Krautrock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Krautrock

Origines stylistiques Rock progressif
Rock psychédélique
Rock expérimental
Musique électronique
Jazz
Musique minimaliste
Origines culturelles Allemagne de l'Ouest
Fin des années 1960
Instruments typiques Guitare
Basse
Batterie
Synthétiseur
Popularité Européenne
Principalement dans les années 1970
Très grande influence sur de nombreux artistes internationaux avec des groupes tels que Kraftwerk ou Tangerine Dream.
Scènes régionales Allemagne principalement

Genres dérivés

Ambient
Post-punk
New age
NDW
Post-rock

Le krautrock est un genre musical apparu à la fin des années 1960, essentiellement représenté par des groupes originaires d'Allemagne de l'Ouest. Il est souvent considéré comme un sous-genre du rock progressif, à l'instar de la zeuhl en France par exemple.

Si le style n'a connu de succès qu'en Allemagne à l'époque, mis à part pour Tangerine Dream et Kraftwerk, il connaît un regain d'intérêt dans les années 1980, alors que l'apogée du style se situait au milieu des années 1970. Très orienté vers la musique électronique, le krautrock sera l'une des principales influences de l'ambient, du post-rock ou encore du new age.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le terme « krautrock » (littéralement « rock [du] chou ») est une référence au terme « krauts », utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale par les soldats anglais pour désigner péjorativement les soldats allemands. La presse rock anglaise a désigné par « krautrock » les groupes allemands apparus au début des années 1970. Le morceau du groupe Amon Düül I titré « Mama Düül und Ihre Sauerkrautband Spielt Auf » (Maman Duul et son groupe choucroute se lancent) est souvent considéré comme à l'origine de cette appellation, bien que le sobriquet « The Krauts » lui soit bien antérieur.

Le terme a essentiellement été utilisé par les anglophones. En France, dans les années 1970, il était plutôt question de « rock allemand » et en Allemagne de « kosmische Musik » (musique cosmique). L'album Faust IV paru sur Virgin en 1974 contient le morceau « Krautrock», Faust s'amuse à en livrer les grands archétypes (rythmique simple et répétitive à la batterie ; longueur du titre). Avec l'émergence, vers le milieu des années 1990, d'une jeune scène rock allemande inspirée par ses aînés, le krautrock réapparait, mis en lumière par une série documentaire diffusée sur la WDR (Kraut und Rueben), de compilations ou encore d'un festival à Bonn.

Histoire[modifier | modifier le code]

Klaus Schulze en concert avec Lisa Gerrard, en 2009, entouré de ses synthétiseurs.

La scène expérimentale et électronique allemande émerge dans le contexte du mouvement psychédélique, du pop art, et des mouvements politiques étudiants et contestataires, marqués par les émeutes de Berlin en 1967. S'y ajoute l'influence de la musique contemporaine notamment Karlheinz Stockhausen. Selon Julian Cope, l'œuvre Hymnen, composée en 1966 par Karlheinz Stockhausen, fait scandale, les différents hymnes, dont l'hymne allemand, y sont déformés sur fond de musique électronique. Les jeunes groupes allemands reconnaissent en Stockhausen une figure tutélaire, mais ne suivent pas nécessairement ses préceptes théoriques. Ils trouvent surtout une source d'inspiration dans le courant de la musique minimaliste minimaliste répétitive américaine, celle de La Monte Young, Terry Riley, et plus tardivement Steve Reich ou de Philip Glass.

Le mouvement krautrock est tout d'abord incarné par le musicien berlinois Klaus Schulze. Dès 1967, il fonde Psy Free, groupe de rock psychédélique, avant de rejoindre Tangerine Dream en tant que batteur en 1969. Deux ans plus tard, il fonde Ash Ra Tempel, avant de partir dans une carrière solo, qui commencera avec l'album Irrlicht, considéré comme un classique du genre. Il sera l'une des principales influences des groupes de krautrock, en plaçant au premier plan l'utilisation du synthétiseur, des montages électroniques et autres collages sonores, marque de fabrique du style.

