aux traditions païennes oubliées, au culte racial du sang, étant préférées aux discours dits "satanistes".

Comme les mouvements dits d'extrême droite sont aujourd'hui très localisés, certains adeptes de NSBM fréquentent des Skinhead nazi. En effet nous pouvons constater la mutation des adeptes et fans de NSBM que ce mouvement sataniste à ses racines de base qui est le courant black metal et que ce dernier n'a aucune doctrine politique, est de plus en plus proche de l'identité des néonazis et de la haine raciale et des valeurs païennes nordiques.

La scène NSBM n'est pas en perte de vitesse, de nombreux concerts et manifestations sont organisés à travers la Scandinavie et l'Europe de l'Ouest. Et dispose actuellement d'une médiatisation et publicité plus large et de labels indépendants uniquement dédiés à ce style de musique.

Il n'est pas rare de voir certain groupe de NSBM prôner le luciférisme et le nazisme en même temps. Les groupes actuels sont bien plus violents idéologiquement que par le passé. Le NSBM représente une faible part du public black metal qui en général prône plutôt un retour aux racines et aux valeurs de la nature, et éprouve souvent une fascination pour les Vikings. La philosophie du NSBM est très inspirée des cultures pré-chrétiennes, notamment les civilisations celtes, vikings et pangermaniques. On y trouve parfois des influences de philosophie nihiliste, voire nazie. Certains groupes se réclament de tellement d'idéologies qu'elles en deviennent contradictoires (rappelons que nazisme, satanisme ou encore nihilisme sont radicalement différents).

Il est difficile de caractériser ce qui fait vraiment la philosophie du NSBM, celui-ci étant un terme derrière lequel on regroupe des groupes avec des pensées et des idéologies plus ou moins différentes. Si quelques groupes se déclarent ouvertement néonazis, certains se réclament uniquement d'un patriotisme nationaliste propre à leurs pays respectifs (C'est ainsi que l'on a longtemps classé le groupe français Peste Noire comme nazi. Son frontman l'a d'ailleurs toujours démenti.). D'autres ont plutôt un attrait vers un retour à des anciennes traditions européennes.

Distribution[modifier | modifier le code]

On ne peut pas parler de label à proprement parler distribuant du NSBM. La majeure partie de la distribution se fait lors des concerts ou sur internet.

Cependant, certains labels distribuent des groupes ouvertement nazis, comme le label anglais Supernal music : sous couvert de distribution de musique brutale et froide, ce label distribue des groupes NSBM tels que Kataxu, Der Stürmer ou encore Fanisk (groupe très connu des blackists nazis après le remarqué « Noontide » orné d'une croix gammée).

Principaux groupes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.burzum.com/burzum/biography/
  2. Satan Rides The Media, documentaire norvégien réalisé en 1998 par Torstein Grude

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]