À Cologne, Can, fondé en 1968, s'inspire à la fois du free jazz (pour l'improvisation), du rock (pour la rythmique rhythm and blues simplifiée) et de Stockhausen (pour les montages de bandes en studio). Le groupe reste à l'heure actuelle l'un des plus importants de la scène krautrock.

Après Klaus Schulze et Can, le mouvement commence à attirer de nombreux musiciens en Allemagne de l'Ouest. À Cologne, Floh de Cologne propose dès 1969 un krautrock simple mais furieusement contestataire, suivie bientôt de Neu!, groupe qui inspirera les Sex Pistols, ainsi que bon nombre de groupes punks. En 1970, à Düsseldorf, naît Kraftwerk, dont les musiciens de Neu! sont issus, que l'on considère généralement comme le pionnier de la musique électronique et du rock industriel. En compagnie de Tangerine Dream, ils restent les deux formations à avoir eu réellement un important succès, malgré la présence de très nombreuses formations tels que Popol Vuh, Cluster, Faust, Guru Guru, Amon Düül II.

En Allemagne de l'Ouest, les producteurs et artistes Dieter Dierks, Conny Plank et Rolf-Ulrich Kaiser sont les premiers à s'intéresser de près à ces nouveaux groupes et à les promouvoir. Kaiser fondera en particulier le label Ohr Musik (renommé Die Kosmischen Kuriere avant de périclité) uniquement destiné aux groupes de krautrock, et formera, pour le faire connaître, le supergroupe Cosmic Jokers.

Si les groupes les plus connus arrivent à se faire connaître en dehors d'Allemagne dès les années 1970, il faudra attendre pour la plupart d'entre eux les années 1980, voir les années 1990, pour qu'ils réussissent à se faire connaître en Europe, alors que l'apogée du style était passé. Les principaux représentants de ce style continuent de tourner au début du XXIe siècle, mais aucun nouveau groupe de krautrock n'a été créé depuis les années 1970. Ce style a été une importante source d'inspiration pour de nombreux genres et artistes de rock par la suite.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le krautrock est un style très éclectique. Néanmoins, il peut être considéré comme un mélange de musique rock, surtout les rock progressif et psychédélique anglais, de musique classique ou contemporaine allemande, des nouvelles idées expérimentales venant du jazz ou des groupes de rock des années 1960. Le style profite également des progrès technologiques avec les synthétiseurs.

Si la structure des groupes ressemble à celle des groupes anglais, le (ou les) claviériste(s) occupe(nt) une place plus importante que chez ces derniers. Il en résulte alors des sonorités très proches de la musique électronique, accentuées en général par l'utilisation d'équipement de synthèse sonore, d'orgue numérique ou encore de l'overdub, permettant de superposer différents enregistrements. L'improvisation occupe également une place importante, à l'instar des groupes de rock progressif. Enfin, certains groupes, tels que Neu!, Can ou Faust, expérimentent les rythmiques hypnotiques. C'est alors le motorik, qui préfigure ainsi le post-rock.

Au-delà de l'aspect musical, le krautrock possède un patrimoine culturel fort, souvent contestataire, passant alors par l'engagement politique des artistes. Ainsi Amon Düül II est issue de la scission d'Amon Düül, groupe représentant l'expression collective d'une communauté anarchiste, qui se veut avant tout véhicule d'idées avant-gardistes philosophiques et politiques. Floh de Cologne se distingue comme un groupe anti-fasciste de par ses textes et ses pochettes (par exemple l'artwork de Geyer Symphonie (1974), représentant un aigle, symbole du Troisième Reich, en train de mourir).

La frange la plus « planante », représentée par Tangerine Dream, Klaus Schulze ou Ash Ra Tempel, cite Pink Floyd comme principale influence, en particulier l'album A Saucerful of Secrets, sorti en 1968. Certains groupes anglo-saxons de rock progressif, comme Yes ou King Crimson, influencent également une petite partie de la scène krautrock, tel que le groupe Eloy. Outre les groupes de progressif, mais dans une moindre mesure, des artistes tels que Jimi Hendrix, Cream ou The Yardbirds, sont régulièrement cités, surtout pour le fort penchant à l'improvisation de ces derniers.

On retrouve aussi une forte influence de la musique contemporaine, dont le compositeur allemand Karlheinz Stockhausen notamment pour le groupe Can dont le bassiste en fut l'élève, de la musique bruitiste (Luigi Russolo), répétitive (Steve Reich) ou concrète (Pierre Schaeffer). En revanche, si le krautrock demeure influencé par le rock et les musiques contemporaines au niveau des sonorités, il se rapproche de la structure du free-jazz dans l'écriture des compositions. Des groupes, tel que Can, citent Ornette Coleman et Albert Ayler parmi leurs influences.

Au niveau idéologique, le krautrock a été très influencé par les principaux mouvements artistiques ou politiques des années 1950 et 1960 : le mouvement Flower Power, le mouvement Fluxus, les différents mouvements étudiants et contestataires de la fin des années 1960 et dans une moindre mesure le dadaïsme.

Influences du krautrock[modifier | modifier le code]

Le krautrock a tout d'abord été une influence importante dans le développement du post-punk, en particulier les groupes The Fall et This Heat, au début des années 1980. Vers la fin des années 1990, grâce au retour de la musique électronique et à la redécouverte des groupes allemands du style, le krautrock a influencé de nombreuses formations, telles que Stereolab, The Mars Volta, Deerhunter, Wilco, Laika, Mouse on Mars, Tortoise ou encore Fujiya & Miyagi, à l'origine du post-rock.

Le groupe Radiohead a effectué une reprise de Thief, chanson de Can, et cite, outre ce dernier, Neu! et Faust parmi ses influences, de même que des artistes comme Julian Cope, ayant d'ailleurs écrit un ouvrage consacré au krautrock, Sand, The Legendary Pink Dots ou encore le groupe de rock progressif Porcupine Tree. Enfin, la nouvelle vague de la musique électronique des années 1990, mené par Autechre, Dead Voices On Air et Khan, emprunte souvent au répertoire des groupes de krautrock, notamment Tangerine Dream et Kraftwerk.

Depuis 2011 le krautrock est de nouveau à l'honneur avec Elektronische Staubband, le tout nouveau projet de Yann Tiersen, associés aux musiciens Lionel Laquerrière et Thomas Poli. Le projet a consisté en 2011 à reprendre les 2 derniers albums de Y.Tiersen pour les remixer avec une quantité de synthés. Quelques dates en 2011 puis 2012 (Route du Rock hiver)… un projet d'enregistrement d'un nouvel album sur 2012 est à l'étude… (source RdR & Canal B : interview ES)

Principaux groupes ou artistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Pascal Bussy, The Can Book, Tago Mago (Paris), 1984.
  • (en) Pascal Bussy and Andy Hall, The Can book, rev. & upd ed., SAF Publishing, 1989, 192 p.
  • (en) Pascal Bussy and Mick Fish, Future Days : The Can Story, SAF Publishing, 2008, 224 p.
  • (en) Julian Cope, Krautrocksampler, Head Heritage, 1995. www.headheritage.co.uk
  • Julian Cope, Krautrocksampler : Petit guide d'initiation à la grande kosmische musik. Traduit par Olivier Berthe. Kargo & L'Éclat, 2005, 166 p. réédition à l'identique au format poche, L'Éclat, 2008, 210 p.
  • Eric Deshayes, Au-delà du rock : la vague planante, électronique et expérimentale allemande des années soixante-dix, Le Mot et Le Reste, 2007.
  • Didier Gonzalez, L'histoire mondiale du rock progressif, tome 7 : l'école allemande, 1969–1978. Didier Gonzalez (Bordeaux), 1996, 152 p. (épuisé).
  • Frédéric Ponthieux, Étude des rapports d'influences entre l'école répétitive américaine et les groupes de la pop music allemande dans la période 1974–1977. Mémoire de maîtrise en Musique, sous la direction de Jean-Marc Chouvel, Université Lille 3, 1996.
  • Dominique Roux, Klaus Schulze : Un saut dans l'inconnu, Textes et prétextes (Belgique), 2002, 156 p. (épuisé). Rééd. à l'identique chez Cosmic Cagibi, 2008. www.cosmiccagibi.org
  • (en) Nikolaos Kotsopoulos (dir.) et al., Krautrock : Cosmic Rock and Its Legacy, Black Dog Publishing,‎ 2009, 193 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]